WSOP, Ev. 37 - Brunson, Lisandro, destins croisés

Jeffrey Lisandro

L'un est un vieux champion parmi les plus mondialement reconnus, il courait après son 11ème bracelet pour revenir à égalité avec Phil Hellmuth. L'autre est en passe de devenir l'un des grands gagnants de ces Series 2009. Doyle Brunson et Jeffrey Lisandro ont contribué à faire de cet Event 37 un rendez-vous qui aura attiré tous les regards.



$10,000 World Championship Seven Card Stud H/L-8 (164 entrants)
- (1 541 600 $, plus gros prizepool de l'histoire dans cette variante) -

Mais les regards français se sont d'abord portés sur nos trois représentants au départ de cette épreuve de Championnat du Monde : Patrick Bueno, Bruno Fitoussi et David Benyamine.
Seul ce dernier parvenait à asséner ses meilleurs coups de Stud (ou à avoir le plus de réussite) pour se retrouver au Day 2 en compagnie de 108 autres prestigieux noms, emmenés par Tuan Le ; et déjà, Jeff Lisandro en quatrième position au chip count, une marche fermée par un certain Doyle Brunson.

Et le vieux grigou n'allait pas se laisser compter d'une telle précaire situation, se retrouvant bel et bien faire partie du dernier sprint à 12 joueurs du Day 3, en compagnie de Lyle Berman, Jeff Lisandro, et d'un Scotty NGuyen jusque là bien discret (qui terminera finalement 11ème pour 33 668 $), pendant que les Ivey, Mortensen, Harman, Forrest, Negreanu, Lederer et bien d'autres avaient passé l'arme à gauche.
David Benyamine avait pour sa part bien bataillé face à John Juanda (se permettant de lui scooper un pot entier avec une simple paire de neuf) ou encore face à un Phil Hellmuth n'ayant pas hésité à engager tous ses jetons face à lui, pour trouver sa quinte à la dernière rue. Benyamine et Sklansky s'y mettaient ensuite à deux pour sortir Mike Sexton. Mais un gros pot perdu face à John Juanda (deux paires contre couleur) puis des derniers jetons lancés à la cour aux miracles face à Greg Raymer, allaient sceller le sort de notre frenchie.

Hellmuth respire, Lisandro se place

La suite des évènements allait ainsi se poursuivre par un poignant enjeu : Doyle Brunson allait-il réussir à toucher du doigt son 11ème bracelet et rejoindre Phil Hellmuth en tête de ce classement honorifique ?
Après avoir croisé son fils Todd à la même table, et avoir vu Tuan Le s'évaporer à deux places de l'argent, Brunson finissait par voir la lueur de cette table finale attendue, avec des milliers de paires d'yeux rivés sur sa performance.
Hélas pour ses fans, Texas Dolly devait renoncer en 7ème place (62 234 $), laissant Jeffrey Lisandro filer vers le titre après avoir renversé un désavantage en jetons lors du heads-up face à Farzad Rouhani, et devenir le grand gagnant de ce tournoi.

L'australo-italien (qui aura choisi chacun des deux hymnes pour célébrer ses deux bracelets) devient pour le coup le Champion du monde de la discipline, ajoutant une nouvelle breloque à sa collection (sa troisième, après donc celle décrochée dans l'Event 16, toujours en 7-card Stud), et 431 656 $.
Lisandro se replace en outre dans la course au titre de Joueur de l'Année des WSOP, un classement aux points dont il partage désormais la tête avec Ville Wahlbeck et Phil Ivey.

A noter enfin pour l'anecdote la 4ème place obtenue par Frank Mariani, Chef de la Direction des Los Angeles Lakers en NBA. Même si l'homme est un habitué du poker (trois places payées aux WSOP antérieures à celle-ci depuis 1998), il s'agit cette fois de son plus gros gain et de loin (124 684 $).

 

Derniers Blog Posts »