WSOP, Event 36 - Aux doubles portes de l'exploit

Anthony Roux
C'est encore une fois passé tout près!

Le sacre a une nouvelle fois été proche pour le clan français. Anthony Roux et Almira Skripchenko, compères de la Team Winamax, s'y seront pourtant cette fois mis à deux pour tenter d'accrocher ce damné bracelet qui se refuse à nous depuis le début de la compétition.

Las, le dénouement aura une nouvelle fois été cruel, n'offrant à nos deux sympathiques compères que les 5ème et 7ème places au final. Mais peut-on tout de même parler de ces performances en des termes de mauvais résultats, lorsque l'on sait qu'ils étaient près de 1700 au départ de ce tournoi ?

Ils étaient d'ailleurs "seulement" une vingtaine lors du shuffle up and deal initial, parmi lesquels Biechel (dont le performant moteur semble grippé), Nassif, Roy, et une grosse équipée Winamax (Abecassis, Bevand, De la Gorce, Lacay, Mattern, et donc Roux et Almira Skripchenko).
Sept d'entre eux passaient le cap du premier jour, à savoir De la Gorce et Roux en superbe position au chip count, Skripchenko, Bevand, Pascal Vullion et Patrick Sacrispeyre.
La partie n'avait d'ailleurs pas été de tout repos pour notre future finaliste en ce début de tournoi, tombée très bas en jetons au bout de seulement quelques mains sur un bluff manqué, puis remontée en trombe à la force de jeu de son côté au cours de la suite de la journée (notamment deux paires d'as et une de dix ayant craqué des valets).

Même s'il n'aura pas connu le même médiatique final que ses coéquipiers, Manuel Bevand aura également été l'un des animateurs français dans ce tournoi. Après avoir déjà triplé le premier jour, puis fait montre d'un jeu de qualité pour faire prospérer son tapis, ManuB allait remettre ça à quelque places de la bulle, quadruplant son petit stack en quelques coups.
C'est d'ailleurs toute l'équipe qui semblait insufflée des mêmes bons alizés, puisque parmi les derniers survivants tricolores tous jouèrent à la perfection pour se voir atteindre les places payées, avec par instants ce petit lot de réussite toujours nécessaire, comme lorsque "Tallx" Roux parvint à doubler face à un AK avec son AQ.

Parmi les quatre mousquetaires qui signent leurs exploits d'un W, deux allaient toutefois rendre les armes une fois l'InTheMoney atteint, De la Gorce (106ème, 4 658 $) victime d'un brelan floppé auquel il n'aura pas cru, puis Bevand bien plus tard même (23ème, 15 270 $), ayant fini par réduire sa partie à une flopée de coin-flips pour survivre (parfois avec réussite parfois pas), avant de trouver la sortie dans un coup à trois ou le français n'aura pas réussi à rentrer sa couleur.
Pascal Vullion (95ème, 5 090 $) et Patrick Sacrispeyre (119ème, 4 318 $) avaient pendant ce temps eux-aussi plié bagages.

Une table finale aux accents français

Almira continuait elle d'avoir les cartes de son côté, pendant que Roux s'empiffrait sur un brelan de dix floppé face à un adversaire trop tumultueux et passait plusieurs coin-flips successifs pour se placer en haut du chip count. Et comme si l'aventure semblait trop facile pour nos deux larrons, à la même table, Almira en profitait pour prendre quelques jetons à son ami Anthony au passage.

Roux continuait son jeu agressif lors du troisième jour à base de 3-bet et de tapis ; problème pour ses adversaires, les flops ne venaient jamais contrarier notre français qui enchaînait les double up. Une tactique derrière laquelle Skripchenko emboîta d'ailleurs bien le pas pour notamment parvenir à doubler avec les QQ juste avant la table finale, et se placer dans le gros du peloton à un million de jetons en compagnie de Roux.

La réussite s'en arrête là

Mais cette table finale aux accents francophones en la présence de la joueuse canadienne Laurence Grondin (qui termine 3ème) allait une fois de plus marquer la fin de toute cette réussite. Après s'être sauvée d'un KT contre AT, les QQ de Skripchenko allaient cette fois se retourner contre elle, victimes du chip leader Pat Atchinson ayant trouvé son brelan de 5 sur un flop anodin. Même en ayant limité la casse sur ce coup-là, la séduisante championne d'échecs allait être anéantie pour de bon par Jordan Smith, le futur vainqueur, lorsqu'une nouvelle satanée paire de 5 vint craquer sa paire de KK en trouvant son brelan.
Almira réussit une jolie 7ème place (78 664 $) pour son premier cash aux WSOP, et son plus gros résultat après une 39ème place à l'EPT de Dortmund de cette année comme seul fait d'arme jusque là.

Tandis que Joe Morneau étripait Pat Atchinson à tapis sur un incroyable coup QQ contre JJ sur tableau donnant QJ4-2-J, Antony Roux allait pour sa part être victime d'une bataille de blinds ayant mal tourné face à ce même Morneau, A8o contre AQs sur un flop n'ayant apporté aucun out salvateur à notre dernier français. "Tall" termine son aventure à la 5ème place (120 311 $), pour le plus gros gain de sa jeune carrière, constituée jusque là de trois places payées aux WSOP en 2007 et 2008.

Bien que victime d'un carré de 9 bien rentabilisé par son adversaire Ken Lennaard en heads-up, c'est l'américain John Smith qui remporte le tournoi (et 586 212 $).

A l'arrivée il s'agit malgré tout d'un nouvel échec dans la quête française pour un bracelet en cette année 2009 ; un manque à toutefois relativiser au vu du classement des breloques dominé de la tête et des épaules par les Etats-Unis (26), loin devant Royaume-Uni (2), Canada (2), Russie, Finlande, Australie, Suède et Mexique, seules contrées ayant réussi à s'attribuer une part du gâteau jusqu'ici (chiffres après cet Event 36).
Mais ne boudons tout de même pas notre plaisir de voir une telle double performance dans un tournoi au field de départ si conséquent, qui plus est porteuse d'espoirs pour la suite et fin de ces WSOP : oui les français sont bien là, et jusqu'au bout ils y croiront et se battront !

 

Derniers Blog Posts »