WSOP - Les Bleus en perte de vitesse ?

Bertrand Grospellier
Perte de vitesse ou départ trop rapide?

Alors qu'elle semblait annonciatrice de lendemains encore meilleurs, la période faste des joueurs français les ayant vu enchaîner les belles places payées et surtout les tables finales (9 dont 4 entre les Events 31 et 36), semble révolue. Au point que la course au bracelet semble de plus en plus compromise, à moins de 10 épreuves restantes.

Un certain affaissement des performances semble en effet être observé depuis une dizaine de tournois.
Aucun français ne sera parvenu à rentrer dans l'argent des Events 37 (seul Benyamine ayant accédé au Day 2), 38, 40 (Fitoussi n'ayant là aussi pu faire mieux qu'une accession au Day 2), 41, 44 et 45.

Quelques places payées intéressantes sont tout de même venues jalonner les autres épreuves de la semaine : cinq au-delà de la 50ème place dans l'Event 39 de No Limit Hold'em à 1 500 $, un beau tir groupé de trois aux alentours de la 30ème place dans l'Event 42 de Mixed, deux dans l'Event 43 ses seniors avec une belle 36ème place pour Jacques Zaicik, plus trois honorables dernières dans les Events 46 et 47 dont une sympathique 12ème place pour Patrice Boudet.
Mais voilà, ces performances prennent presque plutôt la forme d'un « on s'en contentera ».

Les performances réussies par les Nassif, Benyamine, Lellouche, Leandri (meilleur résultat français avec sa 3ème place dans l'Event 30), Soulier, Roux, Skripchenko plus les tables finales manquées de peu par Sabic et Elky avaient il faut le dire placé la barre assez haut. Et la seule chose à attendre après ces fiers résultats ne s'en retrouvait plus qu'être la récolte de ce fameux bracelet, comme toujours plus proche.
Las, la double performance des coéquipiers Anthony Roux et Almira Skripchenko, tous deux finalistes de l'Event 36, a comme sonné la fin des gros coups réussis par nos principaux porte-drapeaux.
A cette image, si Fabrice Soulier s'était affirmé comme une redoutable machine à gagner, au point d'en devenir l'un des joueurs les plus "rentables" de ces WSOP, aucune de ses nouvelles participations depuis sa place payée de l'Event 35 ne s'est soldée par un nouvel InTheMoney, le potentiel septième.
Comme si une tendance générale s'était installée, celle de l'impression d'avoir laissé passer leur chance, nos chances.

Mais ne noircissons pas le tableau de trop. D'abord parce que c'est à la fin de la guerre que l'on compte les morts et que le bilan devra être fait, ensuite justement car rien n'est fini. Chaque tournoi a sa vérité, et les chances sont encore bien là, avec près de 20% des bracelets encore à distribuer.
Et puis parce que le poker est toujours ironique et surprenant ; tout comme le futur vainqueur du Main Event ne s'est peut-être pas encore fait remarquer du tout, qui dit qu'il n'en sera pas de même pour les derniers lauréats de cette fin de WSOP, avec un français au milieu ?

 

Derniers Blog Posts »