Des joueurs de poker pros à l'assaut d'une Escape Room

Pro PokerStars et Escape Room Malte

Les Escape Rooms ont vu leur popularité (et leur nombre) exploser en Europe et dans le monde. Trois joueurs de poker pros de la Team PokerStars ont tenté l'expérience à Malte.

Si vous ne connaissez pas encore le phénomène des Escape Rooms (ou jeu d'évasion grandeur nature), cela ne saurait sans doute tarder.
Elles seraient originaire du Japon il y a une dizaine d'années, même si leur éclosion nous vient aussi beaucoup des pays de l'Est (notamment Budapest en Hongrie).
Et si vous habitez dans une grande ville en France, il est fort possible que celle-ci en possède déjà au moins une (sans peut-être que vous le sachiez). Il y en aurait plus de 200 en France.

Si cette activité d'un nouveau genre demeure parfois inconnue du grand public, les amateurs de jeux sur Internet en connaissent déjà le principe. Il est en effet possible de trouver d'innombrables Escape Rooms sur la toile, des plus simples et plus faciles souvent en flash et gratuites, à certaines aux graphismes ou histoires plus élaborés.

Ces jeux sur Internet sont très populaires car très simples à jouer ("point & click", vous devez simplement pointer et cliquez sur des objets ou sur le décor), immersifs, et faisant marcher la matière grise.

Le but du jeu est lui aussi simple : Vous êtes généralement enfermé dans une pièce, et devez trouver ce qu'il faut faire pour vous échapper. Pour cela vous allez devoir trouver des indices et des objets, des clés, ouvrir des coffres, activer des mécanismes, résoudre des énigmes, ...

Les Escape Rooms "live" fonctionnent exactement selon la même idée, à deux exceptions notables près : vous faites équipe avec un ou plusieurs de vos amis (ou membres de votre famille), et vous avez une heure pour sortir !

A l'occasion de l'European Poker Tour de Malte il y a quelques semaines, nous avons envoyé trois joueurs de poker de l'équipe des professionnels PokerStars, pour voir si leurs méninges allaient cette fois pouvoir leur permette de résoudre une toute autre forme de challenge : la Néerlandaise Fatima Moreira de Melo, le Danois Theo Jorgensen, et l'Italien Luca Pagano.

Un Italien, un Danois et une Hollandaise enfermés dans une salle...

Avant la partie, tous se montraient en tout cas excités à l'idée de relever le challenge et de s'amuser.

Interieur Escape Room
Fatima, Luca et Theo vont-ils s'en sortir ?

Des trois, seul Theo s'était déjà essayé aux Escape Rooms, pour deux échecs.

« J'en ai joué deux avec ma famille à Cracovie en Pologne, sur les thèmes "Chambre secrète" et "Planète des singes". On a pas réussi et j'ai trouvé ça difficile les deux fois. Je n'imagine pas que ça sera plus facile aujourd'hui ! »

Si Luca n'en avait jamais entendu parler, ce n'est pas le cas de Fatima : « Je participe à des projets télé et un caméraman que je connais a déjà fait une vidéo là-dessus aux Pays-Bas, il m'en a donc un peu parlé. Il me disait que c'était fait de manière très ingénieuse, donc je suis curieuse de voir de l'intérieur. Ça a l'air amusant en tout cas. »

Nos trois joueurs ne se montraient en revanche pas des plus optimistes avant de se lancer dans la partie. Fatima : « Évidemment nous allons faire de notre mieux. Je ne dis pas que nous allons réussir. Mais ce n'est pas qu'une affaire de victoire ou de médaille, c'est aussi pour l'expérience. »

En tout cas tout le monde semblait se reposer principalement sur l'esprit déductif de Luca. « Il a une personnalité plus calme, apte à résoudre les choses » avouait Fatima. Et Theo de surenchérir un peu plus tard : « Il va être bon, c'est notre capitaine ! »

Réaction de Luca "l'esprit logique" de la bande donc : « Un Italien, un Danois et une Hollandaise enfermés dans une salle, ça sonne un peu comme une histoire drôle. (rires) Mais voyons voir comment ça va se passer. »

Souk, pyramide, et statues fatales

C'est du côté de l'Egypte que nos trois aventuriers allaient se rendre, la salle censée être la plus abordable (dans les 60% de réussite) des trois proposées par Scavenger Escape Malta, établissement ouvert en mars 2016 à Sliema sur l'île de Malte.

Une fois de brèves instructions dispensées, Luca, Theo et Fatima pouvaient pénétrer dans la pénombre du souk égyptien, et le chronomètre d'être lancé par le maître du jeu !

Même si nos trois prisonniers repérent vite les premiers puzzles, tout est naturellement loin d'être compris au premier coup d’œil.
Environ un quart d'heure plus tard on assiste au premier véritable "high five" entre Luca et Theo : L'énigme de la balance de Roberval était résolue !

Escape Room Egypte

Avec un peu de réussite, nos héros allaient finalement assez vite atteindre la deuxième salle, avant de lancer un nouveau conciliabule sur quoi faire maintenant. Du sable, une pyramide, des blocs de pierre, et même un masque à gaz... Sitôt porté par Luca, le maître du jeu leur envoyait d'ailleurs un peu de fumée, histoire de s'amuser avec eux.

Ce n'est finalement que passé la première demi-heure que le premier indice est demandé par l'équipe à l'interphone.

Mais le temps file vite, et il ne reste bientôt que quelques minutes lorsque notre équipe de choc finit par accéder au tombeau, autour duquel des statues intriguent.
Tic tac tic tac, dernier indice, mais les pros du poker restent bloqués et Theo s'énerve.

« C'est game over, le temps est terminé ! » résonne.

Même s'ils n'en étaient plus très loin, Luca, Theo et Fatima n'auront pu s'enfuir et resteront prisonniers à jamais des sous-terrains égyptiens... Enfin jusqu'à ce que le maître du jeu vienne les délivrer bien sûr.

« Difficile mais fun ! »

« Je me sens vraiment idiot » pestait Theo au sortir de la salle, « je crois qu'on a bien échoué, même si j'ai été fier de nous à certains moments. »
Fatima était pour sa part plutôt satisfaite : « On a quand même trouvé beaucoup de choses. Mais ce n'est vraiment pas facile. »

Team PokerStars Escape Room Malte
Quelqu'un pour aller les délivrer ?

« Je pensais qu'on était bien au début » s'exclamait un Theo souvent frustré par les énigmes au sortir de la salle. « Mais c'était fun. Bien plus que je ne le pensais. De loin la meilleure salle que j'ai faite jusque là. C'était vraiment bien fait. »

Avant de s'amuser sur les relations au sein de l'équipe : « Je savais que j'allais être le premier à abandonner, et que quelques minutes après Fatima allait suivre, avec Luca continuant d'essayer de comprendre de son côté. Si ça n'avait tenu qu'à Luca, on aurait été dedans pour 4 heures avant de demander un indice. Il était furieux quand moi et Fatima en demandions un ! » (rires)

Fatima : « C'est définitivement amusant ! (...) Le plus dur est de voir ce qui est réel, ce qui est utile et ce qui ne l'est pas. Parfois tu vas ignorer quelque chose que tu ne devrais pas. (...) On s'est fait avoir les statues sur la fin aussi, elles se ressemblaient toutes. (...) La notion du temps n'importe pas tant que ça, tu dois juste te concentrer sur ce qu'il faut faire. »

Preuve que le trio a apprécié en tout cas, ils pensaient déjà revenir le lendemain.
« On refait la même » blague alors Fatima. Theo : « Alors là cette fois si on merde encore... » (rires)

Finalement il n'y aura pas eu de deuxième épisode cette fois-ci, mais Luca confiait plus tard qu'ils allaient retenter l'expérience à Prague à l'occasion de la dernière manche de l'EPT en décembre.

Un travail à la fois d'équipe et individuel

Alors comment se sont comportés nos pros du poker selon le gérant des lieux ? « Ni meilleur ni moins bon que d'autres ! »

Michael Pedersen est venu du Danemark pour venir gérer cet établissement que possède un ami. Et il a déjà pu voir passer un bon nombre de joueurs.

briefing avant partie
"Les meilleures équipes sont celles où chacun agit à la fois en individuel et en équipier."

« C'est un travail d'équipe, mais cela reste individuel de la manière dont les gens le conçoivent. (...) Le plus difficile pour les gens est de travailler ensemble. Et vous savez ce que c'est : Dans un groupe il y a toujours un individu qui a une grosse influence, du coup cela peut être une distraction et vous portez moins d'attention à ce que vous pensez ou votre instinct. »

Alors vaut-il mieux être le plus grand nombre possible (jusqu'à 6 à Scavenger Malta) pour maximiser ses chances de réussite ?

« Oui et non. Certaines personnes sont meilleures ensemble, en utilisant leur esprit différent, mais il est aussi plus facile de se gêner ou d'avoir des conflits. »

« Les meilleures équipes sont celles où chacun agit en tant qu'individu, mais également en tant qu'équipier. Ainsi si une idée ne marche pas, quelqu'un d'autre peut prendre le relais et cela peut être la solution, ou on passe à quelqu'un d'autre et ainsi de suite. »

Des milliers d'Escape Rooms dans le monde

Il est aujourd'hui facile de comprendre le succès des Escape Rooms, y compris pour des évènements d'entreprise, et pourquoi celles-ci poussent comme des champignons.
Outre la rentabilité pour les tenanciers ou gérants de franchises (il faut en général compter de 20 à 30€ par personne selon le nombre de participants), il s'agit d'un jeu d'aventure original, interactif, immersif, prenant, amusant, et accessible pour tous les âges, y compris au-delà de 60 ans. Les retours sont toujours positifs, tout le monde apprécie, au point que cela puisse même devenir addictif !

« La publicité marche évidemment, mais vous pouvez aussi nettement sentir l'effet du bouche-à-oreille. »

La mode des Escape Rooms est vraiment lancée. Il y en aurait déjà des milliers dans le monde, et parfois même plus de 200 dans une seule ville comme Moscou en Russie.

Alors à vous d'essayer (et faire mieux que nos joueurs de poker pros) !