Affaire Full Tilt : Phil Ivey pointé du doigt

ivey fulltilt clash

L'affaire Full Tilt prend des airs de Dallas. Phil Ivey aurait mis des bâtons dans les roues de Full Tilt en attaquant la salle en justice après que son repreneur ait été éconduit.

L'affaire Full Tilt (puisqu'on ne peut même plus seulement parler de Black Friday) continue d'alimenter bon nombre de conversations, notamment du côté des milliers de joueurs pour l'instant lésés de leur argent, bloqué sur le site.
Vous pouvez toujours retrouver les derniers développements importants sur notre article principal : Full Tilt poker fermé !

Pas aussi agité que le mercato de football mais presque, l'affaire réserve tout de même de temps à autres ses rebondissements.
L'un des derniers en date nous vient des écrits d'Harry Demetriou, joueur pro, et Jeff Iffrah, l'un des avocats de Full Tilt Poker, sur le célèbre forum américain 2+2 il y a quelques jours.

On y apprend que plusieurs investisseurs se sont présentés dès les premiers jours ayant suivi le Black Friday. Certaines des ces offres ont été refusées par Full Tilt car elles ne garantissaient pas le remboursement des joueurs de tous les pays, notamment ceux américains.

Un autre investisseur aurait été introduit par Phil Ivey lui-même, et Ivey aurait touché une grosse commission sur ce rachat. Mais suite à son rejet (l'offre était la moins intéressante parmi trois), le champion aurait pris la mouche. Et c'est à ce moment qu'il aurait attaqué le site, son site, en justice, avec dans l'optique de "déménager" sur Pokerstars.

Et Ivey d'être donc accusé d'avoir tout foutu par terre, notamment une autre offre dont nous avions déjà parlé, qui aurait apporté les plus solides garanties, ayant émané du célèbre magnat Jack Binion et s'étant retiré suite à cette plainte déposée.

Tout comme en politique il semble en tous les cas que cette affaire remue certaines querelles intestines entre actionnaires, et que l'imbroglio a encore 15 bons jours de vie devant lui, avant la nouvelle audience (privée cette fois) des responsables de la salle devant l'AGCC - Alderney Gambling Control Commission (qui demanderait 300 millions de dollars pour toute reprise), prévue pour le 15 septembre aux Etats-Unis.

Derniers Blog Posts »