Interview Stéphane Benadiba : « Le poker a déséquilibré ma vie ! »

stephane benadiba

Dentiste de profession, Stéphane Benadiba, alias « Stefos » est l’une des valeurs montantes du poker français. Nouveau membre de la Team PokerXtrem, ce semi-pro qui a appris les règles du Texas Hold’em « dans un avion en allant à Vegas » nous parle de ses dernières perfs’ et pose ses ambitions pour 2011.

Stéphane, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Je joue aux cartes depuis que je suis petit, notamment au tarot et à la belote. Je voulais même apprendre le bridge, mais je suis tombé sur l’émission de Bruel sur Canal+. Je suis arrivé au moment où les hôtesses disposaient l’argent sur la table... Puis je suis parti à Las Vegas, et en rentrant je suis allé faire un tour à l’Aviation Club de France, tout en me mettant à jouer sur Pokerstars.

Comment arrives-tu à concilier ta vie professionnelle et le poker ?

Le poker a déséquilibré ma vie ! Je suis toujours dentiste, et je dois concilier poker et boulot. Mais c’est une profession libérale, je peux toujours m’organiser avec le collègue qui partage mon cabinet !

pokerXtrem

Je pense que c’est bien de travailler à côté du poker, pour l’équilibre. Et je pratique pas mal d’activités en dehors qui ne sont pas liées au jeu, comme le piano, le chant ou le tennis. C’est important pour se sentir bien dans sa tête à une table, la notion de plaisir est hyper importante. Sinon, tu t’exposes à la saturation, à la fatigue et tu joues moins bien. Déjà que c’est un jeu difficile... Et attention, être moins bien mentalement peut donner une mauvaise image à la table.

Peux-tu te définir en tant que joueur ?

Je suis plus un joueur de tournoi. J’aime l’aspect compétition, la stratégie inhérente aux tournois.
Le poker de tournoi est plus gratifiant, tu sais que tu n’a pas le droit à l’erreur. Et vu que je travaille, je n’ai pas besoin du cash-game pour vivre.

En tournoi, j’aime monter des jetons progressivement. Je vais voir un maximum de flops au début, avec des mains à fort potentiel, pour piéger des joueurs qui ne sauraient pas jeter leurs monstres. J’essaie de ne pas surjouer préflop. Je vise d’abord l’ITM, après je deviens de plus en plus agressif.

Comment as-tu évolué dans ton jeu sur le net ?

Avant, je ne jouais que le dimanche. J’ai décroché quelques perfs’ sympas, comme une 44ème place au Main Event des WCOOP sur Pokerstars.
Puis on m’a expliqué les vertus des trackers. Quand ils sont bien utilisés, on a un avantage énorme, tu gagnes des tonnes d’heures. C’est passionnant. J’aime l’idée que tu peux tout savoir d’un joueur et lui faire ce que tu veux. C’est un outil évident pour les meilleurs joueurs online, comme Clément Thumy ou Hugo Lemaire (Team Eurosport Poker NDLR).


Propos recueillis par Maxime Arnou

> Retrouvez la seconde partie de l'interview dès la semaine prochaine.

Flash info : Au moment où nous écrivons ces lignes, Stéphane Benadiba s'apprête à disputer la table finale des France Poker Series de Paris (242 joueurs au départ).

Derniers Blog Posts »