Qu'est-ce qui motive les joueurs pros de poker ?

IMG3425

Pourquoi jouer au poker ? Cette question peut sembler simple, mais il est facile de perdre de vue la réponse au milieu de centaines d’heures de jeu en tournois ou sur Internet. Quelques pros nous ont répondu.

L’argent semble être une réponse évidente. Mais tout le monde ne gagne pas et l’argent ne fait pas tout. Certains joueurs ont déjà gagné tellement d’argent au poker qu’ils doivent trouver d’autres sources de motivation.

Je ne joue pas pour l’argent, je n’ai pas besoin d’argent !” explique Daniel Negreanu. “Je suis déjà riche !

CroppedImage180320 IMG1671
Daniel Negreanu : "Je n'ai pas besoin d'argent."

Ce que j’aime, c’est la compétition. Je ne peux pas résister au défi, et j’arrêterais sûrement si cela changeait.


Voyager dans le monde entier pour le poker

Il y a bien quelque chose dans le poker qui pousse des centaines de joueurs, dont Negreanu, à se rendre parfois jusqu’en Australie par exemple.

Evidemment, les bracelets WSOP et les prix qui vont avec sont excitants, mais lorsqu’on demande aux joueurs pourquoi ils jouent au poker, la réponse est plus complexe.

Je crois que le poker me satisfait à plusieurs niveaux,” nous confie l’Australienne Jacke Glazier qui a déjà gagné un bracelet. “Ça correspond à mon esprit de compétition et j’adore l’adrénaline.

Je pense que si je n’appréciais plus le poker ou que j’étais angoissée à l’idée de participer à un tournoi, j’arrêterais de jouer. J’adore ce que je fais.


Riess veut être le meilleur

Il est finalement assez logique que la compétition soit un élément essentiel pour les grands joueurs de poker.

Ryan Riess ne fait certainement pas exception. On parle quand même du joueurs qui, après avoir remporté les WSOP 2013, a déclaré être le meilleur joueur du monde.

IMG3528
Ryan Riess, amateur de frissons.

Je joue pour le frisson. C’est un jeu très compétitif et j’adore ça,” déclare Riess.

J’ai toujours aimé le sport, mais je n’ai jamais eu le niveau suffisant pour jouer après le lycée. Par contre je pense être assez bon pour jouer au poker au plus haut niveau. C’est quelque chose que je peux faire, quelque chose pour lequel je suis doué.

D’autres vainqueurs de bracelets, comme Aaron Lim et Jonathan Dimmig, ont également évoqué le côté compétitif du poker, mais ils ont aussi d’autres motivations.


Une liberté inestimable

Pour Lim, c’est surtout le mode de vie des joueurs de poker qui l’a attiré.

C’est une question de liberté,” explique Lim. “Ne pas être coincé à un endroit, ne pas avoir de patron.

aaron lim
Aaron Lim, adepte de fun et de liberté.

Un sentiment que partagent sans doute de nombreux joueurs. Il existe peu de professions qui permettent de de voyager dans les pays les plus exotiques, de passer autant de temps qu’on veut à faire du tourisme et de choisir ses horaires de travail.

Il n’est même pas nécessaire de passer beaucoup de temps à un endroit en particulier. Vous pouvez vivre n’importe où dans le monde et travailler.

C’est ce qui rend le poker unique et il n’est donc pas étonnant que certains joueurs soient présents sur le circuit depuis plusieurs dizaines d’années.

Certains diraient certainement que le poker peut être monotone et usant, et parfois c’est effectivement le cas. On voit tous les jours des joueurs faire des burn out, mais il n’empêche que chacun est son propre patron et peut décider de faire une pause lorsqu’il le souhaite.

Et puis il n’y a pas raison de se laisser user par le poker : après tout, chaque tournoi est une nouvelle aventure où vous rencontrerez de nouvelles personnes.

C’est en tout cas ce qui est important pour Dimmig :

Pour moi, c’est une affaire de gens. C’est sympa de jouer avec tellement de personnes différentes. Certes on essaye de les battre, mais on le fait en s’amusant.

 

Derniers Blog Posts »