Touche pas à mon poisson !

Partager:
6 octobre 2010, Ecrit par: Fred Guillemot
Posté dans: PokerListings France , Divers
Touche pas à mon poisson !

En plein remue-ménage politico-médiatique autour des Roms, un autre débat glissant est quelque peu passé inaperçu ces derniers mois, hormis dans le Landerneau des joueurs de poker en ligne : la présence de joueurs étrangers sur nos poker rooms aujourd'hui censées être cantonnées aux joueurs français.

Le paradoxe a il est vrai eu de quoi faire bondir les "réguliers" sur certains forums dès juillet : alors que la nouvelle législation confine les français dans un "bocal" local en les empêchant désormais d'affronter les joueurs du monde entier, rien n'empêche ces derniers (du moins les européens) de venir se nourrir du menu fretin agitant ses nageoires dans notre bassin hexagonal.

L'affaire était principalement soulevée pour les parties d'argent (à moyens et hauts enjeux). Car dans l'opération, le grief principal de certains joueurs était de voir venir les tous meilleurs étrangers (les seuls aptes à prendre la peine de venir se ré-inscrire sur une salle française) tout en ayant perdu les "fishs" (la petite poiscaille, en d'autres termes encore moins élogieux, les pigeons) de ces autres pays.

Si cela peut surprendre, la nouvelle loi ARJEL est pourtant claire (pour peu qu'on aille farfouiller dans les documents à destination des professionnels sur le site officiel) : "Des joueurs « non français » peuvent-ils s'inscrire sur le site de l'opérateur et jouer contre les joueurs français ? (...) - Toute personne est autorisée à jouer sur un site accessible depuis le territoire français (...) peu important
l'Etat dont elle est ressortissante ou celui où elle a fixé sa résidence."
Certaines salles n'hésitent d'ailleurs pas à répondre directement à la question dans leur FAQ.

Dura lex, sed lex

La nouvelle ravira tout de même au moins les français expatriés. Pour faire simple, il suffit d'un compte bancaire européen (dont il faut fournir les informations au moment de la validation de votre compte) pour avoir le droit de jouer sur nos nouvelles salles en .fr.

On remarquera que certains tentent tout de même de fermer tant que possible la porte aux requins naviguant en eaux internationales : Everest affiche en effet un message à l'inscription invitant les joueurs étrangers à se rediriger vers le .com, et en ne permettant de rentrer que des informations de RIB d'un compte français.
En Italie où le même type de chambardement a eu lieu quelques mois auparavant, la donne est quelque peu différente puisque l'on demande un "code fiscal", sorte d'identifiant personnel...

Poker rooms : des stratégies différentes

PokerStars de son côté fait les choses en grand pour accueillir les joueurs hors de nos frontières. La salle vient notamment d'annoncer le lancement de la version anglaise de son site... .fr !

Passé les élans de fraternité donnés en guise de justification communication, on comprend naturellement l'intérêt des salles à accueillir le plus grand nombre : plus de trafic (un point toujours essentiel lorsqu'il s'agit de dresser les points positifs d'une poker room online), et naturellement plus de "rake" généré (toutes les commissions sur les parties d'argent et tournois qui font le bénéfice de l'opérateur).
D'ailleurs on comprend aussi pourquoi un cloisonnement complet n'était pas non plus à l'avantage du gouvernement dans la nouvelle loi : les taxes mes bons amis ! Tout joueur qui joue sur une nouvelle salle en .fr, c'est en effet un peu plus d'argent à rentrer dans les poches de notre cher Etat.

Si la situation a donc fait couler un peu d'encre sur les forums il y a quelques mois, la situation est en apparence pourtant loin d'être catastrophique (cela ne concernerait finalement que quelques % de l'affluence globale) ; et le soufflé est d'ailleurs bien retombé.

En définitive, et même si l'on pourra légitimement toujours trouver regrettable cette affaire de cloisonnement à sens unique, dans l'ensemble seules les eaux profondes des hauts enjeux semblent réellement concernées. Et finalement, l'éco-système du poker français n'a semble t-il pas encore trop à craindre pour sa survie.


- visuel par Nioks

Partager:

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire