Conseils de pros : Jared Tendler explique comment gérer le stress

IMG3212

Votre cerveau vous fait défaut durant les grosses mains ? Pourl l'expert en psychologie du poker Jared Tendler ce n'est que de l'anxiété, que vous pouvez exploiter à votre avantage.

Hier soir, j'ai participé à un petit tournoi rebuy à 10£ dans le petit pub de mon quartier. J'ai regardé d'un œil amusé, et un brin gêné, mon ami effectuer 21 rebuys.

De la malchance ? Un bad beat (ou 21) ? Non. Il avait juste pété un câble.

C'est l'un des plus gros problèmes des joueurs amateurs, et cela vous coûtera probablement beaucoup plus d'argent que n'importe laquelle de vos faiblesses techniques.

J'ai donc décidé de demander au plus grand spécialiste du tilt de nous aider : l'auteur de The Mental Game of Poker et The Mental Game of Poker 2, Jared Tendler.

Lee Davy


A propos de la Variance

« Beaucoup de joueurs qui se lancent dans le poker savent déjà ce que c'est de perdre, que ce soit en sport, aux échecs ou autre, » nous dit Tendler.

« Le jeu y est plus équitable. Au poker, il faut accepter qu'il y a une autre entité, en plus de vous et de vos adversaires, qui influe sur les résultats.

poker golf
"Au golf on appellerait ça une taupe dans le gazon."

« On peut appeler ça la réussite, mais au poker on parlera plutôt de variance. La variance, c'est ce faux-rebond qui déviera un tir magnifique au football, par exemple.

C'est comme s'il y avait quelqu'un de complètement fou, sans aucune notion de la réalité, qui influençait les résultats. Et si vous ne faites pas l'effort de comprendre la variance, c'est vous qui en deviendrez fou. »

Maintenant qu'on sait à peu près ce qu'est la variance, comment faire pour mieux la gérer et éviter qu'elle n'influence les résultats plus que ce n'est déjà le cas ?

« Pour les débutants, la meilleure chose à faire pour gérer la variance est d'essayer de voir à quels moments elle a eu le plus d'influence, à quels moments ils étaient favoris mais ont perdu. »


Archiver et analyser

On dit souvent qu'on ne peut pas gérer ce qu'on ne peut pas mesurer. Alors si vous voulez franchir un palier, vous seriez bien avisé de commencer à garder une trace des mains que vous jouez et à les analyser.

« Concentrez-vous sur les fois où vous aviez un avantage qui a été neutralisé par des facteurs indépendants de vous et de vos adversaires » explique Tendler.

Philippe Jouveau2013 WSOP EuropeEV041500 PLODay 2Giron8JG0410
"Il vous faut savoir affronter la dure réalité de la défaite."

« C'est particulièrement facile à voir lorsque vous êtes all-in. Si vous êtes en meilleure position au moment d'aller au tapis mais que vous perdez, alors il ne s'agit que de la variance.

Ensuite, vous pouvez essayer de voir la situation inverse. Combien de fois étiez-vous en mauvaise position mais avez-vous gagné ? »

On a donc bien compris qu'on n'a aucun contrôle sur la variance et qu'elle est complètement indépendante de notre niveau de jeu. Mais alors, que faire pour identifier mes points faibles et les travailler ?

« Les joueurs aiment utiliser 'l'EV all-in' (Expected Value) pour déterminer s'il sont plutôt chanceux ou malchanceux. Mais ce n'est qu'un point de départ. Beaucoup de joueurs, même très expérimentés, ont tendance à trop s'appuyer sur cette donnée en particulier. Ils en font un pur indice de chance et ils ont tort. »


Apprendre à perdre

« La plupart des gens détestent perdre, mais en tant que joueur de poker, autant vous y habituer, parce que ça va arriver souvent.

Il faut accepter la défaite, ce qui ne veut pas dire l'accepter sans en tirer de leçons. Il ne faut pas être trop passif.

Analysez votre partie, essayez de voir si vous avez pris les meilleures décisions, et apprenez à concentrer votre énergie sur la prise de décisions plutôt que sur la valeur absolue de vos résultats. Les résultats peuvent être trompeurs car la chance y tient une place conséquente. »


Et les gains ?

« Les gains sont bien évidemment importants, il ne s'agit pas de ne pas les prendre en compte. Simplement, il ne faut pas que ce soit la seule mesure de votre succès (ou non).

Ce que je vous conseille, c'est d'analyser toutes les mains qui vous ont semblé compliquées ou pas très claires. En ligne, si vous mettez plus de 10-15 secondes à prendre une décision, vous aurez besoin d'analyser cette main à posteriori. Il y a forcément quelque chose à en apprendre.

Même si vous avez pris la bonne décision, l'analyse ne peut que vous servir. »

jaredtendlerphotoslide3
Tendler : "Ne niez pas vos problèmes, puis commencez à y travailler dessus."


Gérer le stress

« Il est également essentiel que les débutants apprennent à gérer leur stress » poursuit Tendler.

« On n'en parle encore pas assez, en partie parce que ça arrange beaucoup de monde que les joueurs aient du mal à gérer cela.

Par exemple, quand vous avez l'impression que votre cerveau est vide et que vous n'arrivez plus à réfléchir, il est important d'être conscient que c'est une question de stress. »

Une fois qu'on sait identifier le stress, comment mieux l'appréhender et éviter qu'il n'influence trop notre jeu ?

« Tout dépend de ce qui cause ce stress. La peur de l'échec ? De faire des erreurs ? D'avoir l'air bête ? Faites un travail d'introspection, soyez honnête avec vous-même. Si vous avez conscience de vous-même, vous pourrez essayer de progresser.

L'avantage des débutants, c'est qu'en général leur stress est minime. C'est pour ça qu'il faut justement s'y attaquer à ce moment-là, avant qu'il ne prenne trop d'ampleur. Cela permettra d'éviter beaucoup de problèmes à long terme et d'avoir un progrès plus linéaire, sans trop d'aléas.

Attention tout de même à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Le stress et l'excitation sont deux faces d'une même pièce, donc une petite dose de stress peut également servir de motivation à bien jouer.

Dans le sport de haut niveau, il est évident que ce mélange de stress, de nervosité, d'excitation et d'adrénaline permet de se dépasser et est un élément essentiel des meilleures performances.

mental game tendler
"Si vous avez déjà eu des problèmes de stress dans votre vie, il y a de fortes chances que ceux-ci refassent surface au poker."

Le stress n'est donc pas négatif, tant qu'il reste à un niveau raisonnable. Il faut simplement être honnête avec soi-même, ignorer le problème ne pourra que faire empirer la situation. Ignorer un problème ne l'a jamais fait disparaître. Beaucoup de mes clients viennent me voir parce qu'ils ont complètement bloqué leurs problèmes et qu'ils finissent par leur exploser au visage.

Ils ne sont pas conscients que le fait de bloquer toutes ces petites anxiétés finit par créer d'énormes problèmes à long terme. »


La conscience de soi, c'est la clé ?

« Absolument » déclare Tendler. « Ayez la pleine conscience de ce que vous ressentez, sachez pourquoi vous faites ce que vous faites. N'arrêtez jamais de réfléchir.

Je pense que c'est un des domaines dans lesquels mon livre peut être très utile aux débutants, il peut leur permettre de devenir conscients d'eux-mêmes.

Ils ont ainsi un aperçu de problèmes auxquels ils n'ont même pas encore été confrontés, et qu'ils pourront peut-être même éviter.

En tant que débutant, il peut également être intéressant de vous pencher sur vos expériences passées : sports, relations humaines, travail, etc. Le stress a-t-il joué un rôle important dans votre vie ?

Si vous avez déjà eu des problèmes avec le stress par le passé, il est fort probable que ceux-ci resurgissent dans le poker si vous n'avez rien fait pour les régler. »