Comment vaincre le Tilt : Dossier complet

joueur pas en tilt

Tous les joueurs savent ce que c’est. Et pourtant quasiment personne ne peut y échapper.

Le tilt. L’un des phénomènes les plus destructeurs et mystérieux du poker.

Dans cet article nous allons explorer les causes, les formes et les conséquences de cette malédiction qui frappe la plupart des joueurs.

Et surtout, nous vous expliquons comment y remédier.

Une histoire qui sent le déjà-vu…

Notre héros est un joueur de No-Limit Hold’em lambda. Habitué des cash games, il traverse une période délicate.

Depuis quelques semaines, les choses sont un peu compliquées. Il enchaîne les coups du sort, ne touche pas ses cartes et même lorsqu’il a une grosse main, ses adversaires s’en sortent.

IMG3432
On a tous au moins un jour connu le tilt, mais que peut-on faire contre ?

Notre héros décide alors de faire une pause. Après quelques jours, il se sent mieux, s’assoit devant son écran et commence à jouer.

Quatre heures plus tard, notre héros a perdu quatre stacks et a accumulé les bad beats. Il finit par tout miser sur sa paire d’as et se fait battre par une paire de rois.

Lors de la main suivante, il joue un 5-bet à l’aveugle avec A-9 et perd face à une paire de dames. Il referme violemment son ordinateur portable et envoie valser sa souris contre le mur.

Il est en plein tilt.

Le coupable ? La variance

Le tilt est un phénomène aussi ancien que le poker lui-même. Il est causé par la variance, ce principe mathématique qui veut qu’il y aura toujours des séries gagnantes ou perdantes, le tout dans des circonstances parfois incroyables.

Ces situations extrêmes peuvent perturber les joueurs, leur faire perdre leur concentration et les empêcher de jouer à leur véritable niveau. C’est dans ces cas-là qu’on parle de tilt.

Le niveau “absolu” d’un joueur n’est donc pas le seul facteur de son succès (ou non) sur le long terme. Il faut aussi de la force mentale, une qualité qu’on sous-estime souvent.

Chance et malchance

chip reese 9316
Chip Reese : imperméable au tilt.

Quelques très rares joueurs sont réputés pour être immunisé contre le tilt. Parmi eux, Chip Reese, surnommé “le véritable roi du poker” par Daniel Negreanu et décrit comme “le plus grand joueur de poker de l’histoire” par son ami de longue date Doyle Brunson. Il n’est rien de moins qu’une légende du poker.

Il est décédé prématurément d’une attaque cardiaque en 2007, alors qu’il n’avait que 56 ans.

Reese était connu pour ne jamais montrer aucune émotion et avoir un niveau de jeu extrêmement constant, quelles que soient les circonstances. Beaucoup de joueurs professionnels en sont encore aujourd’hui admiratifs.

Jesse May, commentateur pour de nombreuses émissions télé consacrées au poker, a un jour déclaré que le plus important au poker était de savoir à la fois gérer la chance et la malchance.

Si vous êtes vous-même un joueur de poker, vous savez combien cela est compliqué. Souvent, les émotions nous submergent et brouillent notre réflexion.

Il n’y a pas qu’un seul tilt

La première étape pour contrôler et lutter efficacement contre le tilt, c’est de savoir en reconnaître les causes et les formes.

Nous allons donc voir pourquoi le tilt n’arrive pas uniquement lorsque vous perdez ou êtes sur une mauvaise série. Nous verrons également que le tilt peut prendre de nombreuses formes, mais qu’il existe heureusement des moyens d’y faire face.

Les deux types de tilt et ce qu'ils vous coûtent

Le tilt, que vous le vouliez ou non, est un enjeu crucial pour tous les joueurs de poker.

hellmuth2
Quand Joueur A n'aime pas Joueur B.

Voilà les circonstances et les conséquences du tilt sur la plupart des joueurs :

Après une mauvaise série (réelle ou ressentie), vous perdez le contrôle de votre jeu. Vous vous mettez à jouer de manière beaucoup trop loose (large) parce que vous êtes hors de vous.

Cela arrive à tous les joueurs à un moment ou à un autre. Mais le tilt ne se résume pas à cela : il concerne tous ces moments où vous ne jouez pas au mieux, quelle qu'en soit la raison.

Jouer avec ses émotions et pas sa raison

De nombreux facteurs peuvent déclencher le tilt : la chance, la malchance, l'épuisement, le découragement, la dépression ou l'euphorie.

Tous ces éléments peuvent pousser le joueur à jouer plus émotionnellement que rationnellement.

Chacun a ses propres raisons de tilter, à des degrés divers. Mais il y a bien une chose que tous les joueurs de poker ont en commun : nous sommes susceptibles. Certains le sont plus que d'autres, mais tout le monde est concerné. Voilà quelques raisons qui peuvent vous faire basculer dans le tilt :

  1. Joueur A n'aime pas Joueur B. Peu importent les raisons. Joueur A décide qu'il est temps de montrer à Joueur B qui est le patron. Il commence à aller systématiquement à tapis contre Joueur B, même avec des mains faibles, et joue de manière trop agressive.
  2. Joueur C décide de jouer au niveau au-dessus. Sous pression, il est terrifié lorsqu'il joue. Il devient trop prudent et donc trop passif.
  3. Joueur D rentre d'une soirée sympa. Il arrive tard et se sent super bien. Il décide de lancer son logiciel de poker et commence à jouer. En raison de sa « bonne humeur », il joue trop de mains et n'est pas assez prudent.
IMG3805
Plus vous laissez vos émotions prendre le contrôle, plus la situation empirera.

Voilà quelques unes des nombreuses situations qui ont une influence sur votre jeu. Les bad beats et autres gros pots perdus en font évidemment aussi partie.

Il est essentiel que vous soyez conscient des circonstances dans lesquelles vous perdez votre sang froid. Identifier le problème est la première étape pour progresser.

Le tilt sur tous les fronts

C’est un conseil valable dans de nombreux domaines, et le tilt ne fait pas exception.

Peu importe le niveau auquel vous évoluez, si vous avez de l’ambition vous devez prendre des décisions rationnelles et raisonnables.

Plus vous laissez vos émotions prendre le dessus, moins vos décisions seront rationnelles.

Si vous jouez “émotionnellement” sur une période de temps plus ou moins longue, cela aura des conséquences terribles sur votre bankroll. Vous devez absolument garder à l’esprit que le tilt peut frapper à tout moment et se manifester sous plusieurs formes.

Un joueur en plein déséquilibre émotionnel “perd” son jeu et prend des décisions qui ne sont pas optimales.

Les joueurs subissent de nombreuses perturbations émotionnelles, mais nous pouvons les diviser en deux catégories dans lesquelles deux tendances s’opposent :

Syndrome du Tilt n°1 - Loose-agressif vs. serré-passif

Le tilt loose-agressif (large agressif) est de très loin le plus fréquent. Tous les joueurs y ont été confrontés.

IMG3893
Le tilt large-agressif est de loin la forme de tilt la plus courante.

Vous jouez trop de mains et vous mettez à commettre des erreurs de débutants que vous pensiez avoir laissé loin derrière vous.

Comme pour tout type de tilt, les dégâts causés seront proportionnels à la durée du tilt en question et à l’intensité du tilt. Voilà quelques uns des facteurs qui déclenchent le tilt :

 

  • Frustration suite à un (ou plusieurs) bad beat.
  • Un enchaînement de mauvaises cartes/décisions.
  • Essayer désespérément de rattraper les pertes engendrées en début de session.
  • Se sentir imbattable après une série de très bons résultats.
  • Être résigné, abandonner.
  • Être impatient et essayer de rattraper ses erreurs trop rapidement.
  • Avoir un esprit de revanche par rapport à un joueur en particulier.

Ce type de tilt ne dure généralement pas très longtemps, les joueurs arrivent en général à se calmer assez rapidement, même s’ils ont perdu beaucoup.

Son opposé est le tilt serré-passif. En apparence plus calme, il est tout aussi désastreux.

Vous abandonnez votre plan de jeu habituel et devenez beaucoup trop prudent et défensif. Ce type de tilt est généralement causé par les facteurs suivants :

  • Manque ou perte de confiance.
  • Un enchaînement de mauvaises cartes/décisions.
  • Un manque d’assurance (lié à un environnement inhabituel ou une nouvelle variante par exemple).
  • Jouer à des limites trop élevées pour votre niveau.
  • Vouloir “assurer” vos gains (refus de risquer de l’argent lors remporté jusque là lors de cette session).
  • Peurs irrationnelles (liées par exemple à des mains spécifiques qui “portent malheur” ou à la superstition).

Contrairement au tilt loose-agressif, qu’on remarque et identifie facilement, le tilt serré-passif est beaucoup plus sournois.

On a d’un côté un accès de colère brusque et bref, de l’autre un tilt insidieux qui prend petit à petit le dessus sur votre jeu sans que vous en vous rendiez forcément compte. Il peut même devenir un problème permanent.

gus hansen 10806
Un jeu un peu trop créatif peut aussi vous avoir.

C’est précisément pour cette raison que ce tilt est si dangereux et qu’il peut vous coûter très cher.

Souvent, les formes de tilt dépendent surtout de la personnalité des joueurs, ce qui peut aider à les détecter plus facilement.

Cependant, dans certains cas ils peuvent aussi révéler une facette encore inconnue d’un joueur, quelque chose qui les rend méconnaissables.

Syndrome du Tilt n°2 – L'esbroufe vs. le poker ABC

Les deux phénomènes décrits ci-dessus sont les plus fréquents à la table de poker. Mais il existe d'autres formes de tilt qui ont des causes distinctes.

L'un d'entre eux est l'esbroufe. Il est assez rare, mais certains joueurs en sont très souvent victimes. Parmi les principaux déclencheurs, on distingue :

  • Un excès de confiance en soi (après une bonne série ou quelques bluffs risqués réussis).
  • Des accès de narcissisme (surtout en live lorsque les joueurs essayent d'impressionner leurs adversaires du jour).
  • Trop compter sur la chance et bluffer (surtout après n'avoir pas touché de bonnes cartes pendant longtemps).

Le revers de ce tilt est le poker ABC. Il est particulièrement dangereux parce que les nombreux joueurs qui tombent dans ce piège ne s'en rendent la plupart du temps pas compte.

Le niveau global des joueurs est aujourd'hui tellement élevé que personne ne peut se permettre de se laisser dépasser par ce tilt, en particulier parce qu'il entraîne des pertes financières durables.

IMG29
Le tilt vous piège souvent lorsque vous vous y attendez le moins.

Ses principaux facteurs déclencheurs sont :

  • Sous-estimer ses adversaires (et donc penser que le poker ABC est suffisant pour les battre).
  • Manque de concentration (surfer sur Internet, vérifier ses mails, passer des appels, regarder la télé, lire, etc. pendant la partie).
  • Fatigue, ennui.
  • Être désemparé.
  • Manque de confiance en soi.

Si vous êtes un joueur online, vous vous devez d'être particulièrement vigilant quant au tilt ABC. Les joueurs très occupés qui jouent beaucoup tous les jours ont souvent tendance à se mettre en mode pilote automatique et à ne plus se montrer très inspirés.

C'est également la forme de tilt la plus difficile à repérer parce que les joueurs n'ont pas l'air de faire d'erreurs à proprement parler. C'est aussi pour cela que c'est probablement le plus dangereux.

Alors que l'esbroufe dure rarement très longtemps, le poker ABC s'apparente plus à une maladie chronique.

Pourquoi et comment éviter le tilt ?

Comme vous avez pu le voir dans les deux premières parties de cet article (ainsi qu’aux tables de poker), le tilt peut s’insinuer dans le jeu de diverses manières.

Et si vous ne réagissez pas de manière adaptée, votre bankroll risque d’en souffrir.

Dans cette dernière partie, nous allons aborder la question cruciale : comment gérer et combattre le tilt ?

Liv Boeree2013 WSOP EuropeEV021K Re entryDay 1BGiron8JG8950
Si vous n'avez pas vos émotions bien en place, ne commencez même pas à jouer.

Ce n’est qu’en trouvant la solution qui vous convient personnellement que vous pourrez jouer de manière rentable.

Définir et combattre le tilt

Dans les deux premières parties, nous avons analysé comment le tilt se développe et quelles sont ses différentes formes.

Il est temps de prendre le taureau par les cornes.

Vous ne pourrez identifier le tilt que si vous êtes capable de comprendre vos émotions. Pour Liv Boeree, vous devez faire le point sur vos émotions avant même de vous asseoir à la table de poker pour pouvoir réagir en conséquence.

Pour elle, il est essentiel d’accepter que vos émotions sont une réaction naturelle à des événements positifs ou négatifs.

Cependant, cela ne suffit évidemment pas à vaincre le tilt lorsque celui-ci est sur le point de vous submerger.

Ce qu’on peut analyser facilement en revanche, ce sont les conséquences financières du tilt. Alors, que vous coûte-t-il ?

Le prix du tilt

Exemple : Joueur A est un bon joueur de No-Limit Hold’em en NL100. Il a l’habitude de jouer en ligne et tant qu’il garde le contrôle sur ses émotions, il a un taux de victoire assez solide de 3 BB pour 100 mains.

christophe savary 34266
Si vous sentez que vous tiltez, arrêtez immédiatement de jouer et faites une pause.

Malheureusement, il est très sujet au tilt et sait qu’il peut facilement perdre le contrôle : lors d’une mauvaise session, il s’est tellement énervé qu’il a gâché tout son stack à cause de mauvais bluffs.

Même si ces bluffs peuvent parfois fonctionner, pour plus de simplicité imaginons qu’il perd 100 BB à chaque fois qu’il “pète un câble”.

Si on part du principe qu’il gagne 3 BB toutes les 100 mains, il va lui falloir 3 333 mains pour rattraper ce tilt. Un joueur habitué du multi-tables joue en moyenne 300 mains par heure, il devra donc jouer 11 heures pour refaire son déficit.

Rendez-vous bien compte : 11 heures de poker parfait pour rattraper l’argent perdu en une seule fois.

Savoir redresser la barre

Évidemment que tous les joueurs comprennent cela, mais cela ne les empêche pas de craquer de temps en temps.

Il est absolument ESSENTIEL de savoir reconnaître ses émotions et de réagir de manière adaptée. Si vous voulez vous mettre sérieusement au poker, vous devez en être capable.

Si vous remarquez que vous êtes en train de lâcher prise, essayez d’appliquer les conseils suivants :

  • Pour toutes les formes de tilt : arrêtez de jouer immédiatement et faites une pause. C’est simple mais efficace. Vous pourrez vous calmer et vous reconcentrer.
Phil Ivey2013 WSOP EuropeEV035K Mixed MaxDay3Giron8JG2
Aucun joueur sur cette planète ne peut se permettre d'aller en tilt.
  • Pour toutes les formes de tilt : lisez autant de livres et d’articles que possible. Vous y trouverez de l’inspiration, des connaissances et plus de maîtrise sur les techniques de base.
  • Pour le tilt loose-agressif : redescendez aux limites les plus basses et lâchez-vous. C’est un moyen d’évacuer votre sentiment agressif à faible coût.
  • Pour le tilt serré-passif : redescendez d’un ou deux niveaux, dans des limites que vous savez être à votre portée. Cela vous permettra de retrouver de l’assurance et de la confiance.
  • Pour le syndrome de l’esbroufe : revenez aux bases, arrêtez de bluffer et de vouloir vous mettre en avant. Jouer de manière classique et efficace, en serré-agressif.
  • Pour le tilt ABC : essayez de bluffer et de faire des check-raise ou des overbets plus souvent. Vous devez sortir de votre zone de confort, votre jeu est trop basique et facile à exploiter. Innovez pour gagner en confiance.

Être vigilant

Il n’y a pas un seul joueur de poker au monde qui puisse se permettre de succomber au tilt. C’est pourquoi tout joueur un tant soit peu sérieux doit se connaître et connaître “son” tilt.

Vous devez pouvoir l’identifier, le gérer et le dépasser. L’introspection est essentielle. Vous devez constamment surveiller vos émotions pour identifier les situations dangereuses.

En étant capable d’identifier le tilt avant qu’il ne fasse de gros dégâts vous permettra d’être BEAUCOUP plus efficace sur le long terme.

Et c’est évidemment votre principal objectif.