Réfléchir en termes d'éventails pour améliorer votre jeu

eventail de mains
Au poker, un éventail ce n'est pas du vent.

Comment deviner la main de vos adversaires ? Comment apprendre à lire dans leurs pensées ? Vous serez en fait surpris d'apprendre que ce n'est pas ce qu'il faut faire.

Dans cet article nous allons en effet vous montrer quel est le réel objectif au poker : définir l'éventail de mains de cet adversaire ("range" en anglais).
Nous allons aussi vous expliquer en quoi ces éventails vont améliorer drastiquement votre jeu.


Lire dans les pensées : c'est dans les films !

Vous avez sans doute déjà vu le film Les Joueurs. Sinon vous devriez, cet un excellent film.

Parmi les scènes marquantes, il y en a une que nous voulons vous montrer. Il s'agit de celle où le personnage principal, Michael (incarné par Matt Damon), interrompt la partie de son professeur pour lui remettre quelques papiers.
Quelques secondes seulement après avoir regardé les expressions faciales des joueurs autour de la table, il parvient à dire ce que chacun possède en mains.

Ok, Michael est un prodige du poker et seul Teddy KGB est l'homme en mesure de le stopper dans sa route vers les sommets.

Et c'est justement ce que font les prodiges du poker et les meilleurs joueurs pros n'est-ce pas ? De lire dans la tête de leurs adversaires et de mettre le doigt précisément sur les cartes qu'ils ont en main. C'est leur don du ciel.

Eh bien non.

La lecture de pensées, ça ne marche pas vraiment

Les Joueurs est un film génial encore une fois, mais cela reste une fiction. Tout comme cette propension de Michael à pouvoir savoir avec exactitude ce qu'un autre joueur détient.

Personne, pas même Daniel Negreanu ou n'importe quel extra-terrestre du poker que vous voulez, n'a ce don. Et essayer de le faire est généralement futile, avec pour conséquence possible de détériorer votre jeu.

Examinons donc un exemple simple, et voyons en quoi la "télépathie" ne fonctionne pas réellement au poker :


Comment ne pas lire les mains

Vous jouez une partie de Texas Hold'em à 1€/2€, avec T T en mains, en milieu de parole. Après plusieurs joueurs s'étant couchés, vous ouvrez le pot avec une relance à 6€. Seul le joueur au bouton paie.
Il y a maintenant 15€ au milieu, et le flop se dévoile :

     

Vous êtes le premier à parler et vous misez 12€, fort d'une paire supérieure décente. Votre adversaire relance alors à 40€.
Il vous reste 182€ en jetons devant vous. Que devriez-vous faire ?

IMG261
Mettez-le sur toutes les mains possibles.

Eh bien vous voilà dans une situation délicate, pour sûr. Vous avez ici une bonne main, sans être extraordinaire, et il y a de nombreuses cartes que nous ne voulons pas voir arriver à la turn (n'importe quel trèfle, et n'importe quelle carte au-dessus du 10).

Nous ne voulons pas être sorti de la main par un bluff, pas plus que nous voulons perdre notre tapis là-dessus. Essayons donc de mettre notre adversaire sur une main. Voici quelques pistes pour ce faire :


  • Notre adversaire est très serré, du coup il a certainement un brelan et il nous bat.
  • Notre adversaire est très agressif et il n'a certainement qu'un tirage couleur.
  • Notre adversaire est un bleu et il a clairement top paire (paire de 8).
  • Notre adversaire est un peu fou et téméraire, et il n'a certainement qu'un A-x et veut nous faire peur.

Toutes ces hypothèses sonnent juste si vous connaissez suffisamment votre adversaire. Mais elles sont en fait terribles même si vous connaissez très bien ce joueur.


Mettez-le sur toutes les mains possibles... en une seule fois

Mais qu'est-ce qui cloche avec ces hypothèses au juste ?

Le problème est que vous essayez de mettre votre adversaire sur une seule main.
Mais à moins qu'il ne montre ses cartes, nous ne pouvons en être certain. Alors pourquoi agirions-nous comme si nous possédions un don magique pour le savoir ? Non, on ne peut pas !

Il est rare d'avoir toute l'information possible et imaginable pour connaître avec certitude ces cartes adverses, et il y a aussi toujours de bonnes chances pour qu'on soit complètement dans l'erreur avec notre lecture.
De quoi passer pour un idiot (et surtout perdre beaucoup de jetons ou d'argent) si on l'avait mis sur un tirage couleur alors qu'il nous dominait avec un brelan.

IMG3112
Il n'a probablement pas de grosse paire.

C'est pourquoi au lieu d'essayer de deviner SA main, nous allons plutôt essayer de le mettre sur toutes ces mains possibles à la fois. Cela peut sembler un peu tordu, mais c'est pourtant bien plus fiable. Nous allons vous montrer pourquoi.

Ajoutons un peu de logique

Analysons notre main d'exemple précédente, et appliquons quelque logique à tout ça, et à ce que notre adversaire pourrait avoir.

Avant sa première action, nous ne savons rien du tout de sa main, donc toutes les mains possibles sont de probabilités égales.

Il y a 1326 mains de départ possibles au Texas Hold'em. Mais comme nous avons nous-même deux cartes (ici deux 10), cela ne fait "plus" que 1225 combinaisons possibles restantes pour notre adversaire.

Cela fait beaucoup, mais heureusement nous pouvons en enlever pas mal (presque toutes en fait), après sa première action.

Quelle était-elle ? Ok, donc il a suivi notre relance pré-flop. Réfléchissons donc maintenant aux mains avec lesquelles il aurait pu faire ça.

Pour garder les chose simples, nous admettons ici qu'il s'agit d'un joueur "normal" pas du genre à partir en cacahuète.

Ce joueur ne paierait pas une relance pré-flop avec une main telle que 7-2 ou 10-3. Il a plus sûrement une des mains suivantes : paire servie, deux cartes hautes, ou des cartes intermédiaires connectées de la même couleur.

IMG2673
Trouvez un jeu qui fonctionne le mieux contre la plupart de ces mains.
Il n'a probablement pas de grosse paire, sinon il aurait sur-relancé avec une telle forte main.

Voyons quelles sont les mains les plus probables

Nous en savons déjà pas mal à propos de la main de notre cher adversaire. Son action sur le flop nous en dit cependant plus.

Il a relancé notre mise et menace donc de jouer le coup pour l'intégralité des tapis. Jetons donc un oeil à propos des mains qu'il pourrait raisonnablement avoir :


  • Un brelan (avec 8-8, 7-7 ou 2-2).
  • Deux paires (avec 8-7 assortis, toutes les autres doubles paires possibles correspondent à des mains qu'il aurait jetées pré-flop).
  • Une overpair (paire supérieure) (avec 9-9, T-T, J-J - il aurait relancé pré-flop avec Q-Q ou mieux).
  • Un tirage couleur.
  • Un tirage quinte (avec T-9 ou 6-5 assortis).
  • Un pur bluff.

Avec d'autres mains il aurait soit payé notre mise (par exemple avec 9-8 comme top paire), soit se serait couché (avec toutes ses cartes hautes sans paire et sans tirage couleur).

Selon ce que nous savons à propos de notre adversaire, nous pouvons encore réduire ces mains potentielles.
Pour un joueur au jeu académique, nous pouvons pratiquement éliminer l'hypothèse d'un pur bluff - il choisirait plus probablement de meilleures situations pour le faire.

A présent, au lieu d'essayer de décider laquelle de ces mains possibles est la sienne ici, et de jouer en fonction de cette "lecture", nous allons donc le mettre sur toutes ces mains possible à la fois, et essayer de trouver le jeu (le move, ou le coup si vous préférez) qui fonctionnera le mieux contre la plupart de ces mains.


Un éventail pour se raffraîchir l'esprit

Ce que nous avons fait jusqu'à présent, c'est d'établir un "éventail" pour notre adversaire. A présent nous avons juste besoin de trouver le move adéquat selon cet éventail.

Faisons d'abord quelques calculs d'équité et de probabilités, afin de voir comment notre paire de 10 se comporte face à chacune des mains possibles de son éventail (selon le flop).

 

Mains possibles de l'adversaire

Nombre de combinaisons possibles

Notre probabilité de gagner

Brelan

9

12%

Deux paires

3

29%

Top paire (9-9)

6

88%

Paire au-dessus  (T-T)

1

50% (partage)

Paire au-dessus (J-J)

6

10%

Tirage couleur

~20

50%

Tirage quinte

4

60%

Ce tableau montre chaque éventualité de l'éventail adverse, et nos chances de gagner le coup face à chacune d'entre elles. Cela va donc nous aider à trouver le meilleur coup.

Nous pouvons voir tout de suite que nous sommes soit loin devant (contre les brelans, les doubles paires et la paire de valets), soit plus ou moins dans une situation de coin-flip (contre les tirages quinte et couleur). Nous ne sommes favori décent que contre une paire de 9.

En sachant ceci, il est assez facile pour nous de trouver le meilleur move : nous couchons notre overpair. Nous n'avons pas besoin de savoir ce que notre adversaire a.

Il est en fait ici suffisant de savoir qu'il y a suffisamment de mains dans son éventail qui nous écrasent, et trop peu que nous battons. Même contre ses tirages (qui sont des semi-bluffs sur le flop), nous ne sommes devant que de peu.

En utilisant un outil tel que ProPokerTools (http://www.propokertools.com/simulations), nous pouvons calculer notre probabilité exacte de gagner face à l'éventail de notre adversaire.

IMG2695
Est-ce que cette histoire de penser en termes d'éventail est vraiment importante ? Oui, elle l'est.

Il est de 42%.
Nous ne sommes pas favori pour gagner la main et pouvons donc laisser tomber dans trop y perdre.


Pourquoi il est important de penser en termes d'éventail

Nous avons passé du temps et fait pas mal d'efforts pour pouvoir cibler un éventail pour notre adversaire rien que pour ce simple exemple.
Alors est-ce que cette affaire de "réfléchir en termes d'éventail" est si importante, et devez-vous passer autant de temps dessus pour devenir un bon joueur de poker ?

La réponse est simple : oui, c'est important. Vous devriez commencer à travailler sur vos talents de "lecture d'éventails" aussitôt que possible, et pratiquer rapidement. Cela améliorera grandement votre jeu.

Revenons-en à notre première (mauvaise) idée dans notre main-exemple, où nous essayions de deviner avec précision l'exacte main de notre adversaire.
Si nous mettons celui-ci sur une main faible (telle qu'une paire au-dessus plus petite), nous allons vouloir que tout l'argent parte au milieu. Mais si nous le mettons sur une main forte (comme un brelan), nous ne voulons plus investir le moindre centime.

Si notre lecture est fausse, notre jeu sera également erroné, de manière catastrophique. Une petit erreur de lecture du joueur adverse peut conduire à des conséquences désastreuses.

Mais si nous réfléchissons en temes d'éventails, les choses sont différentes. Même si nous ne sommes pas précis à 100%, nous n'allons probablement pas avoir tout faux. Oublier quelques mains réalistiquement possibles ou inclure des mains non-réalistiques ne change pas tant que ça notre probabilité générale de gagner.

La variation peut en fait être de 5% à la hausse ou à la baisse selon les erreurs commises - pas suffisant pour que notre jeu change. Ici de petites erreurs n'entraîneront pas d'énormes conséquences.

Lorsque vous réfléchissez en termes d'éventail, vous essayez en fait de voir comment votre main se comporte en moyenne contre les mains de votre adversaire. Le mieux ce sera, plus vous serez enclin à investir plus d'argent. Inversement, plus faible sera ce score, et moins vous aurez envie de continuer dans cette main.

Au final tout ceci est facile et simple. Et c'est pourquoi tous les joueurs pros réfléchissent en termes d'éventails. Vous deviez définitivement en faire de même !


N'est-il pas trop compliqué de devoir calculer tout ça en temps réel ?

Il est évident que vous ne pouvez pas faire tout ça avec précision au cours d'une seule main.

Mais les bons joueurs de poker sont plutôt bien rodés pour estimer l'éventail d'un adversaire en quelques secondes, et calculer leur équité face à cet éventail.

Pratique en dehors des tables est important afin de bien se familiariser avec cette notion et prendre le coup de main. Cela vous permettra de faire au moins grossièrement des calculs, ou au pire une estimation , ce qui sera généralement suffisant pour prendre une bonne décision durant le jeu.

IMG2683
Soyez le pro.

Voici quelques rappels et astuces pour améliorer votre lecture d'éventails :


  • Vous n"avez pas besoin de considérer toutes les mains possibles en détails. Il est souvent suffisant de savoir contre combien de mains vous êtes un gros favori, contre combien de mains vous êtes un gros outsider, et contre combien de mains vous êtes sur du 50/50.
  • Vous n'avez pas besoin de connaître les probabilités exactes. Des chiffres approximatifs sont suffisants.
  • Les éventails sont généralement robustes. Aussi même si vous faites quelques erreurs en assignant les mains, cela ne changera pas du tout au tout le résultat.
  • Les éventails peuvent être utilisés pour virtuellement toutes les décisions durant les mains de poker. Par exemple, les bluffs : si vous estimez que 60% de l'éventail de votre adversaire ne peut suivre une mise de taille décente (peut-être parce qu'il a de nombreux tirages manqués dans son éventail), alors un bluff sera très rentable.
  • Les éventails demandent beaucoup de travail. Les joueurs professionnels passent beaucoup de temps à s'entraîner sur leur capacité à estimer les éventails et les pourcentages, leur permettant ainsi d'utiliser cette connaissance et ces techniques à la table.


Soyez le professionnel !

L'habileté à penser "éventail" rapidement et avec précision est l'une des marque de fabrique des bons joueurs de poker - pas celle à lire dans les pensées adverses ou comme dans les films.

Généralement lorsque vous voyez un joueur réaliser un call ou fold incroyable à la télé ou en vidéo, tandis que les commentateurs attribuent ce coup d'éclat à un cerveau d'extra-terrestre, vous êtes plutôt témoin soit d'un pro excellant dans la lecture d'éventail, soit d'un joueur qui n'a pas réellement idée de ce qu'il fait et qui est chanceux après avoir pris une mauvaise décision.

Cela peut ressembler à la même chose, mais le professionnel aura bien plus souvent raison que le joueur tentant le coup d'éclat à l'aveuglette ou sur son intuition.