Stratégie pour les tournois Quitte ou Double (Double or Nothing)

pkr double thru
Il ne pourra en rester... que la moitié.

Les Double or Nothing font partie intégrante du paysage du poker en ligne. Amusants et paraissant plus simples, ils demandent pourtant eux-aussi certaines lignes directrices en matière de stratégie. C’est pourquoi PokerListings a décidé de vous aider à être un joueur gagnant dans ces tournois.

Double or Nothing, Fifty50, Quitte ou Double, Double Thru... les noms changent mais le principe de ces tournois sit-and-go reste le même : faire partie de la moitié des 6 ou 10 joueurs à survivre, pour doubler votre mise.

Les Quitte ou double (nous conserverons ce nom pour l’intégralité de l’article) sont l’une des formes de tournois sit-and-go les plus populaires sur les salles de poker en ligne, dont la plupart en proposent.

Les raisons sont multiples, mais l’une des premières est sans doute que ces tournois donnent l’impression d’avoir plus de chances de gagner.
En effet, ici nul besoin de gagner le tournoi ou de finir dans les 2 ou 3 premiers. Et les choses sont même plus simples à comprendre : la moitié des joueurs du tournoi doubleront leur mise, l’autre moitié aura perdu.

Les Double or Nothing conviennent particulièrement aux joueurs débutants car ils ne demandent pas forcément un jeu très agressif, et surtout permettent de construire sa bankroll assez facilement, et progressivement.
En outre ces tournois sont accessibles pour toutes les bourses, généralement à partir de 1 ou 2€.

dan harrington 19579
Le jeu serré convient bien aux sit-and-go Double or Nothing.

Evidemment, pour le même buy-in vous gagnerez moins qu’en cas de performance dans un sit-and-go classique (70% à la gagne), mais en contrepartie vous gagnerez (théoriquement) plus souvent.

Concrètement, pour être un joueur gagnant en ne jouant que des tournois de ce genre, il vous « suffit » de rentrer dans l’argent d’un peu plus d’un tournoi sur deux (6 fois sur 10), puisqu’il faut aussi compter le prélèvement, généralement de 10% : 50c pour un tournoi à 5€ par exemple.

Exemple pour 10 tournois à 5€ joués :

- Investissement 5,50€ x 10 = 55€
- Gain de 6 tournois : 10€ x 6 = 60€
Vous êtes donc ici positif de 5€.
Si vous n’aviez gagné qu’un tournoi sur deux (soit 5/10), vous afficheriez un résultat de 50€, soit une perte de 5€, soit moins de l’équivalent d’un buy-in.

Mais comment acquérir la bonne stratégie pour ce type de tournois, dont la dynamique est naturellement différentes des sit-and-go classiques où seuls les 2 ou 3 premiers joueurs sur 9 ou 10 sont payés (le 3è ne doublant même pas sa mise) ?


Stratégie générale des Double & Nothing

Premièrement, on remarquera que bien souvent aucun Quitte ou double ne ressemble à un autre. Parfois vous allez gagner les doigts dans le nez, sans même avoir joué un coup (!), d’autres fois vous serez finalement le premier éliminé (ce qui est toujours aussi inattendu que frustrant).

En fait, deux grandes écoles s’affrontent :

Vous pouvez d’abord prendre des risques dès le début, en étant agressif et en tentant d’accumuler un maximum de jetons rapidement (profitant de la crainte de vos adversaires, qui jouent souvent serré dans ce type de tournois).
Vous pouvez même tenter de rapidement doubler votre tapis (vous trouverez souvent des clients jouant la même stratégie), afin d’être presque assuré d’être tranquille pour le reste du tournoi (notez quand même que doubler son tapis sera loin de toujours suffire).

Man Asleep on Computer 200x300
Si vous êtes parvenu à tripler votre tapis, vous aurez éventuellement droit à faire la sieste en attendant la fin.

Sinon, vous pouvez aussi vous montrer patient, jouer un jeu solide en début de partie, puis vous montrer plus actif ensuite.
Cette approche n’est pas la solution miracle si les autres joueurs jouent eux aussi un jeu serré, mais c'est celle qui paye le plus souvent. Il ne sera en effet pas rare de voir plusieurs joueurs s’envoyer en l’air assez tôt, les mettant rapidement en situation inconfortable.

Ne vous endormez pas

Quelle que soit votre stratégie préférentielle parmi ces deux, en début de partie vous pouvez essayer de rentrer dans pas mal de pots à moindre coût avec des mains à potentiel. Si vous touchez gros, vous pouvez toujours avoir la chance de tomber contre un joueur mauvais ou un joueur qui cherche à doubler rapidement, et qui pourrait ainsi vous offrir pas mal de de jetons et un très bon départ.

Dans tous les cas et à de rares exceptions (tapis au triple du tapis de départ par exemple), il ne faut jamais vous endormir sur vos lauriers. Ainsi ce n’est pas parce que vous avez plusieurs joueurs derrière vous en jetons qu’il ne faut plus jouer, surtout si l’écart reste faible. Les blindes vont augmenter, et la situation peut toujours s’inverser (et vous de vous retrouver le dernier joueur en nombre de jetons).

Lorsque cela arrive, ne vous affolez pas. Soyez patient. Si le niveau des blindes est encore acceptable et que votre M est adéquat, conservez un jeu serré-agressif (mais soyez prêt à envoyer le tapis avec une grosse main).
Si votre M passe en-dessous des 10, alors il faudra vous préparer au mode « push and fold » (tapis ou se coucher).

La bonne nouvelle est que le niveau des joueurs n’est pas toujours très élevé dans ces tournois, et beaucoup vous paieront avec des moins moyennes de type A-x voire souvent moins (mais aussi bien sûr des petites paires).

Attention à l’excès de confiance

graph dons3
Avec une bonne discipline, les "DoN" peuvent être une bonne solution pour construire sa bankroll tout en étant moins stressants que les SnG classiques.

Même si vous êtes un bon joueur et que les Quitte ou Double vous semblent faciles, ne pêchez pas par excès de confiance. C’est exactement ce qui peut vous conduire à une élimination précoce.

C’est aussi un piège dans lequel ne pas tomber si vous êtes largement devant en jetons, celui de commencer à jouer des coups que vous ne devriez pas, pour finir par retomber au niveau des autres joueurs, voire à vous retrouver short stack (encore pire si cela arrive au moment de la bulle).

Dans le même ordre d'idée, ne limpez pas trop souvent même s'il y a des joueurs plus bas que vous en jetons. Que vous soyez relancé ou que vous ne touchiez pas votre flop, tous ces jetons perdus risquent de vous affaiblir et de vous coûter cher à l'arrivée.

Si vous voyez que vos adversaires sont très serrés et respectent vos relances (c’est souvent le cas si tous ont des petits tapis et attendent qu’un autre se fasse éliminer), n’hésitez pas à voler les blindes et consolider votre avance. Mais ne prenez pas de risques inconsidérés, et n’hésitez pas à jeter une main forte si elle n’est pas max, si le coup pourrait bien entamer votre tapis et vous faire perdre votre situation très confortable.

En règle générale, si vous êtes chip leader vos cibles préférentielles devraient être les petits tapis de joueurs serré et trop passifs (attention juste à ceux qui cherchent à doubler). Si vous êtes short stack, alors mettez la pression à vos adversaires possédant un tapis intermédiaire et qui n’ont pas envie de prendre de risques.

Bien évidemment, comme dans tout tournoi SnG il vous faudra analyser vos adversaires et repérer les joueurs faibles-passifs (vos principales cibles à la bulle), tout comme les bons joueurs agressifs mais qui sauront ne pas prendre de risques inadéquats.

L’idée de prendre la température dans un premier temps n’est jamais mauvaise. Une fois que vous aurez pu assimiler la dynamique de la partie et de vos adversaires, alors vous pourrez établir un plan, celui d’un jeu large-agressif dès le début / milieu de partie, ou celui d’un jeu serré-agressif, en attendant notamment une bonne main.


Stratégie à la bulle

pokerlistings blogger jason mercier nasty w the plo stack 31160
L'objectif n'est pas forcément d'essayer d'accumuler le plus de jetons, mais de jouer intelligemment pour rester en vie.

Une fois la bulle atteinte (4 éliminés et 6 joueurs toujours en jeu en tables de 10, ou 2 éliminés et 4 joueurs toujours en jeu en tables de 6), ce qui pourra durer longtemps comme seulement quelques minutes, les choses sont on ne peut plus sérieuses. A ce stade, un joueur va passer près de l’objectif et repartir sans rien, tandis que tous les autres auront rempli leur mission en doublant leur buy-in.

Selon comment la partie se sera déroulée jusque-là, soit vous n’aurez qu’à assister au spectacle en toute zénitude, soit vous allez en être quitte pour quelques sueurs et allez devoir enfiler le bleu de chauffe.

Voyons comment aborder ce stade selon les trois situations générales dans lesquelles vous pourrez vous retrouver.

Si vous êtes chip leader

A de rares exceptions (chip leader de très peu, et/ou tout le monde ayant à peu près le même tapis), laissez faire le sale boulot aux autres ! Tant que le short stack ne double pas, la victoire se rapproche. Si il y a deux petits tapis ou plus, alors il faudrait vraiment un mauvais concours de circonstances pour que tous s’en sortent (restez quand même attentif).
Le plus souvent vous les verrez même complètement s’arrêter de jouer, espérant l’un et l’autre que l’autre soit éliminé en premier.

Maintenant, tant que faire partie de la moitié des joueurs à doubler leur mise n’est pas acquis, rien ne vous empêche de voler quelques blindes, ou de rentrer dans des coups à pas cher pour tenter de toucher un gros jeu et d’éliminer vous-même un dernier joueur pourquoi pas.

Mais notez bien que ce n’est absolument pas votre objectif prioritaire. Si vous avez l'avantage, votre but est de conserver votre matelas et votre avance tant que la situation n'exige rien de plus. Aussi n'hésitez pas à jeter de grosses mains (surtout pré-flop) - même une paire d'as ! - si un autre joueur au tapis bien fourni fait all-in et pourrait faire très mal à votre stack.
Bien sûr si vous avez la possibilité d'éliminer le joueur tout en restant chip leader si vous perdez le coup, alors vous pouvez payer.

Si vous êtes en milieu de peloton

Conservez un jeu serré-agressif, volant les blindes à bon escient et vous montrant agressif avec de bonnes mains.

Si un autre joueur pousse le tapis, à vous de voir si vous voulez prendre le risque selon ce que vous avez pu observer du joueur : le chip leader essaie-t-il de vous bluffer ? Mise-t-il plus sûrement avec un bon jeu comme depuis le début de la partie ? Le short stack essaie-t-il de vous faire peur ? A-t-il trouvé une main et essaie-t-il de doubler son tapis ?
Bien sûr la force de votre jeu rentrera aussi en ligne de compte.

winner loser
Il s'en faut parfois de peu pour qu'un tournoi Quitte ou Double connaisse un dénouement rapide.

Si vous hésitez au moment de savoir si vous devez payer, voyez déjà si la perte du pot vous placerait en position désespérée, ou si elle vous laisserait avec encore un peu de latitude pour remonter la pente ensuite.
Si le plus petit tapis est encore loin de vous, ne lui donnez pas forcément une opportunité de se rapprocher et de lui redonner de l’espoir.

Maintenant, si vous décidez de vous coucher, veillez à ne pas le faire trop souvent, au risque de passer pour un joueur faible et qui joue la peur au ventre, ce dont pourraient profiter non seulement le chip leader mais aussi les autres joueurs.

Si vous êtes short stack

Ici les choses sont claires : vous êtes l’homme à abattre, celui que tout le monde attend de voir éliminé !

Face à cette situation, gardez votre calme et votre sang-froid, et attendez une bonne main ou de bonnes situations pour voler (le pot ou les blindes).

Tentez de vous refaire de votre retard progressivement pour recoller peu à peu au peloton, ou attendez une grosse main pour envoyer le tapis et essayer de doubler (sans trop vous laisser manger par les blindes, auquel cas il vous faudrait doubler plusieurs fois pour revenir dans la course).


Conclusion

Les Double or Nothing sont si particuliers qu’il n’y a pas de réponse toute faite à la question de savoir comment les jouer à la perfection. De la dynamique de la partie et du départ que vous prendrez dépendront grandement la ligne de conduite à adopter.

En règle générale, le jeu typique d’un bon joueur de joueur de sit-and-go, solide, ne sera jamais une mauvaise stratégie. N’oubliez simplement pas que vous ne jouez pas pour gagner le tournoi. Ici vous êtes dans une configuration de tournoi satellite, avec un certain nombre de "tickets" à gagner pour seul objectif.

Un jeu plus conservateur (au moins le temps que la partie se décante) pourra à ce titre mieux convenir que dans un sit-and-go classique. Il vous faudra ensuite vous montrer plus agressif au moment de l’augmentation des blindes, mais sans prendre de risque inconsidéré, surtout si d’autres joueurs sont en mauvaise posture au moment de la bulle.

Dernière chose : gardez une trace de vos résultats (sur Excel par exemple). Il est en effet toujours utile de voir comment vous vous comportez, vos séries (si celles-ci sont mauvaises, il y a peut-être des ajustements à apporter à votre jeu). Votre résultat global sur un nombre suffisant de parties vous dira aussi si ce type de jeu est fait pour vous ou non.