Comment gérer un Short stack ou un petit tapis au poker ?

Un énorme stack de poker
Utiliser votre short stack efficacement fera la différence entre perdre... et gagner.

Après son collègue Samer Khuri, c'est au tour du coach poker Mark Silver dit "zachjackdad" de nous emmener à travers les fondamentaux de la stratégie du poker shorstack en tournois. Dans la deuxième partie de cet article, nous aborderons également le scénario classique de la bulle, un stade où vous risquez d'être court en jetons.

Mark "zachjackdad" Silver a dépassé la centaine de milliers de dollars de gains en jouant au poker sur Internet, tout en s'en étant tenu à un buy-in moyen de 19$ ! Joueur à mi-temps, et père de deux enfants, il a commencé à jouer en 2004.


Emmener loin un petit tapis dans un tournoi multi-tables est l'une des choses les plus difficiles à apprendre pour régulièrement gagner en tournoi.

Mais qu'est-ce que l'on considère "short" ? En général, je considère que tout ce qui se trouve en-dessous de 20 grosses blindes, est short. Evidemment, moins vous avez, plus vous êtes court. Les joueurs paniquent cependant trop tôt, ou manquent de pousser (aller à tapis) dans les situations les plus optimales.

Ce qui suit est une liste de facteurs à considérer avant de partir à tapis lorsque c'est à vous de parler dans un pot qui n'a pas été ouvert (aucune relance avant vous) :

  1. Combien de big blinds avez-vous ?
  2. Quel %age de votre stack fait le pot ?
  3. Quelle est la force de votre main ?
  4. Combien reste t-il de joueurs à parler après vous ?
  5. Y a t-il des joueurs déjà obligés de suivre (ils ont déjà trop de jetons engagés dans le pot pour se coucher) ?
  6. La grosse blinde est-elle obligée de suivre (pour la même raison) ?
  7. Si vous répondez oui aux numéros 5, 6 ou les deux, est-il raisonnablement possible que votre main soit devant leur main aléatoire ?
Les quelques jetons d'un short stack
Tant que vous avez des jetons, vous êtes encore en vie.

Des joueurs ont réellement étudié les maths pour savoir exactement quand pousser all-in avec certaines mains.

Je ne peux pas reproduire l'ensemble du tableau ici, mais pour schématiser, il prend en considération le nombre de big blinds que vous avez, le nombre de joueurs restant à parler, et la force de votre main.
Il peut par exemple parfois être correct de partir à tapis avec Q3o (dépareillés) au bouton, mais de coucher AT en milieu de parole.

Une bonne stratégie en short stack : un indispensable pour gagner

Pour terminer, voici une liste de facteurs à considérer pour faire all-in face à des relances ou des sur-relances à tapis. :

  1. Combien de big blinds avez-vous ?
  2. Quel %age de votre stack fait le pot ?
  3. Quelle est la force de votre main ?
  4. A quel point votre adversaire a été agressif ?
  5. Quelle est sa position ?
  6. Votre adversaire relance t-il souvent depuis la même position ?
  7. Si votre main n'est pas forte, est-il probable que votre adversaire se couche ?

Après avoir précautionneusement considéré toutes ces options, il vous faut prendre une décision sur le fait qu'il s'agisse d'une bonne situation ou non.
Selon les règles, lorsque vous avez moins de 20 BB, vous ne devriez jamais coucher des mains telles que AQ+ ou TT+ face à une relance. Vous devez ouvrir votre gamme étant donné qu'il va être très difficile de remportant un tournoi en restant dans une zone de 15 grosses blinds.

Il est également très important de vous rappeler que vous ne pouvez en aucune manière juste suivre une relance, ou relancer et vous coucher. Vous devez économiser tous vos jetons pour le moment propice où il faudra tout envoyer, et plus de jetons vous aurez à ce moment là, plus vous aurez de chances de faire coucher votre adversaire.
Et naturellement vous aurez plus de jetons à l'arrivée si vous remportez l'abattage.

La clé, pour jouer efficace avec un short stack, est de rester patient, mais de vous assurer de bien voir lorsque la situation est bonne pour faire tapis. Or en tant que short stack, plus souvent vous réaliserez quand vous ferez des erreurs.

N'oubliez pas de prendre en considération tous les critères mentionnés plus haut. La meilleure chose à faire pour améliorer votre jeu en short stack, est aussi de partager vos historiques de mains avec d'autres joueurs, spécifiquement les situations où vous avez fait all-in.


Retrouvez également le précédent article de notre "série Cardrunners" : Calculs ICM et stratégie de super short-stack en tournoi


---


Scénarios de tournoi : La bulle

Miranda room au moment de la bulle d'un tournoi

Les tournois de poker, et plus spécifiquement les grands tournois multi-tables tels que les WSOP, ont leur propre vérité quand on en vient à parler de stratégie.

Ceux-ci génèrent toujours des scenarios de jeu très délicats et très différents de ceux que vous trouverez en cash game.

Augmentation des blindes, structures de gains, nombre de jetons de départ défini, combien d'argent vous pouvez vous permettre de perdre... Toutes ces données peuvent drastiquement changer la façon dont vous allez jouer certaines mains.

Scénario classique de la bulle : cas pratique

Vous êtes inscrit à un tournoi WSOP à 1500$ et vous venez juste d'être déplacé à une nouvelle table de 10 joueurs.

Vous êtes à la bulle, en d'autres termes au moment où il ne reste plus que quelques joueurs à éliminer avant de faire partie des 500 joueurs payés du tournoi.

Blinds: 10 000 / 20 000
Stacks:
UTG : 1 254 000
MP: 780 000
CO: 130 500
Héros (BTN): 620 000
SB: 430 600
BB: 1 890 100

UTG = Under The Gun (premier de parole situé juste après les blinds), MP = Middle Position (milieu de parole), CO = Cut-Off (une place avant le bouton), BTN = Bouton, SB = Small Blind (petite blinde), BB = Big Blind (grosse blinde).

Pré-Flop: (Pot: 30 000) Héros est au bouton avec Q Q.
Joueur lambda 1 se couche, MP reliance à 60 000, CO se couche, Heros sur-relance à 180 000, Joueur lambda 2 se couche, MP sur-sur-relance à tapis pour 780 000.

Que fait Héros ???

Il y'a un grand nombre de données à prendre en compte ici si l'on veut essayer de déterminer ce que MP peut avoir en main.

Il relance, puis vous sur-relance à tapis juste après votre sur-relance. Cela peut signifier :

  • Il a AA ou KK
  • Il a JJ ou une paire inférieure
  • Il a AK
  • Il pense que vous êtes en train de profiter de la bulle pour voler et il part en bluff.


Voici les options qui paraissent envisageables pour cette action. Regardons tout cela en commençant par la fin.

1) Bluff ?

Jean-Robert Bellande
Jean-Robert Bellande, l'un des nombreux bubble boy des WSOP 2009.
 

De nombreux vols se déroulent à la bulle, et ceci pourrait être ce que MP a tenté de faire avec sa relance initiale.

Quand vous faites votre sur-relance, il peut vous voir sur un contre-vol, et vous sur-relance ainsi à son tour en pensant que vous n'allez pas risquer votre place dans le tournoi à la bulle.

En vérité, de nombreux joueurs vont même aller jusqu'à coucher KK et même AA dans cette situation, préférant tout jeter jusqu'à l'éclatement de la bulle plutôt que de penser à risquer tous leurs jetons, même dans une situation très favorable (mais toujours incertaine : Si AA est favori à 80% contre une autre paire, il reste 20% de chances de tout perdre à ce stade, ce qui serait bête).

Pour cette raison, MP pourrait agir de la sorte uniquement dans le but de vous faire coucher.

2) As-Roi ?

Au vu de l'action antérieure dans ce coup, il y'a une chance réelle pour que votre adversaire détienne AK.

La plupart des joueurs avec AK dans cette situation, préfèreraient finir la main ici sans devoir aller voir le flop.
Il y a en outre de bonnes chances pour que vous ayez pu le sur-relancer avec des mains telles que AQ, presque n'importe quelle paire, ou éventuellement AJ.

Pour cette raison, partir à tapis est pour lui un pari convenable. Et même au cas où vous avez une main telle que QQ, il trouve un coin-flip et peut encore gagner le coup si jamais vous décidez de payer.

3) Paire de Valets ?

S'il a JJ en mains ou une paire inférieure, il peut jouer de cette façon en espérant vous faire coucher, mais peut également se satisfaire d'être payé, pensant qu'il va probablement se retrouver en coin-flip.

Etant donné qu'il n'a pas à risquer l'intégralité de ses jetons (seulement la plus grosse partie), il ne sera pas encore complètement éliminé du tournoi s'il perd le coup.

4) Paire d'As ou de Rois ?

En définitive, c'est exactement de cette façon que n'importe quel joueur jouerait AA ou KK.

Bien qu'il pourrait essayer de vous piéger, il est plus logique ici de prendre le pot maintenant et de diminuer les risques.

Si vous décidez de payer, il a une main très forte et de grandes chances de prendre un très gros pot.

Quel est votre ambition pour le tournoi ?

Martin Derbyshire, joueur inquiet de ne pas passer la bulle
L'œil inquiet d'un joueur qui sent qu'il ne va pas passer la bulle.

Comme vous pouvez le voir, ces 4 scénarios sont parfaitement censés. La dynamique des short stacks et ce qu'ils impliquent à ce stade change totalement la dynamique. Et il est impossible de savoir précisément ce que ce joueur est en train de faire sans avoir de plus amples informations.

Mais comme c'est votre première main à cette table, vous n'avez pas ces informations supplémentaires, et vous jouez en aveugle.

Le seul moyen pour prendre une décision est de décider d'un plan pour la suite du tournoi. Est-ce que vous jouez pour rentrer dans les gains, ou est-ce que vous jouez pour la victoire finale ?

Est-ce que la chance de doubler vaut le coup de prendre le risque de se faire éliminer et de ne pas au moins remporter l'argent des premières places payées juste après la bulle ?

Au final, la vraie question est : Que représente pour vous le montant de l'inscription payé pour participer à ce tournoi ? La plupart des tournois payent à peine plus que ce montant aux premiers joueurs sortants après la bulle.

Si vous pouvez vous permettre de perdre cet argent, et que vous jouez uniquement dans l'espoir de faire quelque chose en table finale, alors payer ici pourrait être votre meilleur choix.

Si vous avez dépensé jusqu'à votre dernier centime pour avoir pu participer à ce tournoi, alors vous devriez plutôt envisager de vous coucher, et attendre de rentrer dans les gains avant de pousser tous vos jetons au milieu.

Certaines mains n'ont pas de réponse toute faite au poker, et la seule personne qui peut vous dire quel est le meilleur choix, c'est vous.

Dans le meilleur des mondes, vous avez une grosse bankroll et vous jouez uniquement pour gagner le tournoi - sans avoir besoin de rentrer dans les gains pour pouvoir manger.

Dans le monde réel, rentrer dans les gains est parfois la meilleure chose qui puisse vous arriver.

Ce choix est le vôtre.


A lire aussi :
Comment jouer à la bulle des tournois avec l'aide de l'ICM

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

tchino 2011-08-22 12:28:30

estlogi donnant

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page