Tony Hachem, de jeune père à finaliste des WSOP APAC

tony hachem
Tony Hachem, à ne pas confondre avec son frère Joe, champion du monde en 2005.

Difficile de concilier la vie de jeune papa avec le poker ? Peut-être, mais pas pour Tony Hachem. Le pro australien (et frère de Joe) semble pour l'instant très bien se débrouiller puisqu'il a terminé 8ème du Terminator à 1650$ des WSOP APAC, à peine 11 jours après être devenu papa.

Hachem a fait du chemin depuis son arrivée dans la Crown Poker Room il y a deux jours, arborant ces cernes si caractéristiques des nouveaux parents. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'avait pas l'air prêt à passer la journée autour d'une table de poker.

« Quatre jours que je ne suis pas sorti de chez moi » lançait-il à l'ouverture du Day 1 du tournoi 4 de ces WSOP APAC 2014, sans savoir qu'il en atteindrait la table finale (8ème, pour 6 077$).


Concilier poker et paternité

Hachem est actuellement en train de chercher l'équilibre entre son nouveau grand amour, Eliana Lulu Hachem, et son premier grand amour, le poker.

« Je me suis déjà rendu compte que je regarde des photos de ma fille sur mon téléphone toutes les cinq minutes pendant que je joue » explique Hachem.

HachemBaby
Tony et sa fille Eliana.

« J'ai même eu les larmes aux yeux lors d'une pause tellement elle me manque. »

C'est la première fois que Hachem rejoue au poker depuis la naissance de sa fille, ce qui n'est pas très étonnant compte tenu du fait qu'elle est née il y a moins de deux semaines. Et s'il ne s'était pas agi des WSOP APAC, il y a fort à parier qu'il aurait fait l'impasse.

Mais le poker reste la passion de Hachem, il n'a pas pu résister.


Hachem : « C'est essentiel de sentir qu'on me soutient »

« J'ai vraiment beaucoup de chance que ma femme accepte tout ça, » nous confie Hachem. « Avant même qu'on se marie, elle savait que le poker était ma passion. Elle me soutient quoi que je fasse, et moi aussi. »

« Notre relation est bâtie sur ce compromis et nos familles nous soutiennent énormément. Cela nous aide beaucoup et me permet de faire ce que j'aime. »

L'avantage des WSOP APAC, c'est que les Series ont lieu à Melbourne où habite Hachem et que sa femme et sa fille ne sont donc jamais très loin de lui.

« Je n'ai pas encore eu l'expérience d'être loin d'elles, mais je sais déjà que ce sera difficile. J'aime le poker, donc il va juste falloir trouver l'équilibre. Heureusement que Skype existe ! »

Certes sa fille et sa femme lui manque, mais la paternité a aussi poussé Hachem à voir différemment la vie, le futur et l'argent.

1R8A1215
"Dans la vie comme au poker, tout est question de timing."

« Mon enfant et ma famille sont mes priorités, je travaille dur pour leur assurer une sécurité financière et une belle vie. »

« Heureusement, j'ai aussi accompli certaines choses en dehors du poker, notamment en montant ma propre entreprise, donc j'ai plutôt confiance en l'avenir.

Mais ce sera quand même difficile. »


Le moment parfait pour devenir père

À 41 ans, Hachem assure pourtant que ce n'est pas le poker qui l'a poussé à devenir père si tard.

« Tout est une question de timing, » explique-t-il. « Quand Joe a gagné le Main Event des WSOP en 2005, c'était du timing. Le boom du poker, c'était du timing. Rencontrer ma magnifique femme, c'était aussi une question de timing. »

Quand quelque chose doit se faire, elle se fait. Que ce soit les dieux du poker d'un côté, ou le fait que ma mère soit morte il y a un an et qu'aujourd'hui nous ayons cette magnifique petite fille. Tout est question de timing. »

 

Derniers Blog Posts »