Limit Texas Holdem

Bob Cole

Guide stratégique du Limit Texas Hold'em (jeu d'argent)

Introduction

Cet article est destiné à aider les joueurs débutants/intermédiaires à améliorer leur façon de jouer au Limit Texas Hold'em. Si vous avez peu d'expérience en matière de poker, vous devrez vous reporter à ce texte après/pendant que vous jouerez afin de revoir les concepts et les stratégies exposés. Cet article présente une vision simpliste et propose des conseils qui suivent un certain style de jeu. En conséquence, il n'y aura aucun traitement approfondi des exceptions et des variations pouvant intervenir dans le jeu.

Le Texas Hold'em à Limite fixe (plus couramment appelé le Limit Texas Hold'em) est la version du poker la plus répandue actuellement à travers le monde. Il s'agit de la version préférée des casinos, à la fois hors ligne et en ligne, car jusqu'à dix joueurs peuvent participer dans chaque partie. De plus, les joueurs faibles ont une chance raisonnable de gagner sur le court terme et, en général, les joueurs ne se ruinent pas trop rapidement et ont tendance à jouer pendant un bon moment avant que cela ne se produise.

Toutefois, le Limit Texas Hold'em peut s'avérer trompeur pour les joueurs moins expérimentés. Une fausse notion, répandue parmi les joueurs, affirme que vous pouvez simplement vous asseoir et suivre les mains à chaque fois que vous avez les cotes du pot en votre faveur, sans prêter particulièrement attention à vos adversaires. En réalité, c'est ainsi que joue une majorité de joueurs de Limit Texas Hold'em sur des tables à limite basse (2$-4$ ou 4$-8$). Qui plus est, les joueurs intermédiaires souffrent très couramment d'un manque de discipline (rigueur) et d'un manque d'agressivité appliquée (attaque forte aux moments appropriés).

En général, un style de jeu complètement serré/agressif est probablement le plus lucratif, en particulier dans des parties intermédiaires/fortes. A ce titre, l'objectif de ce guide est de vous fournir des informations sur ce style. Il préconisera de jouer peu de mains de départ, tout en essayant de prendre le contrôle du jeu dans de nombreux pots et de tirer profit de votre position. Les stratégies proposées se concentrent sur le jeu au pré-flop et au flop, car c'est là que la plupart des joueurs débutants/intermédiaires commettent leurs plus grosses erreurs. Si vous jouez correctement jusqu'au turn, vous n'aurez pas beaucoup de décisions délicates à prendre et serez sur la bonne voie pour devenir un joueur redoutable.

Principales aptitudes pour devenir un bon joueur de Limit Texas Hold'em
  • Discipline totale
  • Lecture des adversaires
  • Calcul des cotes du pot
  • Garder son sang froid pour ne pas perdre ses moyens
  • Gestion des jetons

Bons conseils et erreurs courantes

Les bons conseils du Limit Texas Hold'em

  1. Jouez uniquement des mains de départ de premier choix : dans un jeu standard, vous ne devriez pas voir plus de 20 à 25 % des flops.
  2. Choix de la table : méfiez-vous des tables au jeu serré/agressif (peu de profit, grande volatilité) et évitez globalement les joueurs forts car ils "vous liront et prendront votre argent". Recherchez des parties plus relâchées où au moins 30 % des joueurs voient le flop en moyenne et jouent leurs mains "trop loin" (ils ont tendance à ne pas vouloir se coucher).
  3. Assurez-vous d'avoir les cotes du pot de votre côté quand vous tirez : suivez une mise uniquement si le pot le justifie (voir Cotes du pot).
  4. Analysez toujours votre force relative dans la mène : habituez-vous à toujours anticiper les mains de vos adversaires et veillez à les réévaluer à nouveau quand d'autres informations sont révélées lors des autres tours de mise. Vous n'aurez jamais véritablement de réussite, sauf si vous "entrez dans la peau" de vos adversaires.
  5. Essayez de mémoriser les styles de jeu de vos adversaires : voici notamment les questions que vous devriez vous poser : avec quel genre de mains relancent-ils ? Avec quel genre de mains sur-relancent-ils ? Suivent-ils toujours avec des mains faibles ? Comment jouent-ils les paires qu'ils obtiennent dans leurs cartes fermées ? Comment jouent-ils leurs mains intéressantes ? Avec quel genre de mains suivent-ils/relancent-ils lorsqu'ils sont en position hâtive ? Avec quel genre de mains font-ils un check-raise ?
  6. Misez ou relancez lorsque cela est justifié - ne vous contentez pas de suivre : la structure du Limit Texas Hold'em attire les mains à tirage, qui peuvent également miser contre vous. Si vous pensez que vous avez la meilleure main, vous devriez presque toujours miser/relancer. Il n'est pas dans votre intérêt de donner une quelconque carte gratuite.
  7. Ayez toujours un bon kicker : vous devez avoir une bonne seconde carte, ou kicker, pour accompagner votre meilleure carte. (Les kickers faibles donnent des secondes meilleures mains qui reviennent chères sur le long terme).
  8. Soyez rapide pour voler les pots lorsque vous jouez en position tardive : lorsque peu de joueurs sont engagés dans le coup et que l'on a passé jusqu'à vous, une possibilité de remporter le pot peut s'offrir à vous si vous êtes en dernière position ou en position tardive. Ne faites ceci que si le tableau semble ne profiter à personne. De plus, veillez à bien examiner le type de joueurs encore engagés dans le pot.
  9. Variez votre jeu : à l'occasion, suivez sur des "mains de relance" et misez/relancez sur certaines "mains de suivi". Faites-le à la fois avant et après le flop afin d'éviter que votre style de jeu ne devienne prévisible.
  10. Couchez-vous au bon moment : vous économiserez de l'argent si vous vous couchez au bon moment. Ne tirez pas quand vous savez que vous êtes battu et que le pot ne justifie pas que vous suiviez.
  11. Bluffez sporadiquement : vous devez être quasiment certain que vos adversaires ne possèdent pas de mains fortes et/ou sont très faibles lorsque vous essayez de bluffer.

Erreurs courantes au Texas Hold'em à Limite fixe

  1. Jouer trop de mains de départ (voir le Guide des mains de départ).
  2. Trop suivre avec des mains pièges (voir Mains pièges).
  3. Ne pas se coucher avec des mains modestes comme une paire supérieure et un mauvais kicker ou une paire moyenne (se coucher ou relancer est souvent la meilleure façon de jouer dans ces situations).
  4. Ne pas relancer avec des mains de premier ordre, laissant ainsi trop de mains à tirage engagées au flop.
  5. Tirer pour obtenir des cartes qui vous donneront probablement une seconde meilleure main. Par exemple, le flop est 10-8-5 et vous avez R5. Si quelqu'un mise, que quelques joueurs suivent, dont vous, et que vous tirez un R sur le turn, cette carte peut éventuellement donner une meilleure double paire à quelqu'un qui a R10 ou R8.
  6. Ne prêter attention qu'à votre propre jeu et non à celui de vos adversaires. Combien de joueurs ont vu le flop ? Quelqu'un a-t-il relancé au pré-flop ? Quels types de joueurs sont encore engagés dans le pot ? Ce sont toutes les questions que vous devez vous poser pendant le jeu.
  7. Ne pas être suffisamment agressif sur le flop (prendre l'initiative) et le turn (pour aller jusqu'au bout/protéger la main)(voir Check-Raise).
  8. Suivre à chaque fois jusqu'à la rivière sans avoir les cotes du pot appropriées (voir Cotes du pot).
  9. Suivre trop au lieu de relancer lorsque vous avez la meilleure main.
  10. Mauvais choix de table.
  11. Ne pas avoir suffisamment de jetons pour jouer à une certaine limite et donc se retrouver, très probablement, ruiné (vous devez avoir environ 300 fois la grande mise pour un jeu optimal).

Jeu au pré-flop

L'une des aptitudes les plus précieuses au Limit Texas Hold'em est la capacité à bien choisir les mains avec lesquelles commencer à jouer. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte pour décider quelles mains il faut jouer :

  1. Le jeu à la table est-il serré ou relâché ?
  2. Combien de joueurs sont assis à la table ?
  3. Combien de joueurs sont engagés dans le pot lorsque c'est à votre tour de parler ?
  4. Le pot a-t-il été relancé ? Si oui, par quel joueur et en quelle position se trouve-t-il ?
  5. Quelle est votre position ?

Jeu serré ou relâché

Un jeu serré se définit comme un jeu où peu de joueurs (2-3) voient le flop en moyenne, puis se couchent après le flop. Dans ce type de jeu, vous voyez rarement la rivière car tout le monde s'est couché. Il n'y a pratiquement aucune raison de jouer à ce type de jeu, même si vous êtes un excellent joueur. Si vous décidez de jouer dans un jeu serré, votre main de départ doit être très consciencieusement sélectionnée et vous devez être capable de jouer 15 % à 20 % de vos mains de départ.

Quoiqu'il en soit, un jeu relâché est généralement celui auquel vous voudrez jouer. Dans un jeu relâché, bon nombre de joueurs voient le flop et ont tendance à aller trop loin avec leurs mains. Dans ce type de jeu, vous avez la possibilité de jouer davantage de mains, sans toutefois dépasser plus de 30 % du total des mains. Dans tous les cas, vous devez être très sélectif en ce qui concerne les mains que vous jouez.

Combien de joueurs sont engagés dans le pot avant vous ?

Si beaucoup de joueurs voient le flop, vous augmentez vos chances d'obtenir un tirage intéressant avec des mains comme 76assortis ou de petites paires dans vos cartes fermées, car ces types de mains gagnent en valeur dans les pots à plusieurs joueurs. A une table avec uniquement six joueurs ou moins, les grosses cartes gagnent en valeur. Même une main constituée d'un As et d'un kicker inférieur à Dix devient généralement jouable. Dans une partie où la table est pleine, les mains comme A10, R10, D10 perdent en valeur car elles peuvent facilement devenir des mains pièges, c'est-à-dire des secondes meilleures mains (voir Mains pièges).

Généralement, plus il y a de joueurs, plus les pots sont élevés car, plus il y a de joueurs engagés dans le pot, plus les cotes du pot deviennent élevées. Par exemple, vous pouvez suivre avant le flop avec une main comme 76assortis ou une petite paire, si vous pensez que six joueurs ou plus seront engagés dans le pot. S'il n'y a que deux ou trois joueurs engagés, un 76assortis ou une petite paire ne sont pas des mains suffisamment bonnes pour jouer. Vous voulez être sûr d'être bien payé sur vos mains intéressantes.

S'il a été relancé

Si quelqu'un a relancé avant le flop, vous devez avoir une très bonne main pour suivre, ou bénéficier d'excellentes cotes du pot. Ne suivez pas les relances en position intermédiaire avec des mains telles que AV dépareillés et RD dépareillés (voir Mains pièges). Cependant, si vous vous trouvez en position tardive et qu'au moins quatre joueurs ont suivi la relance, vous pouvez soit suivre, soit sur-relancer avec une main comme V10assortis, dans l'espoir de tirer une excellente main lorsque le pot est conséquent.

Position

Les positions sont comptées à partir du bouton. Dans une table pleine avec 9 à 10 joueurs, vous trouvez le bouton, le petit blind, le gros blind, les positions hâtives, les positions intermédiaires et les positions tardives. Les trois sièges situés après le gros blind sont appelés les positions hâtives, les trois suivants sont les positions intermédiaires et, enfin, les deux sièges restants représentent les positions tardives. La première position après le gros blind est appelée "under the gun" (être le premier à parler). Il s'agit de la pire position au pré-flop car vous êtes le premier à parler et êtes plus susceptible de commettre des erreurs. Ceci s'explique du fait que vous n'aurez pas autant d'informations que les joueurs situés en position tardive. Par conséquent, vous devez être très prudent quant au choix de votre main de départ dans cette position. Par exemple, ne jouez pas avec A10 dépareillés lorsque vous êtes le premier à parler. En revanche, si vous avez la même main au bouton et que personne n'a suivi, A10 devient une main de relance.

La meilleure position est au bouton, juste avant le petit blind. C'est dans cette position que vous aurez le plus d'informations possibles lorsque ce sera à votre tour de parler. Lorsque vous serez au bouton, vous saurez combien de joueurs sont engagés dans le pot, s'il y a eu des relances/sur-relances, etc. Il s'agit certainement de la position la plus bénéfique.

Mains pièges

Une erreur très fréquente, commise par les joueurs débutants/intermédiaires, consiste à jouer avec deux grosses cartes quelconques ou un As en position hâtive et de suivre les relances avec le même type de main. Il s'agit d'une des plus grosses erreurs qu'un joueur peut faire car ces mains peuvent facilement devenir des mains pièges. Une main piège est une main qui a une forte probabilité de devenir la seconde meilleure main et qui vous coûte beaucoup d'argent si vous allez jusqu'au flop avec. Les mains pièges les plus courantes sont A10, AV, RD, RV, R10, DV et D10. De nombreux joueurs suivent le gros blind en position hâtive et suivent les relances en position intermédiaire/tardive avec ce type de main. Ainsi, si vous suivez le gros blind avec RV en position hâtive et que quelqu'un relance en position tardive, vous pourriez vous retrouver piégé face à des mains de relance classiques comme RDassortis, AR, AVassortis, AA, RR et DD (dans le cas où un V sort).

Ceci s'applique également lorsque vous suivez des relances avec ce type de main. C'est une erreur. Les mains de relance les plus fréquentes, en position hâtive, incluent AA, RR, DD, VV, AD et AR. Pourquoi voudriez-vous suivre une relance avec une main piège quand le relanceur est susceptible d'avoir l'une des mains citées ci-dessus ? Néanmoins, les mains pièges sont jouables dans de bonnes circonstances. Par exemple, si vous êtes en position tardive et le premier à vous engager dans le coup, la main piège devient désormais une main de relance.

Conseils généraux au pré-flop

  • Veillez à relancer lorsque vous avez les meilleures paires (AA-VV) et les meilleurs connecteurs (AR, AD) pour faire payer les joueurs ayant des paires faibles et des connecteurs différents et pour construire le pot au cas où vous tireriez une main intéressante.
  • Respectez les joueurs forts qui jouent serré (par exemple, jetez AD dépareillés si un joueur fort relance en premier de parole).
  • Une fois encore, sélectionnez bien vos mains de départ. Résistez à la tentation de jouer trop de mains sous prétexte que vous avez perdu quelques pots avec de très bonnes mains.
  • Ne suivez pas une relance si vous n'êtes pas en possession d'une très bonne main avec laquelle vous, en personne, relanceriez.
  • Ne jouez jamais un As avec un kicker inférieur à Dix s'ils ne sont pas assortis. La seule exception est lorsque vous êtes en position tardive ou au bouton et que personne n'a suivi. Dans ce cas, vous devriez généralement relancer avec un As en main afin d'éventuellement remporter les blinds sans avoir à affronter qui que ce soit.

Guide des mains de départ (table pleine régulière, 8 à 10 joueurs)

Glossaire des abréviations :
RFI Relancer lorsque vous êtes le premier à s'engager . Si personne n'a suivi ou relancé avant vous, vous devriez relancer. Vous le faites afin de prendre l'initiative dans la main et/ou en raison de la possibilité de "voler" les blinds.
R Vous devriez Relancer , peu importe ce qu'il s'est passé avant vous.
R1 Vous devriez Relancer lorsqu'il n'y a pas plus d'Un joueur engagé dans le pot ou que vous êtes le premier à vous engager.
C Peu importe le nombre de joueurs engagés dans le pot, vous devriez Suivre .
C1 Suivre uniquement s'il y a au moins Un autre suiveur avant vous. Si personne n'a suivi avant vous, vous devriez vous coucher.
C2 Vous devriez Suivre s'il y a au moins Deux suiveurs déjà engagés dans le pot.
C3 Vous devriez Suivre s'il y a au moins Trois suiveurs déjà engagés dans le pot.
RR Vous devriez Sur-relancer .
F Vous devriez vous Coucher .
LL Fait référence à une position Tardive unique de relanceur.

Guide des mains de départ au Limit Texas Hold'em
Mains du Groupe A Pot non relancé Pot relancé
AA-DD R RR
ARassortis R RR
Mains du Groupe B
VV R RR1, C
1010 R C, RR LL
AR R RR1, C
ADassortis R C, RR LL
Mains du Groupe C
99 RFI (position tardive), C C2
AD RFI (position tardive), C C2
AVassortis RFI (position tardive), C C2
RDassortis RFI (position tardive), C C2
RD RFI (position tardive), C F
Mains du Groupe D
88 RFI (position tardive), C3 C4
77 RFI (position tardive), C3 C4
66-22 C3 C4
Axassortis C3 C4
RVassortis C3 C4
R10assortis C3 F
DVassortis RFI (position tardive), C2 C4
D10assortis C3 F
V10assortis C3 C4
109assortis C3 C4
98assortis C3 C4
87assortis C4 C4
76assortis C4 C4

Jeu au flop

Ce que vous devez étudier pour décider de passer, miser, suivre ou relancer

  1. Quelle est la force de la main flopée (voir Mains spécifiques au flop) ?
  2. Nombre de joueurs (difficile de bluffer dans un pot à 4 joueurs) ?
  3. Quelqu'un a-t-il relancé avant le flop et, si oui, qui et depuis quelle position (envisager de continuer) ?
  4. Quelles sont les cotes du pot en votre faveur (la taille du pot par rapport aux nombres de possibilités d'amélioration dont vous disposez) ?
  5. Quels types de tirages (s'il y en a) figurent sur le tableau ?
  6. Quels types de mains les autres joueurs sont-ils susceptibles d'avoir ?
  7. Quelle position occupez-vous (plus elle est tardive, mieux c'est) ?

Mains spécifiques au flop

Paire supérieure avec un As en kicker

  • Dans la majorité des cas, misez sur le flop (et continuez sur le turn), car souvent des joueurs faibles continueront à jouer malgré des kickers plus faibles ou des mains plus mauvaises.
  • Méfiez-vous des surpaires, en particulier dans les pots relancés.
  • Evitez d'utiliser une stratégie de "check-and-call" (passer et suivre) en misant, en faisant un check-raise ou en relançant.
  • Afin de protéger votre main contre de meilleurs tirages, soyez prêt à relancer si quelqu'un mise.

Paire supérieure avec un faible kicker

  • Si possible, essayez de miser afin de déterminer si votre main est bonne.
  • Dans un pot non relancé, placez une mise de valorisation et essayez de remporter le pot immédiatement. Ceci est particulièrement approprié si vous n'avez qu'une paire de Dix, ou inférieure, car n'importe quelle carte au turn pourra vous donner des sueurs froides.
  • De manière générale, il est préférable de vous coucher si vous êtes relancé.
  • Examinez combien d'adversaires vous devez affronter afin de déterminer la force relative de votre main.
  • Un tirage couleur, quinte et bon nombre d'autres tirages potentiels sur le flop affaibliront votre main.
  • Le flop a-t-il révélé trois grosses cartes ? Si oui, il est probable que quelqu'un ait une double paire et une paire supérieure avec un meilleur kicker que vous.
  • Evitez d'utiliser une stratégie de "check-and-call" (passer et suivre) en misant, en faisant un check-raise ou en relançant.

Double paire (paires composées avec chacune de vos cartes fermées)

  • De manière générale, évitez de faire un slowplay sur ce type de mains. Vous devriez miser/relancer si la possibilité s'offre à vous.
  • Si le tableau est très coordonné (deux ou trois cartes de la même couleur et/ou deux ou trois cartes consécutives), vous devriez relancer ou faire payer les adversaires qui veulent essayer de vous battre. Une option consiste à attendre jusqu'au turn et à voir si une carte qui n'améliore le jeu de personne sort, puis alors de relancer/miser. Ceci peut mieux fonctionner dans les pots plus gros car les mises sont doublées sur le turn et de nombreux joueurs suivront une relance sur le flop lorsque les mises sont petites.
  • Si vous avez tiré une double paire avec un As "faible", laissez AR et AD payer pour continuer. Par exemple, s'il s'agit d'un pot relancé, que le flop donne A-6-2 et que vous avez A6, quelqu'un qui possède AR ou AD agira normalement beaucoup et suivra jusqu'à la fin avec seulement 3 possibilités d'amélioration pour obtenir une meilleure double paire.
  • Si vous possédez deux paires faibles, méfiez-vous des As et Rois lors des tours de mise ultérieurs car une double paire supérieure à la vôtre peut très bien apparaître.

Surpaire (paire avec les cartes fermées supérieure à la plus forte carte du flop)

  • Misez ou relancez avec cette main afin d'éliminer vos adversaires et de protéger votre main.
  • Vous pourrez parfois faire un check-raise avec cette main si vous pensez qu'un adversaire va miser et que votre relance obligera les autres à se coucher.
  • Si quelqu'un vous relance, il est parfois préférable de sur-relancer. La plupart des joueurs relanceront au moins une fois avec une paire supérieure mais le plafond des mises ne sera atteint qu'avec des mains fortes, par conséquent, vous pouvez également obtenir des informations de vos adversaires, afin de voir si votre main est bonne ou non.

Seconde paire (paire avec vos cartes fermées comprise entre la carte la plus élevée et la carte intermédiaire du flop)

  • Une main classique pour se coucher ou miser. Vous pouvez généralement miser pour que les joueurs faibles/relâchés continuent afin de rechercher des paires intermédiaires ou une bonne main. Votre mise peut également faire se coucher des joueurs plus solides avec de faibles paires supérieures ou des mains non faites.
  • En général, couchez-vous si un joueur mise avant vous, en particulier si des joueurs doivent parler après vous.
  • Une fois encore, examinez toujours le nombre d'adversaires engagés dans le pot et la position dans laquelle ils misent (s'ils misent).
  • Evitez de pratiquer une stratégie de check-and-call (passer et suivre), vous devez normalement relancer ou vous coucher si quelqu'un mise avant vous.
  • Couchez-vous si vous êtes relancé.

Paire intermédiaire avec un excellent kicker (un As ou, dans certains cas, un Roi)

  • Une main classique pour se coucher ou miser (voir Seconde paire).
  • Vous ne devriez pas vous engager dans beaucoup de mains de ce genre si vous appliquez une stratégie de joueur serré. Il n'y a pas beaucoup de situations dans lesquelles vous pouvez jouer avec des As ou des Rois faibles (voir le Guide des mains de départ).
  • Avec cette main, vous avez 5 possibilités d'amélioration qui peuvent vous donner une double paire ou un brelan. Envisagez de suivre une mise sur le flop si les cotes du pot sont en votre faveur et si vous pensez que votre main sera la meilleure, si vous trouvez la carte qu'il vous faut.

Paire intermédiaire sans un excellent kicker

  • Se coucher est la meilleure solution dans la plupart des cas, sauf si vous êtes en duel.
  • Une fois encore, évitez de faire un check-and-call (passer et suivre). Vous devriez plutôt miser, relancer ou vous coucher.

Tirages des meilleures mains possibles avec 8 possibilités d'amélioration ou plus (tirages couleur à l'As, deux cartes supérieures (overcards) et un tirage quinte max., tirages quinte flush, tirages quinte max.)

  • Au lieu de suivre, envisagez toujours de mettre la pression sur vos adversaires en misant, en relançant ou en faisant un check-raise. Jouez de façon agressive, en particulier face à un ou deux adversaires qui peuvent se coucher malgré une main convenable.
  • Avec 12 possibilités d'amélioration (comme un tirage couleur avec un As en kicker, vous donnant 9 possibilités d'avoir la meilleure main possible et 3 possibilités d'obtenir la plus forte paire), vous aurez presque 50 % de chances de trouver votre bonheur sur le turn et la rivière combinés (voir les Cotes du pot) ; vous devriez jouer de façon agressive la plupart du temps afin de donner à votre As une meilleure chance de gagner si vous trouvez votre tirage.
  • Une position tardive offre un avantage supplémentaire car vous pouvez relancer pour construire le pot si beaucoup de joueurs sont engagés dans le coup. Ceci pourrait vous permettre d'obtenir une carte gratuite (voir Mouvements spéciaux), si tout le monde passe jusqu'à vous sur le turn et que votre main ne s'est pas améliorée.

Cartes supérieures (overcards) - AR, AD, AV, RD, RV, DV

  • Jetez ces mains, en général, si plusieurs joueurs sont engagés sur le flop et que vous n'avez pas trouvé votre tirage.
  • Ne faites pas une habitude (onéreuse !) le fait de miser avec ce type de main face à un flop contenant des figures et où plusieurs adversaires sont engagés.
  • Ne tirez pas avec des cartes supérieures, sauf si le pot vous donne d'excellentes cotes et que le tableau semble favorable (aucune possibilité de quinte ou de couleur sur le turn).
  • Souvent, lorsque vous tirerez une de vos cartes supérieures sur le turn, cette carte donnera à quelqu'un d'autre une double paire ou mieux encore. Par exemple, si vous avez RD et que le flop est 10-8-4, un R au turn donne R10, R8 et R4 pour une double paire. Si une D sort, quelqu'un ayant V9 obtiendrait une quinte, ou bien les joueurs ayant D10, D8 et D4 obtiendraient une double paire.

Mains très fortes sur le flop (brelan, couleur, quinte et full)

La façon la plus courante de jouer dans cette situation est de faire un slowplay. Cela signifie que vous passerez puis suivrez si quelqu'un mise et que vous relancerez/sur-relancerez lors d'un tour de mise ultérieur, lorsque les mises sont doublées. S'il y a de nombreuses possibilités de faire un tirage intéressant sur le tableau, pour que quiconque améliore sa main, alors vous devez relancer et remporter autant de mises que possible en sachant que vous avez toujours la meilleure main.

Voici quelques exemples où vous ne devriez pas faire un slowplay si vous trouvez un brelan, une quinte, une couleur ou un full au flop.

Main très forte : Brelan (Vous avez une paire dans vos cartes fermées)

  • Lorsqu'il y a des tirages couleur sur le flop, misez/relancez afin de faire payer vos adversaires pour tenter de vous battre.
  • Lorsqu'il y a des tirages quinte sur le flop, là encore misez/relancez pour la raison susmentionnée.
  • Si le flop sort des grosses cartes et qu'il y a eu des relances au pré-flop, vos adversaires devraient bouger énormément. Ainsi, vous obtiendrez des informations vous permettant de déterminer si votre brelan est bon ou non, ce qui vous permettra d'économiser des mises sur les tours de mise ultérieurs.

Main très forte : Quinte

  • Lorsqu'il y a des tirages couleur sur le flop, misez/relancez afin de faire payer vos adversaires pour tenter de vous battre.
  • Lorsqu'il y a des tirages pour des quintes plus fortes, vous devriez miser/relancer pour les raisons citées ci-dessus.
  • Lorsqu'il y a une paire au flop, quelqu'un qui a un brelan agira beaucoup et, si votre main est la meilleure, vous pouvez faire payer votre adversaire pour tenter de vous battre (un full est possible).

Main très forte : Couleur (vous avez deux cartes assorties)

  • Lorsqu'il y a une paire au flop, quelqu'un qui a un brelan agira beaucoup et, si votre main est la meilleure, vous pouvez faire payer votre adversaire pour tenter de vous battre (un full est possible).
  • Si vous n'avez pas la meilleure couleur possible, alors quelqu'un qui agit est susceptible d'avoir une couleur plus forte et l'action se calmera si une quatrième carte assortie sort au turn ou sur la rivière. Faites vos mises et relances appropriées sur le flop.

Main très forte : Full

  • Lorsqu'il y a une paire sur le tableau et que vous avez un petit brelan (avec une paire dans vos cartes fermées), quelqu'un qui possède un brelan agira énormément. En misant et en relançant, vous le faites payer pour tirer un meilleur full.
  • Si vous avez l'une des cartes de la paire et la carte plus faible, une fois encore, quelqu'un qui a un brelan agira beaucoup et vous le ferez payer pour tenter de vous battre.

Mains à tirage (tirages couleur ou tirages quinte par les deux bouts, avec le bout le plus fort)

  • Tirez lorsqu'il vous faut seulement une carte pour obtenir une couleur ou une quinte.
  • En général, vous ne devriez pas tirer pour une quinte s'il y a deux cartes assorties sur la table, sauf si vous avez d'excellentes cotes du pot. Cela éliminerait deux de vos possibilités d'amélioration (les cartes du tirage couleur), ainsi, au lieu de 8 possibilités d'amélioration, vous en auriez 6.
  • De manière générale, évitez de jouer pour une quinte ou une couleur s'il y a une paire sur la table, en raison du risque potentiel que quelqu'un ait un full. Il vous faudra de meilleures cotes du pot que d'habitude pour tirer.

Sur le Turn

Sur le turn, les mises sont doublées. Par conséquent, il est primordial que vous ayez correctement joué votre main jusque là. Les mises ont augmenté et vous n'aurez pas les mêmes cotes du pot pour suivre. De plus, vous aurez obtenu des informations supplémentaires sur les mains de vos adversaires et serez donc capable de réévaluer votre main. Si vous croyez que vous avez la meilleure main, n'ayez pas peur de miser/relancer afin de la protéger. Vous aurez une possibilité plus importante de relancer sur le turn puisque les mises sont doublées. N'entrez pas dans une guerre de relances si votre main n'est pas exceptionnelle. Si vous tirez, veillez à avoir des cotes du pot correctes pour le faire.

Sur la rivière

Maintenant, vous êtes à la fin de la main et une erreur courante consiste à se coucher ou à suivre avec de trop nombreuses mains. Si vous n'avez pas trouvé votre tirage, il est approprié de se coucher, indépendamment de la taille du pot. Toutefois, si vous avez une main médiocre et que le pot est conséquent, vous pouvez éventuellement faire un "crying call" (suivre en désespoir de cause) bien qu'il soit fort probable que vous soyez battu. Une fois encore, vous devez utiliser votre meilleur jugement car parfois la ligne séparant se coucher et suivre sur la rivière n'est pas très large. Vous ne devrez pas bluffer en fin de mène, sauf si vous êtes en duel et que vous pensez que votre adversaire cherchait un tirage et/ou avait une main faible et qu'une carte effrayante est sortie. Soyez prêt à jeter une bonne main si une carte permettant de faire une couleur et/ou une quinte sort et que vos adversaires commencent à relancer.

Mouvements spéciaux

La carte gratuite

Lorsque vous êtes en position tardive ou le dernier à parler, vous pouvez relancer avec une main à améliorer sur le flop. Ceci fera probablement passer vos adversaires jusqu'à vous sur le turn, vous donnant ainsi la possibilité de passer (si votre main ne s'est pas améliorée) ou de miser (si vous avez tiré une main intéressante). Vous économiserez donc de l'argent si votre main ne s'améliore pas et en gagnerez si vous tirez une bonne main. Cependant, ce mouvement se retournera contre vous si vous êtes sur-relancé au flop. Dans ce cas, cela vous coûtera de l'argent mais restera une bonne façon de jouer car vous obtiendrez des informations sur vos adversaires et pourrez envisager de faire une meilleure main.

Le Check-Raise

Lorsque vous avez une bonne main et que c'est à vous de parler, passez dans l'espoir que votre adversaire mise, ainsi vous pourrez le relancer quand ce sera à nouveau à vous de jouer. Par exemple, vous êtes en position hâtive et avez A Q. Le flop est A Q 6. Vous passez et trois joueurs en position intermédiaire passent également. Un joueur en position tardive mise et vous relancez alors. La raison de check-raise est de rendre trop chères les mains à tirage, comme un tirage quinte ou couleur, pour suivre. Le check-raise en position hâtive vous donne également l'initiative sur la main. S'ils continuent à suivre, vous aurez au moins obtenu des informations sur la force de leurs mains et les aurez forcés à payer autant que possible pour essayer de trouver un meilleur tirage que vous.

Le semi-bluff

Le semi-bluff consiste à miser ou à relancer avec une main qui ne semble pas être la meilleure (sur le moment), mais qui présente de nombreuses possibilités d'amélioration pour battre vos adversaires si vous êtes payé ou relancé, même si vous espérez, en réalité, remporter le pot tout de suite. Par exemple, vous êtes en position tardive, vous avez J 10 et le flop montre K 6 2, ce qui vous donne alors 9 possibilités d'obtenir un tirage couleur. Il y a trois autres joueurs engagés dans le pot et ils passent tous jusqu'à vous. Vous misez, sans avoir la meilleure main, mais comme ils ont tous passé, ils ont montré leur faiblesse et peuvent se coucher par la suite, même en ayant une paire dans leurs cartes fermées, comme une paire de 6 ou une paire de 2. Même si vous êtes suivi, vous avez 9 chances d'obtenir une couleur et peut-être 6 chances supplémentaires de gagner si vous tirez un V ou un 10, soit 15 possibilités d'amélioration au total. Si vous êtes suivi et que l'on passe jusqu'à vous sur le turn, vous avez la possibilité d'obtenir une carte gratuite si votre main ne s'est pas améliorée.

Cotes

Cotes du pot

Les cotes du pot sont utilisées pour calculer si un certain jeu a une valeur supposée positive. On les définit comme la relation entre la taille du pot et la mise. Par exemple, si le pot est de 100$ et que vous misez 10$, les cotes du pot sont de 10 contre 1. Afin de calculer vos cotes du pot, vous devez savoir le nombre de possibilités d'amélioration que votre main a sur le moment. Par exemple, si vous flopez un tirage couleur à h, vous avez alors 9 possibilités de trouver votre main. Il y a 13 hs en tout. Vous en avez 2 et 2 autres sont sortis au flop, ce qui laisse 9 hs disponibles.

Si vous vous reportez au tableau ci-dessous, vous constaterez que vous avez 35 % de chances de tirer une main avec 9 possibilités d'amélioration sur le turn et la rivière combinés. Cela représente un peu plus d'une chance sur trois, ce qui signifie que s'il faut mettre 10$ pour remporter 30$ ou plus, tirer pour la couleur est le mouvement approprié.

Point de repère : chaque possibilité d'amélioration vous donne environ 4 % de chances de trouver votre main sur le turn et la rivière combinés. Par exemple, 5 possibilités d'amélioration vous donnent environ 20 % de chances d'améliorer votre main, 6 donnent environ 24 %, etc.

Possibilités d'amélioration pour des tirages spécifiques
Tirage couleur avec deux cartes supérieures (overcards) ou tirage quinte flush 15 possibilités d'amélioration
Tirage couleur avec une carte supérieure (overcard) 12 possibilités d'amélioration
Tirage couleur 9 possibilités d'amélioration
Tirage quinte par les deux bouts 8 possibilités d'amélioration
Deux cartes supérieures (overcards) 6 possibilités d'amélioration
Tirage quinte par le ventre 4 possibilités d'amélioration
Possibilités d'amélioration dans un sabot de 47 cartes non vues
Nombre de possibilités d'amélioration % sur la rivière
1 4.3
2 8.4
3 12.5
4 16.5
5 20.4
6 24.1
7 27.8
8 31.5
9 35.0
10 38.4
11 41.7
12 45.0
13 48.1
14 51.2
15 54.1
16 57.0
17 59.8
18 62.4
19 65.0
20 67.5