Situations à problèmes : KK en début de parole, Partie 1

pocket kings
La paire de rois : excitante mais on ne sait pas toujours bien comment la jouer.

Plus vous jouez au poker, plus jouer en position va devenir important.

Dans un monde idéal, tous les gros pots que vous joueriez à la table de poker surviendraient en ayant la position à la table.

Mais dans la vie réelle, les situations à problèmes surgissent lorsque vous vous retrouvez en position avancée (de début de parole) et recevez une main souvent jouée dans des gros pots, telle que KK.

Lorsque vous avez une position plus adaptée aux petits pots, mais une main qui l'est pour les gros pots, vous êtes confronté au risque de coûteuses erreurs. Votre meilleure stratégie dans cette situation dépend grandement des joueurs auxquels vous faites face.

Pré-flop

La manière dont vous allez choisir de jouer la main pré-flop va dicter les choix que vous aurez à faire post-flop. Votre objectif avec KK en début de parole pré-flop, devrait être de prendre le contrôle du pot et de prendre de l'information sur les mains de vos adversaires.

L'ouverture par la relance

Michael Binger
Tout commence par votre choix pré-flop

La manière la plus académique de jouer cette main est d'ouvrir avec une relance. Relancer en début de parole pré-flop donnera à vos adversaires l'impression que vous avez une main premium. Cela vous donne de la fold equity (espérance de faire coucher), et vous fera généralement remporter le pot sur un continuation bet.

Typiquement, tout joueur suivant votre relance pré-flop ici aura une main plus faible et n'espérera qu'une chose : vous dominer au flop pour craquer votre main et prendre un gros pot.

Ces joueurs engrènent leur jeu dans une situation de « loin devant ou loin derrière », et envisageront de se coucher s'ils finissent derrière au flop.

A moins de flopper un monstre avec votre main, ou d'être face à un adversaire faible incapable de coucher ses cartes, vous ne voudrez généralement pas avoir d'adversaire suivant vos mises jusqu'à la river.

Si tout ce que vous avez est une over-paire (paire supérieur à la carte la plus haute du tableau), vous n'avez pas une main qui justifie de jouer un gros pot. Utilisez le contrôle du pot pour le conserver petit ou moyen.

Le Limp-sur-relance

Un « limp-surrelance » (limp-reraise) est une option communément utilisée dans cette situation. Le joueur en début de parole limpe (suit la blind) avec ses rois, attendant qu'un autre joueur relance. Lorsque l'action lui revient, il fait une grosse sur-relance.

Le problème de cette technique est qu'elle ne sera efficace que contre des adversaires très larges ou imprudents. Un limp-surrelance est une démonstration de force colossale. N'importe quel joueur décent va automatiquement supposer que votre main la plus probable est AA, KK, QQ, voire AK ou JJ.

En d'autres mots, un limp-reraise avec KK verra toujours les AA payer ou aller à tapis, mais rarement d'autres mains suivre. Il n'est pas rare de voir des joueurs coucher QQ ou JJ lorsqu'ils sont confrontés à un limp-reraise.

Le second inconvénient d'un limp-reraise est que vous construisez ainsi un très gros pot dans lequel vous allez être forcé de jouer hors de position pour le reste du coup.

Alexander Kostritsyn
Quand vous doutez, relancez

Le dernier piège à tenter un limp-reraise est le risque que personne d'autre ne relance. Ce qui vous met dans une situation difficile et loin d'être optimale.

En général, à moins que vous soyez face à un maniaque, un joueur extrêmement agressif, ou que vous ayez une image suffisamment fourbe et rusée pour que les autres joueurs puissent de manière réaliste vous mettre sur d'autres mains que les trois ou cinq meilleures, un limp-reraise ne devrait pas être employé.

Le Limp-Call

Votre dernière option est de limper, et de suivre si quelqu'un relance. Cette option est l'exact opposé du « jeu académique correct » et ne devrait seulement être utilisée qu'en guise d'effort pour varier les choses. Si personne ne relance, vous allez être amené vers un flop avec de multiples adversaires et aucune information sur leurs mains.

Dans cette situation, vous voudrez jouer un petit pot, puisqu'il y a des chances que vous soyez derrière un autre joueur.

Si quelqu'un relance, et que vous êtes l'un des seuls suiveurs, vous êtes en situation convenable. Il y a des chances que vous alliez voir le flop avec la meilleure main, et que la force de votre main soit bien déguisée.

Malheureusement, il est difficile de trouver un flop que vous allez vraiment aimer.

La seconde partie de cet article aborde des flops variés et de leur manière d'affecter votre main, ainsi que des meilleurs choix que vous pourrez prendre selon chacun de vos choix pré-flop.