Quand les footballeurs sont interdits de poker

Albert Riera
Albert Riera (alors sous le maillot de Galatasaray) risque de regretter ses parties de poker.

Si certains footballeurs professionnels ont la chance de pouvoir jouer au poker (notamment grâce aux sponsors de leur équipe), certains se voient tout simplement refuser l'accès aux tables par leurs dirigeants. Si ce n'est parfois pire !

Les joueurs de football ne disent bien souvent pas le contraire : jouer aux cartes est sympathique, surtout pour tuer le temps lors des longs déplacements en avion ou en bus.

Les cartes (et notamment le tarot) sont également un bon moyen de s'amuser et se trouver des affinités, renforçant l'esprit d'équipe, comme nous le confiaient notamment récemment plusieurs joueurs de l'AS Saint-Etienne, Romain Hamouma, François Clerc, Jérémy Clément et Loïc Perrin.

Ces joueurs doivent aussi d'une certaine manière parfois se mettre au poker, leur club possédant un sponsor issu du marché des jeux en ligne, et celui-ci organisant ainsi des compétitions pour permettre à tous d'aller les rencontrer et les affronter à l'occasion d'un tournoi.
C'est justement le cas du côté de l'ASSE avec Winamax - et précédemment le PSG avec aussi PMU Poker - , l'OM avec Bwin, ou encore du RC Lens avec Unibet.

A l'étranger des initiatives similaires ont lieu, comme par exemple tout récemment dans le championnat de football danois, où le club du FC Midtjylland (actuellement leader de la Superliga) a organisé un tournoi en ligne en partenariat avec Unibet et ayant réuni quelques 200 joueurs pour ses satellites (16 pour la finale, dont 3 joueurs de l'équipe pro).

Loic Perrin jouant au poker
Le capitaine de l'AS Saint-Etienne Loïc Perrin, disputant le Winamax ASSE Poker Live.
Pour l'anecdote, le tournoi aura été remporté par... l'entraîneur-adjoint, qui aura gagné une journée avec son équipe !

Enfin d'autres jouissent d'une certaine latitude de la part de leur club pour pouvoir s'exercer à leur passion naissante. Parmi eux on retrouve notamment Gerard Piqué du FC Barcelone, déjà deux fois payé dans des tournois de l'EPT Barcelone.


Pas tous logés à la même enseigne

Mais tous les amateurs de poker ne sont pas logés à la même enseigne dans le monde du football, et certains clubs s'inquiètent même de la mauvaise influence que le jeu pourrait avoir sur leurs poulains dans lesquels ils investissent des millions.

Au Danemark justement, l'attaquant international de 33 ans Mads Junker (qui vient de rejoindre l'Indian Super League cette année) aura été pris en flagrant délit de tricherie en 2005... face à ses propres coéquipiers du FC Nordsjaelland ! Il les aura ainsi délesté (officiellement) de quelques 15 000 couronnes danoises (environ 2000€), avant d'être déchu de son brassard de vice-capitaine, et d'être interdit de poker.

max kruse
Max Kruse, une entrée réussie aux World Series of Poker cet été.

Dans un cadre un peu différent, on notera que le gouvernement norvégien avait lui-même a demandé à certaines célébrités d'arrêter la promotion de salles du poker en ligne (le poker en ligne étant illégal en Norvège), dont l'ancien attaquant international norvégien John Carew, qui a depuis disparu des tables.

Autre exemple en date plus récent, celui de l'international allemand Max Kruse. Si l'attaquant a manqué de peu d'être sélectionné pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil, il aura mis à profit son été pour aller jouer du côté des World Series of Poker à Las Vegas. Et le moins que l'on puisse dire c'est que Kruse fait preuve d'un très bon niveau, puisqu'il aura fini 3ème du tournoi numéro 36, un No-Limit 2-7 Draw Lowball à 1 500$, pour 36 494$ de gains.

Conséquence : son club du Borussia Mönchengladbach vient de lui interdire sa participation à l'émission de télévision TV Total Pokernacht. Raison invoquée par le président Max Eberl au journal Bild : "Nous savons que Max aime jouer au poker, mais nous ne voulons pas qu'il le fasse durant la saison avec beaucoup de matchs rapprochés."


Viré pour avoir joué au poker ?

Un simple avertissement donc, mais certains ont eu un peu moins de chance, comme l'international espagnol (16 sélections) de l'Udinese dans le championnat italien, Albert Ortega Riera. Son club a carrément mis fin à son contrat !

Problème, l'ailier gauche de 32 ans (qui n'avait pas encore disputé la moindre minute pour son nouveau club) aura manqué le match de ses coéquipiers contre le Chievo Verone le 23 novembre dernier... tandis qu'il disputait un tournoi de poker à Nova Gorica en Slovénie (le DSP Rewind, duquel il aura terminé 2è pour 3 550€) !

riera poker
Riera (au premier plan à gauche), lors d'une partie entre coéquipiers de l'Udinese.

Riera se sera cependant défendu que cette incartade poker soit la raison de la fin de son contrat, le communiqué officiel ayant d'ailleurs avancé une séparation d'un commun accord.

Ancien joueur des Girondins de Bordeaux, de l'Espanyol Barcelone, Manchester City, Liverpool, l'Olympiakos ou encore Galatasaray, Riera doit en tous les cas à présent trouver un nouveau club. A moins que le natif de Manacor ne prenne quelques leçons de poker supplémentaires auprès d'un autre grand sportif issu de la même commune des Îles Baléares, un certain Rafael Nadal, avant de se lancer dans une nouvelle carrière de joueur de poker.

C'est justement la voie qu'ont suivie plusieurs anciennes gloires telles que Ronaldo, Teddy Sheringham, Tomas Brolin, Tony Cascarino, ou encore Vikash Dhorasoo, souvent avec succès.

 

Derniers Blog Posts »