Tournoi contre Cash Game, 2ème partie

strat2
Le poker est censé être un jeu et amusant !

Seconde partie de notre exploration des différences entre le jeu en tournoi et en cash game. La première partie a principalement abordé l'argent, cette seconde se focalisera sur le jeu.



Les Jetons sont vos Enfants

A mon avis, la différence la plus importante entre le jeu en cash game et le jeu en tournois, est la valeur d'un jeton. Le jeu en partie d'argent, et la théorie, vous autorisent à être très libéral avec vos jetons.

De nombreux concepts de cash game sont formulés selon l'hypothèse que vous avez la possibilité et la volonté de recaver (racheter des jetons). Prenez les cotes implicites comme exemple :

En cash game, il peut être très rentable de mettre de l'argent dans un pot même en jouant une main avec une probabilité de gagner très faible. Si vous avez 15% de chances de remporter la main, mais de bonnes chances d'avoir des centaines de fois un retour sur investissement lorsque vous toucherez, il peut alors d'agir du bon move à faire.

La plupart du temps vous allez manquer et perdre le pot. En tournoi, ne pas avoir la possibilité de re-remplir votre stack, rend cette décision très mauvaise. Chaque jeton représente une part de votre vie dans le tournoi. Moins vous avez de jetons, moins vous avez de chances de survie (et de marge de manoeuvre).

Styles de Jeu

Pour ces raisons évoquées, réussir en tournoi va vous demander d'être plus conservateur avec vos jetons que vous ne le seriez en cash game. Ceci étant, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, que je prêche pour un style serré-faible.

La pression constante de la montée des blindes fait de ce "style" de jeu une garantie de vous retrouver mangé par les blindes à un moment ou un autre. Le style standard "serré-agressif" reste le style roi en tournois.

Pour mettre cela en perspective, si vous étiez capable de voler les blindes une fois à chaque orbite (chaque tour de table), sans jamais jouer aucune autre main, le heads-up vous serait alors garanti. Comme vous pouvez le voir de cet exemple, le concept de perdre moins pour gagner plus est bien plus valable dans un tournoi que dans une partie d'argent.

Coin Flips

richard stavert 17767
Le langage corporel classique d'un coin-flip à tapis.

Certains me traitent de "nit" (ultra-serré) pour ça, mais ok, j'accepte. Vous ne devriez presque jamais rechercher les coin-flips en cash game. La principale raison pour laquelle nous jouons au poker et pas à la roulette, est qu'il nous permet de mettre notre argent en jeu seulement lorsque les cotes sont en notre faveur.

Les parties d'argent se déroulent durant une période de temps indéfinie. Vous pourrez toujours trouver une meilleure opportunité pour mettre votre argent, que de le faire dans un coin-flip.
La seule fois où je fermerai les yeux sur le fait de prendre les coin-flips, est lorsque vous utilisez ça pour créer une image et manipuler la table.

Si les autres joueurs de la table pensent que vous allez prendre tous les coin-flips dès qu'ils se présentent, ils seront moins enclins à essayer de faire de gros moves pré-flop contre vous.

Dans un tournoi, vous serez forcé de prendre de multiples coin-flips sur la route qui mène jusqu'à la table finale. Le style de jeu "standard" dans un tournoi est d'ajuster votre agressivité et les requis de mains selon le ratio de votre stack par rapport à la somme totale des blindes (et bien sûr à d'autres facteurs).

Dans ce scénario, vous pouvez vous permettre d'être super-serré dans les premiers niveaux d'un tournoi, et espérer toucher de grosses mains. Si ces mains ne viennent pas à vous, vous serez à la longue forcé de trouver une main pour tout envoyer pré-flop.

Comme de nombreux autres joueurs seront dans le même bateau, vous trouverez généralement quelqu'un qui envisagera de suivre.

Quelques top joueurs de tournois aiment jouer "backwards" (à l'envers). Le style de Michael Mizrachi est d'essayer de prendre les coin-flips dans les premiers niveaux d'un tournoi. S'il perd le flip, il finit simplement au même point que s'il avait perdu le flip dans les derniers niveaux.

S'il le ou les gagne en revanche, il peut se retrouver dans une situation où il aura assez de jetons pour ne pas être dans une situation de "push or fold" (tout envoyer ou se coucher) en même temps que la majorité des autres joueurs.
Si vous pouvez vous permettre d'être serré lorsque le plus gros du field restant est en mode survie, vous pouvez alors attendre les bons moments pour attraper les joueurs et prendre leur stack.

Il n'y a pas de "bonne" façon de jouer un tournoi. Les professionnels ont pu prouver que les styles "standard" et "backward" peuvent tous deux grandement réussir.

Le Jeu à la Bulle

bernhard damnik 16871
Pour la plupart des joueurs, la joie est directement proportionnelle à la taille de leur tapis.

Le dernière différence entre les deux types de jeu qui nous ont intéressé dans cette série d'articles, est le jeu à la bulle. Pour rappel, la bulle d'un tournoi est le moment où il ne manque plus qu'une personne à être éliminée (ou quelques-unes dans un très grand tournoi) avant que les joueurs restant ne rentrent dans les places payées.

Dans un tournoi suffisamment important pour que la majorité des joueurs aient peur d'être sorti avant l'argent, la dynamique du tournoi change complètement à ce stade, et tout de suite après que la bulle ait éclaté.

Il est ainsi courant de voir la majorité du field se murer en roc à la bulle. Quasiment aucun joueur n'ira jouer un coin-flip durant la bulle, à moins qu'il ne se retrouve en posture d'être éliminé s'il ne le prend pas.

Pour cette raison, c'est le moment où les pros chevronnés iront étoffer leur propre tapis. Si personne n'envisage de suivre de grosses mises à la table, vous devriez en effet être capable de voler de nombreuses blindes à chaque tour de table jusqu'à ce que la bulle éclate.

Pour finir, la chose la plus importante à se souvenir est que le poker est censé être amusant. C'est un jeu, et vous devriez passer du bon temps à y jouer.
Et en temps que débutant, vous éprouvez sans doute bien plus de plaisir dans les tournois que dans les parties d'argent.


>
Première partie