Humberto Brenes : The Shark ! - Biographie et Interviews

humberto brenes

La prochaine fois que vous vous trouverez dans un tournoi de poker, jetez un œil autour de vous. Si vous voyez à votre table un gaillard costaricain un peu bavard, vêtu d'un survêtement chatoyant, d'une visière, de deux paires de lunettes de soleil et d'un casque audio, il pourrait être sage de vous en éloigner.

Parce que cet homme, c'est Humberto Brenes, un professionnel de poker très apprécié, avec deux bracelets des World Series of Poker à son poignet et des millions de dollars de gains en tournois dans sa carrière.

Brenes est né le 8 mai 1951 au Costa Rica. A l'âge de 7 ans il apprend à jouer aux cartes en observant son père jouer avec des amis. Bien qu'il finisse par devenir un talentueux joueur de cartes, Brenes préfére s'ouvrir à d'autres opportunités en se rendant à l'Université du Costa Rica, où il décroche un diplôme en ingénierie industrielle.

En dépit d'un certain penchant pour se faire de l'argent facile sur le dos des touristes dans les casinos locaux, Humberto préfère se lancer dans la création d'affaires au Costa Rica. Au fil des années Brenes a notamment été à la tête d'une chaîne de télévision, d'une entreprise de construction, d'un certain nombre de restaurants, et d'une société de chocolats et cookies.

L'argent affluait cependant encore plus facilement pour lui en jouant au casino. Du côté des paradis vacanciers des Bahamas, Brenes excellait notamment au baccarat et au craps, avec même 377 000 $ remportés lors d'un tournoi un jour.
Une fois l'excitation de tout cet argent dissipée, Brenes finit par se demander s'il avait ou non les capacités pour jouer aux cartes face à des professionnels. Avide de se lancer dans un tel challenge, il décida alors de se mettre sérieusement au jeu de poker.

En mai 1987, Humberto dispute sa première épreuve des WSOP, le Main Event de No-Limit Hold'em World Championship à 10000$. Et après s'y être classé 14ème, Humberto allait désormais être de retour aux WSOP chaque année. Jusqu'à qu'il remporte deux bracelets en or en 1993, dans les épreuves de Limit Hold'em à 2500$ et d'Omaha Pot-Limit à 2500$.

9 places payées dans le Main Event des WSOP

Durant les années qui suivent, Brenes continue d'affirmer sa présence sur le circuit poker, tout comme ses frères Alex et Erick, tous deux détenteurs de titres du World Poker Tour.

Après plusieurs tables finales et une poignée de victoires en tournois, Brenes réussit son premier gros coup au Jack Binion World Poker Open à Tunica en janvier 2002. Il s'y adjuge 500 000 $ dans l'épreuve du Championnat de No-Limit Texas Hold'em.

Bien qu'il n'ait toujours pas fait mieux que son année 2002 en termes de victoires en tournois, Brenes a régulièrement continué d'enregistrer des places en tables finales sur le circuit, et possède d'ailleurs à son actif de nombreuses secondes ou troisièmes places, notamment en WPT (3ème du World Poker Finals de Mashantucket en 2004 (636 930 $) et 2ème du Five-Diamond World Poker Classic en 2004 (923 475 $), ses plus gros gains à ce jour. Et aux WSOP 2006 il aura engrangé 330 000 $ de gains après s'être classé 36ème dans le Main Event de No-Limit Hold'em à 10 000 $.
Ce sont aujourd'hui près de 60 places payées WSOP qui sont au palmarès d'Humberto, dont un nombre record de 9 dans le Main Event (en 87, 88, 90, 95, 2000, 2003, 2006, 2007 et 2010) !

Malgré son anglais limité - son frère Alex l'accompagne souvent et l'aide en jouant l'interprète - , Brenes est très populaire parmi ses pairs. Il s'en amuse même : « Au poker je connais tous les mots importants en anglais : relance et sur-relance. »
Humberto aime aussi beaucoup parler, mais lorsqu'il commence à perdre plusieurs mains, il monte le volume de ses écouteurs et fredonne sur sa musique pour rester concentré.

Brenes s'est établi à San Jose au Costa Rica, avec sa femme Patricia et leurs trois enfants. Il possède également une maison en Floride.

Dans le monde du poker, Humberto Brenes est également connu pour son petit requin en plastique en guide protecteur de cartes (d'où son surnom), et pour être un des ambassadeurs de PokerStars, salle sur laquelle il joue en ligne.

Divers et anecdotes

* Connu pour être le parrain des joueurs costaricains
* A été ) la tête de nombreuses sociétés au Costa Rica où il est né, dont une usine de cookies et une chaîne de télévision
* Diplômé en ingénierie industrielle
* Ancien joueur de tournois de baccarat.

-----

Humberto Brenes : « Je suis bon au poker, et un peu fou »

(07/05/14 - par Dirk Oetzmann)

Humberto Brenes The Shark
The Shaaaarrrkkk.

« Tu sais comment on dit "shark" en espagnol ? Humberto ! » La légende vivante Humberto Brenes évoque avec nous les meilleurs moments de sa carrière, sa nomination au Hall of Fame et son rôle dans le monde du poker.

« Peu importe le nombre de stars présentes au tournoi, c'est avec Humberto que tout le monde veut prendre des photos » nous explique le responsable des interviews chez PokerStars.

Cela vous donne une idée de la popularité de Humberto Brenes, bien au delà de ses joggings criards et de ses petits requins gonflables, même s'ils ne gâchent rien.

Sa carrière est passionnante, et pas seulement au poker. Il a dirigé plusieurs entreprises, d'une chaîne de télé à une usine de production de noix, dont il est d'ailleurs toujours le PDG.

humberto brenes 2890
Humberto Brenes, un personnage haut en couleurs à plus d'un titre.
 

Il déclare à qui veut l'entendre que le poker n'a jamais été plus qu'un hobby pour lui. Un hobby qui lui a permis de voyager dans le monde entier et de marquer l'histoire du poker.

Humberto, commençons par ton histoire avec le poker, pour ceux qui ne la connaîtraient pas.

Mon père m'a appris à jouer quand j'avais 7 ans, à la fin des années 50. La première fois que j'ai joué à Vegas, c'était en 1986.

Un ami m'avait dit : "Va à Las Vegas, joue contre les touristes, tu vas les dépouiller." J'ai essayé de suivre ses conseils, jusqu'à ce que je me rende compte que le touriste, c'était moi.

Je suis retourné à Vegas l'année suivante et j'ai terminé 14ème du Main Event des WSOP. L'année d'après, j'ai accroché la 4ème place. C'était génial, j'avais trouvé mon truc.

En 1993, mon premier enfant est né. J'ai gagné deux bracelets et j'ai atteint une place payée dans un troisième event.

En 2002, Jack Binion a organisé un tournoi au Horseshoe de Tunica, dans le Mississippi. C'est la première fois qu'ont été utilisées les caméras pour les hole cards. C'est aussi la première fois qu'un tournoi en dehors des WSOP avait un buy-in de 10 000$. Tous les grands joueurs étaient là (ndlr : Phil Ivey 27è, Phil Hellmuth 17è, Andy Bloch 8è, Dave Ulliott 5è.), et j'ai gagné en battant Erik Seidel en heads-up.

humberto brenes 32597
"Quelqu'un m'a demandé comment on disait requin en espagnol, et j'ai dit "Humberto !"
 

C'était parfait, parce que les spectateurs savaient ce qu'on faisait. Au Costa Rica, il a été rediffusé énormément de fois, les gens ne se rendaient même pas compte que c'était toujours le même. À chaque fois, ils pensaient que j'avais gagné un nouveau tournoi et faisaient la fête. On m'a souvent demandé comment je faisais pour arriver à battre Seidel systématiquement.

En 2004, j'ai participé au WPT Championship. Je suis arrivé en table finale shortstack, Daniel Negreanu était chip leader. J'ai réussi à battre tout le monde, sauf Daniel, et j'ai gagné près d'un million de dollars. C'est le plus gros gain de ma carrière.

En 2006, je fais 8 places payées aux WSOP, mon record. Avant le Main Event, les gars de PokerStars sont venus me demander si je voulais faire partie de leur équipe. J'ai accepté. Jusque là, j'avais toujours payé mes propres buy-ins.

Et puis juste avant le tournoi, quelqu'un est venu me voir et m'a donné ce petit requin. Il voulait que je l'utilise comme protecteur de cartes pour faire un peu de pub à son magasin. J'ai fini par accepter, et lors de la toute dernière main du Day 1 j'ai touché une couleur et gagné un énorme pot. J'ai saisi mon petit requin et j'ai crié "J'ai faiiiim !". Quelqu'un m'a demandé comment on disait ""shark" (requin) en espagnol, j'ai répondu "Humbertoooo !" (il lève les bras en l'air). C'est comme ça que cette histoire de requin a commencé.

Tu étais en lice pour intégrer le Hall of Fame cette année mais tu n'as pas été choisi. Tu es déçu ?

Quand je l'ai appris, un peu. Je n'ai pas la prétention d'être le meilleur joueur du monde, mais je sais que je suis bon au poker. Je suis un peu fou et je représente beaucoup de joueurs parce que je ne suis pas un pro. Beaucoup de gens jouent bien sans traiter le poker comme un boulot. Je pense par exemple à Daniel Negreanu. Ils voient le poker comme un hobby, l'occasion de s'amuser. C'est comme ça que je vois les choses aussi.

Quand je joue en ligne, je n'utilise pas de logiciel. De toutes façons, je préfère jouer en live. Sur Internet, j'ai l'impression de ne pas arriver à cerner mon adversaire.

Je pense que je finirai par rentrer au Hall of Fame, j'espère que ce n'est qu'une question de temps.

Je ne veux pas vivre du poker.

humberto brenes 3
Humberto, l'homme qui a toujours les nuts.
 

De quoi vis-tu ?

De mon entreprise. On importe et vend des fruits secs, du café et des noix.

Ça explique que tu aies toujours les « nuts » !

C'est vrai. Humberto a toujours les nuts !

En bonus, la question foot. Tu suis le football ?

Oui, bien sûr.

À ton avis, qui va gagner la Coupe du Monde cette année ?

Le Costa-Rica ! (rires)

Plus sérieusement, mes deux favoris en Amérique du sud sont les Brésil et l'Argentine. Pour l'Europe, je vois bien les Pays-Bas ou l'Allemagne.

-----

Humberto Brenes : « Mon plus grand secret ? Le poker est ma passion »

(04/11/15 - par Esther Amores)

Humberto Brenes
Le "Shark" Humberto Brenes lors du Jour 1A de la Battle of Malta 2015.

Pour un homme dont le poker n'est qu'un "hobby", Humberto Brenes a accumulé bon nombre de résultats impressionnants au cours de sa longue carrière d'une décennie.

Le Costaricain Humberto Brenes dit le "Shark" est devenu l'une des figures les plus reconnues durant le boum du poker, notamment grâce à ses apparitions pleines de bonne humeur dans les diffusions des WSOP.

Depuis la fin de son contrat avec PokerStars, il s'est fait plus discret, de retour comme joueur plus épisodique. Mais ne vous y trompez pas, il a toujours l'oeil du tigre - ou plutôt du requin.

Ce n'est certainement pas pour rien qu'il a remporté cette année notre Trophée PokerListings de Légende vivante du poker, devant des noms tels que Erik Seidel, Barry Greenstein ou James Woods.

Le voici en tout cas cette semaine à Malte pour recevoir son Award et bien sûr disputer la Battle of Malta. L'occasion de lui poser quelques questions.


Les résultats des PokerListings Awards ont pu prouver à quel point la communauté du poker t'admire. Que ressens-tu après cette victoire ?

Humberto Brenes à la BOM 2015
Concentré, mais joyeux et flatté.

Je me sens très heureux, et flatté de recevoir cette reconnaissance et récompense, qui s'est décidée grâce à la participation du public. Je voudrais remercier tout le monde qui a pensé à moi.

Tu possèdes déjà l'un des titres du poker les plus importants, avec deux bracelets WSOP à ton poignet. Mais on sait que tu cherches notamment à décrocher ton troisième. Quels sont tes objectifs aujourd'hui ?

Mon but est de continuer à jouer durant encore beaucoup d'années, vu que j'ai l'opportunité de jouer au poker en tant que hobby, où l'âge importe peu, et où je peux continuer à prendre du plaisir.

Tu disputes la Battle of Malta 2015, pour laquelle c'est ta première participation. Qu'est-ce qui t'a attiré dans ce tournoi, et qu'en attends-tu ?

L'une des choses qui m'attire est le fait que je vais découvrir un aussi bel endroit que Malte, et aussi beaucoup de nouveaux visages de la communauté du poker.

La Battle of Malta est un tournoi à faible buy-in qui cherche à attirer les joueurs "récréationnels" avec une atmosphère plus fun que les autres tournois. En Europe il n'y a pas beaucoup de tournois du genre. Qu'en est-il en Amérique du Sud ? Devrions-nous y exporter la BOM ?

J'ai joué plusieurs tournois similaires avec des droits d'entrée faibles. Ils essaient d'étendre le poker tout en promouvant le tourisme auprès des joueurs. Ce genre de tournois est plus agréable parce que le focus est le jeu avant l'argent.

Tu fais partie des joueurs qui préfèrent les tournois aux cash games. Pourquoi ?

Les tournois sont plus compétitifs. Dans les tournois tout le monde débute avec le même tapis de départ, aussi les joueurs font la différence grâce à leurs compétences, pas leur pouvoir financier.

Aux tables tu es très connu pour être "le Shark", mais aussi pour ta personnalité. On a déjà pu te voir chanter à la table pendant que tu écoutes de la musique sur ton iPod, et ça en agace parfois certains. Tu as une anecdote mémorable à nous raconter à ce sujet ?

Humberto Brenes
Le poker aussi a son "fou chantant".

Oui. Dans un tournoi des WSOP, après avoir joué pendant 9 heures avec un jeune joueur à côté de moi, il est parti à tapis avec une paire d'as et a perdu le coup.
Quand il s'est levé de la table, il a dit au revoir, et dans un très mauvais espagnol, a aussi dit "bon Humberto à plus tard. Le seul bon truc à devoir partir est que je ne vais plus avoir à t'entendre chanter." Et puis il a serré les mains pendant que mois je souriais.

Quel est la recette de ton succès ?

Mon plus grand secret est que le poker est mon hobby, ma passion. Donc je n'ai jamais joué aucun tournoi ou table de cash où je n'étais pas à l'aise avec les gens ou le buy-in.

Quels sont les 3 conseils que tu pourrais donner aux nouveaux joueurs ?

Si vous voulez être un gagnant, je recommanderais de :
- Ne jamais jouer à un buy-in où vous ne seriez pas à l'aise.
- Ne jamais jouer quand vous ne vous sentez pas bien ou que vous n'avez pas l'esprit clair.
- Passez du temps au début pour connaître les joueurs à votre table. Ce que vous savez de vos adversaires fera la différence.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page