Pot Limit Omaha

Richard Austin

Pot-Limit Omaha, Jeu d'argent

Pot-Limit Omaha, Jeu d'argent

Introduction

Le Pot-Limit Omaha est, à l'heure actuelle, l'un des jeux d'argent les plus répandus dans les casinos à travers l'Europe. Il a énormément progressé dans les tournois et, en réalité, les plus gros tournois accueillent des événements de Pot-Limit Omaha plusieurs fois dans l'année. Le Omaha est l'un des types de poker qui se développe le plus rapidement aujourd'hui et l'on y joue beaucoup plus en Europe qu'aux Etats-Unis.

Le Pot-Limit Omaha est un jeu très stratégique, nécessitant un savant mélange de compétences et de discipline et qui requiert que les joueurs soient capables de comparer plusieurs concepts simultanément. Cet article a pour but d'aider les joueurs débutants et intermédiaires à améliorer leur jeu au Pot-Limit Omaha en jouant dans un style solide, serré et agressif. Il préconise un bon équilibre entre les bluffs et semi-bluffs et (principalement) un jeu solide, et se focalise sur le jeu au pré-flop et au flop, car il s'agit des plus importants tours de mise. Le jeu se complique rapidement et devient plus difficile à analyser lorsque l'on arrive au turn et à la rivière. Cependant, si vous jouez correctement au pré-flop et au flop, vous aurez moins de situations délicates à affronter sur le turn et sur la rivière.

Comme dans toutes les formes de poker, il y a des exceptions à la règle et, par conséquent, les concepts présentés dans cet article devraient être interprétés comme des lignes de conduite générales. Afin de devenir un véritable joueur talentueux, il est impératif que vous soyez capable d'utiliser votre jugement personnel pour déterminer la meilleure façon de jouer possible. Il est pratiquement impossible de fournir des conseils clairs et précis qui soient applicables à toutes les situations.

Principales aptitudes pour devenir un bon joueur de Pot-Limit Omaha

  • Sélection de main rigoureuse (patience/discipline)
  • Bon choix de table (très important dans tous les types de poker)
  • Discipline (la capacité à attendre une bonne main et à ne pas s'engager avec des secondes meilleures mains)
  • Lire vos adversaires
  • Oser miser/relancer (être agressif avec des mains à tirage ou des mains perçues comme bonnes)
  • Ne pas être vulnérable et perdre ses moyens

Comparons le Pot-Limit Omaha et le Texas Hold'em

  1. Davantage de joueurs verront le flop au Omaha. L'avantage qu'offrent les bonnes mains de départ, par rapport aux plus mauvaises, n'est pas si important au Omaha. Ceci incite les joueurs à voir davantage de flops au Omaha qu'au Hold'em. Cela engendre également des pots plus importants, ce qui rend vos décisions sur le flop encore plus cruciales.
  2. Vous devez avoir une main plus forte pour gagner au Omaha. Les mains qui permettent habituellement de remporter le pot au Hold'em, comme la meilleure paire avec bon kicker et les paires supérieures, ne gagnent pas très souvent au Pot-Limit Omaha. Au Omaha, les meilleures mains sont celles qui sont faites et qui possèdent une valeur supplémentaire, comme un excellent brelan avec un gros tirage. Lorsque de l'argent est placé au milieu de la table au Pot-Limit Omaha, généralement quelqu'un possède la meilleure main possible.
  3. Le Omaha est un jeu plus orienté sur les mains. Il n'y a pas beaucoup d'occasions de bluffer au Omaha. Ceci vient du fait que davantage de joueurs voient le flop et plus de combinaisons de mains peuvent être faites. Lorsqu'une paire se trouve sur le tableau, quelqu'un a probablement un full, lorsque c'est un tirage pour une couleur ou une quinte, quelqu'un a probablement une couleur ou une quinte et ainsi de suite.
  4. Le fait de donner des cartes gratuites est généralement une mauvaise stratégie au Omaha. Tout d'abord, étant donné que les pots sont généralement plus importants sur le flop, il est plus logique d'essayer de les remporter à ce moment-là. Deuxièmement, vos mains sont beaucoup plus exposées aux réactions de vos adversaires du fait des possibilités de tirage plus importantes. Et, enfin, il est fort probable qu'une carte gratuite permette de battre votre main.
  5. La position est moins importante au Omaha. Bien que la position soit très importante dans toutes les formes de poker, elle l'est moins au Omaha. Davantage de joueurs sont engagés sur le flop et il est difficile de s'emparer d'un pot lorsque tout le monde a passé jusqu'à vous qui êtes en position tardive. En conséquence, c'est généralement le joueur qui a la meilleure main qui remporte le pot.
  6. Les joueurs serrés ont moins de risque d'être "malmenés" au Omaha. Au Hold'em, les joueurs serrés peuvent facilement se faire écarter du pot lorsque le flop ne révèle que des petites cartes. Cependant, au Omaha, comme un joueur serré peut jouer des mains telles que 8-7-6-5, V-V-5-4 ou 8-8-7-7 sans grande difficulté, il est plus difficile de le malmener. La personne qui vous malmène, si elle y réfléchit, ne peut jamais être sûre que vous n'avez pas la meilleure main possible avec un flop comme 7-6-3, tandis qu'au Hold'em, elle serait pratiquement certaine que ce n'est pas le cas.

Pot-Limit (Limite de pot)

Au Pot-Limit Omaha, vous voulez protéger vos mains en faisant des mises et des relances de la taille du pot, jusqu'à ce que vous soyez le grand favori et que vous mettiez tout votre argent au centre de la table. Vous voulez avoir la meilleure main et/ou le meilleur tirage possible lorsque tout l'argent se trouve au milieu. Au Pot-Limit, les pots augmentent rapidement et vous devez déterminer la somme que vous pourrez miser sur le turn, si vous envisagez d'être suivi sur le flop.

De manière générale, il n'y a aucune raison de miser ou de relancer avec une somme inférieure à la taille du pot lorsque vous jouez au Pot-Limit Omaha. Vous devez agir ainsi dans des occasions bien spécifiques, comme miser face à un adversaire qui possède la seconde meilleure couleur possible sur la rivière et que le pot est très conséquent, ou si vous voulez être suivi sur la rivière et que vous misez la somme que vous pensez que votre adversaire suivra. Cependant, bien que cela dépende entièrement du joueur et de la situation, la plupart du temps il est préférable de miser et de relancer d'une somme équivalente à la taille du pot.

Bons conseils et erreurs courantes

Bons conseils au Pot-Limit Omaha

  1. Soyez très sélectif dans le choix de vos mains de départ : il n'y a rien de plus important que le choix de la main appropriée à une certaine situation.
  2. Choix de la table : jouez uniquement à des tables où vous avez l'avantage. Il faut qu'il y ait quelques joueurs faibles à la table quand vous vous asseyez.
  3. "Jouer les joueurs" : veillez à évaluer rapidement vos adversaires : qui joue des mains inférieures, qui se couche en cas de jeu offensif, qui mise sur les tirages, qui suit les grosses mises avec des mains faibles et sur les tirages, qui peut être bluffé, qui bluffe, etc.
  4. "L'attaque ou la défense" : se coucher ou miser/relancer (si les probabilités sont avec vous). Vous devriez éviter de suivre, sauf si vous avez une bonne raison de le faire (comme vouloir piéger un adversaire ou augmenter vos cotes du pot lorsque vous avez une main très intéressante).
  5. Respectez la plupart des grosses mises et des relances : ceci est particulièrement vrai au Pot-Limit Omaha car la plupart des joueurs ne bluffent pas.
  6. Ne soyez pas "marié" à votre tirage de la meilleure couleur possible : la différence entre tirer pour obtenir la meilleure couleur possible au Omaha et au Hold'em est que au Hold'em, vous pouvez généralement remporter le pot avec une paire d'As ou une couleur, même s'il y a une paire sur le tableau. Ceci n'est pas vrai au Omaha.
  7. Ne soyez pas "marié" à un tirage qui offre 8 possibilités de faire une quinte : au Omaha, il est possible d'avoir un flop avec 13, 17 et 20 possibilités de tirer une quinte. Il est préférable d'attendre d'avoir l'un de ces tirages avant de trop vous engager dans le pot.
  8. Ne sur-jouez pas des As dépareillés : lorsque tout ce que vous avez est une paire d'As et deux cartes de misère non assorties et non consécutives, il y a peu de cartes qui peuvent améliorer votre jeu au flop. Si vous ne trouvez pas un As au flop, vous finirez généralement avec une faible main.
  9. Misez sur vos mains les plus intéressantes : augmentez la duperie de votre jeu en misant sur vos mains les plus fortes, ainsi vous remporterez également davantage de pots sans affronter personne.
  10. Tirez toujours pour avoir la meilleure main possible dans les pots à plusieurs joueurs : lorsque tout le monde va à tapis dans un pot à plusieurs joueurs, veillez à tirer de façon à obtenir la meilleure main possible. Evitez d'engager tout votre argent dans des tirages sans valeur supplémentaire car vous pourriez vous retrouver piégé entre un brelan et le meilleur tirage couleur, ce qui pourrait éventuellement vous laisser un meilleur tirage quinte et conduirait à un partage du pot si vous trouvez votre tirage.

Erreurs courantes au Pot-Limit Omaha

  1. Ne pas se coucher avec une main convenable lorsque l'on est battu et, par conséquent, perdre tout son tapis sur une seule main.
  2. Surévaluer la main (erreur courante des joueurs de Hold'em).
  3. Suivre avec une main faible lorsque quelqu'un mise.
  4. Jouer trop de mains de départ.
  5. Ne pas relancer au pré-flop avec des mains de qualité (mettre la pression sur les suiveurs ayant des mains à tirage) et trop les relancer une fois que le flop est connu.
  6. Donner des cartes gratuites ou sous-miser le pot (gros risque de gagner peu/de ne pas protéger votre main).
Jeu au pré-flop

Conseils généraux au pré-flop

L'aptitude la plus importante à maîtriser en jouant au Pot-Limit Omaha est de savoir quelles sont les mains de départ les plus avantageuses à jouer. Cependant, il n'existe aucun guide capable de référencer toutes les situations possibles, il est donc conseillé que vous suiviez certaines lignes de conduite standard. La main que vous choisissez de jouer dépend essentiellement des facteurs suivants :

  1. Le jeu à la table est-il serré ou relâché ?
  2. Combien de joueurs sont assis à la table ?
  3. Combien de joueurs sont engagés dans le pot lorsque c'est à votre tour de parler ?
  4. Le pot a-t-il été relancé ? Si oui, par quel joueur et en quelle position est-il ?
  5. Quelle est votre position ?
  1. Si le jeu à la table est serré, vous devriez sérieusement envisager de changer de table, même s'il existe, bien évidemment, plusieurs façons de gagner de l'argent à des tables serrées. En général, vous devez jouer de façon plus agressive que d'habitude. Cela se traduit par davantage de relances et de bluff au pré-flop. Votre avantage, à ce type de table, est que vous saurez comment jouent vos adversaires, mais vous jouerez plus de mains et de façon agressive, ce qui rendra votre jeu plus difficile à lire.
  2. De manière générale, vous devez jouer plus serré à une table pleine et plus relâché à une table avec peu de joueurs.
  3. Si beaucoup de joueurs sont engagés dans le pot lorsque c'est à vous de parler, vous possèderez plus d'informations, ce qui vous permettra de jouer davantage de mains. Qui plus est, vos mains à tirage auront un meilleur prix et il est plus que probable que vous parviendrez à limiter le nombre de vos adversaires en relançant.
  4. Si le pot a été relancé, vous devrez jouer les mains dont vous pensez qu'elles sont plus fortes que celles du relanceur. Dans ces situations, vous devrez sélectionner attentivement les mains avec lesquelles vous jouerez.
  5. Votre position aura un effet considérable sur les mains que vous jouerez. En général, vous devez jouer plus serré en position hâtive, puis augmenter le nombre de mains jouées au fur et à mesure que votre position évolue.
Mains de départ

La main de départ est toute aussi importante au Omaha que dans les autres formes de poker. Ce que vous attendez, ce sont quatre cartes qui vont bien ensemble, même si de nombreux débutants (qui ont l'habitude de jouer au Texas Hold'em) ne réalisent pas ceci. Ils joueront n'importe quel ensemble de quatre cartes contenant une ou deux bonnes mains du Hold'em. Par exemple, ils surestiment souvent des mains telles que J J 2 7, en pensant que c'est aussi bien qu'une paire de Valets au Hold'em. Ils interprètent mal également des mains telles que A Q 8 8, car elles incluent deux mains convenables du Hold'em. Cependant, dans ce type de main, il y a peu de combinaisons coordonnées comme A-8 et D-8. Par exemple, comparez les mains susmentionnées à A K A K, qui est la main de départ la plus forte au Omaha. Dans cette main, vous avez AA, RR et deux combinaisons différentes de ARassortis. Toutes les combinaisons possibles sont également des mains très fortes au Texas Hold'em.

D'autres exemples de mains dont les quatre cartes vont bien ensemble sont des mains telles que : Q J T 9, K K Q J, Q Q J T, J J T T, A A 3 4, A A K Q, A A J T (la seconde meilleure main de départ), 8 7 6 5, et ainsi de suite.

Ainsi, vous voudrez des mains de départ ayant à la fois un potentiel de quinte, de couleur et de brelan. Par exemple, imaginez la puissance d'une main comme A A J T avec un flop A K Q, qui vous donne un tirage pour le meilleur brelan, la meilleure quinte et la meilleure couleur possibles. Notez que le J vous donnera également un tirage quinte flush royale. Voici un autre exemple, si vous avez Q Q K T et que le flop est Q J 7, ceci vous donne un tirage pour le meilleur brelan, pour une couleur et pour une quinte par les deux bouts.

Classement des mains

Voici le classement des 30 meilleures mains de départ au Pot-Limit Omaha.

1 A-A-R-R assortis par deux
2 A-A-V-10 assortis par deux
3 A-A-D-D assortis par deux
4 A-A-V-V assortis par deux
5 A-A-10-10 assortis par deux
6 A-A-9-9 assortis par deux
7 A-A-x-x assortis par deux
8 V-10-9-8 assortis par deux
9 R-R-D-D assortis par deux
10 R-R-V-V assortis par deux
11 R-D-V-10 assortis par deux
12 R-R-10-10 assortis par deux
13 R-R-A-D assortis par deux
14 R-R-A-V assortis par deux
15 R-R-A-10 assortis par deux
16 R-R-D-V assortis par deux
17 R-R-D-10 assortis par deux
18 R-R-V-10 assortis par deux
19 D-D-V-V assortis par deux
20 D-D-10-10 assortis par deux
21 D-D-A-R assortis par deux
22 D-D-A-V assortis par deux
23 D-D-A-10 assortis par deux
24 D-D-R-V assortis par deux
25 D-D-R-10 assortis par deux
26 D-D-V-10 assortis par deux
27 D-D-V-9 assortis par deux
28 D-D-9-9 assortis par deux
29 V-V-10-10 assortis par deux
30 V-V-10-9 assortis par deux

Que vos cartes soient assorties par deux, assorties ou non assorties, ce sont toutes des mains de départ très fortes au Pot-Limit Omaha.

Les mains pièges

Les mains pièges sont des mains qui semblent très bonnes mais qui peuvent facilement devenir une seconde meilleure main. Il s'agit du type de mains qui peuvent vous faire perdre l'intégralité de votre tapis. Il existe trois types de mains pièges au Pot-Limit Omaha:

  1. Les mains de type Petite paire
  2. Les mains de type Faible tirage quinte
  3. Les mains de type Petite couleur
  1. Les mains composées de paires inférieures à Neuf sont dangereuses à jouer. Quand vous flopez un brelan, il est très difficile de laisser tomber la main et, si vous vous trouvez face à un meilleur brelan, vous n'avez qu'une seule possibilité d'amélioration. Lorsque vous avez une main comme 6 6 5 4 et que le flop est Q J 6, vous pouvez vous retrouver dans une situation très délicate. Le moment opportun pour jouer les petites paires est lorsque vous n'avez plus beaucoup d'argent devant vous. A ce stade, il n'est pas si approprié de miser votre tapis si vous tirez un petit brelan au flop. Ou bien, par exemple, quand vous avez quelque chose comme A-A-2-2 ou R-R-3-3, alors vous devriez jouer dans l'espoir de tirer le meilleur brelan au flop. Toutefois, vous devriez toujours réfléchir à deux fois avant d'engager une importante somme d'argent avec un petit brelan sur le flop.
  2. Les types de mains qui sont très trompeuses et difficiles à jouer sont celles composées des quatre plus petites cartes consécutives, comme 5 4 3 2. Ces mains sont difficiles à jouer car il est très aisé de floper ou tirer l'extrémité basse d'une quinte. Si le flop donne 8-7-6, avec ce type de main, vous pouvez facilement vous retrouver face à une quinte supérieure et tirer mort (la main est perdante même si elle est améliorée).
  3. Les mains pouvant permettre d'obtenir de petites couleurs sont également risquées. Par exemple, prenons encore l'exemple de la main 5 4 3 2 sur un flop composé de K J 8. Ceci vous donnera une petite couleur. Vous ne pouvez pas engager beaucoup d'argent avec cette main et, si vous engagiez quelque action que ce soit, vous seriez très probablement battu.

Suivre ou relancer avant le flop

Au Pot-Limit Omaha, peu importe ce que vous avez, la main de votre adversaire aura presque toujours une chance convenable de battre la vôtre. Par exemple, une main comme A-A-R-R assortis par deux est cotée à 50.000:1 (contre) et cette main a juste une cote de 3:2 pour gagner face à 8-7-6-5 assortis par deux. Par conséquent, la question est : faut-il ou non relancer lorsque vous avez une bonne main de départ ?

Pourquoi ne pas relancer uniquement lorsque vous avez des As ? Le problème avec cette stratégie est que vous devenez trop prévisible, les gens sauront exactement où vous en êtes et seront peu enclins à commettre des erreurs face à vous.

Et pourquoi ne pas suivre dans tous les cas ? C'est une meilleure stratégie que de relancer simplement avec des As, même si ce n'est toujours pas une stratégie optimale. A chaque fois que vous misez, relancez ou suivez sur le flop, vos adversaires ont une bonne idée du type de main que vous avez. Si vous ne relancez jamais au pré-flop, vous ne faites pas payer suffisamment les autres joueurs qui suivent seulement le gros blind pour voir le flop, lorsque vous avez une très bonne main de départ. En outre, vous ne remporterez pas autant de pots qu'en jouant avec une stratégie basée sur les relances.

Le fait de relancer avec différentes mains au pré-flop vous offre de nombreux avantages : vous devenez imprévisible, vous remportez plus de pots, vous faites payer vos adversaires quand vous êtes susceptible d'avoir la meilleure main et vous pouvez bluffer plus souvent. Un autre avantage est qu'il est plus amusant de jouer selon cette stratégie. A la lumière de tout ceci, il apparaît clairement qu'une stratégie combinant à la fois le fait de relancer et de suivre le gros blind, avec différentes mains, est la meilleure.

Avec quelles mains faut-il relancer ?

Une bonne stratégie de relance au pré-flop consiste à relancer avec n'importe quelle main figurant dans le classement des 30 meilleures mains mentionnées ci-dessus, chacune d'elles contient au moins une couleur, même si cela n'est pas entièrement suffisant et que vous devrez relancer avec davantage de mains. Ajoutez à cela n'importe quelle suite de quatre cartes assorties par deux, avec des cartes comme un Six ou supérieures, et toutes les mains de type A-R-x-x, couleurs uniques et assortis par deux, avec au moins une carte "x" qui soit un Dix ou supérieur. Les mains comme D-V-9-8 ou V-10-9-7 assortis par deux sont également de bonnes mains pour relancer.

Récapitulatif :

  1. Toutes les mains du classement des 30 meilleures mains avec au moins une couleur et, la plupart du temps, dépareillées.
  2. Toutes les mains A-R-x-x assortis avec au moins une carte "x" qui soit un Dix ou supérieur.
  3. Toutes les mains composées d'une suite de quatre cartes assorties par deux, dont la plus basse est Cinq ou plus.
  4. Toutes les mains composées de cartes consécutives assorties par deux, dont la plus basse est Cinq ou plus, avec au maximum une carte d'écart entre les deux meilleures et les deux moins bonnes cartes ou entre la plus faible et les trois meilleures. Par exemple, R-D-10-9 assortis par deux et V-9-8-6 assortis par deux.
  5. Toutes les mains de type R-R-x-x assortis par deux.

Avec quelles mains faut-il suivre le gros blind ?

  1. Toutes les mains de type A-D-x-x avec au moins une carte "x" qui soit un Dix ou plus et l'As assorti.
  2. Toutes les combinaisons de quatre cartes consécutives, dont la plus basse est Quatre ou plus.
  3. Toutes les mains de type A-x-x-x avec au moins deux cartes "x" qui se suivent et l'As assorti.
  4. Toutes les combinaisons de quatre cartes consécutives, dont la plus basse est Cinq ou plus, avec au maximum un écart qui ne se situe pas entre la meilleure carte et les trois cartes inférieures de la main.
Jeu au flop

Conseils généraux au flop

Le fait que vous ayez été ou non le relanceur au pré-flop fait une grande différence dans la façon de jouer votre main. Si vous étiez le relanceur au pré-flop et que peu de joueurs sont engagés dans le pot, envisagez fermement de miser, même si votre main ne s'est pas améliorée. Cependant, étudiez toujours le type de flop qui est sorti. Par exemple, si trois joueurs sont engagés dans le pot, que vous avez relancé avec simplement deux As et que le flop est D-V-10 avec un tirage couleur que vous n'avez pas en main, voici une bonne occasion de passer et laisser les deux autres joueurs se battre pour l'argent. Par contre, si le flop est D-7-3 avec aucun tirage couleur, vous devriez miser. Ceci ajoute un élément de duperie à votre jeu et vous permet de remporter plus de pots. Qui plus est, il y aura davantage d'action lorsque vous tirerez une excellente main sur le flop, car vos mises ne signifient pas nécessairement que vous détenez une main substantielle. En principe, vous ne devriez jamais faire de slowplay quand vous tirez difficilement une main intéressante sur le flop, en particulier du fait que donner des cartes gratuites au Omaha est beaucoup plus risqué qu'au Hold'em.

Double paire

La double paire est une main difficile à jouer au Omaha. Ceci tient du fait qu'il s'agit d'une main forte, mais qu'elle n'est pas suffisamment forte au point de vous sentir complètement détendu et d'engager tout votre argent. En général, vous devez avoir au moins une double paire supérieure pour agir au flop. Il existe de très nombreuses façons d'être battu ou d'être contraint de jeter ses cartes si vous engagez beaucoup d'argent avec une paire supérieure et une paire basse ou une double paire basse. S'il y a des tirages quinte et/ou couleur sur le tableau et que vous êtes suivi, utilisez votre jugement personnel pour décider de miser ou non sur le turn. Etudiez toujours le type d'adversaire que vous affrontez. Si vous pensez que votre adversaire va continuer à tirer, vous devriez miser dans l'espoir qu'il se couche. Au Omaha, quand quelqu'un suit simplement sur le flop, ce joueur cherche généralement un tirage, même si dans certains cas il possède un faible brelan ou une double paire basse, il ne veut pas se coucher sur le flop. Les doubles paires basses et les doubles paires composées d'une paire supérieure et d'une paire basse ne valent pas le coup d'être jouées au flop, en général. Il est préférable d'avoir un gros tirage pour la meilleure main possible que de détenir ce type de main. L'aspect le plus dangereux de ces types de mains est que vous pouvez vous retrouver piégé et miser tout votre argent. Ceci se produit généralement quand vous tirez un full sur le turn et que cette même carte donne un meilleur full à un autre joueur.

Brelans

Etant donné que le style de jeu suggéré dans cet article vous déconseille de jouer avec de petites paires, vous ne devriez pas vous retrouver souvent dans des situations où vous serez confronté à un meilleur brelan. Si vous étiez le relanceur au pré-flop, misez presque toujours au flop si vous tirez un brelan. Il est rarement incorrect de miser avec un brelan supérieur dans un pot où peu de joueurs sont engagés, même si le tableau peut paraître effrayant. N'oubliez pas qu'à chaque fois que vous tirez un brelan au flop, vous avez 34 % de chances d'améliorer votre main en un full sur le turn et la rivière combinés. Par exemple, si vous avez relancé au pré-flop en ayant R-R-7-6 assortis par deux et que le flop est R-V-9 avec un tirage couleur que vous n'avez pas, misez et soyez prêt à agir. Les autres joueurs devront avoir D-10-x-x avec le tirage couleur pour se sentir apte à agir face à vous.

Certains joueurs ne relancent qu'avec des As et, si l'un de ces joueurs a relancé au pré-flop et qu'un As sort au flop, vous pouvez être certain qu'il a tiré le meilleur brelan possible. Ceci est particulièrement vrai s'il a suivi le gros blind en position hâtive et qu'il a sur-relancé le pot après que celui-ci ait été relancé derrière lui. Ces joueurs détiendront presque toujours des As.

Tirages quinte

Au Omaha, le flop vous donnera souvent toutes sortes de tirages quinte. Ce que vous voulez voir au flop est ce que l'on appelle des tirages quinte offrant de nombreuses possibilités d'amélioration par les deux bouts (wrap around). Ceci se produit lorsque le flop donne deux cartes consécutives et que vous détenez des cartes qui "entourent" ces deux cartes. Voici quelques exemples :

1. Main : D-V-8-x Flop : 10-9-x Possibilités d'amélioration : 17 (wrap around)
2. Main : V-8-7-x Flop : 10-9-x Possibilités d'amélioration : 17 (wrap around)
3. Main : R-D-V-x Flop : 10-9-x Possibilités d'amélioration : 13
4. Main : 8-7-6-x Flop : 10-9-x Possibilités d'amélioration : 13
5. Main : D-V-8-7 Flop : 10-9-x Possibilités d'amélioration : 20 (double wrap around)

Il est préférable d'avoir davantage de cartes supérieures que de cartes inférieures car vous tirerez ainsi pour une meilleure quinte. C'est pourquoi la Main 1 est plus forte que la Main 2 et que la Main 3 est plus forte que la Main 4. Parfois, la Main 1 et la Main 2 iront à tapis au flop. Dans ce cas, la force de la Main 2 diminuera considérablement, ce qui la laissera en mauvaise posture.

Vous devriez miser sur la majorité de vos bons tirages sur le flop. Ceci pour deux raisons : car vous pouvez remporter le pot immédiatement (semi-bluff) et car cela ajoute de la duperie à votre jeu. Si vous jouez de cette façon, vos adversaires ne pourront pas savoir si vous misez pour un tirage ou avec une main faite.

Si le flop vous donne un tirage de la meilleure quinte possible avec 13 possibilités, sans aucun tirage couleur potentiel, vous devez vous impliquer dans le pot. Avec 13 possibilités d'amélioration, vous avez environ 29 % de chances de tirer la meilleure main possible sur le turn et 50 % de chances sur le turn et la rivière combinés. Par conséquent, si un adversaire mise l'équivalent du pot, vous devriez suivre ou relancer en fonction de la situation du joueur.

Le Turn

Le turn est généralement la carte qui incite à prendre d'importantes décisions. Devriez-vous miser à nouveau ? Devriez-vous sur-relancer au maximum ? Devriez-vous vous coucher ou suivre ? Cela dépend de nombreux facteurs (trop nombreux pour les traiter ici), même s'il y a quelques lignes directrices qui peuvent être suivies. Si vous avez la meilleure main possible, vous misez sur le flop et, si vous avez toujours la meilleure main possible sur le turn, vous devriez miser à nouveau le maximum. Votre adversaire cherche probablement un tirage particulier et vous voulez qu'il se couche, ou bien le faire payer au maximum pour tenter de vous battre. Si vous avez, au minimum, 13 possibilités de battre n'importe quelle main de votre adversaire, il est approprié de suivre avec une mise équivalente à la taille du pot sur le turn, quoique uniquement si vous et votre adversaire disposez encore de suffisamment d'argent pour miser sur la rivière. Avec 13 possibilités d'amélioration, votre cote est légèrement en dessous de 2:1 (13/44 = 29.5 %) pour améliorer votre main, et ce sont les cotes du pot exactes dans ce cas. En raison des cotes implicites, lorsqu'il y a encore plus d'argent à gagner, suivre est une bonne option.

La Rivière

Si vous avez la meilleure main possible, tentez de deviner ce que votre adversaire est susceptible d'avoir et essayez de lui soutirer le maximum d'argent. Si vous avez manqué votre tirage, vous devez soit abandonner, soit tenter un gros bluff si une carte effrayante sort. Il faut faire preuve d'une grande qualité de jugement lorsque le pot est conséquent et que vous avez une bonne main, mais pas la meilleure. Vous devez envisager tout ce que votre adversaire est capable de faire. Essaiera-t-il de bluffer si je passe ? Ou bien passera-t-il également ? Faut-il oser faire une mise conséquente avec une bonne main qui n'est pas la meilleure main possible ?

Le Bluff

Le bluff joue un rôle important dans toutes les formes de poker. Au Omaha, le bluff est moins souvent utilisé qu'au Hold'em, mais il reste un élément important à maîtriser. Il est préférable de bluffer lorsque vous détenez une ou plusieurs cartes clés en main. Par exemple, vous avez l'As correspondant au tirage couleur possible sur le tableau. Pour décider de bluffer ou non, étudiez toujours les facteurs suivants :

  1. Type d'adversaire : ne bluffez pas des adversaires faibles qui suivent en permanence (on les appelle des "calling stations"). Il s'agit de l'erreur la plus classique. Assurez-vous que votre adversaire est un joueur suffisamment bon pour jeter une main.
  2. Nombre d'adversaires : en général, ne bluffez pas trois joueurs ou plus en même temps. Un bluff a beaucoup plus de chances de fonctionner face à un seul adversaire, pas uniquement parce qu'il est seul, mais parce que le pot est généralement plus petit, ce qui le rend moins attractif.
  3. Votre image à la table : un bluff a moins de chances de réussir si vous avez une image de joueur relâché à la table, par opposition à une image de joueur serré. Si vous venez de vous faire prendre en train de bluffer, vos adversaires seront plus enclins à vous suivre à l'avenir, même si la psychologie inversée peut parfois se révéler bénéfique dans de telles situations. Par exemple, si un bon joueur vous a surpris en train de bluffer et qu'il vous considère comme un bon joueur, il pourrait penser que vous n'oserez pas le bluffer à nouveau.
  4. Vos aptitudes de "lecture" : si vous "lisez" bien le jeu et êtes capable de déterminer les mains probables de vos adversaires, vous serez capable d'identifier de bonnes occasions pour bluffer. Il s'agit probablement de l'aptitude la plus difficile et la plus importante à maîtriser.
  5. Le tableau : si le tableau semble avoir permis à vos adversaires de trouver leur main, ou présente de nombreuses possibilités de tirages, un bluff a moins de chances de réussir. Attendez des tableaux sans nombreuses possibilités de tirages ou cartes susceptibles d'améliorer les mains de vos adversaires. Si vous pouvez vous représenter une main, le bluff a plus de chances de réussir. Un tableau non coordonné avec une carte effrayante que vous pouvez vous représenter est généralement une bonne occasion de bluff.
  6. La taille du pot : vos adversaires seront plus enclins à suivre si le pot est conséquent car ils auront de meilleures cotes du pot. D'un autre côté, si vous faites un bluff réussi sur un pot conséquent, la récompense sera, elle aussi, plus élevée. C'est là que votre bon jugement entre en jeu.
  7. Position : si vous êtes assis en position tardive, vous disposez habituellement de plus d'informations sur les mains de vos adversaires et, donc, vous êtes dans une meilleure situation pour bluffer. Par exemple, lorsque tout le monde passe jusqu'à vous, que le tableau semble favorable et qu'il y a peu de joueurs engagés dans le pot.

Main faite contre Main à tirage sur le flop

Regardons quelques cotes concernant les mains faites contre les mains à tirage sur le flop au Omaha.

Main faite Main à tirage Favorite
Brelan tirage surpaire et couleur Brelan 1.97
Brelan tirage quinte par le ventre et couleur Brelan 1.91
Brelan tirage surpaire et quinte Brelan 1.88
Brelan tirage quinte à 13 possibilités Brelan 1.44
Brelan tirage quinte par les deux bouts et couleur Brelan 1.38
Brelan tirage quinte à 17 possibilités Brelan 1.03
Brelan tirage quinte et couleur à 13 possibilités Brelan 1.01 (chances égales)
Brelan tirage quinte à 20 possibilités Tirage 1.19
Brelan tirage quinte et couleur à 17 possibilités Tirage 1.27
Brelan tirage quinte et couleur à 20 possibilités Tirage 1.43
Cotes du pot

Les cotes du pot sont utilisées pour calculer si un certain jeu a une valeur supposée positive. On les définit comme la relation entre la taille du pot et la mise. Par exemple, si le pot est de 100$ et que vous misez 10$, les cotes du pot sont de 10 contre 1. Afin de calculer vos cotes du pot, vous devez savoir le nombre de possibilités d'amélioration que votre main a sur le moment. Par exemple, si vous flopez un tirage couleur à h, vous avez alors 9 possibilités de trouver votre main. Il y a 13 hs en tout. Vous en avez 2 et 2 autres sont sortis au flop, ce qui laisse 9 hs disponibles.

Si vous vous reportez au tableau ci-dessous, vous constaterez que vous avez 35 % de chances de tirer une main avec 9 possibilités d'amélioration sur le turn et la rivière combinés. Cela représente un peu plus d'une chance sur trois, ce qui signifie que s'il faut mettre 10$ pour remporter 30$ ou plus, tirer pour la couleur est le mouvement approprié.

Point de repère : chaque possibilité d'amélioration vous donne environ 4 % de chances de trouver votre main sur le turn et la rivière combinés. Par exemple, 5 possibilités d'amélioration vous donnent environ 20 % de chances d'améliorer votre main, 6 donnent environ 24 %, etc.

Possibilités d'amélioration pour des tirages spécifiques

Tirage quinte double wrap around 20 possibilités d'amélioration
Tirage quinte wrap around 17 possibilités d'amélioration
Tirage quinte flush 15 possibilités d'amélioration
Tirage couleur et surpaire 11 possibilités d'amélioration
Tirage couleur 9 possibilités
Tirage quinte par les deux bouts 8 possibilités d'amélioration
Triple paire 6 possibilités d'amélioration
Double paire 4 possibilités d'amélioration

Possibilités d'amélioration dans un sabot de 45 cartes non vues

Nombre de possibilités d'amélioration % sur la rivière
4 17
5 21
6 25
7 29
8 33
9 36
10 40
11 43
12 47
13 50
14 53
15 56
16 59
17 62
18 65
19 67
20 70