Damien Lhommeau : « L'esprit d'équipe ne peut que te tirer vers le haut »

lhommeau1
Damien Lhommeau, vainqueur du PMU Pro Dream 2014.

Le PMU Pro Dream a rendu son verdict, et c'est Damien "wintops49" Lhommeau qui aura décroché le contrat à 50 000 €. PokerListings a pu poser ses questions au nouveau membre de la Team PMU Poker qui représentera donc l'équipe jusqu'à la fin de l'année.


> Retrouvez également la présentation du PMU Pro Dream avec l'interview croisée de Brian Benhamou et Rebecca Mordoff-Gerin

 

Damien, peux-tu nous retracer et raconter ton parcours dans ce PMU Pro Dream, des qualifications jusqu’aux « final 6 », puis la victoire ?

Je voulais faire en sorte d'être le moins possible soumis à la variance, donc pour la phase 1 je me suis attaqué au challenge low-stakes (bas enjeux) vu que ça se joue au volume. Dans ces conditions et n'étant pas spécialiste de cash game, je trouvais ça mieux que d'aller m'envoyer en l'air en high. Et puis je sais que multitabler 18 tables ne me dérange pas à condition de garder un semblant d'edge (avantage sur ses adversaires NDLR), ce qui aurait été plus compliqué sur de plus hautes limites avec en plus la lassitude inhérente à une telle semaine de grind.

Pour la phase 2 il fallait "runner good" un minimum ce qui a été le cas. J'ai remporté un des deux challenges où l'on ne jouait qu'entre nous et pour lequel j'étais donc hyper concentré. Quant à la grande finale en partant j'avais cette satisfaction de me dire que je n'aurai aucun regret, que j'avais tout donné.
Mais l'attente fut longue et le verdict une sacré délivrance...

pmu pro dream
Damien entouré notamment des 5 autres finalistes.
 

Comment penses-tu avoir fait la différence, notamment lors de ta présentation devant le jury ?

Je suis arrivé déterminé avec l'expérience de la première fois, lors d'un précédent casting dans les locaux de PMU en novembre. C'est clair que cela m'a beaucoup aidé dans la préparation. L'idée c'est que ça s'est joué à très peu de choses et il est difficile de savoir précisément là où l'écart a pu se faire. Mais mon parcours en live a dû peser aussi.

Quant à la présence sur les réseaux sociaux j'ai pris des initiatives avant cet entretien pour montrer que je pouvais être plus présent et disponible que 3 mois auparavant. Les résultats ont dépassé mes espérances avec en point d'orgue une vidéo de soutien de Big-Roger, et crois-moi que ça booste.

Qui craignais-tu le plus parmi tes derniers adversaires ?

Dans ce genre d'évènement tout le monde a une carte à jouer. Je me disais que ça allait être difficile pour Laurent et Pierre, et que Léo (Truche), Antho et Yohann (Aubé) avaient plus de bagage.

Léo me paraissaient être vraiment très dangereux avec une grosse cote de sympathie sur le circuit. Mais je me suis d'abord concentré sur ce que j'avais à faire, c'était évidemment le plus important.

Tu es toi aussi déjà connu sur le circuit. Outre l'argent du contrat, quelle différence cela va-t-il faire pour toi d’intégrer la Team PMU ? Notamment peut-être au niveau de ton approche des tournois et de ton poker ?

Ça fait une énorme différence ! Il y a déjà un esprit d'équipe qui ne peut que te tirer vers le haut. Le soutien de ses coéquipiers dans certains moments difficiles est très précieux, et il y en aura forcément. De plus on évolue dans une structure où tout est réuni pour pouvoir jouer son meilleur poker. Et puis des discussions poussées avec de tels joueurs ne peuvent que te faire progresser.

Ensuite il y a la visibilité que peut engendrer mon intégration à la team. Dans ces circonstances, on a pas du tout envie de "spew" (tout foutre en l'air NDLR), un joueur pro se doit de gérer cet aspect là en étant le plus solide possible encore plus ici.

Après, je n'irai pas jusqu'à dire que ce contrat va révolutionner mon jeu et l'approche que j'en ai. Il y a pleins de choses qui fonctionnent déjà très bien, et même si j'espère progresser dans la team, je compte bien m'appuyer sur ce que je sais faire.

programme lhommeau
Le détail du contrat à 50 000 € : Voici les tournois qui attendent Damien en 2014.
 

Dans une précédente interview (voir plus bas) tu nous disais que tu n'étais pas du genre à beaucoup échanger sur ton jeu, préférant garder ton style sans t'imprégner du jeu des autres. Du coup on imagine que faire partie d'une équipe va peut-être bouleverser un peu tes habitudes ?

Oui, là je ne te cache pas qu'il me faudra faire un effort. (sourire)

Ceci étant, le contexte pour moi d'évoquer certains coups change drastiquement avec cette chance que j'ai ici. D'ailleurs j'avais déjà fait une vidéo pour PMU avec Brian (Benhamou) où j'avais pris beaucoup de plaisir. Me livrer à ce genre d'exercice permet de conceptualiser certains aspects du jeu. Et être pédagogique, mettre des mots sur des situations, cela fait progresser.

J'aime aller vers la singularité mais je pense avoir mis de l'eau dans mon vin par rapport à ça. Même si je ne me suis jamais réellement inspiré du jeu d'untel ou untel, on s'imprègne forcément de ce que font les autres. Et je ne le faisais pas assez avant, c'est indispensable pour progresser.

Connaissais-tu déjà certains de tes nouveaux coéquipiers ?

Oui pour avoir côtoyé pas mal Erwann (Pecheux) et Brian sur certains tournois, je les connaissais déjà très bien. Rebecca, je ferai plus amplement sa connaissance lors du WPTn Paris, même si on s'est déjà croisé plusieurs fois.

23 tournois au programme, cela ressemble à un vrai marathon. Un tel rythme s'annonce-t-il aussi comme quelque chose nouveau pour toi ?

J'avais déjà eu l'occasion de faire beaucoup de volume en live. Le côté "marathon" ne sera donc pas nouveau pour moi. J'étais par exemple resté un mois et demi à Las Vegas l'été dernier. Ce qui le sera c'est de ne pas avoir de pression financière et cette tranquillité-là rayonne sur le reste, forcément. Gagner en sérénité ça n'a pas de prix au poker, et je me sens plus que jamais capable de tenir la distance.

lhommeau4b
"Montrer une belle éthique à la table est aussi l'un de mes objectifs."
 

T'es-tu déjà fixés des objectifs ?

A la base j'évite de le faire, mais là oui c'est important d'avoir une ligne directrice lorsque des gens s'intéressent à votre parcours. Sur le plan du poker, j'aimerai vraiment une place payée dans le Main Event car c'est tout simplement le plus beau tournoi du monde. Ça manque toujours dans un palmarès tant qu'on ne l'a pas. Faire des gains avec les 50 000 € du contrat me semble aussi un minimum à atteindre (sourire).

J'ai aussi cette envie de montrer une belle éthique à la table, ce sera d'ailleurs un des enjeux majeurs pour moi durant cette année. Incarner une telle enseigne c'est avoir d'un seul coup une nouvelle visibilité et je souhaite montrer le meilleur exemple possible en terme d'image. Le poker peut parfois faire sortir de ses gonds, il faut savoir faire les efforts nécessaires pour rester en contrôle continu de soi-même.

Comptes-tu disputer d'autres tournois en plus de ceux prévus dans ton contrat (je pense notamment à d'autres tournois des World Series cet été pour tenter de décrocher un bracelet) ?

Oui bien sûr. Mais ça va dépendre du run que j'aurai. C'est clair que si je gagne un gros truc, sois certain que j'enverrai la gomme à Vegas. Mais je ne ferai pas le foufou, la gestion de bankroll ne sera pas un vain concept mais un leitmotiv. Même s'il faut aussi se faire plaisir de temps en temps...

Mais il est évident qu'on me verra sous les couleurs de PMU sur des tournois ne faisant pas partie du contrat, à fortiori là-bas à Vegas, que les tournois soient estampillés WSOP ou non.

Avec un tel programme, auras-tu encore du temps pour la musique, ton autre passion ?

Ça risque d'être compliqué... J'ai toujours préféré faire une chose à fond et bien, plutôt que deux en dilettante. Mais la musique permet d'atténuer bien des frustrations et aussi d'éponger le stress. Alors il me sera sans doute important d'en garder une pratique "plaisir", sans objectif particulier. Il sera toujours temps de s'y remettre lorsque ce sera le moment...


> Rendez-vous sur PMU Poker et profitez d'un bonus de 200€ et de tous les avantages PokerListings


-----

« Jouer au poker ressemble parfois à la vie d'artiste »

Damien Lhommeau est un spécialiste de tournois qui a su faire parler de lui grâce à ses bons résultats sur le circuit international.

Seconde interview publiée en juin 2013 - (par C.B.)

Connu online sous le pseudo de "wintops", cet ancien membre de la Team online PokerXtrem joue désormais sous les couleurs de la Team Pro de MyPokerSquad. Au mois de mars, il finit 2ème lors d'un side event du Marrakech Poker Open et 1er d'un autre tournoi annexe du Russian Poker Tour.

Damien, tu étais musicien/compositeur avant d'être joueur de poker pro. Quel est ton style de musique ?

Alors déjà ce qu'il faut savoir c'est qu’à la base je suis pianiste et j'ai appris sur le tard au conservatoire. Mon approche instrumentale est donc très classique et j'aime particulièrement la musique française du début du XXè siècle, Satie notamment.

Les musique de films m'ont beaucoup intéressé et inspiré. Si je devais aujourd'hui m'y remettre ce serait dans cette direction que j'irais. Je suis également compositeur et mes compositions touchent forcément de près ou de loin au piano.

Quand j'étais jeune, j'étais plutôt branché rock : Led Zeppelin, The Doors ou Nirvana par exemple. Les styles de musique que j'apprécie en dehors de mon travail de pianiste/compositeur sont très vastes et variées.

Quelles dimensions de ta vie d'artiste pianiste/compositeur te servent à l'heure actuelle dans ta vie de joueur de poker pro ?

Donner une dimension artistique à son jeu, déjà qu'est-ce que ça veut dire ? Parfois sous prétexte de faire un move créatif, on fait finalement un move perdant... Ce n'est pas artistique, c'est juste stupide ! Donc je dirais que la frontière est souvent ténue.

lhommeau4
"Parfois sous prétexte de faire un move créatif, on fait finalement un move perdant... Ce n'est pas artistique, c'est juste stupide !"
 

Une des dimensions artistiques c'est d'être détaché de l'argent et ça j'y arrive plutôt bien ! Pour un artiste, l'argent n'est pas le moteur principal. La dimension artistique va être plus dans le panache et l'irrationnel. Un artiste qui est vraiment fort est quelqu’un qui a du talent. Mais pour que le talent soit utile, il faut forcément bosser à un moment.

Ma culture du conservatoire me sert au poker dans le sens où je suis quelqu’un qui ne regarde pas les heures investies pour progresser, lorsque je suis passionné. Si tu as un talent dans une discipline, le faire émerger, le façonner et le tailler c'est d'abord beaucoup de travail !

Mais la créativité au poker se traduit à la table clairement par un style aggressif et un grand nombre de mains jouées, surtout en 6-max. Être créatif n'est pas jouer serré et faire ce que tout le monde sait faire, même si cela peut suffire sur certains fields.
Sur les fields plus compliqués avec un niveau plus élevé, pour moi essayer de donner une dimension de créativité et artistique au jeu, c'est être dans la bonne voie. Par contre quelqu'un qui n'a pas de talent et qui essaye de le faire, se fera défoncer à coup sûr (sic), encore plus qu'avec un jeu standard.

Donc tu es un joueur LAG, large-agressif ?

Oui on peut dire ça ! En live je ne connais pas exactement mon VPIP (Voluntary Put $ in the Pot, indicateur du % de mains où un joueur mise NDLR), mais il doit être assez élevé !

La vie d'artiste ne te manque-t-elle pas quand même? Te vois-tu y revenir un jour ?

Forcément que je me pose ces questions existentielles. Est-ce que l’on doit aller vers ce qui nous passionne le plus ou vers ce dont on est le plus doué ? Quand je suis à la table de poker et que les choses se passent exactement comme je les ai prévues, je me demande comment je pourrais être meilleur en musique qu'au poker. J'ai l'impression qu'au poker les choses sont très évidentes pour moi, en live du moins.

Je comprends les gens qui disent que les vertus requises pour vivre du poker sont semblables à celles d'une vie d'artiste, même s'ils ont tort quand même. Dans ma hiérarchie personnelle le poker n'atteindra jamais ce que l'on peut éprouver en menant une vie purement artistique.

Mais en ce qui me concerne pour le coup, il est clair que j'ai à l'heure actuelle des objectifs poker que je veux atteindre par-dessus tout ! En plus il y a des éléments de gratification à côté desquels on ne peut pas passer. Chez les artistes tout comme chez les joueurs de poker, la soif de reconnaissance est très forte. Donc forcément j'apprécie ce qui m'arrive ! La visibilité pokeristique que l'on m'offre ces derniers temps me fait super plaisir ! Cela m'aide beaucoup et me donne envie de continuer.

lhommeau6
"Je vais rester en France en étant prêt à me battre."
 

Dans la musique il faut être encore plus désintéressé car cette reconnaissance, surtout dans l'esthétique musicale qui est la mienne, serait hyper difficile à atteindre.
Je suis avant tout un être humain et bien sûr ce que je vis là n'est pas prêt de me faire arrêter le poker dans un premier temps !

Beaucoup de pros s'exilent hors de France pour des raisons fiscales. Comment envisages-tu ton avenir de pro en France ? Vas-tu également-nous quitter pour l'étranger?

Je me suis posé la question bien évidemment. Cette question est cruciale de nos jours pour quelqu’un qui a fait du poker son activité principale.

Mais là, cela fait deux jours que j'ai décidé de rester en France. J'avais plein de possibilités comme l’Angleterre, mais qui ne m'emballait pas à cause des loyers et du climat. Il y avait la Belgique, le Maroc et Malte qui s'offraient également comme solutions. Tout ce qui est Thaïlande et compagnie, ça ne me branchait pas. En fait j'ai bien envie de vivre à Paris et donc je pense m'y installer à la rentrée.

J'en suis arrivé à la conclusion que quitter mon pays juste pour jouer au poker sans autre projet de vie ce n'est pas pour moi. Donc je vais rester en France en étant prêt à me battre.

Je pense aussi qu'un joueur pro qui reste en France et qui a décidé de faire les choses correctement peut également être fier de ça. Je ne serais pas surpris si l’on fait avancer les choses comme il faut, que les joueurs de poker ne soient plus considérés comme des pestiférés d'ici quelques années. Se battre à la racine pour ça est une bonne chose. Je trouve que les choses avancent très favorablement pour les joueurs, hormis les aspects fiscaux qui sont catastrophiques bien sûr. J'ai cette impression qu'on est bien mieux vu depuis un ou deux ans.

Ensuite c'est normal de payer des impôts et personnellement je ne vais jamais me plaindre d'en payer tant que c'est raisonnable si tous les facteurs sont considérés. Donc tout ceux qui se barrent pour éviter le côté rétroactif, pour ne pas se retrouver ruinés, c'est tout à fait légitime.
Mais les autres qui s'en iraient comme certains de nos sportifs français ayant des comptes en Suisse et ne voulant surtout pas payer d'impôts, ça c'est autre chose ! J'aurais du mal à respecter ça, ce n'est pas dans mon éthique.

Tu fais partie de la Team Pro de MyPokerSquad. Depuis combien de temps as-tu intégré cette Team ?

Cela va faire un peu plus d'un an.

De quel manière MyPokerSquad et leur système de stacking t'aident-ils ?

lhommeau3
"Ce que je recherche avant tout dans les tournois c'est prendre du plaisir."
 

Ce que je recherche avant tout dans les tournois c'est prendre du plaisir. En ce moment c'est un plus de ce point de vue de suivre mes rankings "Pokerlive" ou "Hendon Mob" et d'aller à la chasse aux points. Du coup, quand je veux jouer un tournoi qui me donne vraiment envie, mais dont le buy-in est trop élevé pour ma bankroll, il y a MyPokerSquad qui me permet de le faire.

Si ta bankroll te permet de jouer des tournois à 1000 ou 2000 euros, ça ne veut pas dire que tu peux jouer les buy-in à 3500 et plus. Donc ça permet de faire des tournois à priori hors de portée. Pour quelqu’un qui veut se mesurer à un niveau supérieur sans dilapider son capital c'est parfait.

Il y a aussi des joueurs dans la team de grande valeur. Quand tu parles de poker avec eux, tu apprends forcément et tu progresse plus vite.

T'imprègnes-tu du style de jeu d’autres joueurs ?

Pas vraiment. Je n'ai presque pas été sur des forums où l'on échange des infos, etc. Par contre j'ai lu beaucoup de bouquins. J'ai développé mon jeu tout seul, et en général je n'aime pas m'imprégner du jeu des autres, même si d'un autre coté j'ai quand même compris plein de choses notamment dans mon jeu short stack en discutant avec d'autres joueurs.
Donc c'est intéressant aussi d'échanger mais je veux garder mon propre style atypique.

Comment gères-tu ta bankroll et à quel point sa gestion est importante pour un pro ?

Avant la gestion de bankroll le truc le plus important c'est d'être un joueur gagnant. C'est con à dire mais après un gros gain on peut avoir avoir une bankroll adéquate pour certains tournois mais ne pas avoir le niveau...

En fait les gens ne se rendent pas compte à quel point une mauvaise gestion de bankroll va être catastrophique. Déjà ils vont être beaucoup plus "scared money" (effrayés par la hauteur des enjeux NDLR) qu'ils ne l'admettent, du coup leur jeu va être dénaturé. Ou inversement, et c'est plus rare, ils vont perdre leur temps à des buy-in trop petits.

lhommeau5
"Je dois être un peu scared money pour jouer mon meilleur jeu." (photo Winamax)
 

Dans le cas de buy-in trop élevés, leur jeu risque de se déliter : il y a comme une sorte de cercle vicieux qui peut se mettre en place et dont les conséquences sont potentiellement catastrophiques. Ce qui se passe c'est que finalement assez souvent au poker avec de bons joueurs, beaucoup de leurs failles partent d'une non gestion de bankroll. Il vaut donc mieux avoir une gestion de bankroll trop serrée que l'inverse. Et je dis ça alors que moi-même j'ai plutôt une gestion de bankroll franchement agressive !

J'ai besoin de ça pour me motiver et pour m'exprimer au top de mon jeu. Si par exemple j'ai une bankroll de 1 million et que je m’inscris à un tournoi à 2000 euros avec 60 joueurs, ça va être compliqué pour moi de jouer mon A-Game. Je dois être légèrement "scared money", et j'avoue que c'est assez pesant à vivre ! Car dès que tu connais un bad run, tu te prends la variance dans la tronche et tu as de grosses fluctuations.

Mais pour ma part, c'est le prix à payer pour pratiquer mon meilleur jeu. J'ai trouvé mon propre mode de fonctionnement. Mais comme conseil général, il est clair qu’une gestion de bankroll saine est primordiale !

Joues-tu à d'autres jeux en dehors du poker ?

Non! (rires) Enfin si, je suis joueur dans l'état d'esprit. Pour moi la vie est un jeu ! J'essaye de m'amuser tout le temps, même si ce n’est pas toujours facile !
J'essaye d'avoir cet aspect ludique dans ma vie.

Tu te rends aux WSOP et prévois de participer à toute une série d'évènements. Comment t'es-tu préparé pour ces WSOP ?

J'ai fait une pause poker. Pendant tout le mois de mai je n'ai pas joué en live. Je voulais vraiment me ressourcer avant ce marathon. J'ai également pris un coach sportif. Je voulais arriver dans les meilleures conditions et mettre toutes les chances de mon côté cette année !

Comment définirais-tu ton poker en un seul mot ?

« Explosivif. »

Quel seraient les trois conseils que tu donnerais spontanément à un jeune joueur qui veut tenter le coup et passer pro ?

Déjà 9 fois sur 10 c'est une connerie. (sic) Ensuite il est primordial de finir sa formation ou ses études, à de rares exceptions près.

Ensuite, toujours prévoir le pire scénario et savoir comment s'en sortir au cas où il se produit. Et bien sûr toujours bosser son jeu ! Mais oui, avant tout je dirais de toujours anticiper le pire.


Fiche joueur

Nom : Damien Lhommeau
Age : 31 ans
Surnom online : Wintops
Spécialités : Tournois Pot-Limit Omaha et No-Limit Hold'em
Pratique le poker depuis 15 ans.
3 places payées WSOP (2012), meilleur résultat : 4ème.
300 000 $ de gains en tournois live.
Qualifié en 3ème semaine de la Top Shark Awademy Winamax.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page