Full Tilt : Tapie réfute les rumeurs sur Ferguson

LaurentTapie2

Laurent Tapie a fermement démenti la récente rumeur selon laquelle Chris 'Jesus' Ferguson, propriétaire de Full Tilt Poker, ferait tout pour bloquer l'acquisition de FTP par le Groupe Bernard Tapie.

Dans une interview pour iGamingFrance, le président du Groupe Bernard Tapie a qualifié la rumeur de « complètement fausse » et a ajouté que l'accord devrait être officialisé d'ici la fin du mois de février.

D'après Tapie :

« C'est complètement faux. Chris Ferguson n'a aucun problème vis à vis de la signature de l'accord de rachat, qui est imminente. Même s'il souhaitait s'y opposer (ce qui n'est pas le cas), cela lui serait impossible car l'accord a déjà été validé.

Maintenant que le processus de due diligence est quasiment terminé, et à moins d'une surprise de dernière minute, le marché devrait être conclu d'ici la fin du mois de février. »

L'article original, posté sur Subject : Poker évoquait également une enquête portant sur divers comptes en banque au nom de Pocket Kings Ltd, qui étaient manifestement contrôlés par Ferguson et vers lesquels celui-ci « acheminait » des fonds.

D'après Subject : Poker toujours, sur 60 millions de dollars, 14,3 millions n'ont pas été retirés et auraient été utilisés pour couvrir les frais post-Black Friday de Full Tilt.

Fin du feuilleton en février ?

La rumeur d'un possible retard concernant l'accord est née lorsque Ferguson et son avocat Ian Imrich ont laissé entendre qu'ils étaient à la recherche d'une comptabilité détaillée de l'argent dépensé après le Black Friday, et qu'ils étaient prêts à engager des poursuites judiciaires pour récupérer les fonds « dépensés de manière irrégulière ».

Mais comme il est expliqué dans l'article original, il n'y a aucune preuve que ceci soit vrai ou pas, et aucune source n'a été citée.

Dans le même temps, on a appris que le juge Leonard Sand du district sud de New York, avait abandonné nombreuses des charges formulées dans l'action collective en justice contre Full Tilt, ses sociétés, dirigeants et associés (dont 13 noms parmi lesquels toute la crème de l'ancienne Team Pro, et 9 compagnies).
Mais les charges pèsent toujours notamment contre Ray Bitar et Nelson Burtnick, les deux principales têtes pensantes.
A noter que cette plainte est indépendante de celle après déposée au civil par le Département de Justice américain.


>
Tout sur l'Affaire Full Tilt

 

Derniers Blog Posts »