Quand ne pas faire de Continuation Bet ?

cbetting
Dois-je faire ma mise de continuation ou pas ?

De nos jours, vous risquez d'avoir du mal à trouver un joueur qui ne sait pas ce qu'est un Continuation Bet.

Les avantages du c-bet (ou mise de continuation) sont évidents : vous profitez de l'avantage de l'initiative que vous avez prise en relançant avant le flop, et l'emmenez jusqu'au flop, avec une nouvelle mise.

Souvent, vous gagnerez le pot sans contestation, faisant du c-bet une très bonne arme dans l'arsenal du joueur de poker.

Vous commencez cependant à risquer des problèmes quand vous commencez à faire des c-bet à chaque fois que vous avez relancé pré-flop.

Ok, le continuation bet est rentable. Mais pas quand vous le faites à chaque fois. Comme pour tout, il y a un juste milieu à trouver, sinon vous deviendez prévisible, et au final exploitable.

Alors quand ne devriez-vous pas faire de mise de continuation ?

Contre plusieurs suiveurs

Si vous relancez avant le flop et que vous êtes suivi par plusieurs adversaires, votre continuation bet fonctionnera rarement. Plus il y a de joueurs dans le pot, plus vous avez des chances d'être payé par quelqu'un.

Par définition, un continuation bet est un mini-bluff usant de l'espérance de faire coucher (fold equity) que vous avez obtenue en étant le relanceur pré-flop.

Avec plus de joueurs dans le coup, votre fold equity diminue et vous serez ainsi plus souvent payé. Et quand il y a une grosse probabilité que vous soyez payé, vous feriez mieux de miser sur des mains faites que sur des bluffs.

Contre les Calling Stations

Pour ces raisons, lorsque vous vous retrouvez face à des "calling stations" (des joueurs qui paient tout et tout le long), vous devriez souvent moins c-better. Comme le veut le vieil adage, ne tentez jamais de bluffer une calling station.

donkey hat 3
Attention aux mises de continuation face aux joueurs qui vous paieront tout le temps.

Maintenant cela ne veut pas dire que vous devriez complètement abandonner. Vous devez prendre votre adversaire particulier en considération avant de décider de votre jeu optimal.

Si votre calling station est du genre à aller voir le flop avec rien mais à fréquemment se coucher sur une mise à la turn, alors oui, continuez à miser au flop.

Mais soyez donc prêt à tirer une deuxième cartouche à la turn ! Ces joueurs deviendront ainsi les joueurs les plus rentables contre lesquels jouer.

Les calling stations aiment payer, alors laissez les faire. Mais misez un plus haut mix de vos bonnes mains, et restreignez vos bluffs et vos continuation bet à un minimum.

Sur un tableau avec beaucoup de tirages

Certains flops sont meilleurs que d'autres pour les continuation bets. Si vos adversaires touchent leur flop, il y a naturellement plus de chances de les voir suivre. Pensez donc à leur éventail de mains possibles. Si le gros de cet éventail touche, vous feriez mieux de songer à autre chose qu'au c-bet.

Si le tableau est rempli de tirages, quelque chose comme 7 8 5, vous devriez toujours être moins enclin à envoyer une mise de continuation avec rien. Parce que les tableaux "à tirages" donnent toujours quelque chose que votre adversaire va aimer.

Si vous faites régulièrement un continuation bet sur ce genre de board, vous jetez littéralement de l'argent par les fenêtres.

Souvenez-vous aussi de votre éventail perçu

Essayez de vous mettre dans la peau de vos adversaires. Réfléchissez à ce qu'ils pensent que vous avez. S'il apparaît que le flop a peu de chances de vous avoir aidé, vous devriez être moins enclin à faire votre c-bet.

Exemple : Vous relancez en position intermédiaire et êtes suivi par un joueur au bouton. Le flop affiche 3 3 2. Votre mise ne va pas recevoir beaucoup de respect car la majeure partie du temps vous aurez complètement manqué ce flop.

Les continuation bets fonctionnent plus souvent lorsque le flop qui vient ressemble à quelque chose qui a pu aider le jeu d'un relanceur pré-flop.

Lorsque vous êtes hors de position

Comme toujours au poker, si vous êtes hors de position, les choses deviennent plus difficiles.

dennis phillips 2
L'un des facteurs déterminants est votre fold equity.

Si vous prenez l'habitude de faire un continuation bet puis d'abandonner lorsque vous êtes suivi, vos adversaires vont en prendre note. Ils commenceront alors à payer vos relances en position, suivre vos mises au flop, avant de vous prendre le pot à la turn.

Si votre relance pré-flop est payée en position par un adversaire malin, vous devriez moins souvent continuation-better. Il est déjà piégeux de jouer hors de position, cela en devient encore plus difficile face à un bon joueur.

Lorsque vous êtes en position, les choses deviennent plus faciles car vous pouvez jauger plus précisément la force de la main de votre adversaire. Cela signifie que vous pouvez faire un c-bet plus souvent, parce que vous pourrez tirer une seconde cartouche à la turn plus en confiance lorsque votre adversaire checkera sur cette même turn.

Lorsque vous êtes hors de position, vous êtes laissé dans l'expectative, et souvent forcé de check-folder (checker puis vous coucher) lorsque votre continuation bet échoue sur le flop.

Le thème récurrent

A l'évidence, il y a un thème récurrent ici. Le facteur déterminant de savoir si vous devriez ou non faire un continuation bet, est votre fold equity (espérance de faire coucher).

Pour faire simple, plus grande celle-ci est, plus grande est la probabilité pour que votre adversaire se couche, et plus vous devriez c-better.

Dès que vous perdez cette fold equity, le continuation bet cesse d'être profitable. Ainsi arrêtez d'essayer de gagner chaque pot que vous avez relancé pré-flop. Cela n'arrivera jamais.

Prenez une minute ; analysez la texture du tableau, votre adversaire et son éventail, et votre éventail perçu.

Si tous les voyants s'allument au vert pour un continuation bet, alors faites votre mise de continuation.


A lire aussi :