WSOP 2009 - Interview : Phil Ivey

Phil Ivey
Déjà le regard vers un 8ème bracelet?

Au sortir de sa victoire dans l'Event 25 pour son second bracelet de ces WSOP 2009, bien que d'ordinaire peu éloquent Phil Ivey a accepté de consacrer un peu de temps aux questions de la presse.

La première question qui vous a été posée la dernière fois était "qu'est-ce que ça fait de remporter le bracelet en or numéro 6 ?". Vous aviez répondu "Eh bien c'est un de plus vers le septième". A présent vous avez obtenu le numéro 7...
Maintenant c'est un de plus vers Erik.

Erik ?
Seidel.

Y a t-il quelque pari personnel en cours entre vous et Erik Seidel ?
Non il n'y a rien de personnel entre lui et moi. C'est bien d'égaler les gens. C'est l'histoire du poker comme vous dites. Et donc avoir la chance de rejoindre quelqu'un comme Erik qui est cinquième au classement des bracelets, ça serait super.

De nombreuses personnes peuvent ne pas comprendre ce qu'il se trame autour de vous, avec toutes ces stars et ces paris. Toute cette concurrence qui s'organise entre vous, c'est pour les bracelets ?
En fait, avant l'année dernière j'ai un peu séché plusieurs éditions des World Series. Je n'ai pas joué dans autant de tournois que ce dont j'avais l'habitude, car j'ai pensé que cela ne faisait guère de différence. Mais après avoir un peu vieilli, j'ai commencé à réaliser que cela avait de l'importance. Gagner des bracelets, c'est important. Simplement pour avoir la chance de rentrer dans l'histoire du poker. Et je sais que j'ai des chances de gagner et de devenir le recordman du nombre de bracelets si je peux continuer à ce rythme. Alors je cherche un maximum d'occasions en participants au plus de tournois possibles.

A quel point cela serait-il sympa d'obtenir le numéro 12 avant Phil Hellmuth ?
La route est encore longue, bien longue pour le moment. Alors on en reparlera un peu plus tard au moment opportun.

Ces WSOP s'augurent comment de plutôt bonnes Series pour vous. Y a t-il quelque chose de différent par rapport à l'an passé ? Avez-vous changé quelque chose, que ce soit dans la préparation ou mentalement ?

Je pense que je n'y étais pas vraiment l'année dernière. Je ne sais pas, je me sens simplement bien aujourd'hui. Je pense que l'an passé j'étais distrait par pas mal d'à-côtés avec beaucoup de choses en dehors du poker, notamment dans ma vie personnelle. Je n'étais pas capable de me concentrer. Je pense aussi que je suis un meilleur joueur de tournoi que je ne l'étais un an auparavant.

Comment ça ?
Je pense que je suis un peu plus patient. Je prends mon temps. J'essaye de le faire dans chaque pot. J'essaye de rester concentré et de me dire que chaque pot compte. Je pense qu'avant je faisais des erreurs majeures qui me coûtaient des jetons et finissaient par me coûter le tournoi. Cette année je ne fais pas autant d'erreurs.

Dans vos deux victoires cette année, à chaque fois vous étiez en troisième position à un moment du sprint final à trois. De nombreux joueurs auraient peut-être laissé tomber dans ces situations. Comment avez-vous été capable de surpasser ces genres de désavantages ?
Pour dire vrai, lorsque vous êtes sur la fin et que les blinds et antes sont si hauts, la plupart des mains se jouent d'elles-mêmes. J'ai été chanceux dans quelques situations où j'ai fait des full et ai été payé parce que Lee avait une couleur ou une quinte. C'est tout le poker.

Il reste 32 épreuves avant la fin de ces WSOP. Quel est le pari à prendre sur votre prochaine victoire ?
Demain.

 

Derniers Blog Posts »