L'importance de savoir se coucher (folder) au poker

Erica Schoenberg
Erica Schoenberg

Aucune erreur ne coûte plus aux débutants que de refuser de passer une main perdante. Et le plus souvent cela résulte de trois facteurs.


L'ego au Poker

Grosses mains, gros tirages et gros ego sont toutes de bonnes raisons possibles pour se retrouver ruiné. Le poker est un jeu hautement compétitif. Et chaque joueur se bat pour la victoire et le succès.

D'une manière générale, les joueurs surévaluent leur niveau de jeu. Regardez sur la route : bien des conducteurs pensent être des Fangio du volant. Tous ces "grands" conducteurs roulent sur la file de gauche sur l'autoroute, parce qu'aucun d'entre eux ne pense ralentir le trafic.

Transposez cette idée au poker et vous pourrez commencer à voir qu'il est rare qu'un joueur se considère toujours comme un débutant après quelques parties. Prenez un joueur qui à lu un livre ou deux, et vous pouvez même parfois être certain qu'il se voit déjà sur la route des WSOP.

Le poker comporte ainsi une grande part d'ego. Les joueurs ne veulent pas se sentir bluffés ou se voir écartés d'un coup.
Une fois ce sentiment en tête, il se mettent alors à penser qu'une grosse mise est synonyme de bluff.

Bataille pour le pot et mariage avec sa main

Quand le pot devient important, c'est vrai qu'il est difficile de sortir du coup. Particulièrement les débutants, connus pour être excités par les gros pots et refusant de passer leurs mains. Et il ne faut pas grand chose pour qu'ils tombent amoureux d'une main prometteuse. Seulement prometteuse.

George McKeever a illustré la différence existant entre un pro et un débutant lors du Main Event des WSOP de 1999. Avec 90 % de son stack en jeu, il aura en effet pasé à la river au grand étonnement des spectateurs. Les observateurs auront d'ailleurs critiqué son coup en arguant qu'il était de toute façon pot committed.

George ne partageait pas ce point de vue. Il répondit que vous n'êtes pas "commit" (définitivement engagé) si c'est pour perdre le coup. Au final George remonta sa pile de jetons et termina septième du tournoi.

La taille du pot n'entre donc pas en considération si vous n'avez pas la main gagnante.

Règle d'or pour les débutants : Si vous pensez que votre main est perdante, c'est qu'elle l'est probablement.

Peu importe la force apparente de votre main, il y a des situations où passer est le meilleur choix, en attendant une meilleure occasion pour pousser vos jetons.

Scénario 1

Vous êtes assis à une table de neuf joueurs en hold'em cash game, les blindes sont de 10/25 cents. La table est plutôt serrée, personne ne s'est particulièrement distingué. Une partie donc typique où les joueurs choisissent l'action en fonction de la valeur de leurs cartes.

Votre main :

Le joueur premier de parole relance à 1 €. Deux joueurs passent, et c'est à vous. Vous sur relancez à 3 €. Le cut-off (joueur situé avant le bouton) vous paie, et le relanceur vous sur relance à 5 €. Vous payez ainsi que le cut-off. Vous êtes trois au flop.

La sagesse conseille de passer une paire de dames après une relance et une surrelance. Bien que le poker soit devenu beaucoup plus agressif de nos jours, il faut quand même toujours être attentif à l'action ; ici il y a eu une relance, une surrelance, un call, une surrelance et deux call.

Au vu de toute cette action, vous devez envisager qu'au moins un des deux joueurs vous bat. La plupart du temps vous ferez ici face à AA ou KK, si ce n'est pas les deux.

Le Flop:

Comme vous devez supposer être contre AA ou KK, vous devez donc jouer votre main comme s'il s'agissait d'une paire de 7. Même si vous avez une overpair, une main forte, vous devriez suivre la règle "pas de brelan, pas de mise".

Si l'on rejette un oeil à l'action pré-flop, vous vous demandez alors pourquoi vous avez payé la relance pré-flop, puisque vous saviez à ce moment-là que vous étiez battu. En fait même si vous vous saviez battu, vous aviez une cote trop intéressante pour passer.

Il y avait 11.35 € dans le pot, et vous deviez payer seulement 2 €. En étant sûr que le cut-off paierait aussi. La cote implicite directe était donc de 13.35 € soit à peu près 7 contre 1.

Votre paire se transforme en brelan environ une fois sur huit. La cote est un peu en dessous, mais en sachant qu'il y a probablement AA et/ou KK en face, l'affaire vous donnait une excellente cote implicite. Si vous floppiez votre brelan vous pouvez alors vous attendre à ramasser tous les jetons.

Rappelez-vous simplement dans ce genre de situation : pas de brelan, pas de mise.

Scénario 2

Vous êtes à la même table mais l'action se réveille un peu. Plus de joueurs vont voir des flops, et plus d'argent entre en jeu, sans que les joueurs ne s'enflamme de trop toutefois.

Vous êtes au bouton et avec un gros tapis :

Votre main :

Le joueur premier de parole relance à 1.50 € et quatre joueurs suivent. Vous sur relancez à 5 €. Les deux blindes passent et parmi les 5 joueurs encore dans le coup, le relanceur initial et deux autres joueurs vont voir le flop. Il y a 23.35 € dans le pot.

Le Flop:

Le premier de parole mise 12 €, le premier joueur suivant paye, le second passe, et le troisième relance à 30 €.
Que faites-vous ?

Là encore vous avez une overpair mais êtes dans une situation qui préconise un fold.
Parmi toutes les mains sur lesquelles vous pouvez mettre vos adversaires, vous êtes derrière pratiquement toutes. Les seules mains logiques pour vos adversaires sont KK, QQ, 10 10, A-K, A-Q, K-Q, J-T, Q-J.

Parmi toutes ces possibilités pré-flop, vous êtes devant deux de ces mains (dont une avec un tirage décent contre vous). Apres l'action au flop, vous devez éliminer la main que vous battez de l'équation, vous mettant derrière pratiquement tout.

Vous devrez être très chanceux pour gagner cette main, ou alors voler le pot. Autant dire qu'il vaut mieux que vous passiez.

Il est toujours correct d'attendre une situation dans laquelle vous serez plus confortable, plutôt que de jouer gros dans un pot où vous n'avez au final plus de l'espoir qu'autre chose.
Lorsque arrive le moment où vous en êtes à devoir vous demander quelles mains vous pouvez battre, vous n'êtes pour sûr pas en bonne posture.

Beaucoup de débutants vont alors penser à cette main qu'ils peuvent battre une main en particulier sur les cinq, et payer après s'être convaincu que leur espoir était une vraie lecture.

Souvenez-vous, il n y a pas de honte à passer une main. Il vaut mieux se faire bluffer que de perdre tous ses jetons sur un mauvais call.