Comment jouer les mains marginales hautes au poker ?

AJ as valet poker
As-Valet, la main de tous les casse-tête...

Votre niveau de compétences n'a que peu d'importance, des mains marginales telles que A-J, K-Q, K-J, Q-J et Q-T coûtent en permanence plus d'argent aux joueurs de poker que n'importe quel autre groupe de mains.

La question n'est pas de savoir s'il faut jouer ces mains ou non, la question est de comment les jouer de manière profitable.

Dans cette série en deux parties, nous allons jeter un œil à la première partie de l'équation : connaître les chiffres et savoir quelle équité ces mains ont-elles véritablement.

Les mains premium vous font faire le plus d'argent, les rags (très mauvaises) vous en font gagner/perdre le moins. Même si vous n'avez pas de base de données remplie de stats pour établir des rapports là-dessus, prenez juste une seconde pour y réfléchir :


  • Quelle part de vos profits/pertes pensez-vous provenir d'A-A et K-K ?
  • Quelle part de vos profits/pertes pensez-vous provenir de 2-3 ou 8-3 ?
  • Quelle part de vos profits/pertes pensez-vous provenir de K-Q et A-J ?

A moins que vous n'ayez une vision erronée de votre propre jeu, ou que vous jouiez un style extrême et radical, vos réflexions rejoindront les résultats de n'importe quel « grinder » en ligne. La plupart de votre profit dans une étude comparative main contre main vient presque toujours d'A-A, avec K-K venant généralement en seconde position.

La plus petite partie de vos pertes/gains vient de mains telles que 8-3 ; si vous ne les jouez pas, vous ne pouvez gagner, ou connaître des pertes avec.

Les mains A-J, K-Q, K-J, Q-J et Q-T vont connaître des fortunes diverses. La plupart des joueurs verront un bilan partagé, certains auront de grosses pertes avec une ou deux d'entre elles, tandis que les autres seront rentables jusqu'à voir de gros gains.

Les mains marginales sont appelées marginales car elles finissent typiquement à jeu (ni gagnantes ni perdantes sur le long terme). Si vous êtes un joueur gagnant, vos gains et pertes avec devraient être positifs, mais seulement d'une somme marginale.

Les cinq mains mentionnées en début d'article sont la très lointaine limite de l'éventail absolument marginal. De ce fait elles devraient être les plus profitables.

Malheureusement, elles apportent aussi le plus de place à l'erreur à de sérieuses pertes.

Comme j'aime le faire en définissant une main spécifique, ou dans ce cas de multiples mains, je vais introduire les chiffres pour avoir une solide compréhension de l'équité inhérente à chaque main. La vraie valeur statistique d'une main est toujours la fondation sur laquelle fonder toute stratégie.

Faire parler les chiffres

Le premier tableau met ces mains spécifiques face à une table pleine de mains aléatoires. Chaque scénario a été joué pour plus d'1 million de mains. C'est l'équité théorique, signifiant que cela ne prend pas en compte toute mise, ou autres « comportements humains ». Chaque main est une main de loto conduite jusqu'à la river ; le résultat est le pourcentage de fois où cette main spécifique remporte cette loterie.


Main Equité face à 9 mains Equité face à 6 mains
A J 20% 28%
K Q 20% 28%
K J 19% 27%
Q J 19% 26%
Q T 18% 25%

* Je n'ai choisi que des mains assorties pour ce tableau - si vous prenez ces mains dépareillées, vous assumez une chute de 3-4% de l'équité pour les deux exemples.

L'une des premières choses que vous devriez constater, est dans quelle mesure les chiffres sont hauts ici. Pour cet éventail de mains, l'équité moyenne sur une table à neuf joueurs est de 19%. Nous dirons 20% juste pour rendre les choses simples. Vous êtes outsider à 4 contre 1 mais vous obtenez 8 contre 1 sur votre argent. En se basant sur les strictes cotes du pot, ces mains devraient toutes être des mains profitables.

En réalité vous ne vous retrouvez pas à jouer contre des mains aléatoires à chaque distribution. Voici un tableau prenant K Q, montrant comment cette main est affectée lorsque diverses mains fortes sont l'une des cinq autres mains utilisées pour conduire une évaluation. Chaque situation voit K Q face à quatre mains aléatoires et une main spécifique :


Main spécifique Equité face à 6 mains Changement par rapport à un tout aléatoire
A Q 19% -9%
K K 12% -16%
Q Q 21% -7%
J T 25% -3%
T T 26% -2%

Comme vous pouvez le voir, lorsqu'une main forte est mise en jeu avec quatre autres mains aléatoires, la valeur descend, mais à moins de faire face à KK, elles n'en perdent pas tant. C'est une des raisons pour lesquelles cet éventail de mains peut être trompeur et vicieux, conduisant un joueur à faussement croire en ses mains premium.

Sauf pour KK, vous avez les cotes du pot dans tous ces scénarios, obtenant 5 contre 1 sur votre argent avec 20%, vous mettant au seuil de rentabilité. Tout ce qui est au-dessus de 20% vous fait gagner de l'argent, selon le concept des cotes du pot.

Soyons maintenant plus réaliste et disons qu'au lieu d'être à six au flop, vous allez voir le flop en heads-up, votre K Q contre l'éventail précédent, une main à la fois :


Main faisant face Equité en heads-up
A Q 29%
K K 14%
Q Q 35%
J T 66%
T T 46%

Au premier coup d'œil, il semble que le pourcentage de gagner augmente, et ce serait une bonne chose.

Malheureusement vous payez 50% de l'argent, et n'obtenez mieux que 50% d'équité que contre J T. Dans une partie de poker réelle (à l'opposé de nos hypothétiques parties aléatoires), vous allez jouer votre vaste majorité de mains en heads-up, ou dans des pots à trois ou quatre.

Ces mains hautement marginales ne détiennent pas suffisamment d'équité pour rester dans les pots disputés contre d'autres mains légitimes.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : cela ne veut pas dire que ces mains deviennent sans valeur. Cela signifie juste que vous devez les jouer avec la diligence qui leur est due.

Dans la seconde partie de notre article, j'irai au devant de quelques exemples de bons et mauvais flops pour ces mains.