Tout le monde n'est pas Stu Ungar

Partager:
3 février 2010, Ecrit par: PokerListings France
Posté dans: PokerListings France , Divers
Tout le monde n'est pas Stu Ungar

Un essai de Richard Abad sur le "mythe" des tells.

Comme dans toutes les situations de la vie, « les représentations » sont nombreuses. Une représentation est la projection de ses propres réalités, envies, rêves ou désirs dans les réalités d'autrui.

Le Poker est un terrain extrêmement favorable à l'émergence de représentations. Rien que l'évocation de son nom peut nous glacer le sang si l'on y associe des mots tels que « mafia, triche, mensonge, argent sale, alcool, banqueroute ou même la mort » . De telles représentations appartiennent essentiellement à ceux qui ne jouent pas au poker moderne.

Mais je crois que le milieu du poker lui-même a ses propres représentations, et que ces représentations peuvent être à l'origine d'une partie importante de son incroyable succès.

En effet, quel autre jeu peut laisser imaginer que l'on va devenir très riche comme au loto, en s'amusant autant qu'en jouant à la belote ou au bridge, tout en prétendant à la fin que c'est uniquement dû à notre immense qualité de stratège ? Ceci est une magnifique représentation, en tous les cas pour 98 % des joueurs qui ne gagneront jamais un grand tournoi ou même un cash game à 100 euros.

En terme de représentation ce qui me fascine le plus dans cette incroyable explosion du Texas hold'em, c'est cette facilité avec laquelle certains joueurs pensent avoir la capacité à lire le jeu ou mieux encore les tels de leurs adversaires.

Rions un peu en imaginant Sherlock Holmes ou Sigmund Freud participant à une partie de Texas hold'em, examinant avec la plus grande attention le comportement de jeu des neuf autres candidats, leurs tells ou un leurre qui ferait croire à un tell, leurs techniques de jeu ou leur volonté de nous les dissimuler, leur bluff ou une grossière erreur totalement involontaire, bref, en d'autres termes Patrick Bruel met-il ses lunettes noires pour mieux dormir derrière comme il le dit, pour les éclairages qui après 7 heures de jeu fatiguent un peu, pour cacher l'émotion d'une paire d'as servie, l'angoisse d'avoir suivi avec 7 et 9 dépareillés ou tout ça à la fois ?

 

poker coach management Si l'on considère qu'au poker il est utile de posséder une de ces quatre qualités, qui sont la technique, le calcul, la psychologie et la chance et que les meilleurs joueurs du monde ont le don de maîtriser les trois premières afin de réduire la part de la quatrième, combien sont ceux à l'instar de « STU UNGAR » capables de lire le tel d'un adversaire au bon moment, d'en faire l'interprétation juste, de créer une stratégie adaptée et d'en tirer tout le bénéfice ?

Personnellement, je crois qu'il existe un ou deux génies de ce genre par génération, qu'il y a ensuite de très bons joueurs possédant la technique, un peu de mathématiques et une bonne dose de psychologie intuitive. Pour les 95 % restants, peut-être devraient-ils reconsidérer les lunettes noires et la capuche comme étant un effet de mode passager mais parfaitement inutile au camouflage d'éventuelles indications physiques réelles.

Mais qui sait, peut-être est-ce encore une de mes innombrables représentations de joueur de poker que je suis...


Richard Abad,
Poker Coach Management

autres articles :

- Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

Partager: