Situations à problèmes : Loin devant ou Loin derrière, Partie 2

Bill Edler
Loin devant ? Loin derrière ?

Dans la première partie de cet article, nous avons vu ce à quoi ressemblait typiquement une situation de loin devant ou loin derrière.

Cette seconde partie va explorer la manière de jouer ces mains, en se focalisant sur l'importance du contrôle du pot. Si vous l'avez manquée, la partie 1 se trouve ici.

La manière la plus simple d'expliquer l'idée du contrôle du pot et de jouer une main de loin devant / loin derrière, est de vous donner deux exemples, de vous mettre en situation, et de discerner comment en retirer le meilleur.

Dans cet exemple de main loin devant / loin derrière, nous allons évaluer les deux extrêmes de mises, d'abord un all-in au flop, puis un fold sur ce même flop.

Cet exemple a pour pure signification de vous donner une idée du retour que vous pouvez généralement attendre en faisant ces moves avec une telle main.

Votre main :

Le Flop :


Partir All-in

Si vous partez à tapis sur le flop, les seules mains qui vont raisonnablement vous suivre sont les paires de rois ou paires de 4 servies. Nous pouvons sans prendre de risque présumer que le montant d'argent gagné contre les 4 sera exactement égal au montant d'argent perdu contre les rois, sur le long terme.

Le reste des mains possibles sur ce flop se coucheront face à votre mise. Cela signifie que vous ferez un faible profit sur les fois où vous embarquerez ce pot constitué par l'argent mis pré-flop. C'est un très petit gain sur le long terme, avec une grosse quantité de variance à court terme.

Se coucher

Si vous vous couchez automatiquement à chaque fois que vous êtes dans cette situation, vous allez perdre tous les pots. Le montant que vous perdrez ne sera qu'égal à vos contributions pré-flop. C'est une petite perte, mais une perte néanmoins garantie.

Toute perte constante est une fuite dans votre jeu ; et quand il y a de trop nombreuses fuites, vous cessez de flotter.

mark teltscher 19824
Se coucher est-il la meilleure solution ?

Ce que nous avons appris de ces deux extrêmes est que soit nous perdons de l'argent, soit nous gagnons une insignifiante quantité d'argent en récupérant les pots fabriqués pré-flop.

Le second brelan est une main extrêmement forte ; une main si forte qu'elle devrait produire un meilleur retour attendu que ce qu'offrent les deux mises extrêmes.

Cela signifie que la manière idoine de jouer la main se trouve quelque part au milieu de tout ça. Avant que vous ne puissiez décider comment jouer la main, vous devez imaginer quelles mains sont bonnes pour lui faire face, et lesquelles sont mauvaises.
Ensuite, vous devez supposer quelle est la probabilité pour vos adversaires d'avoir quelles mains.
Dans ce scénario, la seule main qui soit mauvaise pour vous, est un brelan de rois. Celle-ci et celle la meilleure pour vous (un brelan de quatre) sont toutes deux très improbables.

Il y a un grand nombre de mains qui sont bonnes pour vous, mais qui ne sont pas très fortes en comparaison avec la vôtre. Ce qui inclut :

A-K, K-Q, K-J, K-T, K-9, AA, QQ, JJ

Toutes ces mains sont soit de fortes mains pré-flop, soit des mains qui ont connecté avec le flop. Tous les joueurs (autres que ceux extrêmement mauvais) coucheront ces mains s'ils font face à un signe de force extrême (tel qu'un tapis), mais elles aussi ont suffisamment d'équité pour que la plupart des joueurs envisagent de voir quelques cartes supplémentaires.
Parce que toutes ces mains valent le coup pour suivre avec des mises marginales, faire ces mises avec votre main prend du sens. Vous misez ainsi pour la valeur, et construisez le pot.
L'idée est que vous voulez donner des cotes attractives aux gens avec de telles mains. S'ils obtiennent 3 contre 1 sur leur argent, il peut être facile de tranquillement construire un joli pot.

Les autres mains qui auront complètement manqué le tableau se coucheront face à toute mise, du coup nous ne les faisons pas rentrer plus loin en considération.

L'idée pour vous avec une main aussi forte que le brelan intermédiaire, est de construire un très gros pot, d'une telle manière que de plus petites mains peuvent se sentir confortables pour s'y investir.

Qu'en est-il de la Top Paire, avec Kicker faible ?

La situation loin devant / loin derrière la plus courante dans laquelle se retrouver, est de détenir la top paire avec un kicker faible :

Votre main :

Le Flop:

Dans cette situation, de nombreuses mains vous battent, mais vous êtes également devant de nombreuses autres.

Vous êtes derrière : A3, A7-AK, AA, QQ, 33, Q3

Vous êtes devant : A2, A4, A5, KK, KQ, QJ, QT

Comme vous pouvez le voir, il n'y a qu'un peu plus de mains où vous êtes derrière que de mains où vous êtes devant. Cela vous met presque au milieu.

Toute autre main est soit devant vous - vous êtes chanceux si vous avez encore trois outs - ou loin derrière vous, avec un maximum de cinq outs.

Si vous en étiez à jouer un jeu très moyen, vous perdriez de l'argent car la majorité de mains vous battraient, mais votre main a ici suffisamment d'équité pour valoir le coup d'être jouée. Selon les joueurs en face, la plupart (si ce n'est toutes) des mains que vous battez vont envisager de suivre ou de faire des mises, de petites ou moyennes tailles.

pappas mise
Le poker n'est pas affaire de transformer chaque main en gros gain.

Les joueurs avec une main meilleure que la vôtre vont également vouloir extraire le maximum de valeur avec. Souvent, à moins que vous ne puissiez discerner une très bonne raison de faire autrement, contrôlez le pot, et gardez le bas en misant et checkant.

Les joueurs sont moins enclins à bluffer pour un petit pot, ce qui aide à éliminer la possibilité ou en tout cas réduire le risque de voir les pires mains vous voler le pot. Cela vous permet également de faire des bluffs et des moves à moindre risque. Plus le pot est petit, moins cela nécessite d'argent pour se faire.

Votre but est d'extraire autant - sinon plus - de valeur des mains que vous battez, que celle que vous donnez aux mains qui vous battent. Les fois où vous bluffez avec succès une main plus forte pour la faire coucher devrait se montrer suffisant pour rendre votre main profitable.

Le concept le plus important à se souvenir avec une main loin devant / loin derrière est que les seuls joueurs qui envisageront de suivre une grosse mise seront les joueurs qui vous battent. Pour cette raison, vous allez vouloir éviter les grosses mises et les gros pots. Contrôlez l'action, contrôlez le pot, et attendez votre quart d'heure pour punir vos adversaires.

Ce conseil s'applique également de manière plus générale. Pour chaque main de pleine action que vous voyez jouée par les pros à la télé, ils en ont joué 30 ou plus de petites, à pots modérés comme ici.

Le but au poker n'est pas de transformer chaque main en un gros gain, c'est un jeu de patience. Les joueurs qui sont capables de contrôler les pots et de jouer pour grappiller, sont ceux qui ont encore des jetons devant eux lorsque la situation parfaite survient.

Jouez fort, jouez intelligemment, et lorsque la main parfaite est distribuée, pressez-là comme un citron jusqu'à la dernière goutte.