Interview : Almira Skripchenko

Almira Skripchenko
"ChessBaby" s'est définitivement affirmée comme l'une des joueuses les plus redoutables du circuit.

Almira Skripchenko s'est définitivement affirmée comme l'une des joueuses les plus redoutables du circuit. A quelques jours de sa participation aux World Series of Poker Europe de Londres, la championne de poker et d'échecs s'est prêtée au jeu des questions-réponses. L'occasion d'en découvrir plus sur la championne française et sa vie de joueuse de poker.




Almira, comment en es-tu arrivée au poker ?

C'est toute une histoire. A la base j'ai découvert le jeu en 2003, car à cette époque de nombreux joueurs d'échecs français ont commencé à migrer vers les parties d'argent.

Bien sûr je ne connaissais rien du jeu. Lorsque je revenais d'un tournoi d'échecs, nous avions toujours pour tradition d'aller à l'opéra ou au théâtre pour finir la soirée. Et puis un jour j'ai demandé [à mes deux amis] ce qui était prévu, et ils m'ont répondu « non, ce soir on va à un tournoi de poker ».

Lorsqu'on vous parle de poker, vous avez la vision un peu épique du poker, celle qu'on voit dans la littérature et au cinéma. Mais c'était un tournoi, comme une partie de sport, alors j'ai voulu y participer.

Pendant les dix minutes du trajet en taxi ils m'ont appris les règles, et la même nuit je me retrouvais en finale. Je les ai d'ailleurs éliminés tous les deux vu qu'ils étaient très sceptiques à propos de mes compétences. Bien sûr j'ai dû apprendre de chaque main et j'ai bénéficié de beaucoup de chance, mais je pense que les joueurs d'échecs sont naturellement faits pour devenir des joueurs de poker.

Pourquoi penses-tu que les joueurs d'échecs tels que vous sont faits pour le poker ?

Parce que les échecs demandent leur lot de raisonnement stratégique, et que celui-ci est plus important que les maths car celles-ci peuvent être maîtrisées par tout le monde. Alors que le reste, ces compétences stratégiques et analytiques, vous devez les développer.
Il nous est aussi plus facile de se concentrer car les parties d'échecs durent dans les sept heures, induisant beaucoup de calculs pour un jeu très complexe. En plus j'y joue depuis que je suis petite.

Et donc tu as fini par prendre le train du poker en route...

Oui j'avais très peu joué jusqu'en 2008, lorsque Winamax m'a offert mon contrat de sponsoring. Mais j'ai toujours eu de bons résultats dans les petits tournois à 50$ ou 100$ de buy-in que j'ai joués à l'Aviation Club de France. J'ai aussi pris part à un show télévisé réservé aux stars du sport et joueurs de poker, où j'ai finie deuxième.

Et puis en 2008 Winamax m'a donc donné l'opportunité de jouer des gros tournois, ce qu'une femme ne pouvait bien sûr pas faire par elle-même en raison de la contrainte financière, à moins de déjà jouer en cash game.

Justement, joues-tu en cash game?

Les parties d'argent ne m'intéressent pas. Je prends juste le poker comme les échecs, c'est-à-dire comme un sport.

Te consacres-tu maintenant encore plus au poker que ce que tu ne l'as fait pour les échecs ?

C'est un challenge différent et je dois être prête à prendre ce risque. Aux échecs j'ai déjà presque tout gagné. Il me manque juste le titre de Champion du Monde, et je vais d'ailleurs continuer d'essayer de le décrocher, en disputant les Championnats du Monde l'année prochaine.

Le poker est un jeu où vous devez oublier absolument tout ce que vous savez à propos des échecs ou de ce qui a fait de vous un très bon joueur d'échecs. Bien sûr vous devez conserver certaines compétences, mais vous devez également en acquérir quelques nouvelles et inclure certains facteurs dans votre prise de décision, des choses auxquelles vous n'auriez même jamais pensé.

J'ai dû apprendre comment bluffer et comment agir, ce qui est complètement contraire à ma nature. J'ai dû intégrer énormément d'éléments. Cela m'a aussi quelque part permis d'apprendre à mieux me connaître. C'est un peu comme de la psychanalyse, parce que j'ai finalement découvert que j'aimais beaucoup ça.

Les échecs sont un jeu calme, et aussi très rationnel. Bien sûr le poker est aussi rationnel, mais le facteur risque au poker n'est presque jamais de mise aux échecs.
Pour moi le poker est un défi personnel. Je ne joue pas de cash games parce que je ne suis pas vraiment intéressée pour simplement mettre de l'argent ou chercher à trouver des joueurs plus faibles. Ce qui est important pour moi c'est la performance.

Si vous jouez bien, même si la variance est élevée, à la fin vous progressez et maîtrisez de mieux en mieux les choses. Et à la fin vous serez toujours récompensé pour votre performance. Mais cela vient en suivant.

Combien de tournois as-tu joués durant les WSOP 2009 ?

Je n'ai joué que six petits tournois, et dans deux d'entre eux j'étais complètement sous le coup du jet lag, alors je dormais.

Bien qu'en ayant fait une table finale, tu as quitté Vegas avant le Main Event cette année ?

J'ai senti que j'avais besoin de plus d'entraînement pour jouer le Main Event. Entraînement physique je veux dire. Avant Barcelone, je faisais deux heures de sport quotidiennes en août, j'ai même laissé tomber mes tournois d'échecs parce que je voulais être fin prête.

Même aux échecs, une grosse différence se fait au niveau de l'endurance physique. Après dix heures de jeu votre potentiel décisionnel se détériore. En tant que joueuse d'échecs et joueuse de poker, je sais que j'ai besoin de m'entraîner et également de regarder ce que je mange, en faisant notamment attention au sucre. Tout ça est très difficile, mais j'essaie de faire du mieux que je peux.

almira skripchenko
Mais que tu as des grands yeux Almira (...) - C'est pour mieux te prendre tes chips mon enfant !

Est-ce que les choses sont différentes pour les femmes au poker ? Est-ce que les hommes vous traitent différemment ?

Un bon joueur ne jugera jamais un adversaire sur son apparence ou sur son sexe. Et même s'il le fait et que vous essayez de l'exploiter, cela peut se retourner contre vous. Je ne pense pas qu'il y ait un rapport. Il vaut mieux essayer d'exploiter à la place les faiblesses des joueurs au niveau de leurs compétences techniques.

Mais d'autres joueuses ont déjà dit qu'elles s'en sortent en se montrant plus agressives, parce que les hommes ne se méfient pas d'une femme ; est-ce que tu utilises cette image de faiblesse à ton avantage ?

L'agressivité ne fait pas partie de la nature de la femme. Vous pouvez la développer et l'exercer bien sûr, mais ce n'est pas quelque chose qui vient naturellement. Vous devez du coup vous entraîner comme le fait un sportif, comme un combattant, et toujours vous détacher de vous-même, du jeu et de la vie en général.

La question me revient toujours aux échecs. J'ai par exemple dû travailler sur mon personnage, et j'ai ainsi pu devenir très agressive aux échecs et dans le poker. Du coup je vais pouvoir essayer de gagner la partie qui que ce soit qui se trouve en face de moi. Mais je pense que le degré d'assimilation du jeu, notamment au poker, a progressé, et les joueurs peuvent donc toujours finir par comprendre ce que vous faites.

L'agressivité n'est pas ce qu'il y a de plus important, mais plutôt la taille des stacks à la table, et de trouver les bonnes occasions. Lorsque vous pensez que vous pouvez 3-better ou 4-better light (sur-relancer ou sur-sur-relancer avec un jeu faible, NDLR), et que votre adversaire a le stack parfait pour se coucher, vous devriez le faire, juste parce qu'il s'agit du bon move, peu importe qu'il soit agressif ou non. C'est juste qu'il s'agit de la bonne chose à faire.
Vous devriez en permanence essayer de faire le bon move en position, comme aux échecs.

Tu as parlé d'entraînement physique, mais qu'en est-il à propos d'entraînement au poker. Comment apprends-tu et fais-tu progresser ton jeu aujourd'hui ?

Mes coéquipiers d'équipe (la Team Winamax NDLR) sont des joueurs très forts et qui ne refusent jamais une analyse. Ils sont toujours d'une bonne aide. Je travaille également avec un coach, tout comme je le ferais pour les échecs.

Passes-tu maintenant beaucoup de temps à t'entraîner, à analyser des mains, et à jouer en ligne pour t'améliorer ?

Ta vie ne peut pas se résumer qu'au poker. Je continue de jouer aux échecs, et j'ai une famille et une petite fille. Je sais que le jeu peut finir par te captiver au point où rien d'autre ne compte plus, mais j'essaye de faire attention à ça et de laisser un temps pour tout.
Je n'essaye pas d'être la numéro 1 au monde, c'est un paradoxe, mais juste de m'entraîner, ainsi je peux progresser et c'est ce qui m'aidera dans les EPT.

Est-ce que ta place en table finale des World Series (2 000 $ No Limit Hold'em pour 78 000 $ de gains NDLR) t'as été très satisfaisante, une sorte d'aboutissement de plusieurs mois d'entraînement et de jeu, ou est-ce que cela a été frustrant d'être arrivée si près du but mais de ne pas avoir gagné ?

C'est très difficile, parce que je suis une perpétuelle insatisfaite. Lorsque j'ai été éliminée 7ème de ces World Series avec les rois contre des cinq... Si c'était allé de l'autre côté, j'aurais peut-être pu remporter ce tournoi vu que c'est mon adversaire Jordan Smith qui a gagné. Et puis je me suis donc posé la question, est-ce que je me serais encore satisfaite de cette première place ? J'aurais sans doute continué à jouer et à essayer de faire autre chose. C'est le problème : j'aurais probablement dû trouver une autre galaxie où jouer, parce que comme je vous le dis je ne suis jamais contente.

Mais être allée aussi loin dans une épreuve des WSOP est inestimable, non ?

D'une certaine manière cela m'a prouvé que je m'étais forgée une solide carapace. En tant que joueur d'échecs, c'est presque une question philosophique, avec la défaite y étant plus rare. Le poker vous enseigne comment l'accepter et comment aller de l'avant.

J'ai été fière de moi simplement à la pensée d'être devenue quelqu'un de plus fort.

Je pense que c'est exactement ce qui a pu se voir dans mon tournoi. J'ai joué trois jours contre d'excellents joueurs. A un moment j'étais presque chip leader.
Mais je ne suis pas une magicienne, je continue d'apprendre. Mon ami Manu m'ai dit qu'il allait faire de moi une machine en un an. Je ne suis pas sûr que cela m'aille tant que ça, mais ok, mon objectif est du coup d'essayer de devenir une machine.

Quelle est la suite alors maintenant pour toi ?

Je vais jouer le premier tournoi des WSOPE (Almira y aura finalement été éliminée dès le premier jour de compétition NDLR), ensuite j'ai quelques obligations liées aux échecs et quelques plus petits tournois français avec Winamax avant que je n'aille à Varsovie, Prague et à l'Amsterdam Classic. Voilà qui remplira ma saison.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page