Interview Anthony « Tall » Roux - partie 1

Stacked

Grâce à deux belles places payées (30 et 48ème pour près de 18000$ de gains), Anthony Roux améliora sa performance de l'an dernier et fut l'un des meilleurs français à se classer dans les WSOP 2008. Un résultat sans doute peu surprenant pour ceux le connaissant.

Anthony, avec deux places payées cette année, quel bilan tires-tu de tes WSOP ?

J'en retire un mélange de satisfaction et de frustration.
Satisfait de mon jeu de manière générale et content d'avoir eu la possibilité d'aller loin quasiment tout le temps, même lorsque je n'ai pas fini payé.
Je pense avoir joué dix heures de jeu par event en moyenne, peut être plus, malgré des tournois à structure très rapide.

En contrepartie de ça il y a la frustration de ne pas avoir fait mieux, il m'a manqué un brin de réussite à chaque fois dans des moments clés. Il y a toujours une ou deux mains qui changent le cour d'un tournoi et elles n'ont jamais été dans le bon sens.

Ca m'a en tout cas permis d'engranger encore un peu plus d'expérience en live et m'a redonné confiance sur ce type d'évènement. Je sais que je ne suis pas passé loin cette fois et j'espère bien faire mieux l'année prochaine.

Lors du heads'up de la première manche shootout de l'event 17, la surprenante absence de ton adversaire t'as permis de prendre le large sans même avoir à jouer, provoquant son ire à son retour alors que tu n'avais aucun tort. Raconte-nous en un peu plus sur cette anecdote et sur la suite de ce duel.

Lors de cet event, je me retrouve en Head's Up de la première table contre Captain Tom Franklin, un vieux de la vieille, bien connu du circuit et qui va pourtant commettre une erreur de débutant.

Guère après que notre tête à tête commence on se retrouve en pause pour 15 minutes. Trop occupé à discuter avec un ami dans les couloirs du Rio, il ne voit pas le temps passer et ne se présente pas à la reprise du jeu. Je demande alors au croupier comment ça se passe. Il appelle le tournament director qui dit que le jeu continue normalement. C'est exactement la même situation que lorsqu'un joueur est sit-out online, le croupier pose sa blinde, distribue les cartes puis me donne le pot.
Lorsqu'il revient enfin, Tom est furax de voir que son tapis a fondu, me jette un regard noir comme si c'était de ma faute, et dit « you should be ashamed of yourself » (tu devrais avoir honte NDLR). Je lui explique calmement que la règle a été appliquée et que je n'ai rien à me reprocher, mais il ne décolère pas. Je ne sais d'ailleurs pas pourquoi j'ai pris cette peine, car connaissant sa réputation, si l'inverse s'était produit il aurait bien été capable d'encourager le croupier à dealer plus vite...

Toujours est il qu'il s'est retrouvé short stack puisque je disposais déjà d'une légère avance dans le duel avant la pause. Ca s'est fini sur une confrontation à tapis classique, AT contre paire de 6 à tapis pré-flop si je me souviens bien.

Tu finis deuxième de la Team Winamax en terme de gains, derrière Nicolas Levi. A l'instar de certaines stars du circuit, vous étiez-vous fixés quelques challenges ou paris amicaux supplémentaires entre français sur ces WSOP ?

Il ne faut pas oublier Davidi ! (Kitai NDLR, joueur belge de la Team) C'est lui qui finit premier de la team, et il démarre la nouvelle saison en trombe puisqu'il vient de terminer 3ème de l'EPT Barcelone à l'heure ou je parle. J'en profite donc pour le féliciter.
En ce qui concerne les challenges, il y avait le pari entre la team Winamax et la team Chili, ceux qui ont suivit ces WSOP ont du forcement en entendre parler.
C'est tout en ce qui me concerne, je ne suis pas un grand fanatique des side bets.


Derniers Blog Posts »