Triche au poker ? L’affaire de 2022 qui secoue le monde du poker

C’est l’affaire qui a secoué le monde du poker suite aux accusations de triche au poker de Alex Foxen sur Ali Imsirovic.

Tout le monde parle de cette affaire incroyable. Suite aux accusations de Alex Foxen sur Ali Imsirovic, d’autres joueurs ont commencé à accuser des nouveaux “tricheurs”.

On parle même d’une blacklist !

Voici les premiers accusations de triche au poker de Alex Foxen sur Imsirovic : "C’est un tricheur connu dans le milieu des high-stakes et de la communauté high-roller", a déclaré Foxen avant de suggérer qu'Imsirovic utilise des logiciels d'assistance en temps réel (RTA) lorsqu'il joue sur Internet mais aussi qu'il utilisait plusieurs comptes et pratiquait le "don ou échange" (chipdumping) de jetons entre ces comptes.

Bonomo a rejoint Alex Foxen en déclarant qu’il avait perdu 1 million de dollars dans la partie High Stakes dont Foxen parlait et suite à laquelle Ali Imsirovic a été banni de GG Poker.

Quand on demande à Bonomo pourquoi utiliser des RTA donne un avantage, sa réponse est claire : "C'est un avantage énorme. Cela dépend de l'outil que vous utilisez, s'il connaît tous les spots cela peut faire d'un nobody un joueur plus fort que n'importe quel non-tricheur aussi bon soit-il “.

"Il existe des outils pour résoudre toutes les situations données, c'est juste une histoire de compilation de milliers de solutions puis d'installer un bon logiciel pour trouver la meilleure au bon moment" insiste-t-il. Mais ce n’est pas tout car Bonomo a une personne proche de l’affaire qui lui a confié que les preuves contre Imsirovic sont irréfutables allant au-delà de l’historique de mains.

Les grosses têtes de pokes se manifestent aussi sur cette affaire de triche. On a vu les déclarations de Phil Hellmuth sur son compte Twitter  :

triche au poker

Triche au poker : Nouvelle révélations

Mais ce n’est pas tout, suite à ces premières révélations, d’autres joueurs ont été accusés de triche.

Martin Zamani a lâché un message sur Twitter pour mettre en cause Bryn Kenney, qui était son ancien sponsor personnel. 

Suite à ça, Doug Polk l’a invité pour enregistrer un Podcast d’urgence, comme vous le savez Doug Polk enregistre des podcast sur le monde du poker avec des figures du domaine.

 

Doug Polk l'invite donc très vite pour enregistrer son podcast. Celui-ci dure 81 minutes et nous allons découvrir des informations incroyables. Le moins que l’on puisse dire c’est que Zamani tire à balles réelles sur Bryn Kenney.

Derrière les 57 millions remportés en live se cacherait en réalité une entreprise aux méthodes discutables mais surtout un système de triche bien rodé.

Même si Doug Polk a été menacé de poursuites par les avocats de Kenney directement si des informations publiées pouvaient nuire son client, Doug Polk n’a pas reculé et il est allé au bout de son intention, celle de révéler au grand jour les informations connues par Zamani.

Mais de quoi accuse-t-on Kenney exactement ? Et bien, Zamani révèle que Kenney avait créé une équipe de joueurs qui doivent travailler ensemble en tant que groupe pour collusionner dans les parties online qu’ils jouent, ce qui est strictement interdit et illégal. Zamani a admis avoir fait partie d'un tel groupe et il acceptera les conséquences de ses actions, son but ici était uniquement de se libérer et il n'a "aucun regret" de l’avoir fait. Cela pesait sur sa conscience.

La triche de Kenney

Zamani dénonce une espèce d ' "entreprise" ou association où Keney a le dernier mot. Les joueurs doivent se plier à ses décisions et suivre exactement les indications qu' on leur donne.

Zamani a par exemple assumé avoir pratiqué le “ghosting” qui consiste à, par exemple, donner les accès à ton compte à un joueur qui est considéré meilleur que toi quand tu es en deeprun d’un tournoi. De ce fait, le joueur qui est “meilleur” que toi aura plus de chances d’aller plus loin.

Mais ce n’est pas tout, il confie aussi avoir donné son stack à un collègue d’équipe sur un satellite notamment où l’autre joueur était en meilleure position que lui. Nous précisons encore une fois que ces deux formes de triche au poker sont absolument interdites et illégales.

Et dans la liste des accusations arrive aussi l’utilisation des logiciels RTA pendant les parties.

Si l’un des joueurs refusait d’accepter l’une de ces instructions, il descendait de limite ou directement il perdait son stacking. Certains joueurs ont donc accepté d’y participer sachant que c’était illégal par peur de perdre une belle chance de faire carrière.

Les victimes de triche au poker

Zamani va même accuser certains de ses coéquipiers qui ont participé à cette affaire de triche au poker : 

 

Le français Idris Ambraise a été évoqué dans cette affaire. Il aurait en effet été victime d’un “ghosting” d’un des poulains de Kenney pendant l’Event #80 des WSOP online disputés sur GGpoker en septembre 2020.

L'Américain Dobrin (qui avait deux bagues WSOPC et près de 450 000$ de gains en live et membre de l'écurie Kenney) a été remplacé par un meilleur joueur pendant ce tournoi et cela à partir de 40 left, ce n'est donc pas lui qui aurait disputé le head's up selon les dires de Zamani. Il affirme posséder des preuves.

Zamani déclare réserver les preuves qu’il possède pour les faire publiques si Kenney nie ces informations.

Zamani raconte aussi qu'il dispose d'une conversation Telegram de plus d'une année avec Kenney. Celle-ci montrerait la gravité du scam. 

Zamani explique aussi que Bryn Kenney avait accès à son écran et à ceux de ses joueurs pendant les parties. Il accuse aussi  Sergi Reixach et David Misikowski de faire partie de la supercherie et d’avoir utilisé des logiciels RTA. L'Espagnol s'est confié à des médias espagnols et nie cette accusation.

Décidément, c’est une affaire qui va continuer à faire parler !

Comment on that

Votre message est en attente d'approbation
×