Faut-il suivre les Short Stack à Tapis dans les tournois de poker ?

Jonathan Little
Jonathan Little, spécialiste des SNG, et maître du "push or fold"

Tout le monde sait que la clé pour gagner des sit-and-go est de jouer de manière agressive. Mais ça ne va cependant pas toujours être possible.

Lorsque vous êtes à la grosse blind et que vous avez un short stack à tapis face à vous, l'agression ne va pas vous aider. Soit vous suivez, soit vous vous couchez.

Alors comment décider de la route à prendre ?

Premièrement vous pouvez raisonner en terme de qualité de main. Si vous avez une très bonne main, cela rend votre décision assez facile à prendre. Si cependant votre main est loin d'être la panacée, vous devez juger au-delà de sa qualité : vous allez penser en termes de cotes.

De nombreux joueurs ne prennent pas du tout en compte les cotes lorsqu'ils décident de suivre ou non un short stack à tapis. Ils pensent « Oh il est all-in, il doit avoir quelque chose. Mon T-8 ne doit pas être bon. »
C'est faux. Bien que votre T-8 puisse en effet ne pas être favori, vous avez les cotes requises pour payer.

Alors que sont les "cotes requises" ? Il n'y a pas de moyen de les déterminer avec exactitude, car vous ne pouvez jamais être sûr de ce que votre adversaire détient.

Jerrod Ankenman
Si vous avez une cote de 2 contre 1 ou mieux, vous feriez mieux d'avoir une bonne raison pour vous coucher.

Cependant, dans l'un de nos précédents articles, nous formulions le conseil suivant : « Si vous avez une cote de 2 contre 1 ou mieux, vous feriez mieux d'avoir une bonne raison pour vous coucher ». Ce qui signifie qu'à moins que le gars soit le joueur le plus serré au monde, avec ces cotes vous devriez probablement payer.

Si vous en êtes loin dans le tournoi et que le joueur est short-stack, il ira à tapis avec un très large éventail de mains.
Nous ne parlons pas seulement des premiums, les mains de type AA, AK ou JJ. Il va ici plutôt pousser avec toutes sortes de mains, telles que 98, 44, JQ, et même occasionnellement la super cavalière 53o.

N'importe quelles deux cartes non-pairées ne sont pas un large favori contre deux autres cartes vivantes non-pairées. Alors si vous vous voyez offerte une cote de 2 contre 1 ou mieux et que vous avez un stack décent, vous devriez presque toujours aller chercher les tapis des short stacks.

Jetons un œil à quelques mains aléatoires confrontées à d'autres mains aléatoires :

A-K contre 9-8 => 9-8 gagnera 36% du temps

A-Q contre J-Ts => J-T gagnera 41% du temps

4-4 contre T-9 => T-9 gagnera 50.3% du temps

A-T contre 4-7 => 4-7 gagnera 35% du temps

A-T contre T-8 => T-8 gagnera 27.5% du temps

Comme vous pouvez le voir avec ce petit échantillon, la seule fois où vous êtes réellement derrière est lorsque vous êtes dominé dans une confrontation telle que T-8 contre A-T.
En dehors de ça, vous êtes presque toujours à 35-40% de chances de gagner. Ce serait ainsi une énorme erreur que de vous coucher avec une cote de 2 contre 1 ou mieux sur un essai à 40%.

Réfléchissez comme suit : si vous pouviez miser toute la journée sur un lancer de pièce asymétrique qui atterrirait côté face 40% du temps et pile 60% du temps, et que vous soyez payé 2 contre 1 sur chaque pile, vous seriez riche à la fin de la journée. Alors pourquoi passer à côté du même pari dans une partie de poker ?

Prenons un exemple :

Blinds à 100$/200$. Vous êtes à la grosse blind avec 6000$. La petite blind a 500$ après avoir posté sa mise obligatoire. La table est pleine et les antes sont à 25$. Tout le monde se couche jusqu'à la petite blind, qui pousse son tapis pour un total de 600$. Vous êtes à la grosse blind avec T 7.

Kevin Saul
Deux trains partent de NY. Le premier va à 60 km/h…

Devriez-vous payer ?

Faisons un peu de maths élémentaires.

La petite blind est en jeu pour 600$ ; il y a 250$ d'antes, et vous avez déjà investi 200$. Ce qui fait un total de 1050$. Vous devez payer 400$ de plus pour en gagner 1050.
Alors devriez-vous payer ? Absolument. Il s'agit presque d'une situation dite de "n'importe quelles cartes", où il faut payer avec n'importe quoi. Obtenir une telle cote de 3 contre 1 rend le fold absolument hors de question.

Maintenant bien sûr, dans un monde parfait vous n'auriez jamais à payer avec une main qui soit derrière l'éventail de votre adversaire. Vous pourriez simplement relancer les blinds de tous les autres et voler votre chemin vers la victoire.

Mais en réalité, ça ne marchera pas. Vous allez forcément vous retrouver dans cette situation.
Et si vous prenez pour habitude de vous coucher lorsque vous vous voyez offertes des cotes de 2 contre 1 ou mieux contre un short stack, alors vous faites définitivement une grosse erreur...