Greg Merson : de l'Enfer au Paradis

L'histoire de Greg Merson n'est pas seulement celle toujours belle du joueur vainqueur du plus gros et plus prestigieux tournoi de l'année. C'est aussi l'histoire d'un homme revenu de l'enfer : celui de la drogue.

Les plus grands champions ont parfois un noir passé. Dans le monde du poker, ils ont d'ailleurs été plusieurs à tomber dans les excès, dont celui de la drogue. On citera plus particulièrement Scotty NGuyen et son rapport un peu trop privilégié à l'alcool, ou encore l'un des plus grands joueurs de l'histoire, Stu Ungar, décédé à 45 ans dans un motel sordide de Vegas.

Ce que l'on sait moins, c'est que Greg Merson, le tout récent vainqueur du Main Event des World Series of Poker 2012, a lui aussi ses démons.

La victoire de Gregory Merson n'est pas une victoire comme les autres.
Il ne s'agit en effet pas seulement de la victoire finale d'un joueur dans le plus grand tournoi de poker au monde face à 6597 adversaires, tout pro qu'il soit. Mais il s'agit donc aussi de la victoire d'un homme contre la drogue.

Sous ses airs de jeune homme bien sous tous rapports, Merson est en effet un rescapé de la pire des addictions.

Descente aux enfers

IMG1788
"Le poker m'a sauvé la vie."
 

Quelques mois avant sa victoire, après un fabuleux été du côté de Vegas qui l'aura vu remporter un premier bracelet puis se qualifier pour la table finale du Main Event, Merson intervenait sur le plus grand forum anglophone, 2+2, pour raconter son histoire et se livrer à coeur ouvert, et proposer son aide à ceux qui pourraient rencontrer le même problème.

Tel Icare...

Alors qu'il est encore au lycée, Merson décroche en se consacrant vite au poker où il connaît beaucoup de succès en cash games. Trop, trop vite. Il prend alors la grosse tête, et commence à mener une vie dissolue et à dépenser tout son argent, y compris dans les drogues diverses et variées. Jusqu'à tomber dans la cocaïne.

Un an plus tard, en août 2007, alors qu'il n'est pas encore connu sous le pseudo "gregy20723" sur PokerStars, le jeune homme d'alors 19 ans pense s'en sortir après une première cure de désintoxication et avoir notamment perdu 15 kilos en 5 mois d'excès.
Il reste sobre pendant 3 ans et demi, se dévouant totalement à sa nouvelle passion, le poker. Durant cette période, il devient même trois fois "Super Nova Elite" sur la salle de poker en ligne, la plus haute distinction qu'il est possible d'obtenir en terme d'activité.

"Le poker m'a donné une chance de me sortir de l'addiction à la drogue. Le jeu est un stimulant, et il a été un incroyable palliatif à la cocaïne."

Après sa première année "propre", Merson commence malgré tout à boire socialement, au début deux fois par mois, puis une fois par semaine. N'appréciant pas particulièrement l'alcool, il pouvait cependant encore en garder le contrôle.

La rechute

Mais en février 2011, sous l'influence de l'alcool, Greg replonge dans la cocaïne, et se remet à fumer de l'herbe, et il dispute même les WSOP 2011 en prenant au moins 20 mg d'Adderoll par jour, un amphétamine utilisé contre les troubles de l'attention et la narcolepsie.

e57 merson2
Greg Merson, lors de la victoire pour son premier bracelet cet été.
 

Après l'été, Greg part au Canada et essaie de tout arrêter de lui-même. Il échoue misérablement (selon ses propres termes), et sombre au contraire encore plus, en tombant dans le roxy (une sorte d'héroïne synthétique). Sa consommation passe de 15 mg par jour, à 150 en seulement quelques semaines.

A nouveau l'homme s'en sort en fin d'année 2011, grâce à deux de ses meilleurs amis, Anthony Gregg et Christian Harder. Cette fois semble t-il pour de bon. Il ne boit plus, et considère qu'il ne peut plus se faire confiance sous l'emprise de quelconque drogue. "J'ai même peur quand je dois prendre de l'aspirine quand je suis malade."

Depuis, Merson a connu le joli destin que l'on sait, en ayant réussi de fabuleux WSOP 2012 : 5 places payées dont 2 bracelets remportés, et naturellement la victoire dans le Main Event, pour un premier prix de 8 531 853 $.

Ce parcours hors-norme (restant naturellement peu enviable malgré son heureux dénouement) explique ainsi en grande partie l'énorme émotion qui a saisi Greg Merson après sa victoire d'il y a moins d'une semaine, les larmes aux yeux à chaque interview qu'il pouvait donner.

C'est aussi sans doute ce qui a pu expliquer les nombreux messages ayant salué sa victoire, et pas seulement parce que beaucoup le considéraient comme le meilleur joueur de la table et du heads-up et un gars très sympathique.

Ces épreuves vécues lui auront sans conteste apporté cette grande humilité affichée dans la victoire, et la plénitude de l'exploit accompli, celui d'avoir gravi une véritable montagne, que l'on a pu lire dans ses yeux embués.

Il ne reste plus qu'à souhaiter au nouveau champion du monde de poker de rester sur cette bonne voie (ce à quoi il continue de travailler en pratiquant notamment le yoga), et que son histoire en inspirera peut-être d'autres livrant le même combat.


> Revivez aussi la victoire de Greg Merson

 

assets/photos/_resampled/croppedimage6060-fred2.jpg
A propos de Fred Guillemot
Tombé dans la marmite du poker lors des tous débuts du boom en France en 2005, Fred a rejoint PokerListings en 2007 duquel il est aujourd'hui rédacteur en chef pour la France, après avoir fait ses premiers pas de journaliste dans la presse locale et sportive. Il a couvert de nombreux grands tournois partout à travers le monde (de Las Vegas à Prague en passant par Londres, Madrid ou Barcelone), avec pour spécialités les longues interviews et les reportages photo sur les coulisses.

Vous pourriez aussi Aimer

assets/photos/_resampled/croppedimage12580-marc-andre-ladouceur-5.JPG

Marc-Andre Ladouceur : « Il n'y a pas de rivalité entre Québecois et Canadiens... sauf au hockey. »

Le Québécois de la team PokerStars évoque avec nous entre autres son bon parcours aux WSOP il y a deux ans, l'impact de Duhamel sur...

24 Avril 2014
assets/photos/_resampled/croppedimage12580-elky-2.JPG

ElkY : « C'est difficile de trouver ce qui ne tourne pas rond dans mon jeu. »

Rencontré à San Remo, Bertrand Grospellier a évoqué avec nous sans détour ses résultats un peu moins bons qu'avant, et nous parle de l'une de...

22 Avril 2014
assets/photos/_resampled/croppedimage12580-Iquit.jpg

Quand les Pros arrêtent le Poker

On aura pu voir de nombreux visages connus du monde du poker se retirer officiellement et d'autres disparaître dans l'ombre au fil des années. Les...

18 Avril 2014
assets/photos/_resampled/croppedimage12580-claudio-pagano-2.JPG

Claudio Pagano : « Nous avons fait de l'EPT San Remo le plus grand tournoi du circuit. »

Claudio Pagano et ses deux fils, Luca et Nicola, sont les propriétaires de PaganoEvents, le plus grand organisateur de tournois en Italie. Nous l'avons rencontré...

17 Avril 2014

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Commentaire ajouté. Merci !

Aucun commentaire