Philipp Gruissem : « Les gens ne savent pas donner de l’argent. »

Optimized WM PhilGruissemGPM
Philipp Gruissem

Phil “philbort” Gruissem est l’un des joueurs spécialiste des high-stakes les plus en vue et les plus talentueux du monde.

Et ses 10 millions de dollars de gains en tournoi témoignent de la qualité de l’Allemand.

Ces derniers mois cependant, il a quelque peu délaissé les tables de poker pour se consacrer quasi exclusivement à l’association caritative qu’il a fondée avec plusieurs partenaires, dont Igor Kurganov et Liv Boeree, Raising for Effective Gaiming (REG).

Gruissem s’est bien rendu à Berlin à l’occasion des WSOPE 2015, mais il n’a participé à aucun des tournois. Il est là principalement pour promouvoir REG et convaincre autant de joueurs que possible de faire don d’une partie de leurs gains.

Le week-end dernier, REG a annoncé un partenariat avec l’Association sportive du poker allemand. A cette occasion, Gruissem a donné plus d’informations sur REG pendant une conférence de presse aux WSOPE, et expliqué pourquoi il est essentiel de donner non seulement avec son cœur, mais aussi avec sa raison.

Beaucoup d’idées fausses

Les gens sont des fish lorsqu’il s’agit de donner de l’argent,” explique Gruissem. “
Ils ont des idées fausses sur le type de dons qui permet d’aider le plus, nous voulons les informer et les éduquer là dessus.

Philipp Gruissem en Ouganda.
50 centimes seulement peuvent changer une vie.

Pour Gruissem, le principal problème des dons, c’est qu’ils ne sont pas réguliers.

Après le tremblement de terre au Népal [en avril 2015], les gens ont très rapidement donné beaucoup d’argent, ce qui est très bien. Mais des gens meurent de faim dans le monde entier tous les jours, et un don - même minime - pourrait les aider. La plupart des gens ne s’en rendent pas compte.

Gruissem a également insisté sur le fait que même un petit don peut permettre d’accomplir de grandes choses.

On peut vermifuger des enfants avec 50 cents”, a-t-il expliqué en présentant l’initiative mondiale de vermifugation, qui mène des opérations de vermifugation d’enfants dans les écoles en Afrique, pour moins de 0,50 dollar par enfant et par an.

Faire en sorte que les dons aient le plus d’impact possible

Gruissem a également expliqué que la délibération rationnelle était absolument essentielle lorsqu’on se demande à quelles associations donner.

Les dons ont aussi une “expected value” (valeur attendue), il est possible de calculer combien de vies seront sauvées ou améliorées par chaque association avec chaque don.

Martin Jacobson vainqueur du Main Event des WSOP 2014.
Le champion en titre des WSOP a lui aussi beaucoup donné.

Les gens sont pétris de bonnes intentions, mais ne réfléchissent pas de manière assez rationnelle ce qui rend leurs dons moins efficaces. En tant que joueur de poker, je veux toujours optimiser l’EV et faire les dons les plus efficaces possibles.

C’est exactement ce que fait REG : s’assurer que vos dons ont le plus d’impact possible.

L’équipe de REG mène ses propres recherches sur les associations, mais s’appuie surtout sur le travail de GiveWell.org, une association à but non lucratif qui évalue les associations caritatives.

Lorsque vous effectuez un don via REG, vous pouvez soit choisir à quelle association vous souhaitez donner, soit nous laisser gérer la répartition”, explique Gruissem.

Les joueurs de poker peuvent ainsi promettre de donner x% de leurs revenus bruts, x étant compris entre 2 et 10%.
Pour l’instant, le contributeur le plus connu à REG est le vainqueur du Main Event des WSOP Martin Jacobson, qui a fait don de 250 000$ l’année dernière.

Adriano Mannino, co-fondateur et président de REG, insiste sur le fait que l’association ne cherche à générer aucun profit. Depuis sont lancement en 2014, REG a recueilli 750 000$, pour des frais s’élevant à peine à 50 000$.

Des micro-transactions pour un flux régulier

Actuellement, REG dépend principalement de gros donateurs comme Jacobson pour faire la différence, mais Mannino et Gruissem souhaitent se développer dans d’autres domaines. Le trading, les jeux vidéo et les sports “fantasy” sont leurs priorités.

Philipp Gruissem
Les micro-donations sont essentielles.

Mais même dans le poker, il reste encore beaucoup de choses à faire. A Rozvadov par exemple, le Kings Casino dispose d’une boîte REG dans laquelle les joueurs peuvent faire des dons.

Cette boîte a recueilli 16 000$ au deuxième trimestre 2015, et l’initiative va s’étendre à d’autres casinos.

En Allemagne, REG a annoncé le lancement d’un partenariat avec l’Association sportive de poker allemand, ce qui permet à l’association de toucher de nombreux clubs de poker et des milliers de joueurs amateurs.

REG a également trouvé un soutien de poids en la personne de Jason Somerville, qui a promis de faire don d’un pourcentage des revenus publicitaires liés à son stream Run It Up. Il a également constamment promu l’association sur son Twitch la saison dernière.

Mannino insiste énormément sur l’importance des petits dons :

Les petits dons par micro-transactions sont bien plus réguliers et facilitent les calculs, c’est notre priorité pour les années à venir.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire