5 méthodes pour s’affirmer à la table de poker

Lion rugit2

Trop gentil, trop timide…..Il n’est pas toujours facile de ne pas se laisser intimider par les attitudes des autres joueurs, surtout quand on manque de confiance en soi.

Alors comment faire pour s’affirmer à la table de poker, et ne plus laisser vos adversaires prendre le dessus psychologiquement ?


Voici 5 méthodes d’une redoutable efficacité.


1) Apprendre à connaître et à gérer ses émotions

Suivez le conseil de Liv Boeree : avant même de chercher à vous asseoir autour d’une table de poker, vous devez faire le point sur vos émotions pour pouvoir réagir en conséquence.

Il faut impérativement oublier le mythe du joueur parfaitement froid qui n’éprouve rien et qui joue comme une machine ! Tout le monde ressent de l’excitation, la peur, la joie, la colère… Il s’agit donc plutôt d’apprendre à connaître et à comprendre ce qu’on ressent.

Joueur se prend la tete
Ne luttez pas contre vos émotions, acceptez-les.

Ne vous fatiguez pas non plus à lutter contre vos émotions, c’est quelque chose que vous ne maîtrisez pas. Comment pourrait-on en effet se dire « Je suis en colère mais je ne veux pas me sentir en colère ? ».

L’important est de discerner l’émotion ressentie, ce qui aide déjà à prendre du recul, pour s’exercer à adopter la réaction appropriée selon la circonstance.

En pratiquant cet entraînement, vous serez ensuite beaucoup plus détendu, même si vous êtes timide : quand vous vous sentirez mal à l’aise face aux autres, il vous suffira alors d’enclencher la bonne réaction pour gérer l’émotion du moment !

2) La méditation

La méditation est une véritable arme de super héros adaptée à tous les joueurs de poker ! Elle peut se pratiquer partout, n’importe quand, sans accessoire, et elle peut même vous aider à booster votre confiance en vous.

Les joueurs de poker Tommy Angelo (l’auteur du livre Elements of Poker) ou encore le champion du monde Martin Jacobson sont des adeptes de cette méthode.

Martin Jacobson méditation
Le champion du monde Martin Jacobson est un adepte de la méditation.

Vous trouverez ici une technique complète, avec une vidéo d’exercices élaborés par le psychiatre Christophe André, pour apprendre à méditer : Pour devenir un joueur de poker zen, apprenez à respirer !

Une autre méditation, très facile à suivre pour les débutants, est proposée par Fabrice Midal, le fondateur de l’Ecole occidentale de méditation. Elle est parfaite pour arriver serein à la table de poker : Intégrer la confiance à sa vie

L’idée est de prendre le temps de méditer avant la partie de poker, pour mieux se reconnecter à son souffle pendant la partie.
Vous pourrez ainsi vous concentrer plus facilement et prendre du recul par rapport aux autres. Vous gérerez aussi beaucoup mieux vos penchants naturels : timidité, excès de gentillesse, manque de confiance en soi…

3) Devenir schizophrène

Ce conseil un peu saugrenu est inspiré par une interview que la joueuse Vanessa Hellebuyck a accordé à PokerListings. La première française à avoir remporté un bracelet des World Series of Poker assume avoir un côté Bisounours... qui disparaît complètement lorsqu’il s’agit de gagner !

Le simple fait d’avoir un objectif précis (= gagner un tournoi) l’aide à s’affranchir de son tempérament pour mettre en avant d’autres qualités.

ElkY joker
Soyez quelqu'un d'autre.

En un sens, on peut dire qu’elle met en pratique les conseils développé par le philosophe Alain dans ses Propos sur le Bonheur. Il explique en effet que, pour être heureux, il faut s’habituer à rendre les situations que vous rencontrez comme s’il s’agissait d’un jeu. L’idée est de se demander ensuite quelle qualité va vous être utile pour surmonter telle ou telle épreuve.

En fait, il faut devenir une sorte de personnage de jeu vidéo qui utilise un super pouvoir différent quand il doit affronter tel ou tel méchant !

En vous exerçant un peu, vous constaterez que cette technique peut faire des miracles. Elle est d’ailleurs parfaite pour dédramatiser les situations et prendre un peu de recul sur tout ce qui peut se présenter à vous.

4) Faire comme si….

Cette méthode géniale est très utilisée par les comédiens qui veulent gagner en confiance en eux. Car s’il n’est pas simple de se confronter au regard des autres quand on va jouer au poker, imaginez ce qu’éprouvent les acteurs passant un casting ou montant sur une scène pour jouer devant des spectateurs !

Fourmi motivation
Représentez-vous les situations.

Le principe est simple :

  1. Avant la partie de poker, prenez le temps que vous représenter mentalement la situation que vous allez rencontrer.
  2. Ensuite, imaginez que vous êtes quelqu’un qui a confiance en lui. Comment allez-vous vous comporter ? Demandez-vous quelle va être votre attitude, votre gestuelle, vos pensées, la façon dont vous allez vous exprimer...
  3. Enfin, il n’y a plus faire comme si vous étiez cette personne !

En modifiant votre attitude, vous allez naturellement modifier les émotions que vous éprouvez. A la longue, avec de la pratique, cela va même devenir un automatisme !

5) Se donner les moyens de s’affirmer avec la méthode WOOP

Comme souvent, la clé de la réussite réside dans la préparation. Mais il ne s’agit pas seulement de s’exercer à jouer au poker, ce serait trop simple ! Il faut aussi apprendre à intégrer tout le reste : vos pulsions, les joueurs agressifs, la pression, l’ambiance…

D’où l’intérêt de la méthode WOOP qui va a contre-courant du principe de la visualisation positive.
Et elle n’est pas nouvelle ! Elle était en effet déjà prônée par Sénèque, Marc-Aurèle, et les philosophes stoïciens en règle générale.

Voici par exemple ce qu’écrivait Épictète dans son Manuel :

Epictète
Epictète

« Quand tu te prépares à faire quoi que ce soit, représente-toi bien de quoi il s'agit.

Si tu sors pour te baigner, rappelle-toi ce qui se passe aux bains publics : on vous éclabousse, on vous bouscule, on vous injurie, on vous vole. C'est plus sûrement que tu feras ce que tu as à faire si tu t'es dit : Je vais aller aux bains et exercer ma liberté de choisir en accord avec la nature.

De même pour toutes tes autres tâches. Car, ayant fait cela, s'il arrive quelque chose qui t'empêche de te baigner, tu auras la réponse toute prête : Je ne voulais pas seulement me baigner, mais exercer ma liberté de choisir en accord avec la nature; si je me mets en colère à cause de ce qui m'arrive, ce ne sera pas le cas. »

Avec la méthode WOOP, vous ne perdez pas votre temps à imaginer que tout va être parfait autour de la table de poker... tout simplement parce que ce n’est pas vrai ! Vous allez ressentir des émotions, vous pouvez être confronté à un joueur qui pratique le trash-talk, vivre un bad beat, tilter, enchaîner les mauvaises mains...

Certaines études montrent d'ailleurs que la visualisation positive est aussi contre-productive. Un test a par exemple été mené auprès d’étudiants : plus ils se visualisaient trouvant un métier... moins ils en trouvaient un (source). Avouez que c’est ballot...

Joueur de poker avachi
Il faut parfois imaginer le pire pour savoir à l'avance comment y faire face.

D’où encore une fois l’intérêt de la méthode WOOP qui va donc plus loin que la visualisation positive :

  • Vœux : vous pensez au but que vous voulez atteindre ;
  • Résultats : vous imaginez le résultat si votre vœu est réalisé ;
  • Obstacles : vous vous représentez tous les obstacles, les freins, tout ce qui peut survenir de négatif ;
  • Plan : vous mettez en place une procédure étape par étape pour pouvoir concrétiser votre vœu.

L’avantage de cette méthode est qu’elle est plus rationnelle et rassurante. Vous n’êtes plus surpris quand l’imprévu survient et vous pouvez donc avoir une réaction adaptée.
Prenons l'exemple du trash-talk. Si vous anticipez le fait que cela va arriver, vous prendrez du recul et vous pourrez même vous amuser de cette tentative de déstabilisation. Alors que si vous n’avez rien anticipé, vous allez vous laisser gagner par l’émotion et vous risquez de tilter !

C’est la même chose avec le manque de confiance en soi, la gentillesse ou la timidité : vous tomberez moins dans les pièges que les autres vous tendent si vous les avez visualisés auparavant.

Conseil bonus : Cultivez d’autres centres d’intérêt !

Vous serez plus à l’aise autour d’une table de poker si votre vie ne se résume pas à nos performances au poker.

Avoir d’autres centres d’intérêt permet d’abord de relâcher un peu la pression quand vous jouez : puisque vous êtes épanoui ailleurs, vous pouvez prendre plus facilement du recul par rapport au poker.

Théâtre
Certaines activités sont parfaites pour ne plus être dépendant du regard des autres.

Vous êtes aussi moins dépendant du regard des autres : même si vous ne brillez pas pas à la table de poker, vous savez que votre valeur personnelle ne dépend pas de ça. Paradoxalement, en mettant un peu de distance avec le jeu, on gagne beaucoup plus puisqu’on a davantage confiance en soi !

En prime, il existe des activités annexes qui peuvent vous aider à vaincre votre timidité et à devenir nettement plus performant au poker.

Si vous vous mettez au théâtre par exemple, vous pouvez apprendre quantité de méthodes pour gérer votre stress et gagner en aisance relationnelle. Quand vous aurez joué devant une salle remplie de monde, vous serez certainement moins intimidé par la présence de quelques joueurs autour du tapis vert !

Une autre activité très bénéfique est le chant, notamment dans une chorale. Car pour chanter correctement vous devez apprendre à respirer et à maîtriser votre souffle. Idéal pour garder son sang-froid en toutes circonstances.


Bibliographie

Christophe André, Méditer Jour après Jour
Christophe André, La force des émotions

Alain, Propos sur le Bonheur
Épictète, Manuel
Tommy Angelo, Elements of Poker
Fabrice Midal, Méditer pour avoir confiance

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire