Taxes et impôts : Que gagnent réellement les November 9 ?

cash WSOP2
Les impôts sont l'autre grand gagnant des WSOP.

24,8 millions de dollars : c'est ce qu'ont gagné en cumulé les neuf finalistes du tournoi principal des World Series of Poker. Mais que leur reste t-il exactement après impôts ?

C'est un rapport de Russ Fox, directeur financier, qui apporte la réponse à cette question.

Voyons donc en détail qui sont les vrais gagnants de cette table finale des November Nine 2015, selon ses estimations.

Comme le rappelle Fox sur son blog, l'an dernier la plupart des finalistes s'étaient installés à Londres, afin d'éviter d'avoir à payer des impôts sur leur gain.
Cette année un seul joueur y échappera, et il n'habite pourtant pas Outre-Manche.

Le gros vainqueur de cette table finale du Main Event des WSOP tout d'abord n'est pas l'Américain Joe McKeehen comme on pourrait le penser (7,68 millions $ bruts), mais le centre des impôts des Etats-Unis : sans même avoir dû passer plusieurs jours à jouer aux cartes et éviter les bad beat, celui-ci encaisse au final 8 467 091$ sur les 24 806 976$ cumulés offerts aux neuf finalistes (sur une dotation totale de 60 355 857$), soit 34%.

Sur l'ensemble des centres des impôts ou organismes locaux de collecte de taxes de tous les joueurs, le chiffre monte à 10 080 122$, soit près de 43% du prizepool de cette finale.

Sur les 24,8 millions de dollars distribués à nos neuf finalistes, seuls 14,2 millions (14 153 427$ exactement tomberont dans leur poche.

Entre différents taux d'imposition selon les états, statuts particuliers ou non (auto-entrepreneur pour les joueurs pros McKeehen, Blumenfield, Steinberg, Cannuli et Chan), conventions entre pays ou non, et pays ne taxant pas les gains des jeux, ceux-ci s'en sortent ainsi différemment.

L'Italien Federico Butteroni éliminé en 8è position est celui qui subira le plus haut taux de retenue, 47,9%. Max Steinberg s'en sort mieux avec 41%, l'état du Nevada n'ayant pas d'impôt sur les revenus (il réside à Las Vegas). Il n'échappe pas en revanche à la taxe fédérale.
Mais le grand gagnant au petit jeu des impôts est le Belge Pierre Neuville : la convention fiscale entre les Etats-Unis et la Belgique exempt d'imposition aux Etats-Unis les gains au jeu, et comme la Belgique ne taxe pas les gains des joueurs amateurs, il ne doit rien à personne !

Au classement pondéré des gains nets des November Nine 2015, Neuville remonte ainsi en 5è position :

Les gains des November Nine 2015 après taxes et impôts.

A noter que les gains effectifs de certains de ces joueurs pourraient même être encore inférieurs, du fait des ventes éventuelles de parts (un joueur peut proposer de "vendre" un % de son buy-in, en vertu de quoi "l'investisseur" prétend au même pourcentage sur les gains du joueur).

Note : ces chiffres ne concernant donc que la table finale de ce Main Event 2015. Car les centres des impôts auront encore plus gagné sur le reste des 1000 joueurs payés parmi les 6420 ayant participé à ce tournoi à 10 000$.