Quand les joueurs de poker investissent dans la restauration

Restaurant Jerry Yang
Jerry Yang, champion du monde 2007.

Parmi les joueurs de poker professionnels, certains décident de réinvestir leurs propres gains dans la restauration. Dans quel but et pour quelle fortune ?

Il y a par exemple Jerry Yang, vainqueur en 2007 du Main Event des World Series of Poker : Après « Pocket 8’s Sushi And Grill » à Merced, en Californie, Yang a décidé récemment d’ouvrir un autre établissement asiatique à Las Vegas nommé « Dynamite Grill ».

Un rêve dans le tiroir

Ouvrir un restaurant était un rêve que Yang avait nourri depuis l’enfance, alors qu’il était réfugié à Fresno (Californie). « Depuis que je suis enfant, je pense : si j’ai mon propre restaurant, je pourrais manger ce que je veux. », se souvenait-il dans une interview réalisée il y a quelques années dans le journal Merced Sun-Star.

Tradition de famille

En plus de Yang, encore parmi les joueurs d’origine asiatique on retrouve aussi le Cino-américain Johnny Chan, vainqueur du Main Event des WSOP en 1987 et 1988.

Né en 1957, Chan a suivi sa famille dans plusieurs déplacements alors qu’il était enfant, d’abord à Hong-Kong puis aux Etats-Unis. A Houston, au Texas, la famille Chan était propriétaire de quelques restaurants.

Johnny a décidé de suivre cette voie en étudiant l’administration et la gestion des restaurants afin de reprendre l’activité : pendant un certain temps, il a aidé la famille avec un de leurs établissements du nom de « Hoe Sai Gai ».
A l’âge de 21 ans, toutefois, il a quitté l’université pour déménager à Las Vegas et devenir joueur professionnel.

Plat restaurant Johnny Chan
Un des plats servis chez Johnny Chan.

Expérience argentine

La restauration n’est pas seulement une solution de repli pour ceux qui ne sont plus en mesure d’obtenir de brillants résultats avec les cartes.

La preuve avec l’Argentin Jose Ignacio Barbero, qui en novembre dernier a remporté la première place aux Brazilian Series of Poker dans l'épreuve de No-Limit Hold’em à 8000 $R et a gagné l’équivalent de 100 000 $.
« Nacho » Barbero est propriétaire à Buenos Aires du restaurant « The Argentine Experience ».

Ici, les clients ont la possibilité de commander des préparations de cocktail et des plats tels que des empenadas, sortes de raviolis farcis à la viande.
Comme son nom l’indique, le menu est basé sur la tradition culinaire locale de ce pays sud-américain.

Un restaurant éclectique

Les derniers WSOP ont connu un autre champion venant du secteur.

Le Texan de 54 ans Johnnie Craig, vainqueur du Seniors Championship, est en effet dans la restauration après avoir servi pendant 25 ans dans l’armée américaine avec laquelle il a participé entre autres à des missions en Irak et en Afghanistan.

Il profite à présent d’un prix de 538 000 $ en plus de sa pension militaire.
A Babytown, près de Houston, Craig est propriétaire d’un restaurant ainsi que des kiosques de glaces.

Cada grillé

Ceux qui désirent concilier leur passion pour le poker avec la bonne cuisine pouvaient aussi visiter un endroit comme le « Cada’s Poker & Sports Grill » de Sterling Heights dans le Michigan.

Restaurant de Joe Cada
L'établissement de Joe Cada a dû fermer ses portes.

Selon certaines informations, le restaurant-salle de poker du joueur Joe Cada (un autre champion du monde, en 2009) avait du fermer ses portes après une histoire controversée liée à la vente d’alcool sans licence.

Cette version est toutefois catégoriquement démentie par les gérants de l’endroit. Sur la page Facebook de l'établissement, ils expliquent que la fermeture de l’activité a été motivée par d’autres raisons (sans préciser lesquelles).


Sur le même sujet :
Que faisaient-ils avant de jouer au poker ?

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire