Thor Hansen, en passe de gagner son combat contre le cancer

thor hansen3
Thor Hansen : une autre grande victoire face à des cotes défavorables.

Il y a deux ans, Thor Hansen était cloué dans un lit d'hôpital, à l'agonie, alors qu'un docteur lui annonçait qu'il avait un cancer en phase terminale et n'avait plus que quelques mois à vivre.

Deux ans (presque jour pour jour) et 110 sessions de chimiothérapie plus tard, Hansen nous confie : « Ça fait longtemps que je ne me suis pas senti aussi fort. » Et il en profite pour agrémenter son café de quelques gouttes de brandy.

Il y a quelques jours, Hansen est revenu dans un message Facebook sur ce funeste jour de 2012 où le médecin lui a annoncé que son cancer du colon avait métastasé jusqu'à ses poumons, son foie et ses ganglions lymphatiques.

Le médecin n'avait alors jamais vu personne survivre plus de 2 ans avec ce genre de cancer, et un prêtre était même venu voir Hansen pour lui parler (Hansen confie ne pas être croyant, mais après tout, « c'était gratuit »).

Aujourd'hui, les choses ont bien changé et Hansen déclare pouvoir fièrement « envoyer paître » le docteur.


Toujours en train de jouer, toujours en train de gagner

Après être retourné en Norvège pour se soigner, Hansen a non seulement réussi à survivre au cancer et à une chimiothérapie épuisante, mais il a également trouvé le temps de jouer un peu au poker depuis Oslo. Sa dernière place payée ne date d'ailleurs que de la semaine dernière, puisqu'il a terminé 23ème d'un tournoi de H.O.R.S.E.

D'après Hansen, on remplirait un disque dur entier si on voulait établir une liste de tous les gens qui l'ont aidé ces deux dernières années. Et il les remercie tous « pour leur soutien, sous quelque forme que ce soit. »

Aucun joueur n'a fait plus pour le développement du poker en Norvège ces 15 dernières années que Hansen, et partout où il a joué, on se souvient de son sourire et de sa disponibilité.

Le monde du poker tout entier ne peut qu'espérer que Hansen en fera encore partie pendant de nombreuses années. Retrouvez l'intégralité du texte (en norvégien) publié par Hansen sur Facebook ci-dessous :

 

Derniers Blog Posts »