WSOP : Sylvain Loosli 4ème du Main Event, Farber et Riess se disputeront le titre

Sylvain Loosli2
Pas de titre mais une satisfaisante 4ème place pour Sylvain Loosli.

Le Français Sylvain Loosli termine finalement 4ème du Main Event des WSOP 2013. Jay Farber et Ryan Riess se disputeront eux le heads-up pour le titre. Résumé complet et tous les coups marquants.

 Voir aussi l'article final sur le dénouement de ce Main Event et son vainqueur Ryan Riess


Sylvain Loosli
ne sera pas le premier Français à remporter le Main Event des WSOP, mais le toulonnais peut cependant être fier de sa performance ; après avoir démarré la table finale en sixième position (sur 9), il termine finalement 4ème, pour un gain de 2 792 533 $.

Après un début de table finale délicat où il semblait un peu tendu et limité par son petit tapis, Loosli aura fini par sortir la tête de l'eau et remonter dans la hiérarchie, pleinement remis dans la course alors repositionné en troisième position et sur une bonne dynamique. Mais un mauvais coup l'aura notamment fait replonger, avant de devoir subir la loi des petits tapis.

Après Antoine Saout 3ème en 2009, puis Gaëlle Baumann 10ème (bien que non-finaliste) l'an dernier, la France aura une nouvelle fois fait bonne figure dans ce Main Event sur ces 5 dernières années.

Plus de 8 heures de jeu et 171 mains pour passer à 2 joueurs

Cette table finale se sera montrée d'un excellent niveau, avec beaucoup de grosses mains, mais finalement un rythme assez prudent avec même de gros laydowns, et quasiment aucune grosse envolée en bluff.

Final Two Ryan Riess Jay Farber 2013 WSOP S10K Main Event Final Table Giron 7JG9604
Ryan Riess et Jay Farber, les deux derniers candidats au titre et au bracelet suprême.
 

Du côté des autres November Nine 2013, JC Tran aura déçu. Chip leader et gros favori, il s'incline finalement en 5ème position, bien que peu servi en jeu il est vrai a comparé de certains de ses adversaires.

Même chose du côté d'Amir Lehavot qu'on attendait plus actif. Deuxième en jetons au démarrage de la table finale, l'Israélien aura finalement vite reculé puis passé la majeure partie de sa finale à défendre son petit tapis, avant de s'incliner toutefois sur la 3ème marche du podium, un bien joli résultat au final.

Troisième au chip count, le Canadien Marc-Etienne McLaughlin aura connu des hauts et des bas. Sans doute l'un des meilleurs joueurs de cette table finale, il aura pourtant commis des erreurs notamment face à Loosli. Un temps revenu dans la course, il s'incline finalement en 6ème position.

Les deux plus petits tapis David Benefield et Mark Newhouse auront sans trop de surprise été les deux premiers à sortir (en sens inverse), suivis par Michiel Brummelhuis.

Ce sont finalement les quatrième et cinquième tapis au début de cette table finale, Jay Farber et Ryan Riess, qui se retrouveront cette nuit pour le heads-up final, le dernier coup de collier pour voir le grand champion 2013 sacré.
Le premier aura su laisser passer l'orage de ses adversaires profitant parfois de son inexpérience, avant de peu à peu monter un énorme tapis sur notamment plusieurs éliminations.
Quant à Riess il aura su mettre à profit son style agressif tout en se montrant patient quand il le fallait.


Le graphe de l'évolution des tapis :


Revivez les coups et moments les plus marquants de cette table finale :


Le Résumé

Main 1 : Lehavot remporte la première main de cette finale, avec un vol de blinds au bouton avec 7 5.

Main 2 : Déjà une paire d'A-A dès la deuxième main, pour McLaughlin qui sur-sur-relance Tran et remporte le pot. Ce dernier aura hésité, passant proche de la bêtise.

Main 3 : Premier all-in, pour l'un des short stacks, Benefield, avec A 6.

Main 5 : Premier coup de tonnerre de cette table finale. McLaughlin relance avec K K, Newhouse part à tapis avec Q Q. Une Q au flop et Newhouse double tandis que McLaughlin chute en 5ème position.

Main 8 : McLaughlin prend un bon pot à Newhouse grâce à brelan de 5 trouvé à la river.

Main 12 : Tapis de Benefield avec K 9, payé par Loosli avec K J. On pense voir notre première élimination, mais Benefield touche sa couleur sur le flop J 7 3 2 2.
Benefield double à 9 millions mais reste avant-dernier, Loosli tombe à 14 millions.

Main 13 : Gros fold de Benefield après longue réflexion avec paire de 10 face à la sur-sur-relance de Brummelhuis avec... paire d'A-A.

Main 14 : C'est cette fois Riess qui se couche face au pourtant petit tapis de Benefield, avec AQ ! Là encore un bon lay-down...

Main 18 : Enfin Sylvain Loosli à l'oeuvre pour sa première relance, et un premier pot remporté à la turn.

Main 22 : Loosli paie juste la relance de Lehavot avec A-K, puis check-fold à la turn. Lehavot prend la tête, Loosli est 6ème mais décroché.

Main 29 : Premier gros pot et première grosse rencontre, sur un flop 4-6-K J K. Lehavot pense être bien à la river avec son A-K, mais McLaughlin avait K-J, pour le full.
McLaughlin passe 2ème avec 35m, tandis que Lehavot chute en 5ème place avec 23m.

Main 32 : Loosli tente d'attraper ses adversaires de blinds en payant juste au bouton avec A-A, sans succès.

Main 36 : Elimination de Mark Newhouse pour la dernière main avant la pause. 9 9 contre A K pour Riess. Le K tombe au flop, et Mark Newhouse termine 9ème pour 733 224 $.
A ce stade JC Tran est toujours en tête avec 41,5 millions, suivi par Riess avec 37,8.

Main 38 : Benefield part à tapis sur une relance initiale de Tran, avec K 2, payé par Farber avec A K. Malgré son tirage couleur pique trouvé à la turn, rien ne viendra sauver David Benefield qui termine 8ème pour 944 650 $.
Farber passe lui deuxième au chip count derrière Tran et devant Riess. McLaughlin et Lehavot sont un peu plus loin, tandis que Loosli et Brummelhuis commencent à souffrir.

Main 41 : Lehavot relance, Loosli sur-relance au bouton. Lehavot part à tapis avec paire de K-K. Loosli paie et ne peut rien faire avec 8-7 et tombe avant-dernier avec 10 millions.
Farber passe lui chip leader pour la première fois la main d'après.

Main 44 : Premier et seul partage de cette finale, entre Riess et Tran.

Main 45 : Riess passe chip leader en 5-bet de McLaughlin avec A-K. Le jeune joueur devient de plus en plus actif, mais en ayant aussi du jeu.

Main 53 : Brummelhuis est all-in avec 9 9, et ça tient pour doubler face à l'A Q de Riess. Loosli passe dernier avec 8,5 millions.

Main 54 : Tran relance, pour rencontre le premier all-in de Loosli, avec K Q, non payé.

Main 55 : Brummelhuis relance à la petite blinde, relancé par Riess à la grosse blinde. All-in et call. 9 9 chez Brummelhuis qui tombe sur un os avec A A en face ! RAS au flop, et Michiel Brummelhuis termine 7ème pour 1 225 356 $.
Riess est chip leader avec 55,8m, suivi par Farber avec 40,8.

* Depuis que le jeu est passé en 6-handed (à 6 joueurs), Sylvain Loosli se montre plus actif. *

Main 70 : Joli call de Loosli avec A J sur un flop hauteur J mais avec de nombreux tirages, face à McLaughlin. Loosli remonte à 19 millions et se rapproche de Lehavot, McLaughlin tombe à 12,8.

Main 73 : Loosli dépasse pour la première fois les 20 millions après une sur-relance avec K-K sur Tran.

Main 80 : Gros "value bet" courageux de Loosli avec paire de 3-3 contre l'A-K de McLaughlin sur un flop T T 2 5 2. Ca passe et Loosli passe en troisième position au classement avec 30,5 millions (Riess 60,6 - Farber 39,4 - Tran 27 - Lehavot 22,7 - McLaughlin 10,4).

Main 93 : McLaughlin bénéficie d'un "walk" (tout le monde se couche sur sa grosse blind), ce qui a pour effet... de le voir aller célébrer ça bruyamment avec son clan comme s'il avait remporté le Main Event !
Sans doute un petit délire, car le Canadien répétera l'opération plusieurs fois.

* Le jeu se ralentit un peu. *

Main 95 : Lehavot se faire sur-relancer par Tran et passe dernier avec moins de 10 millions.

Main 107 : Festival de relances entre Farber et Tran. A ce petit jeu Tran finit par coucher A-Q, alors que Farber avait 6-6. Grâce à ce coup fumant, Farber revient presque au contact de Riess (60,8 millions contre 68,1). Tous les autres sont loin derrière (Loosli 20,5 ; Tran 14,7 ; McLaughlin 10,6 ; Lehavot 9,2).

Main 113 : Tran sur-relance McLaughlin qui part à tapis avec A K. A 7 chez Tran. Le flop ne changera rien, et McLaughlin double à 19 millions (Loosli 17, Tran 14).

* Loosli cherche beaucoup à jouer Farber, sur-relançant souvent l'Américain (mais parfois avec du jeu, Q-Q lors de la main 130, et K-K lors de la main 133 - malheureusement Farber reste zen et ne tombe pas dans le piège).

Main 132 : Premier all-in pour JC Tran.

Main 141 : Le coup où Loosli perd gros et une bonne partie de son tapis bien remonté jusque là. Loosli relance, payé par McLaughlin en grosse blind. Flop 8 5 K. McLaughlin opte pour un check-raise. Loosli semble vouloir payer mais avance trop de jetons et est obligé de relancer du minimum. Une erreur (ou erreur calculée ?) à laquelle McLaughlin répond par un tapis (avec 9 7 en mains et couleur floppée). Loosli ne paie pas avec son 8 6 et retombe à 14 millions en quatrième (puis rapidement cinquième) position.
McLaughlin remonte lui à 37,6 millions.

Main 157 : La rencontre ! McLaughlin et Farber se relancent et sur-relancent jusqu'à partir tous deux à tapis. K K chez le premier, A A chez le second, et après plusieurs heures sans sortant, Marc McLaughlin termine 6ème pour 1 601 024 $.
Farber lui s'envole à 94 millions, devant Riess à 62,9. Derrière on est très loin, avec Loosli à 12,6, Tran à 11,5, et Lehavot à 8,8.

Main 160 : Tout s'accélère... Au tour de Tran de partir à tapis avec A 7, payé par Farber avec K Q. Le K tombe au flop et c'en est fini du chip leader de début de journée : JC Tran termine 5ème pour 2 106 893 $.
Farber dépasse lui pour la première fois les 100 millions de jetons (103,1).

Main 164 : Lehavot est all-in avec J J, payé par Riess avec A 6. Mais ça tient pour Lehavot, qui double à 23,4 millions. Mauvaise opération pour Loosli qui espérait gagner un palier de plus, désormais à 10,7 millions de jetons et 10 blinds...

Main 170 : Loosli part à tapis avec Q 7, payé par Riess avec A T. Le flop 9 K 8 9 A n'apportera rien de bon à notre Français. Sylvain Loosli termine 4ème pour 2 792 533 $.
A peine le temps de dresser le nouveau chip count (Farber 105,1 millions, Riess 64,3, Lehavot 21,3) que la journée se termine finalement dès la main suivante...

Main 171 : Lehavot est à son tour all-in avec 7 7, payé par Riess avec T T. RAS au flop, et Amir Lehavot termine 3ème pour 3 727 823 $.


Chip count au démarrage du heads-up ce soir :

Panda monium at November Nine
Le clan des pandas va t-il porter chance jusqu'au bout à leur poulain Jay Farber ?
 

Jay Farber - 105 000 000
Ryan Riess - 85 775 000

soit respectivement 105 et 86 big blinds, de quoi voir venir pour un duel final qui s'annonce disputé et intéressant !
(si vous l'avez manqué, retrouvez leur portrait sur notre page de présentation des November Nine 2013)

Le heads-up sera à suivre en direct live streaming à cette adresse, à partir de 3h du matin heure française : http://www.wsop.com/2013/live-video/

Prix restant à distribuer : 8 361 570 $ et 5 174 357 $.

-----

Sylvain Loosli : « Aborder la table finale sans pression »

(09/09/13 - par FG)

Sylvain Loosli itw

Premier finaliste français du Main Event des WSOP depuis Antoine Saout en 2009, Sylvain Loosli n'est plus qu'à deux mois de sa table finale des November 9. Le nouveau membre de la Team Winamax revient pour nous sur ce grand challenge.

 

Sylvain, on doit d'abord de te demander comment est-ce que tu vis cette célébrité naissante ?

Au début j'ai trouvé ça vraiment sympathique. Tous les messages d'encouragement, tous les soutiens, ça fait plaisir. Je trouve toujours ça sympathique, mais c'est vrai que ça met aussi un peu de pression une fois qu'on réalise vraiment.

Globalement, je suis quand même très content, ça fait plaisir d'être reconnu surtout quand, comme moi, on joue principalement online et qu'on est donc un peu dans l'ombre.

Tu as fait un peu le buzz du côté de Toulon ?

Un peu, oui. Il y a eu quelques articles dans les journaux locaux, j'ai reçu quelques messages d'inconnus sur Facebook. Ça fait vraiment plaisir.

IMG8387
 

J'imagine que tu as déjà commencé à étudier tes futurs adversaires. Comment t'y prends-tu ?

Oui, tout à fait. J'ai surtout regardé les différents coverages du Main Event ou de tournois précédents auxquels ils ont participé. Et puis il y a quand même des mecs connus dans le lot, comme J.C. Tran, donc il y a de quoi travailler.

À ton avis, qui est ton adversaire le plus dangereux ?

Le niveau de la table est globalement très très relevé. Selon moi, il n'y a que des bons joueurs, donc il va vraiment falloir être à la hauteur.

Je dirais quand même que J.C. Tran semble être au-dessus, d'autant qu'il a le plus gros tapis. Lehavot est apparemment un joueur très solide qui ne fera pas de cadeaux. Et puis il y a le Canadien aussi, McLaughlin, avec qui j'ai joué et qui est assez bon.

Est-ce que tu as discuté un peu avec Antoine Saout, qui avait participé à la table finale en 2009 ?

Oui, on s'est vus juste après le Main Event quand on est allés boire un coup entre Français. On a pu discuter un peu et il m'a expliqué comment il avait abordé sa table finale. Il avait voulu l'aborder en étant très relâché, sans pression, et simplement jouer son jeu. C'est une bonne idée et ça a plutôt bien marché vu qu'il n'est vraiment pas passé loin de la victoire (il avait terminé 3ème NDLR, après avoir souffert de bad beat contre le futur vainqueur Joe Cada NDLR).

C'est très intéressant pour moi de pouvoir profiter de son expérience. Là, je vais profiter d'un peu de temps libre d'ici la table finale pour travailler mon jeu et surtout mes adversaires.

Pour ElkY c'est mon colocataire à Londres mais on ne se croise pas trop. Peut-être que je pourrai aussi échanger avec lui qui connaît bien certains joueurs de la table finale, je pense notamment à Tran.

IMG8454
 

Avant les WSOP, tu avais notamment terminé 24ème à Deauville en 2011, mais tu n'as pas disputé tant de tournois que cela finalement ?

C'est vrai. J'ai participé à deux EPT au début de l'année, Deauville et Londres. J'ai pas très bien joué, j'étais pas dedans. Mais c'est vrai que je fais assez peu de tournois, je suis plutôt un joueur de cash games.

C'est quand même un format que j'apprécie, notamment le côté compétition. Et puis ça change.

Pourquoi as-tu choisi Winamax ? Tu avais déjà pu échanger avec des membres de la team ?

Oui, oui. Je connaissais déjà pas mal de joueurs de la team, certains sont même des amis. Et puis Guillaume de la Gorce est mon coloc', et c'est un ancien de chez Winamax. En fait je connais beaucoup de joueurs qui sont passés chez Winamax et je savais qu'il y avait une bonne ambiance.

En plus la team fait de très bons résultats ces deux ou trois dernières années, la structure est excellente, notamment grâce à Stéphane Matheu : il y a un coach sportif, un coach mental,... Bref, tout est fait pour tirer la team vers le haut.

Que va changer pour toi la somme que tu vas gagner, tant sur le plan matériel que sur le plan du poker ?

Ça risque effectivement de changer beaucoup de choses, même si pour l'instant je n'ai pas de projets particuliers. En fait j'essaye de ne pas encore trop y penser pour ne pas trop matérialiser tout ça et rester concentré sur le tournoi.

Je vais certainement investir une bonne partie de l'argent et peut-être m'acheter un appartement sur Londres.

Après, si je termine dans le top 3 ou que je gagne, je pense que j'essaierai d'aller jouer plus haut, de faire des high-rollers et de faire encore progresser mon jeu pour continuer à faire des bons résultats.

C'est aussi pour ça que j'ai signé chez Winamax : je veux continuer à jouer des tournois et à remporter des titres. C'est quand même super excitant.

Je jouerai aussi sûrement plus gros online. Bref, beaucoup de nouveaux challenges.

Peux-tu nous parler un peu de Sylvain Loosli quand il ne joue pas au poker ? Quels sont tes autres passions, tes passe-temps, etc. ?

Beaucoup de sport ! Je joue pas mal au tennis, je fais de la course à pied, de la natation, et je suis assez fan de sports de glisse comme le surf et le snowboard. Je m'y suis mis il y a quelques années, donc j'en fais à fond dès que j'ai l'occasion.

IMG7865
 

En dehors de ça, je suis un mec plutôt posé. Je dirais que j'ai les pieds sur terre, notamment par rapport à d'autres joueurs du circuit qui ont peut-être une vie quotidienne un peu plus folle que moi. Je ne fais pas beaucoup la fête, je ne claque pas de sommes monstrueuses en soirée, même si ça peut m'arriver à l'occasion.

J'ai lu que tu avais passé une année Erasmus à Ljubjana et que c'était là-bas que tu avais potassé le poker...

En partie, oui.

Il n'y avait vraiment rien d'autre à faire là-bas ?

Ah, non, non ! C'est une ville plutôt sympa et très jolie. C'était dans le cadre d'une année Erasmus, donc on sortait beaucoup et on en a profité pour voyager pas mal en Europe de l'Est. J'avais pas vraiment le temps de m'ennuyer, même si mon emploi du temps à la fac était assez léger.

Mais c'est vrai que j'ai commencé à grinder un peu là-bas et puis j'ai joué de plus en plus jusqu'à la fin de mes études.

Tu es passé du poker online au live. Qu'est-ce qui est le plus difficile dans cette transition ?

Surtout le stress, la pression. Quand tu es à table avec de très bons joueurs, tu sais que la moindre petite erreur et le moindre indice physique seront repérés et exploités.

Pour moi c'est ça le plus gros défi : avoir confiance en son jeu et ne donner aucun indice. Se détacher du contexte et jouer à fond.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page