Kenny Hallaert : « Je ne suis pas l'un des 9 meilleurs joueurs du Main Event »

Kenny Hallaert ME 2

Le November Nine belge, qui fut électricien avant de vivre du poker, se confie à Pokerlistings. Rencontre avec un homme plein de bon sens, qui garde la tête froide et qui sait où il va.




Kenny, félicitations pour ton tournoi ! Peux-tu nous raconter comment tu as découvert le poker ?

Merci. C'était fin 2004. Je pariais de temps en temps 5€ sur le FC Bruges, dont je suis un grand supporter. C'était sur Unibet et un jour j'ai vu une bannière publicitaire pour jouer au poker sur leur site. Je ne connaissais pas du tout ce jeu mais j'ai tout de suite senti en lisant les règles que ça me plairait.

J'ai commencé à jouer des sommes dérisoires, comme un "fish". J'ai rapidement cherché des informations sur Internet et j'ai acheté quelques livres. Au début 2005, j'ai décidé de ne pas jouer pendant quelques mois mais de consacrer mon temps libre à étudier le poker, à travers ces livres. Après cette période d'étude, j'ai déposé 50€ en une seule fois et à partir de là j'ai fait grandir ma bankroll.

Encore aujourd'hui, je prends beaucoup de temps pour étudier le poker. Comme un cycliste ou un footballeur, je dois m'entraîner. Il ne s'agit pas seulement de courir la course ou de jouer le match. Il faut prendre le temps de progresser.

Tu as fait quoi comme études ?

Électricien ! J'ai d'ailleurs travaillé dans le service de maintenance d'une usine, à 7 kilomètres de chez moi.

Kenny Hallaert directeur de tournoi 1
D'électricien à joueur de poker et directeur de tournoi.

J'ai arrêté ma carrière d'électricien le 31 janvier 2008 car j'avais une offre des casinos de Namur et de Spa pour travailler dans leurs salles de poker. Ils me connaissaient depuis 2005, quand j'ai commencé à jouer chez eux, et ils avaient besoin de quelqu'un pour le marketing de leur poker room. L'année suivante, je devenais directeur de tournoi.

Aujourd'hui, j'organise les BPC de Namur et de Spa, les deux plus gros festivals belges de poker.

Tes premiers dépôts en ligne correspondent avec ton indépendance et le moment où tu as quitté le domicile de tes parents...

J'ai vraiment joué des petites sommes au début, juste pour le fun. J'avais un travail donc je préférais dépenser 10 ou 20€ un samedi soir au poker plutôt qu'en boite. Je n'avais pas mal au crâne le dimanche matin et parfois j'avais même un retour sur investissement.

Après avoir étudié un peu le jeu, c'est devenu un peu plus sérieux.

Et à quel moment c'est devenu très sérieux ?

Pour moi, le poker est encore un hobby aujourd'hui. Oui, je prends beaucoup de temps pour étudier et jouer mais mon activité principale reste l'organisation de tournois. Après, pour te répondre, ça s'est un peu accéléré quand j'ai gagné le Sunday Warm Up de Pokerstars en janvier 2009, pour un peu plus de 107 000 $ (pour 215 $ l'inscription).

Ma bankroll a beaucoup augmenté d'un seul coup et ça reste encore mon plus gros résultat online à ce jour.
Cela dit, je suis toujours resté réaliste, je ne me suis pas pris pour le meilleur joueur de poker du monde à ce moment-là. Mais j'ai compris que quand je me concentre à 100% et que j'ai un peu de chance, je peux être performant à ce jeu.

Comme sur le Main Event 2016

Kenny Hallaert souriant
"En restant concentré et en ayant un peu de chance on peut être performant à ce jeu."

Oui. Mais là encore, je sais que je ne suis pas l'un des 9 meilleurs joueurs qui ont pris part à ce tournoi. J'ai eu un good run et j'ai pu rester concentré de bout en bout.

Vas-tu alléger ton planning en 2017 pour te consacrer plus au poker ?

Je déciderai de ça après la finale, car le résultat pourrait influencer ma décision. Gagner les 8 millions de dollars, ça peut changer un peu ta carrière...

En 2008, tu as joué un heads-up contre Pierre Neuville au casino de Namur pour pouvoir gagner un package pour Las Vegas...

Oui c'est vrai, c'était une semaine avant que je commence à travailler pour le casino. C'était donc mon dernier tournoi là-bas, en janvier 2008.

Ils ont fait une belle offre pour gagner ce lot d'une valeur de 15 000 € avec l'inscription au Main Event, le vol et l’hôtel. On était 19 joueurs à payer l'inscription à 1 000 € donc Pierre Neuville, qui a terminé 2è, et a gagné 4 000 €. J'étais évidemment très content de le battre et de découvrir Las Vegas.

J'en ai profité pour jouer quelques tournois, j'étais resté 3 semaines. Jouer le Main Event était évidemment un rêve. Depuis je n'en ai plus raté un seul.

Pierre Neuville nous disait : « l'apprentissage de Vegas coûte cher, il faut du temps pour y avoir des résultats. »

Oui c'est vrai, il faut s'adapter aux Américains et il m'a fallu un peu de temps avant de faire des résultats aux WSOP.

Mais j'adore Vegas. L'année passée j'avais réussi à aller en table finale du Colossus (22 374 joueurs y avaient payé le droit d'entrée de 565 $ NDLR). C'était une expérience exceptionnelle, et juste après j'ai fait 123è du Main Event. C'était déjà unique en soi, je pensais d'ailleurs que je n'aurais plus jamais la chance d'atteindre le jour 5 de ce tournoi.

Ces beaux parcours dans ces deux gros tournois t'ont-ils aidé cette année ?

Kenny Hallaert Colossus 2015 WSOP
"Ma finale de 2015 dans le Colossus aura été une expérience exceptionnelle."

Oui, ça donne de l'expérience dans les tournois au grand taux de participation.
Ça donne confiance aussi, je savais que je pouvais performer dans ce Main Event. Après, il faut des cartes, évidemment.

J'ai déjà été très soulagé de voir tous les jours que j'avais des tables abordables.
Je n'ai jamais eu d'énorme décision à prendre pour l'ensemble de mes jetons. J'avais les meilleures mains lors des abattages. Si j'avais paire de dames, c'était paire de valets en face et jamais les rois ou As-Roi. Tout s'est bien passé du début à la fin pour moi.

Mais la concentration reste importante...

Oui évidemment. Les jours sont longs. On joue 10 heures par jour pendant 7 jours. En comptant les pauses, on ne rentre chez soi qu'à 2 heures du matin. La fatigue pèse et la moindre erreur peut vous éliminer.

J'ai fait deux petites erreurs en 7 jours. A la fin du jour 5, j'ai relancé beaucoup trop cher à cause d'une erreur en manipulant les jetons mais j'ai fini par gagner le pot. A la fin du jour 6, j'ai voulu relancer au flop mais quelqu'un avait déjà relancé et je ne l'avais pas vu. Sur ces deux coups, j'aurais pu perdre des gros pots mais je les ai gagnés tous les deux.

Le titre de champion du monde fait-il encore plus rêver que les 8 millions de dollars de gains ?

Oui ! Enfin, l'argent est là aussi mais il n'y a pas de prix qui peut couvrir le fait de devenir champion du monde à mes yeux.

bracelet champion du monde de poker 2016
"Aucun prix n'a plus de valeur que le titre de champion du monde."

Ça veut dire que tu vas jouer pour la première place uniquement ? Et si je te dis maintenant : signe ici et tu seras deuxième ?

Il faut signer où ? (rires). Être deuxième ce serait énorme. Je vis déjà un rêve alors ce que je peux prendre en plus sera du bonus. Je ne serai pas déçu si je fais 9è, sauf si c'est en faisant une grosse erreur. Bien sûr, j'ai envie de gagner, mais les 8 autres aussi. Si on m'annonce maintenant que je serai 2è, je serai très heureux !

Le matin du jour 7, tu tweetes "il est temps de séparer les hommes des garçons". Tu te sentais confiant au moment de passer de 27 joueurs restants aux neuf finalistes ?

Oui, je me sentais bien, j'étais virtuellement 9è sur 27. Et j'évitais de me mettre la pression, bien que j'ai tweeté ça pour me mettre un petit coup de boost et me motiver. Mais je ne me suis jamais dit "je dois absolument arriver dans les neuf", j'étais prêt à terminer 20è car je voulais continuer à jouer chaque main de manière optimale. J'ai seulement vraiment pensé aux November Nine quand on s'est réuni à dix à la dernière table et qu'il y avait des joueurs avec très peu de jetons...

Tu as doublé ton tapis rapidement lors de ce jour 7 contre Valentin Vornicu.

Je n'avais jamais joué avec lui, sauf pendant l'heure qui a précédé ce coup. J'étais allé voir son profil sur le net et certains m'avaient dit : "c'est un bon joueur, agressif". Il m'a sur-relancé avant le flop et j'ai payé avec A-T de carreaux. Ensuite, sur un flop T-T-7-6-4, j'ai tout checké pour le laisser miser sur chaque carte. Je voulais le laisser bluffer et surtout pas le faire fuir en misant en premier. Quand j'ai relancé à tapis à la rivière, il m'a payé avec ses dames, tant mieux pour moi. Je ne crois pas que je l'aurais fait à sa place et d'ailleurs on a discuté ensuite et il a reconnu son erreur.

Il a payé très rapidement, tu as dû penser qu'il avait une meilleure main.

Kenny Hallaert fete sa finale
"La fête sera plutôt pour le mois de novembre."

En effet, j'ai cru que j'étais éliminé par une quinte ou un full. Mais quand il a montré ses cartes j'étais soulagé. C'était un coup très important à ce moment-là, il m'a propulsé 2è du classement virtuel.

Tu as fêté la qualification le soir de ton accession à la table finale ?

Non, même pas, j'étais trop fatigué, et le lendemain il fallait être à midi au Rio pour faire des interviews et un briefing pour les neuf joueurs qualifiés. On a simplement bu une bière au bar du Rio.

Quand je suis rentré de Vegas, j'ai bu quelques verres avec des amis mais je n'ai pas fait de grosse fête non plus. Dans ma tête, ce tournoi n'est pas encore fini. La fête sera plutôt pour le mois de novembre.

Tu as perdu 20 kilos depuis l'année dernière. Ça aussi, ça a favorisé ta performance…

Oui, sans doute. Je suis moins vite fatigué aux tables, je me sens mieux physiquement. L'année passée, au jour 5, j'étais très fatigué. J'avais pensé à ceux qui devaient continuer encore 2 jours et demi.
D'ailleurs, j'ai un respect éternel pour Pierre Neuville qui a tenu 7 jours complets pour devenir November Nine à 72 ans. Lui aussi fait beaucoup de sport, je le vois parfois nager notamment. C'est la preuve qu'une bonne condition physique ouvre des portes au poker.

Ta position à la table est assez favorable pour cette finale.

Oui, je suis assez content. J'aurai Vayo, Ruane et Josephy à ma droite et Nguyen en face de moi, c'est très bien comme ça. Wong sera à ma gauche avec un petit tapis mais il aura quand même 20 blindes pour reprendre la partie donc il ne devrait pas faire tapis trop vite...

Tu vois un favori qui se dégage ?

Josephy. Il a les jetons et c'est aussi un très bon joueur. Gordon Vayo est un autre favori selon moi mais attention, tout le monde sait jouer au poker. Si Wong double son tapis une ou deux fois, il deviendra redoutable également.

Sais-tu déjà comment tu vas te préparer ?

N9 WSOP 2016
"Je veux être le mieux préparé possible pour le jour J."

Je pars en vacances pour quatre jours en fin de semaine. C'était prévu avant les WSOP.

Ensuite, je prendrai probablement contact avec Pierre Neuville (7è en 2015) et Jorryt Van Hoof (3è en 2014). Ils ont de l'expérience, notamment celle de November Nine, et je pense qu'ils pourraient me conseiller.

Je vais aussi voir pour le coaching ce que je peux faire. Certains joueurs peuvent certainement m'aider, notamment en jetant un œil à mes sessions en ligne. Je dois encore y réfléchir et voir ce que je vais faire. Je veux être le mieux préparé possible le jour J pour n'avoir aucun regret.

Concernant les tournois live, je n'ai pas encore établi mon programme. A Barcelone, je ne pourrai faire que quelques side events car j'organise un tournoi à Blankenberge début septembre.

Pour finir, as-tu un conseil à donner aux jeunes joueurs de poker ?

Patience et bankroll management sont les maîtres mots ! Et je trouve qu'il faut consacrer autant de temps à l'étude du jeu qu'au jeu en lui-même. Il ne s'agit pas juste de jouer...

Après, quand on joue, il faut jouer ce qu'on aime jouer : que ce soit du cash game, des tournois, du live ou du poker en ligne. Mais le online est peut-être plus pratique pour progresser rapidement car on peut jouer plusieurs mains en même temps et jouer gratuitement ou des toutes petites sommes.


Crédits photos : WSOP.com (Jayne Furman, Drew Amato, Joe Giron), et Damian Lib.


A lire aussi : Kenny Hallaert, ce nouveau Belge qui veut devenir Champion du Monde
A regarder : L'interview vidéo PokerListings de Kenny Hallaert à Las Vegas (en anglais)

Retrouvez également tout sur les WSOP 2016.