Comment vaincre et éviter le Tilt : Dossier complet

Mike Matusow joueur énervé et en tilt au poker
Le tilt est mauvais pour vos artères, et pour votre jeu.

Tous les joueurs savent ce que c’est. Et pourtant quasiment personne ne peut y échapper.

Le tilt. L’un des phénomènes les plus destructeurs et mystérieux du poker.

Dans cet article nous allons explorer les causes, les formes et les conséquences de cette malédiction qui frappe la plupart des joueurs.

Et surtout, nous vous expliquons comment y remédier.


Sommaire principal de ce dossier :


Une histoire qui sent le déjà-vu…

Notre héros est un joueur de No-Limit Hold’em lambda. Habitué des cash games, il traverse une période délicate.

Depuis quelques semaines, les choses sont un peu compliquées. Il enchaîne les coups du sort, ne touche pas ses cartes et même lorsqu’il a une grosse main, ses adversaires s’en sortent.

Notre héros décide alors de faire une pause. Après quelques jours, il se sent mieux, s’assoit devant son écran et commence à jouer.

Quatre heures plus tard, notre héros a perdu quatre stacks et a accumulé les bad beats. Il finit par tout miser sur sa paire d’as et se fait battre par une paire de rois.

Lors de la main suivante, il joue un 5-bet à l’aveugle avec A-9 et perd face à une paire de dames. Il referme violemment son ordinateur portable et envoie valser sa souris contre le mur.

Joueur calme
On a tous au moins un jour connu le tilt, mais que peut-on faire contre ?

Il est en plein tilt.

Le coupable ? La variance

Le tilt est un phénomène aussi ancien que le poker lui-même. Il est causé par la variance, ce principe mathématique qui veut qu’il y aura toujours des séries gagnantes ou perdantes, le tout dans des circonstances parfois incroyables.

Ces situations extrêmes peuvent perturber les joueurs, leur faire perdre leur concentration et les empêcher de jouer à leur véritable niveau. C’est dans ces cas-là qu’on parle de tilt.

Le niveau “absolu” d’un joueur n’est donc pas le seul facteur de son succès (ou non) sur le long terme. Il faut aussi de la force mentale, une qualité qu’on sous-estime souvent.

Chance et malchance

Quelques très rares joueurs sont réputés pour être immunisé contre le tilt. Parmi eux, Chip Reese, surnommé “le véritable roi du poker” par Daniel Negreanu et décrit comme “le plus grand joueur de poker de l’histoire” par son ami de longue date Doyle Brunson. Il n’est rien de moins qu’une légende du poker.

Il est décédé prématurément d’une attaque cardiaque en 2007, alors qu’il n’avait que 56 ans.

Reese était connu pour ne jamais montrer aucune émotion et avoir un niveau de jeu extrêmement constant, quelles que soient les circonstances. Beaucoup de joueurs professionnels en sont encore aujourd’hui admiratifs.

Jesse May, commentateur pour de nombreuses émissions télé consacrées au poker, a un jour déclaré que le plus important au poker était de savoir à la fois gérer la chance et la malchance.

Chip Reese
Chip Reese : imperméable au tilt.

Si vous êtes vous-même un joueur de poker, vous savez combien cela est compliqué. Souvent, les émotions nous submergent et brouillent notre réflexion.

Il n’y a pas qu’un seul tilt

La première étape pour contrôler et lutter efficacement contre le tilt, c’est de savoir en reconnaître les causes et les formes.

Nous allons donc voir pourquoi le tilt n’arrive pas uniquement lorsque vous perdez ou êtes sur une mauvaise série. Nous verrons également que le tilt peut prendre de nombreuses formes, mais qu’il existe heureusement des moyens d’y faire face.

Les différents types de tilt au poker et ce qu'ils vous coûtent

Le tilt, que vous le vouliez ou non, est un enjeu crucial pour tous les joueurs de poker.

Voilà les circonstances et les conséquences du tilt sur la plupart des joueurs : après une mauvaise série (réelle ou ressentie), vous perdez le contrôle de votre jeu. Vous vous mettez à jouer de manière beaucoup trop loose (large) parce que vous êtes hors de vous.

Cela arrive à tous les joueurs à un moment ou à un autre.
Mais le tilt ne se résume pas à cela : il concerne tous ces moments où vous ne jouez pas au mieux, quelle qu'en soit la raison.

Jouer avec ses émotions et pas sa raison

De nombreux facteurs peuvent déclencher le tilt : la chance, la malchance, l'épuisement, le découragement, la dépression ou l'euphorie.

Tous ces éléments peuvent pousser le joueur à jouer plus émotionnellement que rationnellement.

Quelques causes du tilt au poker

1. Un paquet "froid" (cold deck) : La façon dont les gens jouent lorsqu'ils connaissent une série de mauvaises cartes (ou que leurs gros jeux s'écrasent contre des jeux encore plus gros) est ce qui sépare les vrais joueurs du reste de la meute. Souvenez-vous que n'importe quel joueur peut jouer les bonnes cartes, mais seuls les joueurs gagnants peuvent jouer comme un roc même lorsqu'ils sont sur une mauvaise série de mains.

Phil Hellmuth spécialiste du tilt
Quand Joueur A n'aime pas Joueur B.

La clé pour ne pas laisser les mauvaises cartes prendre le meilleur sur vous est de vous donner l'objectif de tout le temps jouer de votre mieux. Cela aide également à éviter certains mauvais réflexes qui vous décourageraient telles que constamment regarder à votre bankroll. Ne vous inquiétez pas pour votre bankroll, elle grossira toujours si vous êtes un bon joueur et que vous la gérez correctement.

2. Les problèmes personnels : Vous devez vous vider la tête de tout problème personnel avant de traîner vos pieds dans une salle de poker qu'elle soit en live ou sur Internet. Si vous avez d'autres choses à l'esprit, vos adversaires auront un avantage sur vous. Résolvez vos problèmes et ne vous asseyez que lorsque vous êtes dans de bonnes dispositions et alerte.

3. Les bad beats : Les bad beat sont la raison numéro 1 du tilt. La clé pour comprendre les bad beat est de réaliser à quel point ils arrivent souvent. Je dirais que le poker consiste toujours en 60% de jeu de poker et que la chance complète des 40% restants. Cela fait une incroyable part de chance, et les gens ont besoin de bien comprendre à quel point il est possible que les autres joueurs soient chanceux s'ils veulent gagner au poker. Les bad beat sont simplement des faits de jeu inévitables.

4. Le type de partie : Le type de partie peut également pousser certains joueurs à devenir extrêmement chauds. Par exemple une mauvaise série de parties en heads-up peut rapidement énerver.

5. Une bankroll pas adaptée : On ne soulignera jamais assez l'importance de la bankroll auprès des nouveaux joueurs. Et là aussi celle-ci peut être l'une des racines du tilt. Perdre un tournoi à 30€ de buy-in si vous avez 1 million d'euros de capital n'est pas la même chose que de s'énerver pour avoir perdu ces mêmes 30€ avec une bankroll de seulement 60€. Inévitablement, la gestion de la bankroll sépare les bons joueurs des mauvais.


Chacun a ses propres raisons de tilter, à des degrés divers. Mais il y a bien une chose que tous les joueurs de poker ont en commun : nous sommes susceptibles. Certains le sont plus que d'autres, mais tout le monde est concerné. Voilà encore quelques exemples de situations qui peuvent vous faire basculer dans le tilt :

  1. Joueur A n'aime pas Joueur B. Peu importent les raisons. Joueur A décide qu'il est temps de montrer à Joueur B qui est le patron. Il commence à aller systématiquement à tapis contre Joueur B, même avec des mains faibles, et joue de manière trop agressive.
  2. Joueur C décide de jouer au niveau au-dessus. Sous pression, il est terrifié lorsqu'il joue. Il devient trop prudent et donc trop passif.
  3. Joueur D rentre d'une soirée sympa. Il arrive tard et se sent super bien. Il décide de lancer son logiciel de poker et commence à jouer. En raison de sa « bonne humeur », il joue trop de mains et n'est pas assez prudent.
Un joueur de poker qui semble se faire prendre par ses émotions
Plus vous laissez vos émotions prendre le contrôle, plus la situation empirera.

Voilà quelques unes des nombreuses situations qui ont une influence sur votre jeu. Les bad beats et autres gros pots perdus en font évidemment aussi partie.

Il est essentiel que vous soyez conscient des circonstances dans lesquelles vous perdez votre sang froid. Identifier le problème est la première étape pour progresser.

Le tilt sur tous les fronts

C’est un conseil valable dans de nombreux domaines, et le tilt ne fait pas exception.

Peu importe le niveau auquel vous évoluez, si vous avez de l’ambition vous devez prendre des décisions rationnelles et raisonnables.

Plus vous laissez vos émotions prendre le dessus, moins vos décisions seront rationnelles.

Si vous jouez “émotionnellement” sur une période de temps plus ou moins longue, cela aura des conséquences terribles sur votre bankroll. Vous devez absolument garder à l’esprit que le tilt peut frapper à tout moment et se manifester sous plusieurs formes.

Un joueur en plein déséquilibre émotionnel “perd” son jeu et prend des décisions qui ne sont pas optimales.

Les joueurs subissent de nombreuses perturbations émotionnelles, mais nous pouvons les diviser en deux catégories dans lesquelles deux tendances s’opposent :

Syndrome du Tilt n°1 - Large-agressif contre serré-passif

Le tilt loose-agressif (large agressif) est de très loin le plus fréquent. Tous les joueurs y ont été confrontés.

Joueur à casquette avec un trèfle pour se porter chance
Le tilt large-agressif est de loin la forme de tilt la plus courante.

Vous jouez trop de mains et vous mettez à commettre des erreurs de débutants que vous pensiez avoir laissé loin derrière vous.

Comme pour tout type de tilt, les dégâts causés seront proportionnels à la durée du tilt en question et à l’intensité du tilt. Voilà quelques uns des facteurs qui déclenchent le tilt :

  • Frustration suite à un (ou plusieurs) bad beat.
  • Un enchaînement de mauvaises cartes/décisions.
  • Essayer désespérément de rattraper les pertes engendrées en début de session.
  • Se sentir imbattable après une série de très bons résultats.
  • Être résigné, abandonner.
  • Être impatient et essayer de rattraper ses erreurs trop rapidement.
  • Avoir un esprit de revanche par rapport à un joueur en particulier.

Ce type de tilt ne dure généralement pas très longtemps, les joueurs arrivent en général à se calmer assez rapidement, même s’ils ont perdu beaucoup.

Son opposé est le tilt serré-passif. En apparence plus calme, il est tout aussi désastreux.

Vous abandonnez votre plan de jeu habituel et devenez beaucoup trop prudent et défensif. Ce type de tilt est généralement causé par les facteurs suivants :

  • Manque ou perte de confiance.
  • Un enchaînement de mauvaises cartes/décisions.
  • Un manque d’assurance (lié à un environnement inhabituel ou une nouvelle variante par exemple).
  • Jouer à des limites trop élevées pour votre niveau.
  • Vouloir “assurer” vos gains (refus de risquer de l’argent lors remporté jusque là lors de cette session).
  • Peurs irrationnelles (liées par exemple à des mains spécifiques qui “portent malheur” ou à la superstition).

Contrairement au tilt loose-agressif, qu’on remarque et identifie facilement, le tilt serré-passif est beaucoup plus sournois.

On a d’un côté un accès de colère brusque et bref, de l’autre un tilt insidieux qui prend petit à petit le dessus sur votre jeu sans que vous en vous rendiez forcément compte. Il peut même devenir un problème permanent.

Gus Hansen se gratte le menton
Un jeu un peu trop créatif peut aussi vous avoir.

C’est précisément pour cette raison que ce tilt est si dangereux et qu’il peut vous coûter très cher.

Souvent, les formes de tilt dépendent surtout de la personnalité des joueurs, ce qui peut aider à les détecter plus facilement.

Cependant, dans certains cas ils peuvent aussi révéler une facette encore inconnue d’un joueur, quelque chose qui les rend méconnaissables.

Syndrome du Tilt n°2 – L'esbroufe contre le poker ABC

Les deux phénomènes décrits ci-dessus sont les plus fréquents à la table de poker. Mais il existe d'autres formes de tilt qui ont des causes distinctes.

L'un d'entre eux est l'esbroufe. Il est assez rare, mais certains joueurs en sont très souvent victimes. Parmi les principaux déclencheurs, on distingue :

  • Un excès de confiance en soi (après une bonne série ou quelques bluffs risqués réussis).
  • Des accès de narcissisme (surtout en live lorsque les joueurs essayent d'impressionner leurs adversaires du jour).
  • Trop compter sur la chance et bluffer (surtout après n'avoir pas touché de bonnes cartes pendant longtemps).

Le revers de ce tilt est le poker ABC. Il est particulièrement dangereux parce que les nombreux joueurs qui tombent dans ce piège ne s'en rendent la plupart du temps pas compte.

Le niveau global des joueurs est aujourd'hui tellement élevé que personne ne peut se permettre de se laisser dépasser par ce tilt, en particulier parce qu'il entraîne des pertes financières durables.

Joueur de poker typique
Le tilt vous piège souvent lorsque vous vous y attendez le moins.

Ses principaux facteurs déclencheurs sont :

  • Sous-estimer ses adversaires (et donc penser que le poker ABC est suffisant pour les battre).
  • Manque de concentration (surfer sur Internet, vérifier ses mails, passer des appels, regarder la télé, lire, etc. pendant la partie).
  • Fatigue, ennui.
  • Être désemparé.
  • Manque de confiance en soi.

Si vous êtes un joueur online, vous vous devez d'être particulièrement vigilant quant au tilt ABC. Les joueurs très occupés qui jouent beaucoup tous les jours ont souvent tendance à se mettre en mode pilote automatique et à ne plus se montrer très inspirés.

C'est également la forme de tilt la plus difficile à repérer parce que les joueurs n'ont pas l'air de faire d'erreurs à proprement parler. C'est aussi pour cela que c'est probablement le plus dangereux.

Alors que l'esbroufe dure rarement très longtemps, le poker ABC s'apparente plus à une maladie chronique.

Pourquoi et comment éviter le tilt au poker ?

Comme vous avez pu le voir dans les deux premières parties de cet article (ainsi qu’aux tables de poker), le tilt peut s’insinuer dans le jeu de diverses manières.

Et si vous ne réagissez pas de manière adaptée, votre bankroll risque d’en souffrir.

Dans cette nouvelle partie, nous allons aborder la question cruciale : comment gérer et combattre le tilt ?

Liv Boeree 2013 WSOP Europe
Si vous n'avez pas vos émotions bien en place, ne commencez même pas à jouer.

Ce n’est qu’en trouvant la solution qui vous convient personnellement que vous pourrez jouer de manière rentable.

Définir et combattre le tilt

Dans les deux premières parties, nous avons analysé comment le tilt se développe et quelles sont ses différentes formes.

Il est temps de prendre le taureau par les cornes.

Vous ne pourrez identifier le tilt que si vous êtes capable de comprendre vos émotions. Pour Liv Boeree, vous devez faire le point sur vos émotions avant même de vous asseoir à la table de poker pour pouvoir réagir en conséquence.

Pour elle, il est essentiel d’accepter que vos émotions sont une réaction naturelle à des événements positifs ou négatifs.

Cependant, cela ne suffit évidemment pas à vaincre le tilt lorsque celui-ci est sur le point de vous submerger.

Ce qu’on peut analyser facilement en revanche, ce sont les conséquences financières du tilt. Alors, que vous coûte-t-il ?

Le prix du tilt

Exemple : Joueur A est un bon joueur de No-Limit Hold’em en NL100. Il a l’habitude de jouer en ligne et tant qu’il garde le contrôle sur ses émotions, il a un taux de victoire assez solide de 3 BB pour 100 mains.

Christophe Savary
Si vous sentez que vous tiltez, arrêtez immédiatement de jouer et faites une pause.

Malheureusement, il est très sujet au tilt et sait qu’il peut facilement perdre le contrôle : lors d’une mauvaise session, il s’est tellement énervé qu’il a gâché tout son stack à cause de mauvais bluffs.

Même si ces bluffs peuvent parfois fonctionner, pour plus de simplicité imaginons qu’il perd 100 BB à chaque fois qu’il “pète un câble”.

Si on part du principe qu’il gagne 3 BB toutes les 100 mains, il va lui falloir 3 333 mains pour rattraper ce tilt. Un joueur habitué du multi-tables joue en moyenne 300 mains par heure, il devra donc jouer 11 heures pour refaire son déficit.

Rendez-vous bien compte : 11 heures de poker parfait pour rattraper l’argent perdu en une seule fois.

Comment redresser la barre

Évidemment que tous les joueurs comprennent cela, mais cela ne les empêche pas de craquer de temps en temps.

Il est absolument ESSENTIEL de savoir reconnaître ses émotions et de réagir de manière adaptée. Si vous voulez vous mettre sérieusement au poker, vous devez en être capable.

Si vous remarquez que vous êtes en train de lâcher prise, essayez d’appliquer les conseils suivants :

  • Pour toutes les formes de tilt : arrêtez de jouer immédiatement et faites une pause. C’est simple mais efficace. Vous pourrez vous calmer et vous reconcentrer.
Phil Ivey un joueur résilient au tilt au poker
Aucun joueur sur cette planète ne peut se permettre d'aller en tilt.
  • Pour toutes les formes de tilt : lisez autant de livres et d’articles que possible. Vous y trouverez de l’inspiration, des connaissances et plus de maîtrise sur les techniques de base.
  • Pour le tilt loose-agressif : redescendez aux limites les plus basses et lâchez-vous. C’est un moyen d’évacuer votre sentiment agressif à faible coût.
  • Pour le tilt serré-passif : redescendez d’un ou deux niveaux, dans des limites que vous savez être à votre portée. Cela vous permettra de retrouver de l’assurance et de la confiance.
  • Pour le syndrome de l’esbroufe : revenez aux bases, arrêtez de bluffer et de vouloir vous mettre en avant. Jouer de manière classique et efficace, en serré-agressif.
  • Pour le tilt ABC : essayez de bluffer et de faire des check-raise ou des overbets plus souvent. Vous devez sortir de votre zone de confort, votre jeu est trop basique et facile à exploiter. Innovez pour gagner en confiance.

Être vigilant

Il n’y a pas un seul joueur de poker au monde qui puisse se permettre de succomber au tilt. C’est pourquoi tout joueur un tant soit peu sérieux doit se connaître et connaître “son” tilt.

Vous devez pouvoir l’identifier, le gérer et le dépasser. L’introspection est essentielle. Vous devez constamment surveiller vos émotions pour identifier les situations dangereuses.

En étant capable d’identifier le tilt avant qu’il ne fasse de gros dégâts vous permettra d’être BEAUCOUP plus efficace sur le long terme.

Et c’est évidemment votre principal objectif.

Rainer Vollmar

-----

Les 5 distractions et astuces pour éviter le tilt

5 piles de jetons de poker de 4 couleurs différentes

Le tilt est donc l'un des plus gros problèmes et les plus coûteux à la table de poker. Mais il existe quelques moyens simples et gratuits pour le tenir à distance.

par Lee Davy

Je l’ai traité d’« égoïste ».

Pour moi, ce n’était qu’un mot. Chargé de sens, certes, mais un simple mot.

Mon fils ne l’a pas vécu ainsi. Pour lui, ce mot c’était un coup de poignard. Qui lui coupa le souffle et le hanta pendant des heures.

« TU ES TELLEMENT ÉGOÏSTE ! »

On s’engueulait au téléphone. En tant que parent, je contrôlais l’échange. Compte tenu du contexte, je me sentais assez calme. Ma femme, elle, a vu un homme en colère et incapable de se contrôler.

Au bout du fil, j’entendais de la frustration, une position très défensive et de la colère. J’ai raccroché. J’étais contrarié, il était en colère. C’était la première fois qu’on s’engueulait ainsi.

Quelques minutes après avoir raccroché, il m’envoyait un message sur Facebook. C’était presque un roman. Je l’ai lu. Je n’étais plus en colère. J’étais déçu. Il était sur la défensive, égoïste et injuste.

Le corps comme arme

Quelques heures plus tard, nous tombions dans les bras l’un de l’autre. Je me suis excusé. Il s’est excusé. Puis on a discuté de son message. Ce n’était pas une réponse, mais une leçon de vie.

joueuse de poker en colere
Laissez la colère passer.

Je lui ai expliqué que s’il avait à nouveau besoin d’écrire ce type de message, sur Facebook, par e-mail ou par SMS dans un moment de colère, il ne devrait surtout pas l’envoyer. Ou en tout cas d’attendre au moins 24 heures.

L’interlocuteur sera toujours là. Il sera toujours là. Gardez la poudre sèche.

Sur le moment, la frustration, la colère et le désespoir avaient pris le contrôle de son esprit et utilisaient son corps de manière très efficace.

C’est précisément pour cela que ce n’était pas le bon moment pour agir, à moins qu’il ne s’agisse de partir en guerre. Il vaut toujours mieux attendre que les choses se calment. Cela permet bien souvent de mieux comprendre le point de vue de l’autre.

De créer de l’empathie. D’accepter ses responsabilités. De reconnaître les imperfections de l’autre. De trouver la gratitude.

Ensuite, on peut envisager d’envoyer le message. Mais bien souvent, vous le supprimerez. Vous vous rendrez compte de son côté défensif et vous vous en débarrasserez.

La goutte qui fait déborder le vase

Mon fils et moi nous engueulons rarement. Mais nous nous tapons souvent mutuellement sur les nerfs.

J’ai essayé de l’élever pour qu’il ait le plus d’autonomie possible, mais parfois je ne peux m’empêcher de faire peser sur lui mon autorité. Ce qui a tendance à l’énerver.

Brandon Cantu un joueur qui tilte
Parfois ça fait boum.

Nous ne vivons pas ensemble. Je ne suis plus le même homme que celui qui l’a élevé et qui vivait avec lui. Je me suis remarié. Je suis vegan, et c’est très différent de ce qu’il a vécu.

Les clashs sont inexorables. Les frustrations s’accumulent. Et puis un jour, elles sortent.

Pop. Fizz. Boum.

Des moments de colère ou de rage très intenses sont assez rares, que ce soit dans la vie ou dans le poker. L’anxiété et la colère s’accumulent peu à peu, en même temps que les petits problèmes, et désagréments de la vie quotidienne.

C’est précisément ce qui nous est arrivé, à mon fils et moi. En gardant en nous ce que nous reprochions à l’autre plutôt qu’en s’y confrontant, nous nous sommes transformés en cocottes-minute.

Au poker, vous commettez des erreurs, vous vous énervez à cause d’un autre joueur ou parce que le croupier se gratte le nez.

Je n’explose pas instantanément. C’est progressif. Le niveau d’eau monte doucement, jusqu’à la fameuse goutte qui fait déborder mon vase.

Cinq distractions pour aider à rester zen au poker (et dans la vie)

Voilà les conseils que j’ai donnés à mon fils pour qu’il se calme et qu’il arrive à mieux gérer les émotions négatives. Et croyez-moi, ces conseils fonctionnent très bien aussi pour le poker.

Faraz Jaka

1. La méditation

Avez-vous vu le film de Pixar Vice Versa ?

Non ? Vous devriez. Regardez-le ce soir.

Avant, j’étais exactement comme Colère. Le moindre truc me rendait fou. Je pétais un câble constamment. Je perdais le contrôle. Et cela avait un impact sur tout mon entourage.

Puis j’ai découvert la méditation transcendantale. Je médite 20 minutes deux fois par jour. Les effets sont difficiles à mesurer de manière objective, mais ma femme a certainement remarqué le changement : je suis plus calme, plus sage et j’ai plus de recul.

Posture de yoga pour aider à rester zen

2. Le yoga

Je ne pratique plus autant le yoga qu’auparavant. Il faut que je m’y remette. Mais ce qui est sûr, c’est que c’est l’un des meilleurs outils de méditation.

Il peut sembler difficile de méditer pendant une partie de poker, mais il suffit en fait d’avoir un peu d’espace à l’écart de la table.

Et de ne pas se préoccuper de ce que pensent les autres.

Et honnêtement, même deux fois par semaine, le yoga a énormément d’effet.

3. La Technique de libération émotionnelle

La première fois que j’ai lu The Tapping Solution de Nick Ortner, j’ai pensé que c’était n’importe quoi. Mais force est de constater que ça fonctionne.

Tapping une solution anti-stress

Le « tapping » est le processus utilisé dans la Technique de libération émotionnelle. Il s’agit d’une méthode de développement personnel qui consiste à tapoter sur des points bien précis du corps.

Je l’ai beaucoup pratiqué, notamment après des disputes. Ma femme me conseillait de « tapoter » lorsque je bloquais sur un problème, que j’étais stressé ou frustré.

Aujourd’hui, je « tapote » tous les jours. Je me concentre sur le problème qui bloque mon énergie et je « tapote ».

Est-ce que c’est bidon ? Je m’en fous. Ça fonctionne et c’est gratuit.

Là encore, je ne dis pas que vous devriez le faire à table. En effet, cela pourrait montrer à vos adversaires que vous êtes frustré et peut-être un peu fou. Mais vous pouvez très bien vous éloigner momentanément de la table et « tapoter » jusqu’à que vous vous calmiez.

4. La gratitude

FIFA 2016

Je ressens de la gratitude de pouvoir voir mon fils tous les quinze jours. Il ressent de la gratitude de me voir.

J’ai 41 ans. Il en a 15. Combien de temps avons-nous pour profiter de cette relation père/fils, avant qu’il ne grandisse et que les choses changent ?

Je ressens de la gratitude de pouvoir jouer au poker. Des milliards de gens ne peuvent pas le faire. Je ressens de la gratitude pour ma situation financière. Je peux acheter à manger et même me permettre le luxe de m’engueuler avec mon fils.

Et puis pour le bisou de la réconciliation, quand je passe ma main dans ses cheveux et pour notre partie de FIFA après.

Quand l’anxiété monte, prenez une seconde pour vous demander : pour quoi ressentez-vous de la gratitude ?

5. Agape

Dr Michael Beckwith

Dr Michael Beckwith est une grande source d’inspiration. C’est celui qui est dans The Secret et qui est coiffé comme Predator.

Lorsque j’étais à Los Angeles cet été, ma femme m’a emmené dans son église, Agape. J’ai beaucoup hésité. Je déteste la religion. Mais elle m’a promis que c’était différent.

Elle avait raison. J’ai ressenti de l’amour, un sentiment de paix et de communion. Je regarde ses sermons tous les lundis et jeudis. Ils sont disponibles en ligne gratuitement.

J’aime bien les invités musicaux, mais je regarde surtout pour le sermon de Beckwith. Sa sagesse est incroyable.

---

Ce que je retire de toute cette expérience, c’est qu’il faut s’entraîner. Il ne faut pas s’attendre à lire The Power of Now (Le pouvoir du moment présent) d’Eckhart Tolle et être instantanément plus éclairé. Il faut du temps et de l’entraînement.

Méditez. Tapotez. Faites du yoga. Soyez reconnaissants.

Apprenez à canaliser vos émotions et vous serez plus calme. Moins en colère. Plus détendu. Plus empathique.

Et sans même vous en rendre compte, vous n’aurez plus besoin d’envoyer cet e-mail enragé. Ni de jouer cette mauvaise main.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page