Cepheus, le robot “parfait” a-t-il vraiment résolu le poker ?

Cepheus
Cephée restera probablement plus connu pour sa constellation.

Les informaticiens de l’Université d’Alberta viennent de terminer un projet sur lequel ils travaillent depuis dix ans, pour mettre au point un programme qui puisse battre tous les joueurs de poker.

Appelé Cepheus, ce programme est censé jouer “parfaitement” les heads-up en Limit Hold’em.

Les médias ont bien sûr sauté sur l’occasion pour déclarer que le poker avait donc été “résolu” et qu’on venait donc d’entrer dans l’ère des machines.

Nous, joueurs de poker, sommes donc mal barrés, non ?

Pas tout à fait. Pas du tout, même.


Cepheus, kézako ?

Ce n’est pas la première fois qu’on essaye de créer un programme pour le poker à l’image des joueurs d’échec virtuels. Depuis que Gary Kasparov s’est incliné face à Deep Blue, on sait que les machines sont les meilleurs joueurs d’échecs.

deepblue
Cepheus est-il réellement le nouveau Deep Blue du poker ?

On redoute ainsi depuis longtemps que le même phénomène se produise dans le poker. Ce cauchemar est-il finalement devenu réalité ?

Mike Howling et son équipe ont utilisé un programme capable de s’adapter, en théorie, à toutes les situations. Pour cela, ils ont enregistré toutes les situations pouvant se produire lors d’un heads-up, soit 316 000 000 000 000 000 (!), et ont fait jouer la machine contre elle-même.

L’objectif : arriver à “battre” le Limit Hold’em. Pour cela, 200 processeurs ont calculé sans arrêt pendant 70 jours et ont généré une base de données de 11 teraoctets… et ont résolu le poker !

Prenant d’abord des décisions totalement arbitraires, la machine s’est mise à jouer raisonnablement, puis parfaitement. Elle est même capable de bluffer.

Si elle arrive à imiter si bien le jeu humain, c’est qu’elle intègre un générateur aléatoire pour certaines situations.

Comme vous le savez, au poker il n’y a parfois pas une seule et unique bonne décision. La théorie veut que dans une situation particulière, il soit préférable par exemple de suivre à 70% et de se coucher à 30%.

Dans ce genre de situation, Cepheus ne prend pas de décision et s’en remet au générateur aléatoire, ce qui le rend aussi imprévisible qu’un joueur humain.

david sklansky
Sklansky : "Je gagnerai plus et plus rapidement."

Evidemment, Cepheus ne gagne pas à tous les coups. Il est exposé aux mêmes bad beats que tous les autres joueurs. Cependant, sur le long terme personne ne devrait être capable de le battre.

Et personne ne le fera.


Cepheus, ses forces et ses faiblesses

Tout comme Deep Blue, Cepheus est bien supérieur aux humains en termes de calculs.

Les programmes informatiques peuvent traiter des milliers de situations en une fraction de seconde. Il n’y a qu’à voir le chiffre évoqué ci-dessus, on parle de quadrillions !

Cependant, c’est aussi ce qui fait la faiblesse du robot. Les humains peuvent rapidement éliminer la plupart des décisions parce qu’elles sont manifestement mauvaises.

C’est plus facile à voir aux échecs : vous n’envisageriez jamais de bouger votre roi tôt, à moins que cela ne soit absolument nécessaire. Le programme doit par contre forcément l’envisager avant de prendre une décision.

Et bien que Cepheus soit effectivement imbattable, il n’est cependant pas le meilleur joueur du monde. Cela vous semble paradoxal ? Et pourtant.

Comme le gourou du poker David Sklansky l’a déclaré récemment lors de l’inauguration de Cepheus : “Si le programme joue contre un mauvais joueur, il gagnera, mais pas aussi rapidement qu’un bon joueur humain le ferait.
Je peux aussi détruire un débutant beaucoup plus efficacement que ce programme informatique.

PokerKitchen 4
D'autres applications pour Cepheus peuvent se montrer plus intrigantes.

En d’autres termes : c’est un avantage pour Cepheus d’être dénué de toute émotion et de ne pas risquer le tilt, mais il lui manque un instinct de tueur.

Et pourtant, si Sklansky jouait contre Cepheus, il perdrait. Même si cela prendrait sûrement longtemps.

D’ailleurs, si cela vous tente, vous pouvez tester le programme en ligne ici.


La fin du poker ?

Non. Et ce pour une raison très simple : même si un programme informatique peut mieux jouer qu’un humain, encore faut-il y être confronté.

Vous connaissez beaucoup de joueurs qui font des heads-up en Limit Hold’em ? Nous sommes allés vérifier pour vous chez PokerStars.com.

Il y avait 58 tables de heads-up de LHE à 1$/2$ ou plus. Sur 57 d’entre elles, un requin attendait patiemment sa proie. Une seule était active.

Par ailleurs, Cepheus ne sert plus à rien dès lors qu’il y a plus d’un autre joueur à table. Les interactions sont trop importantes.

cepheus2
Des chercheurs à l'Université d'Alberta.

Cepheus n’aura donc certainement pas un gros impact sur le poker.


Mais alors, à quoi sert-il ?

Ce qui est vraiment intéressant avec Cepheus, c’est qu’il est capable de battre n’importe quelle stratégie. Il n’essaye même pas de les identifier d’ailleurs, il s’en fiche.

Cepheus va être utilisé dans de nombreux domaines : médecine, sécurité, lutte contre le terrorisme.

Dans l’Alberta, les chercheurs sont déjà en train de travailler sur un programme qui permet de concevoir des plans personnalisés pour les personnes diabétiques. Cela peut paraître tiré par les cheveux, mais Cepheus leur sera très utile grâce à sa capacité à donner de bons conseils.

A l’Université de Californie, des scientifiques tentent de créer “un système qui permette de mobiliser des officiers sur les vols et des garde-côtes dans les ports".

Comme Cepheus qui est imbattable au poker, le projet de l’USC vise à créer un programme capable de générer des stratégies impossibles à exploiter pour les ennemis, explique The Independent.

Cepheus marque donc bel et bien une petite révolution en termes de programme de stratégie, mais il ne risque pas de détruire le poker.


Dirk Oetzmann

Derniers Blog Posts »