Les Essentiels du Sit-and-Go Partie 2: Le jeu aux blinds intermédiaires

Cheeseburglar in paradise

Voici la deuxième partie d'une série en quatre, soulignant tout ce dont le joueur de poker moyen a besoin pour passer du statut de bleu du sit-and-go à celui de requin de ces tournois. Cette deuxième partie se consacrera au jeu pendant des blinds intermédiaires.

Dans la première partie, nous avons discuté de l'importance d'à la fois conserver ses jetons et d'essayer de monter votre stack sans le mettre en danger.

Le jeu aux blinds intermédiaires démarre à peu près au niveau 50$/100$ et continue jusqu'à environ 100$/200$. La table a vraisemblablement déjà vu quelques éliminations mais n'est pas encore short-handed.


Ajustements au jeu en blinds intermédiaires

Une fois que les blinds commencent à monter, il est temps de faire quelques ajustements. Pour l'un d'eux, le limp doit quasiment être complètement banni. Ouvrir en limpant est inutile à ce niveau de la partie.

Le stack moyen est tout simplement au-delà des 20 BB. Limper pour 5% de votre stack fait perdre de l'argent. Si vous allez entrer dans un pot, entrez-y en relançant ou n'y entrez pas du tout. Le temps pour limper est terminé. Votre objectif est maintenant d'augmenter votre stack avec l'aide des cartes ou non.

Jouer en position avancée ne change pas tant entre le jeu aux faibles blinds et celui au blinds intermédiaires. Vous allez toujours jouer très serré. Il y aura toujours des pots disputés au flop et jouer hors de position rend cela très difficile, d'autant plus en jouant quasiment toujours pour votre stack entier au flop.

Cherchez à continuer de jouer vos mains fortes agressivement et à coucher vos plus faibles. N'essayez pas de vous montrer créatif depuis une position avancée.

En position intermédiaire, votre stratégie est similaire. Vous voulez protéger vos jetons lorsque vous êtes faibles et entrer en relançant lorsque vous êtes fort. En position intermédiaire, il n'y a aucune raison de devenir maniaque ; cependant, vous pouvez ouvrir vos requis de relance à mesure que vous vous rapprochez du bouton.

La position tardive est toujours là où vous souhaitez être au poker. Cependant, en jeu de sit-and-go, c'est encore plus important, car c'est à cet endroit que vous construisez votre stack. En position de fin de parole, il est temps de devenir créatif.

IMG1043
Aux blindes intermédiaires les choses deviennent un peu plus sérieuses.

Votre objectif est de voler les blinds, vous devez faire monter votre stack avec ou sans des mains premium. Dans un sit-and-go, vous ne pouvez tout bonnement pas attendre les as. Les blinds augmentent tout le temps et si vous décidez que vous n'allez jouer que les monstres, au moment où vous en toucherez en effet un, doubler n'aura plus d'importance.

Jeu en blinds intermédiaires et fin de parole

La position tardive est le pain et le beurre d'un joueur de sit-and-go. Maintenant que les blinds sont en train de grossir, il est temps de passer les vitesses. Votre but devient maintenant d'accumuler les jetons. Et autant que nous le sachions, le meilleur moyen de le faire est de voler les blinds.

Cela veut-il dire que nous pouvons simplement commencer à relancer avec n'importe quelles deux cartes bon gré mal gré car nous avons la position ? Non. Bien, alors quels types de mains rendent approprié le vol de blinds ?

Les meilleures candidates pour voler les blinds sont les mains avec une chance raisonnable de faire quelque chose au flop au cas où vous seriez suivi. Ainsi, les poubelles aléatoires restent toujours exactement ce qu'elles sont : des poubelles. Bien que la position soit un incroyable avantage, cela ne veut pas dire que vous pouvez soudainement ouvrir de manière profitable avec 7-2.

Pensez à ceci : Quelles mains joueriez-vous en position avancée lors d'une partie de cash game extrêmement passive ? Il s'agit grossièrement du range de mains avec lesquelles vous pouvez maintenant commencer à relancer en position tardive. Une main telle que 7-8s est un excellent candidat pour une relance de vol. Une main telle que J-2s, pas autant.

Votre but, bien sûr, est de prendre le pot tout de suite sans combattre. Cependant, vous serez parfois suivi. C'est pourquoi vos mains doivent avoir au moins quelque valeur au flop.

Lorsque vous êtes suivi, vous devriez jouer vos mains au flop pareillement à ce que vous feriez à tout autre moment. Si vous êtes suivi à l'occasion, alors vous devriez probablement faire suivre votre relance pré-flop d'un continuation bet au flop.

Si vous êtes à nouveau suivi, alors vous devez réévaluer la force de votre main dans son ensemble pour décider de tirer une deuxième cartouche ou non.

Voici quelques exemples :

Exemple 1

Vous avez un tapis de 2100$ et vous êtes au bouton. La petite blind a un tapis de 1800$ et la grosse blind un tapis de 2000$. Les blinds sont de 50$/100$. Tout le monde se couche jusqu'à vous au bouton avec 6 7

Vous relancez à 300$ ; les petite et grosse blinds se couchent toutes deux.

C'est ce que nous espérons. Idéalement nous voulons juste prendre le pot sans contestation. Le but est d'obtenir un fold général, alors frottez-vous les mains. 150$ cadeau.

IMG0487
En fin de parole il est temps de devenir plus créatif.

Exemple 2

Vous avez un tapis de 2100$ et vous êtes au bouton. La petite blind a un tapis de 1800$ et la grosse blind un tapis de 2000$. Les blinds sont de 50$/100$. Tout le monde se couche jusqu'à vous avec J T

Vous relancez à 300$ ; la petite blind se couche et la grosse blind suit.

Le flop arrive : 7 8 2

La grosse blind checke, vous misez 400$ et elle se couche.

Dans cet exemple, nous avons été suivi pré-flop, mais ensuite un joli continuation-bet nous rapporte le pot. Cela m'amène à un autre point : prêtez attention à la manière de jouer de la table.

Si les gens se couchent pour 2,5 fois la grosse blind, ou face à des c-bet d'un tiers du pot, alors misez juste ceci. Vous voulez gagner le pot en risquant le moins de jetons que possible.

Exemple 3

Vous avez un tapis de 1400$ et vous êtes au bouton. La petite blind a un tapis de 1800$ et la grosse blind un tapis de 2000$. Les blinds sont de 75$/150$. Tout le monde se couche jusqu'à vous avec 3 3.

Vous relancez en allant à tapis pour 1400$ ; les blinds se couchent.

Cette main est différente des deux précédentes. Dans cet exemple, nous n'avons que 1400$ de jetons et les blinds sont à 75$/150$, voulant dire que nous avons moins de 10 BB. La règle de principe est que si vous avez 10 BB ou moins, il est meilleur de simplement pousser all-in plutôt que de faire une petite relance.

En faisant une petite relance, vous relancez pour 30% de votre stack. Si vous vous retrouvez ensuite poussé à tapis, cela rend le fold presque mathématiquement impossible.

Comme nous le savons, l'un des théorèmes fondamentaux du poker est que si vous envisagez de suivre une mise, vous feriez mieux de faire vous-même cette mise. Alors ne vous compromettez pas avec une petite relance... poussez simplement le tapis.

En jouant en zone de blinds intermédiaires, vous devez toujours être conscient de votre image à la table. Soyez conscient de la manière dont les autres tout autour de vous vous perçoivent. Vous allez considérablement souvent relancer et vos adversaires vont changer leur manière de jouer contre vous. Certains vont essayer de contre-voler vos vols sachant que vous relancez beaucoup.

Si vous sentez que vos adversaires ont décelé que vous volez trop, ralentissez la cadence durant un tour ou deux. Vous ne pouvez effectivement pas constamment pousser tout le monde autour avec jamais rien ; vos adversaires vont éventuellement vous attraper. Alors soyez agressif, mais gardez-vous toujours sous contrôle.

Dans la troisième partie, nous discuterons du jeu de sit-and-go aux hauts niveaux de blinds de jeu short-handed.