Jacques Cheminade : "Je ferai interdire les jeux en ligne."

jc

PokerListings a questionné les 10 candidats à l'élection présidentielle 2012. Seul Jacques Cheminade a souhaité répondre, et son point de vue est assez tranché en la matière.

A moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, la tension est à son comble au sein des partis de chacun des candidats, et chez leurs partisans.

Si cette campagne se sera plutôt résumée à une joute verbale via plateaux de télévision interposés, les personnes avisées savent que ce qui importe avant tout, c'est le contenu du programme.

Chacun des 10 candidats y va naturellement de ses propositions, en couvrant principalement les grands axes chers aux préoccupations des Français.

Le poker en ligne (et le jeu en général) sont on s'en doute, bien loin des thèmes abordés.

En tant que spécialiste du secteur, il nous semblait malgré tout intéressant de connaître la position des nos présidentiables sur celui-ci.
La question est d'autant plus brûlante que l'ouverture du marché en ligne il y a de celà plus d'un an, laisse encore planer aujourd'hui de nombreuses zones d'incertitude vis-à-vis d'acteurs circonspects, se clamant trop taxés et craignant pour leur avenir (à ce jour, la majorité perd de l'argent).

Nous avons ainsi contacté chacun des candidats afin de voir quelle était leur vision du jeu et du poker en ligne, et quelle place celui-ci avait dans leur programme.
Outre le côté taxation, l'autre axe sur lequel il était intéressant d'interroger chacun de nos potentiels futur Président de la République, était l'aspect légal, certains étant naturellement plus libéraux que d'autres.

"Taxer le vice, c'est y participer"

Un seul candidat sur les dix a finalement pris de son temps pour nous répondre : le candidat de Solidarité et Progrès, Jacques Cheminade.
Et son avis sur la question est sans équivoque et sans appel :

"Je ferai interdire, dans les lieux publics, la répétition mécanique de tirages dans une atmosphère d'alcoolisation destructrice, et dans les lieux privés, les jeux en ligne.

L'argument suivant lequel les jeux seraient de toute façon organisés ailleurs sans bénéfice pour le fisc français, revient à accepter un environnement d'addiction destructeur en baissant les bras.

Dans l'état actuel des choses, ou bien les opérateurs de jeux en ligne qui se sont vus attribuer des licences continueront à être perdants et abandonneront leur activité, ou bien on leur fera des concessions encore plus inadmissibles en s'alignant sur la concurrence hors la loi.

Taxer le vice, c'est y participer ou y faire participer ses associés."

Jacques Cheminade a le mérite d'être honnête, en se déclarant là clairement hostile au jeu. Crédité de moins de 1% des intentions de vote dans les sondages, pas sûr en revanche qu'il trouve écho parmi les joueurs de poker en ligne !

Rendez-vous en tous les cas ce dimanche 22 avril pour le verdict du premier tour de ces élections présidentielles 2012.

 

Derniers Blog Posts »