Affaire Full Tilt : Vers le dénouement ?

howard lederer 33766
Howard Lederer a cette fois bien de quoi afficher sa mine des mauvais jours.

Alors qu'on en sait un peu plus sur les malversations de Full Tilt Poker, une bonne nouvelle transpire à quelques heures de la fin de son audience devant la justice américaine : un repreneur français serait sur les rangs pour racheter la salle.

Hier on en apprenait un peu plus sur le mic-mac interne de la société, et ce sont même à certaines malversations que se seront livrés certains des plus éminents ambassadeurs de Full Tilt Poker, j'ai nommé Howard Lederer et Chris Ferguson.

Aux côtés d'autres cadres dont le PDG Ray Bittar, les deux champions auraient ainsi touché une part de 440 millions de dollars que les membres du comité d'administration se seraient auto-versés en tant que dividendes depuis 2007 sur l'argent du compte des joueurs, d'après le gouvernement américain. Soit quelques 40 millions de dollars chacun.

La salle se contentait alors de gérer les demandes de retrait avec l'argent des dépots, mais c'est au moment où le gouvernement est venu perturber cette collecte à l'été 2010 (le poker n'ayant jamais été régulé aux Etats-Unis), que Full Tilt s'est retrouvé dans les ennuis, d'autant plus après avoir par la suite crédité bon nombre de joueurs sans jamais les avoir encaissés, comme nous vous l'avions relaté il y a quelque temps.

Le comité directeur de la récemment créée Epic Poker League, aux critères d'admission drastiques (et dont fait partie la propre soeur de Lederer, Annie Duke), a d'ailleurs exclu les deux hommes en réaction à cette affaire.

Un repreneur français ?

Pendant ce temps l'audition s'est poursuivie hier, et une bonne nouvelle aura tout de même fini par poindre au milieu de ce marasme : la potentialité d'un investisseur français, pour la reprise de Full Tilt. Selon les premières rumeurs, il s'agirait de Laurent Tapie, fils de Bernard, déjà très investi sur le net, et ex-directeur général de Partouche Interactive.

Selon Jeff Ifrah, l'un des avocats de la salle, la lettre d'intention de ce repreneur garantirait le remboursement de tous les joueurs, américains comme du monde entier.
Si les premières discussions remontent déjà à quelque temps, avec une rencontre entre cet investisseur et les responsables de Full Tilt à Dublin fin août, rien n'est cependant encore fait, et toutes les parties (dont le Département de Justice américain et l'Alderney Gambling Control Commission) devront encore s'accorder sur la formalisation et la finalisation d'une telle action.


Toute l'affaire Full Tilt sur PokerListings :

- Black Friday : Pokerstars et Full Tilt bannis du marché américain
- Full Tilt Poker fermé !
- Full Tilt dans de sales draps ?
- Affaire Full Tilt : Phil Ivey pointé du doigt

Mais aussi :

- Phil Ivey ne participera pas aux WSOP
- Qui porte encore un badge Full Tilt aux WSOP ?

Derniers Blog Posts »