Antonio Esfandiari : Portrait et Interview du "Magicien"

Antonio Esfandiari

Qui a donc plus de tours dans sa manche qu'un magicien ? Antonio Esfandiari ! Cet ancien magicien professionnel est assurément l'un des joueurs de poker les plus attachants, et une authentique superstar dans la communauté des joueurs de cartes.

Originaire de Téhéran en Iran, Esfandiari déménagea aux Etats-Unis avec ses parents en 1988. Esfandiari ne connaissait que très peu l'anglais lorsqu'il se rendit à l'école de son nouveau chez lui, mais il apprit la langue en moins de six mois.

Antonio grandit à San Jose et est un étudiant modèle jusqu'à ce qu'il réussisse sa Terminale. Puis il prend rapidement goût à la fête et quitte le domicile familial à seulement 17 ans. Il trouve rapidement un appartement par ses propres moyens, qu'il finance en travaillant en tant que serveur. La fête continue, et sa dernière année d'études en pâtit.

C'est alors qu'il attend les commandes qu'Antonio connaît son premier contact avec la magie, voyant le barman exécuter un tour. Il est tellement impressionné qu'il se court se rendre au magasin de magie le plus proche pour demander comment fonctionnait le tour.
Esfandiari commence alors à faire le spectacle en adjoignant la magie à son boulot de serveur, se produisant pour les pourboires. Et il finit même par entièrement tomber la partie serveur : « Magic Antonio » était capable de se faire 300 à 400 $ en une heure juste avec ses tours.

A cette époque, Esfandiari est en colocation avec un joueur de poker professionnel. Un jour, sur la suggestion de ce dernier, Antonio tente alors sa chance aux cartes. Bien que techniquement trop jeune pour jouer, il trouve le moyen de gagner de l'argent dès le premier tournoi auquel il s'inscrit. Antonio avait accroché, et bientôt, en plus de faire disparaître les lapins dans un chapeau, il allait faire disparaître l'argent des autres aux tables de poker.

Plus tard, Antonio allait parler du comment les deux professions se complétaient à merveille l'une avec l'autre. Il déclara qu'en tant que magicien il avait appris à jauger le comportement humain et qu'il était capable d'utiliser cette compétence aux tables de jeu.

Quand Esfandiari intégre le poker à hauts enjeux, il rencontre un camarade de jeu du nom de Phil Laak. Alors qu'ils sont à la même table durant les WSOP et qu'Antonio enthousiasmait les autres joueurs avec ses tours de magie, Laak lui cherchait à déceler les astuces des tours, ayant pour effet d'agacer Esfandiari. Ce dernier changea de table mais Laak l'y suivit. Au final les deux hommes commencèrent à discuter et devinrent rapidement amis.

Laak, également connu sous le surnom « The Unabomber », finit par se rendre à la Bay Area pour rendre visite à Esfandiari, les deux hommes se mettant même d'accord pour partager un toit. Ironie du sort, les deux joueurs allaient un peu plus tard connaître la gloire sur le circuit poker.

En 2002 Esfandiari se fait un nom au WPT 49'er Gold Rush Bonanza, surpassant Phil Hellmuth qui finit juste derrière lui, et se classant finalement 3ème pour 44 000 $.
C'était le premier tournoi majeur remporté par Esfandiari, mais plus fort était encore bientôt à venir. Un an plus tard, en 2003, Antonio atteint la table finale du tournoi de No-Limit Hold'em à 2 000 $ des WSOP.

Enfin en 2004, Esfandiari assoit un peu plus sa place dans l'histoire du poker au L.A. Poker Classic à Los Angeles. Le Magicien envoûta son monde lorsqu'il battit 382 joueurs (dont Vinny Vinh en heads-up) pour remporter les 1,4 million de $ de la première place. A cette époque Esfandiari était même devenu le plus jeune joueur de l'histoire à gagner une épreuve du WPT.

Antonio se paye alors une Dodge Viper et un costume Armani avec l'argent, sans rien regretter.

Plusieurs mois après le L.A. Classic, Esfandiari frappe à nouveau, cette fois aux WSOP. Il bat Phil Nguyen dans l'épreuve de Pot-Limit Hold'em à 2 000 $, et remporte 184 860 $ mais surtout son premier bracelet.

C'est à peu près à cette période qu'il déménagea finalement à Las Vegas pour de bon. Depuis, « The Magician » a pris une énorme dimension sur la scène du poker.

2009 aura été une année intéressante pour Antonio, avec notamment deux places payées aux WSOP dont une superbe 24ème place dans le Main Event remporté par Joe Cada, pour 352 832 $.

Depuis il aura accumulé les résultats et surtout les très gros gains notamment dans les tournois à hauts enjeux, avec en point d'orgue sa victoire dans le Big One for One Drop à 1 million de droit d'entrée (!) en 2012, pour un gain de 18,3 millions de dollars. Un tournoi qu'il apprécie puisqu'il y participe chaque année (et y est souvent payé).
C'était son premier bracelet WSOP, avant un second à Cannes aux WSOP Europe la même année.

Esfandiari a entretenu sa célébrité en écrivant des livres, apparaissant des dans jeux vidéos, et en éditant même un DVD d'apprentissage. Il est également apparu dans des shows télévisés tels que les High Stakes Poker et le National Heads-Up Poker Championship. Aux côtés de Laak, a également été en vedette du réality-show I Bet on You.

Connu pour son mode de vie tape-à-l'œil et ses fantastiques chip tricks (manipulations de jetons), « Le Magicien » devrait probablement continuer d'éblouir ses adversaires et les fans de poker de la première heure pour de nombreuses années à venir.

Divers et anecdotes

* A autrefois été collègue de chambrée avec son bon ami Phil Laak
* A grandi à San Jose
* Magicien professionnel
* Espère un jour ouvrir un restaurant à thème sur la magie
* Selon une rumeur, pour 1 000 $ vous pouvez l'embaucher pour qu'il vous fasse faire la visite de la vie nocturne de Las Vegas.

-----

Esfandiari : « Les pros doivent arrêter d’être aussi pros »

(27/10/16 - par Dirk Oetzmann)

Antonio Esfandiari 888Live Londres

Antonio Esfandiari revient sur le Big One for One Drop, son actualité, et certains changements qui tentent d'être apportés au poker.

Antonio Esfandiari est le joueur le plus connu à avoir été invité par 888 pour participer à leur premier grand festival de poker à l’Aspers Casino de Londres la semaine dernière.

Bien que très sollicité, nous avons tout de même pu passer quelques minutes avec lui pour qu'il nous parle de son actualité et d'autres sujets comme la table finale des November Nine 2016 ce week-end (vite vu : Il n'a aucun favori), mais surtout le Big One for One Drop récent et qu'il avait remporté en 2012.


Antonio c'est quoi être « tendance » ? On t’a entendu utiliser cette expression pendant la séquence analyse avec Phil Laak sur ESPN.

C’est avoir un certain sens de la mode et ne pas être resté bloqué il y a 10 ans.

C’est de ton co-présentateur que tu parles comme ça ?

Eh oui. Phil Laak est l’antithèse de « tendance ». S’habiller n’importe comment chez soi, quand personne ne regarde, c’est une chose. Mais s’habiller n’importe comment quand le monde entier te regarde en est une autre.

Comment te prépares-tu pour ces séquences ?

Ils nous envoient l’historique des mains, pour que nous ayons le contexte. Et puis ensuite on se lâche.

Phil Laak fashion
La mode façon Phil Laak.

On ne répète pas avant la séquence. Ça fait des années qu’on travaille ensemble, donc on a l’habitude.

Toi qui es impliqué dans le poker télévisé, à ton avis, que peut-on faire pour le rendre plus intéressant ?

Il faut un chronomètre et les pros doivent arrêter d’être aussi pros. S’ils mettent trop de temps et se prennent trop au sérieux, ce qui est déjà un peu le cas, ça enlève tout l’intérêt du poker.

Si tu veux que plus de gens s’intéressent au poker, fais en sorte que ce soit fun et qu’on arrête de ne voir que des robots.

Est-ce qu’on devrait voir plus de personnages comme Matusow ou Hellmuth, ou plus de célébrités ?

On a déjà tout ça, mais dans un grand tournoi, on ne sait jamais qui va aller loin. Il faut faire avec les aléas du jeu, et c’est ça qui est difficile pour les producteurs.

Parlons un peu du Big One for One Drop. Le tournoi est désormais réservé aux amateurs, mais les pros sont toujours présents, en tant que coachs.

Je pense que c’est une autre direction pour le poker.

Si tu as des joueurs qui ne jouent pas très souvent mais qui sont riches, ils pourraient devenir très intéressés par le poker si un pro les aide.

Guy Laliberté
"Il est important d'essayer des choses différentes."

Ça permet d’amener quelque chose de différent. C’est important d’essayer des choses différentes pour voir ce qui fonctionne. Guy Laliberté a encore été très créatif quand il a eu cette idée de coaching.

On ne sait pas encore si ça fonctionnera sur le long terme, mais il faut essayer.

Qu’est-ce que tu en as pensé ? Tu as toi-même travaillé avec un joueur, Bob Safai.

Oui. Ça c’est extrêmement bien passé. Il est allé loin, j’étais à ses côtés. Quand il s’est pris un horrible bad beat alors qu’il ne restait que deux tables, ça m’a fichu un coup à moi aussi.

Est-ce qu’il y aura un autre Big One ?

J’en ai parlé avec Guy, mais je ne peux rien vous dévoiler là-dessus. Ce que je peux dire, c’est qu’il y a plusieurs idées en train de mûrir.

Je ne sais pas encore ce qu’il va se passer, mais il faut être conscient que ça demande beaucoup de travail à Guy. 

Le tournoi sert une très belle cause, mais c’est à lui de voir s’il veut en organiser un autre.

-----

Esfandiari vainqueur du WPT Five-Diamond

(09/12/10 - par Fred Guillemot)

Antonio Esfandiari

Antonio Esfandiari remporte le deuxième titre WPT de sa carrière en s'adjugeant le WPT Doyle Brunson Five-Diamond Classic. La franco-américaine Vanessa Rousso termine troisième.

Dernier rendez-vous du World Poker Tour de l'année, le Doyle Brunson Five Diamond World Poker Classic a attiré 438 joueurs (contre 329 l'an dernier) pour un prizepool de 4,2 millions de $, du côté de l'un des plus prestigieux casino de Vegas, le Bellagio.

Avec un buy-in passé de 15000$ à 10000$, les stars s'en sont parfois retrouvées plus diluées dans la masse aux tables. Mais la plupart des grands noms n'avaient pas manqué le déplacement, accompagnés de plusieurs November Nine 2010 (Michael Mizrachi, Joseph Cheong, Soi Nguyen, John Racener en tête).

Si Elky et Olivier Busquet côté français n'allaient pas franchir le cap du Day 2, le début de tournoi aura eu tôt fait d'annoncer la couleur, avec Antonio Esfandiari chip leader dès ce deuxième jour (une tête du classement qu'il gardera jusqu'au Day 5), et notre autre française (pardon, franco-américaine) Vanessa Rousso qui n'aura elle non plus jamais quitté le haut du tableau.

Vanessa Rousso porte haut le drapeau tricolore

vanessa-rousso
Vanessa Rousso n'a pas à être déçue, avec un superbe podium réussi.
 

Si le Day 3 était synonyme de Marathon de Las Vegas ayant un peu retardé la reprise des débats, il était aussi synonyme de rentrée dans l'argent, avec une structure de prix un peu curieuse et ayant déçu plusieurs joueurs. Près de 25% du field s'est en effet retrouvé primé (100 pour 428 entrants), établissant de ce fait des premières places payées à quelques 13000$, soit à peine 30% de plue-value sur le droit d'entrée.

La tension allait cette fois vraiment monter au Day 5, avec Vanessa Rousso finissant par faire tomber Antonio Esfandiari de son trône, sur un gros call avec paire de 10 sur un flop 8-8-4 8-7, qu'elle allait même qualifier de "plus gros call de sa vie".
La membre de la Team PokerStars Pro France allait en profiter pour prendre la tête des opérations, jusqu'en table finale.

Esfandiari : 6 ans après

Rousso perdait finalement le chip lead au profit d'Andrew Robl lors du Day 6. Tombé dans la zone critique, la joueuse finissait par se refaire et même une nouvelle fois reprendre la tête, avant qu'Esfandiari ne se joue d'elle.
Après deux 7ème places (2006 en ces mêmes lieux et 2009) et une 5ème dans le Ladies Night 2006,  "Lady Maverick" enregistre tout de même là son meilleur résultat en WPT.

WPT Five Diamond
Le Bellagio.
 

Entre Andrew Robl et Antonio Esfandiari, au coude à coude, la lutte sera restée serrée pratiquement tout du long.
Mais la main 181 de cette table finale sera la bonne pour ce dernier. KJ contre QT, un roi au flop pour plier l'affaire, et le "Magicien" d'ajouter un deuxième titre du World Poker Tour à son palmarès (après son premier en 2004), le jour de ses 32 ans !
Esfandiari gagne également son siège pour le WPT World Championship à 25500$ en fin de saison.

« Je ne peux vous dire à quel point ça fait plaisir d'être de retour. C'est fou. (...) On ne se sent pas bien de ne pas réussir de table finale (de WPT NDLR) en 7 ans, mais parvenir à le faire en étant revenu après le parcours en montagnes russes que j'ai eu, ça fait vraiment du bien. (...) »


Classement final sélectif du WPT Doyle Brunson Five-Diamond 2010

1- Antonio Esfandiari (USA) 870 124 $
2- Andrew Robl (USA) 549 003 $
3- Vanessa Rousso (FRA-USA) 358 964 $
4- John Racener (USA) 232 271 $
5- Kirk Morrison (USA) 168 924 $
6- Ted Lawson (USA) 126 693 $
(...)
9- Sorel Mizzi (CAN) 59 123 $
18- Doyle Brunson (USA) 33 785 $
19- Eugene Katchalov (USA) 33 785 $
20- Marco Traniello (ITA) 33 785 $
24- Freddy Deeb (USA) 25 339 $
25- Thor Hansen (USA) 25 339 $
38- Jonathan Little (USA) 21 116 $
49- David Sklansky (USA) 16 892 $
50- Jeff Shulman (USA) 14 780 $
58- Isaac Baron (USA) 13 725 $
63- David Chiu (USA) 13 725 $
65- Johnny Chan (USA) 13 725 $
80- Phil Ivey (USA) 12 669 $
83- Jason Mercier (USA) 12 669 $
89- Chau Giang (USA) 12 669 $
92- John Juanda (USA) 12 669 $
95- Hoyt Corkins (USA) 12 669 $
/100 payés

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page