WSOP 2009 : Le bêtisier, épisode 4

Phil Hellmuth
Encore une nuit difficile mon cher Phil ?

Retrouvez durant tout le mois d'août notre feuilleton régulier des meilleurs anecdotes et bêtises aperçues du côté des derniers World Series of Poker. Au programme du jour, lot d'étourderies aux dénouements variés.



Le bal des étourdis

On ne le dira jamais assez : pour réussir au poker il faut rester concentré. Un conseil pas vraiment suivi par l'adversaire de Scott Kittle au cours d'un heads-up d'accession au tour suivant lors de l'Event 50 Shoot-out. Lors de la main décisive, l'inattentif perdant aura en effet jeté sa main alors que le flop affichait la quinte A-2-3-4-5... qui lui donnait droit à la moitié du pot.

Même mésaventure mais sort plus heureux pour un autre joueur lors de l'Event 51. Alors que le coup était parti à tapis et que le premier joueur avait retourné un paire d'as, le second jeta directement les siennes à la défausse, une pourtant belle paire de rois. Mais un croupier zélé quoique s'appuyant sur le règlement rendit la main au défaitiste malgré les protestations de son adversaire... Ce dernier avait peut-être senti le coup venir, ... celui d'un roi qui aura cruellement décidé d'apparaître à la river.

Un tout autre charlot
Finir troisième d'un tournoi en étant descendus à 300 maigres jetons (pour un tapis de départ de 4500) n'est pas une mince affaire. C'est en tout cas ce qu'a accompli Joseph Chaplin au cours de l'Event 54 de No Limit Hold'em. Un coup à devenir célèbre. Mais l'ami Joseph n'en a pourtant pas besoin, son nom venant témoigner de son lien de parenté d'avec le célèbre acteur Charlie Chaplin.

Oh et puis non !
On connaissait certaines stars arrivant de plus en plus tard pour prendre leur siège et commencer leur partie, au point parfois de perturber le début des tournois, mais l'inénarrable Phil Hellmuth a cette fois fait encore plus fort (et cette fois l'affaire sera difficile à battre) : s'inscrire à un tournoi et ne pas s'y présenter. Un lapin qui pourrait paraître banal, jusqu'à ce qu'on se souvienne que l'on parle bien d'un tournoi à 2000$ l'entrée (event 55). Les jetons ont finalement fini par être retirés du tournoi. Quant à Phil, l'histoire ne dit pas si la fête a au moins été bonne.

Sans les mains
Dans le récit autobiographique de ses 50 mains les plus marquantes, Poker 50/50, Doyle Brunson avait déjà confessé avoir réussi à remporter un coup... sans cartes. Scotty Nguyen a bien failli connaître la même anecdote, à ses dépends cette fois, au cours de l'Event 56. Se trouvant sur-relancé par un joueur au bouton, le sémillant américain décida de payer, avant de voir avec stupeur son adversaire réclamer sa deuxième carte au croupier. Le tapis instantané de Nguyen sur un flop anodin conclut finalement l'affaire, laissant Scotty quitte à une petite frayeur. Il lança en effet ensuite avec humour à la cantonade que l'affaire aurait été le moment le plus embarrassant de ses 27 ans de carrière s'il avait perdu le coup face à un joueur avec une seule carte. Sacré Scotty, même sans le vouloir, toujours à faire le spectacle !

Le bêtisier, épisode 3

 

Derniers Blog Posts »