Main Event : La Présentation des November Nine 2015

November Nine 2015  2
Le Club des 9, ayant triomphé de 6411 autres joueurs.

Qui sont les 9 finalistes du Main Event des WSOP 2015 ? PokerListings vous dresse le portrait des November Nine 2015, les 9 prétendants au bracelet de Champion du Monde. Chacun est déjà assuré d'un prix d'1 million de dollars. Retrouvez également leur interview.

Nationalités : 6 Américains, 1 Israélien, 1 Belge, 1 Italien.

Moyenne d'âge : 35,3 ans.

Palmarès cumulé : 53 places payées WSOP dont 5 tables finales et 1 victoire (Steinberg), 15 places payées EPT dont 3 tables finales (à 90% Neuville), 3 places payées WPT dont 1 table finale. 7 184 807 $ de gains en live.

PokerListings vous présente en détail les nouveaux November Nine des WSOP, finalistes de ce Main Event 2015. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Qui est favori ?
Suivez le guide !


Position à la table :



Le jeu reprendra au niveau 35 avec des blindes de 200 000 / 400 000, antes 50 000.

McKeehen : 158 grosses blindes ; Stern : 74 grosses blindes ; Blumenfield : 55 grosses blindes ; Neuville : 53 grosses blindes ; Steinberg : 50 grosses blindes ; Cannuli : 31 grosses blindes ; Beckley : 29 grosses blindes; Chan : 16 grosses blindes ; Butteroni : 15 grosses blindes.

A voir aussi : L'évolution des tapis des November Nine lors du dernier jour

 

Joe McKeehen

USA2

Etats-Unis, 24 ans


- 63 100 000 jetons -


Originaire de :
North Wales, Pennsylvanie
Palmarès sélectif : 8 places payées WSOP dont une finale (2è), 1 place payée WPT.
Gains en tournois live : 1 995 070 $
Plus gros résultat :
820 863 $ (2è du Monster Stack des WSOP 2014).
Pseudo en ligne : dude904
Twitter : @dude904

Joe McKeehen
Joe McKeehen, le gros chip leader.

Joe McKeehen est de ces joueurs discrets, de ceux qui ne font pas de bruit mais savent tracer leur route jusqu'aux dernières encablures des tournois.

Le public français a d'ailleurs déjà pu apprendre à le connaître, puisque c'est McKeehan qui s'était incliné face à Hugo Pingray dans le tournoi du Monster Stack à 7832 joueurs l'an dernier.

McKeehen a appris à jouer au poker au moment du boum du poker en 2003, mais aura dû attendre ensuite d'avoir la majorité pour pourvoir jouer officiellement. Deux ans plus tard, il remportait son premier chèque à 6 chiffres, dans un tournoi annexe du PCA. Ce qui ne l'aura pas empêché d'ensuite poursuivre ses études en mathématiques.

Avec un chip lead très conséquent (plus de deux fois le total de son premier poursuivant), ce professionnel se positionne naturellement comme le gros favori, d'autant que l'Américain sait garder la tête froide, comme il le confiait à PokerListings la nuit dernière :

"C'est plutôt amusant. J'essaie juste de prendre du plaisir et de jouer de mon mieux. C'est à peu près tout de la manière dont il faut voir les choses. J'essaie de ne pas me laisser submerger par le moment."

Et McKeehen se définit également comme un bon lecteur de tells.

Autre chose que l'on sait moins : Joe McKeehen est un ancien champion du monde du jeu Risk (vainqueur de l'Annual Risk Classic Tournament en 2010) !
De quoi l'aider à prendre possession des jetons adverses restants ?

> L'interview exclusive de Joe McKeehen

 

Zvi Stern

ISR3

Israël, 36 ans


- 29 800 000 jetons -


Originaire de :
Herzilya
Palmarès sélectif : 1 place payée WSOP.
Gains en tournois live : 49 595 $
Plus gros résultat : 44 540 $ (34è High Roller à 25.000$ du PCA 2015).

 

Zvi Stern3
Zvi Stern, celui qui réfléchit beaucoup (trop).

Deuxième en jetons, l'Israélien Zvi Stern est sans doute l'un des joueurs les plus méconnus de cette table finale.

Vivant près de Tel-Aviv (à Ramat), il est pourtant de ces joueurs qui courent la planète pour jouer au poker.

D'apparence mystérieuse sous sa capuche, Stern pourrait aussi avoir pour technique de déstabilisation de prendre beaucoup de temps pour réfléchir, trop longtemps, de quoi irriter ses adversaires, ce que certains ne se sont pas privés de déjà exprimer.

Il espèrera en tout cas faire mieux que son dernier compatriote à avoir atteint cette table finale, Amir Lehavot, 3è en 2013.

 

Neil Blumenfield

USA3

Etats-Unis, 61 ans


- 22 000 000 jetons -


Originaire de :
San Francisco, Californie
Palmarès sélectif : 3 places payées WSOP.
Gains en tournois live : 130 468 $
Plus gros résultat : 38 453 $ (285è Main Event 2012).

 

Blumenfield
Neil Blumenfield, le vieux renard embusqué.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid. Telle pourrait être la devise de Blumenfield. A moins que ce ne soit "pour vivre heureux vivons cachés", si l'on en juge aussi par son look.

Neil Blumenfield était en effet plutôt dans le bas du classement la majeure partie du Jour 7, même tombé à 3 millions de jetons, avant de peu à peu revenir dans la course grâce notamment à deux "double up". Au point d'entrer dans cette table finale troisième au chip count.

Joueur habitué du Reno Casino et du Heartland Poker Tour, l'autre doyen de la table finale avec Pierre Neuville possédait jusque là un palmarès modeste, même s'il avait tout de même remporté le premier championnat de l'état du Nevada en 2008.

Diplômé en sciences politiques de l'Université de Californie à Berkeley, Blumenfield travaille sur le marché des logiciels. Il est actuellement Directeur d'exploitation de la société Elastic Intelligence Inc.

> L'interview exclusive de Neil Blumenfield

 

Pierre Neuville

BEL2

Belgique, 72 ans


- 21 075 000 jetons -


Originaire de :
Knokke-Heist
Palmarès : 19 places payées WSOP dont une finale (2è), 14 places payées EPT dont trois finales (dont 2è Vilamoura 2009 et 2è Copenhague 2012).
Gains en tournois live : 2 174 187 $
Plus gros résultat : 385 041 $ (2è Event 24 des WSOP 2014).
Pseudo en ligne : Zoutechamp
Twitter : @pierre_neuville

 

Pierre Neuville
Pierre Neuville, le vétéran.

Doit-on encore présenter Pierre Neuville, l'un des joueurs belges les plus connus et les plus appréciés du circuit ?

Ancien vice-directeur d'une célèbre société de jeux de société après avoir conduit la sienne pendant 13 ans, Pierre Neuville a vécu une vie extrêmement riche, et qui l'aura emmené jusqu'en Chine, comme il aime souvent à le raconter.

Son palmarès est des plus conséquents, mais Pierre est pourtant toujours en quête de sa première victoire majeure. Celle-ci aura été très proche à plusieurs reprises, avec notamment deux 2è places sur l'EPT (au Portugal et au Danemark), et une aux WSOP l'an dernier dans une épreuve de No-Limit Hold'em 6-max à 5.000$.

Parmi ses faits d'arme, "Zoutechamp" est aussi célèbre pour s'être qualifié en ligne pour 23 EPT consécutifs, un record. D'où son autre surnom : le "serial qualifier" !
Il nous avait d'ailleurs fait l'honneur de publier une série d'articles de stratégie sur PokerListings.

En 2013, il avait en outre remporté le premier trophée des légendes du poker lors de la première édition des PokerListings Awards. Plus tôt cette année il avait aussi reçu le trophée pour l'ensemble d'une carrière aux European Poker Awards.

Cette table finale vient en tout cas récompenser également une belle partie tout du long : 16è au chip count à la fin du Jour 2 notamment, et même le siège de chip leader à la fin du Jour 5 !
Pas un hasard lorsque l'on sait que l'homme qui a commencé à jouer au poker en 1957 se prépare très sérieusement pour ses tournois.

Actuel deuxième au classement des joueurs belges ayant gagné le plus d'argent en tournois live derrière Davidi Kitai, il devra à présent gagner ou finir au pire 2è s'il voudra prendre la première place.

En attendant, Neuville peut s'enorgueillir d'être le plus vieux joueur à avoir atteint cette table finale des November Nine (le précédent record appartenait à Steve Gee, 57 ans en 2012). Et il compte bien ne pas en rester là - pour le plus grand plaisir de ses nombreux supporters :

"Le meilleur est toujours à venir, et il n'est jamais trop tard pour gagner. Merci beaucoup, mais je suis désolé de vous dire que ce n'est pas terminé."

> L'interview exclusive de Pierre Neuville

 

Max Steinberg

USA4

Etats-Unis, 27 ans


- 20 200 000 jetons -


Originaire de :
Washington, DC / Réside à : Oakland, Californie
Palmarès sélectif : 1 bracelet WSOP (2012), 10 places payées WSOP, dont trois finales et une victoire, 1 place payée WPT dont une finale (2è du Legends of Poker 2012), 1 place payée EPT.
Gains en tournois live : 1 936 457 $
Plus gros résultat : 440 238 $ (vainqueur de l'Event 33 des WSOP 2012).
Twitter : @MaxJSteinberg
 

Max Steinberg 2015 WSOP Main Event Day 6
Max Steinberg, le BCBG.

Le Main Event, Max Steinberg ça le connaît déjà un peu.
En effet, l'Américain était chip leader à la fin des Jours 3 et 4 en 2013. Et il s'était même rendu célèbre pour avoir éliminé Phil Ivey, auteur d'un "hero call" manqué.
Mais Steinberg avait finalement terminé 131è, pour 50.752$.

C'est cependant loin d'être sa seule performance, puisqu'il est détenteur d'un bracelet (le seul de cette table finale) glané en 2012, dans une épreuve de No-Limit Hold'em à 1.000$ et 2795 joueurs.

Steinberg a commencé à jouer au poker en ligne, avec son frère jumeau lorsqu'il avait 17 ans. Et à l'époque son compte était même tombé à 6$.

C'est d'ailleurs en ligne qu'il a remporté son siège pour le Main Event, mais sur un site de Fantasy Sports (DraftKings, également sponsor des WSOP) dont il se fait également la spécialité.

Il devrait être en tout cas l'un des joueurs les plus solides psychologiquement, de par son expérience et l'une des autres cordes à son arc : la méditation. Il a en effet grandi au sein d'une communauté pratiquant la méditation transcendantale.

> L'interview exclusive de Max Steinberg


Thomas Cannuli

USA5

Etats-Unis, 23 ans


- 12 250 000 jetons -


Originaire de :
Cape May, New Jersey
Palmarès sélectif : 2 places payée WSOP.
Gains en tournois live : 52 235 $
Plus gros résultat : 18 406 $ (691è du Main Event 2014).

 

Thomas Cannuli 2015 WSOP Main Event Day 7
Thomas Cannuli, le jeune intrépide.

Quand vous avez Antonio Esfandiari de votre côté, il est déjà moins surprenant de vous voir atteindre une table finale telle que celle du Main Event.

Les joueurs Jeff Gross, Brian Rast et Sorel Mizzi étaient aussi trois autres fameux supporters de Cannuli dans les tribunes, de quoi penser que certains de ses hommes ont des parts dans leur confrère finaliste.

L'an dernier, le jeune Américain avait pris un gros départ, 4è lors du Jour 2, mais n'avait terminé que 691è à l'arrivée.

Principalement joueur de cash games, Thomas Cannuli est confiant à propos de ses chances de victoire :

"J'ai une grande confiance en moi. Je n'ai jamais été sous le feu des projecteurs et c'est pour ça que les gens ne me connaissent pas. Mais c'est la seule raison pour laquelle vous n'avez pas entendu parler de moi."

Rien que ça !

Un léger problème se posera cependant à lui : il aura le chip leader McKeehan juste à sa gauche.

> L'interview exclusive de Thomas Cannuli

 

Joshua Beckley

USA6

Etats-Unis, 24 ans


- 11 800 000 jetons -


Originaire de :
Marlton, New Jersey.
Palmarès sélectif : 4 places payées WSOP.
Gains en tournois live : 219 526 $
Plus gros résultat : 98 348 $ (vainqueur du Big Stax à 1.600$ du Parx Casino de Bensalem en 2014).
Pseudo en ligne : asdf26
Twitter : @Joshua1Beckley

 

Josh Beckley 2
Joshua Beckley, le petit nouveau.

Professionnel depuis moins d'un an, Joshua Beckley fait partie des joueurs aux plus petits palmarès de cette table finale, voire les moins expérimentés.

Lui qui joue en ligne sur des sites du New Jersey devra parvenir à ne pas se griser à la vue des sommes à présent en jeu, et éviter d'être impressionné.

Joshua pourrait cependant en surprendre plus d'un dans un futur proche, puisque cette table finale est sa cinquième place payée cet été pour ses premières World Series. Une déjà très belle performance.

En dépit d'un talent certain, avec l'un des plus petits tapis, Beckley reste malgré tout l'un des outsiders de cette table finale.

> L'interview exclusive de Joshua Beckley


Patrick Chan

USA7

Etats-Unis, 26 ans


- 6 225 000 jetons -


Originaire de :
Brooklyn, NY
Palmarès sélectif : 4 places payées WSOP, 1 place payée WPT.
Gains en tournois live : 524 263 $
Plus gros résultat : 131 895 $ (3è / 644 d'un tournoi de NLHE à 2.700$ au Borgata d'Atlantic City).
Twitter : @pchanpoker

Patrick Chan 2015 WSOP Main Event Day 7
Patrick Chan, l'outsider à surveiller.

Voici un autre joueur à avoir commencé à jouer au poker il n'y a pas si longtemps, en ligne pour être exact avant le Black Friday.
Depuis il s'est plutôt attaché à jouer en live, à la fois dans les cash games et tournois.

Chan possède déjà une bonne expérience des tables finales, ayant notamment terminé 3è du Borgata Winter Poker Open en 2012, au sortir de l'une des tables finales les plus relevées de ce tournoi (Brock Parker, Scott Baumstein, Vinny Pahuja, Michael Esposito, Matt Stout ou encore Ravi Raghavan y étaient présents pour n'en citer que quelques-uns).

S'il parvient à remonter son tapis, nul doute qu'il faudra surveiller cet homme-là. Et ce n'est pas une tâche impossible, lorsqu'on se souvient que Martin Jacobson occupait cette même 7è place des November Nine avant d'aller chercher son titre l'an dernier.

> L'interview exclusive de Patrick Chan


Federico Butteroni

ITA2

Italie, 25 ans


- 6 200 000 jetons -


Originaire de :
Rome.
Palmarès sélectif : 2 places payées WSOP.
Gains en tournois live : 103 006 $
Plus gros résultat : 45 633 $ (20è du Monster Stack cette année).

 

Federico Butteroni3
Federico Butteroni, l'armada italienne.

Federico Butteroni sera le premier joueur italien en table finale des November Nine depuis Filippo Candio en 2010, qui avait terminé 4è).

Il avait pourtant entamé le Jour 7 parmi les plus petits tapis, mais sera parvenu à survivre jusqu'au cap fatidique des 9 joueurs restants.

Une performance qui vient conclure un bel été pour l'Italien, déjà auteur d'une 20è place dans le Monster Stack il y a quelques semaines.

Etonnamment, c'est surtout en Australie, au Crown Casino de Perth que le Romain se sent presque le mieux chez lui, y ayant enregistré 4 résultats dans des tournois locaux.

Butteroni risque en revanche de ne pas faire démentir les clichés sur nos amis transalpins, en s'étant montré l'un des joueurs les plus bruyants et agités - on l'aura en effet souvent entendu crier sur des pots gagnés, et vu courir vers ses amis dans l'assistance dans de grandes effusions pour fêter ces victoires.

On ose ainsi imaginer ce qu'il en sera si celles-ci sont suivies d'une encore plus grande.

> L'interview exclusive de Federico Butteroni

 

Rendez-vous le 8 novembre (aux Etats-Unis, soit dans la nuit du 8 au 9 pour nous européens) pour le début de cette table finale 2015, cette année pour la première fois prévue sur trois jours. Elle sera retransmise sur la chaîne ESPN.

L'échelle des gains restante :

Vainqueur : 7 680 021 $
2ème : 4 469 171 $
3ème : 3 397 103 $
4ème : 2 614 558 $
5ème : 1 910 971 $
6ème : 1 426 072 $
7ème : 1 203 193 $
8ème : 1 097 009 $
9ème : 1 001 020 $


>
Retrouvez le classement sélectif et plus d'infos sur notre page du Main Event.
> A voir aussi : L'intégralité des résultats des WSOP 2015

-----

Interviews exclusives des November 9 : Federico Butteroni

(05/08/15 - par PokerListings France)

Federico Butteroni

A partir de cette semaine, PokerListings vous propose de retrouver l'interview de tous les finalistes de la table finale du Main Event des WSOP, par ordre de tapis du short stack au chip leader.

https://twitter.com/SylvainLoosli

Aujourd'hui : Federico Butteroni.

Premier Italien finaliste depuis 2010, Butteroni sera sans doute l'un de ceux qui apportera le plus d'ambiance dans les tribunes, fort d'une cohorte de supporters parmi les plus bruyants et déchaînés.

La question sera pour combien de temps, sachant que le Romain débutera cette table finale en qualité de short stack. Dernier en jetons, avec l'équivalent de 15 grosses blindes, il se trouvera rapidement en position de quitte ou double.


Federico, qu'est-ce, que ça fait de parvenir en table finale et de faire partie des November Nine ?

Je suis tellement content de ce que j'ai accompli. Etre toujours là et en course pour le premier prix de 7,5 millions de dollars est quelque chose qui me rend vraiment heureux.

Je vais faire de mon mieux dans cette table finale au mois de novembre.

Et qu'est-ce que cela représente pour toi de représenter la communauté poker de ton pays dans ce championnat du monde ?

Je suis vraiment très fier de représenter l'Italie et je ressens en fait une grande responsabilité car tous les italiens qui aiment le poker m'envoient des messages de soutien et autre. J'essaie de répondre à tout le monde.

C'est vraiment important car ces gens ont pris de leur temps pour m'envoyer ces messages, donc je veux vraiment prendre moi aussi le temps de répondre à tous ceux qui m'ont souhaité bonne chance et qui me supportent.

butteroni
Federico Butteroni est confiant sur ses chances s'il peut revenir dans la course.

T'es-tu amusé jusqu'à cette table finale ou auras-tu ressenti du stress ?

Ca a été une expérience fantastique d'arriver jusqu'à cette table finale. A la pause dîner c'était très difficile parce que j'étais déjà dernier du tournoi avec juste 18 grosses blindes devant moi.

Donc tu te retrouves le short stack dans un tournoi où les autres petits tapis sont Daniel Negreanu ou d'autres joueurs qui ont plus de talent et d'expérience que toi.

Alors je peux te dire que ce n'est pas facile de survivre et de faire partie des 9, mais je l'ai fait.

Je pense que j'ai vraiment bien joué ces sept jours de compétition. Je suis dans un bon état d'esprit. C'est l'une des choses dont je suis le plus fier.
J'ai aussi joué un bon poker, je n'ai pas fait trop d'erreurs. Je n'ai pas non plus été trop malchanceux, parce que bon il faut être honnête, tu ne peux pas arriver dans les 9 si tu n'a pas suffisamment de chance. Etre chanceux ça veut dire ne pas subir des "coolers" (voir notre lexique poker Ndlr), du genre tu as les rois et quelqu'un d'autre a les as. Tu ne peux rien faire contre ça.

Tu vas amener beaucoup de supporters avec toi pour t'encourager en tribune ?

Je ne vais pas amener tant de monde en novembre, mais ceux que je vais inviter vont être bruyants. Donc ça pourrait être dans les 200 personnes.

J'ai vraiment envie de faire ça, parce que je veux donner le meilleur pour mes amis qui vont venir m'encourager.

Est-ce qu'un nouveau champion du monde italien aurait un gros impact sur le poker en Italie ?

Je me sens heureux mais aussi un peu stressé. Je dois réfléchir à comment je peux me préparer et jouer mon meilleur poker en novembre.
Si je deviens champion du monde, tous les joueurs de poker en Italie vont devenir fous. Pour l'instant la communauté poker en Italie est en déclin parce que l'économie n'est pas bonne. Il y a un coup d'arrêt.

Au début il y a eu le boom, mais maintenant ça va très mal. Aussi j'espère que je pourrai redémarrer un cycle si je remporte le tournoi.
Bien sûr ça sera très difficile mais je pense que si je peux doubler mon tapis par exemple au cours des 20 premières mains, je pense vraiment que je peux atteindre le Top 3. C'est mon sentiment. Je suis plutôt confiant.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Patrick Chan

(12/08/15)

N9 Patrick Chan

Retrouvez la deuxième de nos interviews exclusives de tous les finalistes de la table finale du Main Event des WSOP, du plus petit tapis au chip leader.

Aujourd'hui : Patrick Chan.

Avant-dernier en jetons, Patrick Chan peut tout à fait nourrir de bons espoirs : c'était en effet la position de Martin Jacobson l'an dernier, avant sa victoire à l'arrivée.

La tâche restera malgré tout difficile pour l'Américain de 26 ans, et ce même s'il n'est pas le moins expérimenté de cette table finale.

PokerListings a pu s'assoir avec lui à son tour, afin de recueillir sa réaction et d'en savoir plus sur son approche de cette table finale de novembre.


Patrick, ça aura été une bulle stressante. Comment te sens-tu à présent, maintenant que tu fais partie des November Nine ?

Parvenir en table finale est un rêve qui devient réalité. Durant cette bulle à 10 joueurs restants, j'étais vraiment anxieux. Je ne faisais que jouer mon jeu, jouer vraiment solide, en espérant que l'un des autres short stacks saute avant moi.

A quoi ressemble ton CV poker et ton parcours ?

J'ai commencé à jouer au poker avec un camarade au lycée. En fait il m'a invité à une partie et nous jouions 25c, 50c.
J'ai quand même gagné pas mal d'argent dans ce sous-sol. Ça m'a accroché et j'ai beaucoup joué au poker depuis.

patrick chan

Il m'a enseigné comment jouer en tournois, vu qu'il joue en ligne pour en vivre. J'ai étudié son jeu et me suis adapté à certaines des choses qu'il faisait.

Maintenant je vole de mes propres ailes, je joue sur le circuit live, et ça marche plutôt bien jusque là.

Comment tes parents et les autres membres de ta famille ou amis ont réagi quand tu leur as annoncé que tu décidait de jouer au poker en professionnel ?

Mes parents m'ont vraiment haï pour jouer au poker parce qu'ils pensaient vraiment que ce n'était que du pur jeu. C'était jusqu'à ce qu'ils voient que je gagnais régulièrement de l'argent au fil des ans, et que je pouvais m'assumer en jouant à ce jeu.

Ils n'ont pas vraiment compris comment le jeu fonctionne, du coup ils continuent de me vanner lorsque je joue au poker tard dans la nuit ou que je vais au casino. Un peu du genre "qu'est-ce que tu fais de ta vie ?".

Est-ce que faire partie des November Nine t'assois un peu plus en tant que joueur de poker aux yeux de tes parents ?

Je pense que parvenir à cette table finale est une magnifique réussite pour un joueur de poker pro, spécialement avec toute cette exposition média. Tu peux en retirer beaucoup d'honneur parce que tu t'es sorti d'un field de 6400 joueurs, et c'est l'événement le plus prestigieux de toute l'année.

Cela devrait probablement signifier beaucoup pour mes parents parce qu'ils n'ont jamais cru que je serais capable d'accomplir ça.
Pour moi ça veut dire absolument tout. Pour faire partie des November Nine et pouvoir se battre pour être champion du monde, tu dois être l'un des meilleurs joueurs du field pour te sortir de ce parterre remplis de pros chaque année, et parvenir au bout.

J'ai vraiment de la chance que ça m'arrive, et que ça me mette sous le feu des projecteurs.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Joshua Beckley

(19/08/15)

Joshua Buckley

Troisième interview exclusive des November Nine 2015, en remontant le classement en jetons.

Aujourd'hui : Joshua Beckley.

Toujours parmi les plus petits tapis chez nos finalistes, Josh Beckley fait partie des joueurs qui devront rapidement doubler leur tapis s'ils veulent revenir dans la course pour la victoire finale (même si avec 30 grosses blindes il aura toujours le temps de voir un peu venir).

C'est peut-être l'un des joueurs qu'on attend le moins, car aussi probablement le moins expérimenté. Mais attention, il aura déjà fait ses preuves lors de cette édition 2015 des WSOP, avec 4 autres places payées à son actif en plus de ce deep run dans le Main Event.

PokerListings l'a interrogé à son tour sur cette performance, et cette table finale à venir.


La bulle pour cette table finale a été assez énorme. Qu'est-ce que ça faisait d'être en plein milieu de l'action ?

Tout a été assez énorme, intense. Durant les derniers moments, quand il y avait encore quelques joueurs à éliminer, les paliers pouvaient atteindre un demi-million. Je suis très heureux d'avoir franchi l'obstacle.

Il y a eu quelques tapis qui auraient pu conclure les débats, mais ce n'est pas arrivé. Heureusement au final j'ai donc réussi à faire partie des November Nine.

Quel est ton parcours au niveau du poker jusqu'ici ?

J'ai commencé à jouer quand j'avais 16 ans, dans des parties à la maison et avec des amis, et j'ai réalisé que j'avais un certain talent. Du coup j'ai continué à jouer en live et sur Internet.
J'ai continué d'apprendre de différentes expériences et puis l'an dernier, en août, j'ai remporté un tournoi et j'ai pu jouer en professionnel depuis.

Joshua Beckley
"Cette table finale est la confirmation que j'ai fait le bon choix."

J'ai joué tant de mains et eu d'expériences avec de nombreux joueurs au fil des ans, que j'ai vraiment pu apprendre et bien jouer.

Qu'est-ce qui t'as accroché dans le poker ?

J'ai découvert que j'aimais le poker vraiment assez vite.
J'ai aimé la liberté que l'argent m'a donné aussi jeune. Je n'ai jamais eu à avoir un vrai travail la plupart du temps. Parfois ça m'est arrivé. Tous les joueurs de poker finissent par être "broke" un jour (ruiné NDLR), j'ai donc dû faire des boulots par-ci par-là. Mais ça m'a plu quand même parce que je savais que je pourrais faire quelque chose de mieux. Et j'en ai donc eu la confirmation.

Qu'est-ce que ta famille et tes amis ont pensé quand ils ont su que tu jouais au poker professionnellement ?

Au début mes parents, et j'imagine tout le monde, étaient sceptiques. Tous me disaient que c'était vraiment difficile d'y arriver, et ils n'étaient pas sûrs de si j'avais fait le bon choix, vu que je faisais des études d'ingénieur. Mais encore une fois la réponse est là aujourd'hui.

Que penses-tu de la pause des November Nine, entre la constitution de la table finale et la reprise de la partie en novembre ?

Je vais définitivement apprécier ce break. Je vais partir en vacances, me détendre. Et quand on s'approchera de la reprise, je recommencerai à jouer au poker et m'assurerai d'être prêt. Je vais aussi regarder les vidéos de la partie jusque là.

Tu es déjà sûr de gagner au minimum 1 million de dollars, mais tu pourrais gagner bien plus. Qu'est-ce que tu vas faire avec tout cet argent ?

Cet argent va définitivement m'aider dans la vie. Je vais pouvoir voyager plus pour jouer au poker et encore plus de tournois, et espérer aller en finale d'un autre gros tournoi.
Il va aussi pouvoir m'offrir tout ce que j'ai toujours voulu. Ça me permettra d'être moins inquiet et d'avoir moins de stress.

Je suis si reconnaissant d'avoir eu cette opportunité de jouer le Main Event et d'être à cette table finale. Je suis vraiment ravi de ce qu'est le poker.
Depuis que j'ai été initié au poker, je n'ai jamais plus voulu avoir un boulot de 9h à 17h, et les gens pensaient que j'étais fou...


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Thomas Cannuli

(27/08/15)

n9 Thomas Cannuli

Nouvel épisode de notre série d'interviews exclusives des November Nine 2015, en continuant de remonter le classement des joueurs en jetons.

Aujourd'hui : Thomas Cannuli.

Avec plusieurs célèbres autres joueurs professionnels dans son coin dont un certain Antonio Esfandiari, l'Américain Thomas Cannuli pourra à n'en pas douter profiter d'un entraînement de haute volée pour préparer sa table finale.

A seulement 23 ans, il apparaît également comme l'un des finalistes les plus avides de victoire finale.

Et si son expérience en cash games ne sera pas son plus gros atout par rapport à d'autres joueurs plus expérimentés en tournois, Cannuli compensera à n'en pas douter par une grosse confiance en lui.


Quel est ton sentiment après avoir atteint ces November Nine ?

Les mots ne peuvent décrire ce que je ressens. Etre là et avoir la chance d'arriver aussi loin est une bénédiction, et je suis aux anges. C'est une émotion dont je rêvais depuis longtemps. C'est si irréel de voir tout le monde me contacter de par chez moi.

Le soutien de mon cercle d'amis a été incroyable. Jeff Gross, Brian Rast, Sorel Mizzi, ces gars ont été fantastiques. Ils ont été là pour moi jusqu'au bout.

Depuis combien de temps joues-tu au poker pour en vivre ?

Cela fait environ 6 ans. Je suis dans ma septième année.
Ca a été une longue route pour moi, et ça n'a pas été la plus facile. Mais je me suis accroché, je n'ai pas abandonné, et j'ai fait tout ce que je pouvais pour survivre dans le poker.

cannuli wsop
"J'ai payé 100% de mes dettes pour en arriver là."

En regardant en arrière ce n'était vraiment pas la voie la plus simple, mais cela fait partie du jeu, et c'est justement cette expérience qui va me faire être encore plus reconnaissant de ce qui m'arrive.
C'est difficile de trouver les mots.

Tu sens que tu as "payé tes dettes" pour en arriver là ?

J'ai payé mes dettes à 100%. Tous les gens me disent, un par un, "tu l'as mérité".
J'ai passé du temps, j'ai été présent.

Je ne suis pas un nouveau visage. Je peux l'être en ce qui concerne les tournois de poker, mais ça fait un moment que je suis dans le coin, en cash games. J'ai laissé mon empreinte partout où je suis passé.

Aussi je suis réellement très confiant dans mes capacités à jouer au poker à un haut niveau, et j'ai confiance en mes capacités de lecture et dans mon instinct, pour que mon coeur me dise quoi faire.

Comment es-tu devenu ami avec des joueurs tels qu'Antonio Esfandiari et Brian Rast ? On a pu les voir parmi tes supporters lors de la bulle de cette table finale.

Je connais Jeff Gross depuis longtemps, nous sommes très proches, et il m'a en fait présenté à ces autres joueurs il y a quelques années.

Ils ont été là pour moi. Leur soutien dépasse l'entendement. Leur énergie est toujours positive et forte. Je suis vraiment reconnaissant de les compter avec moi, parce qu'ils sont les meilleurs.

Reçois-tu des encouragements de ta famille ou d'autres personnes en dehors du poker ?

J'ai tout le monde chez moi oui, même des gens du lycée et tout le monde que je connais.

Laisse-moi te dire une chose. Ma troupe de supporters va être la plus grande et la plus bruyante, alors tenez-vous prêt.

Tu es déjà sûr de remporter 1 million de dollars, mais tu pourrais gagner bien plus. Qu'est-ce que cet argent représente pour toi ?

cannuli wsop 2
Cannuli célèbre la qualification avec les autres finalistes. Mais en novembre il n'y aura plus de cadeau.

Juste être capable d'avoir une bankroll et de subvenir à ses besoins est une étape supplémentaire. Il y en a d'autres, mais celle-ci est une grosse étape, et importante.

J'ai eu de mauvaises périodes où j'ai dû travailler et ce n'est plus le cas. C'est un sentiment incroyable de pouvoir travailler quand on veut.
Je n'ai plus besoin de jouer autant maintenant. Je peux prendre plus de temps libre et le passer dans des endroits où j'avais envie d'aller.

A quel point cette expérience va t-elle être mémorable pour toi ?

C'est l'une des choses les plus mémorables qui me soient jamais arrivées. Avoir ma mère, mon père, ma soeur et ma petite amie ici, après qu'ils aient aussi vu les mauvais moments... Etre ici et en mesure de briller, ça signifie tout pour moi.

C'était un rêve depuis 6 ans, et c'est la seule raison pour laquelle je suis toujours là, parce que je n'ai pas abandonné. Je continue de me battre et c'est l'homme que je suis. Je suis un guerrier. Si je veux quelque chose et que j'y crois, que j'aime et que je suis passionné, je continuerai à le faire. Et je suis très passionné de poker.

L'argent est quelque chose pour lequel je dois jouer au poker, mais l'autre chose c'est quand je vois ces bannières géantes avec les précédents vainqueurs du Main Event, et je veux être l'un de ceux-là. Je viendrai en novembre pour la victoire.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Max Steinberg

(03/09/15)

n9 Max Steinberg

Cinquième volet de nos d'interviews exclusives des November Nine 2015, du plus petit tapis au plus grand.

Aujourd'hui : Max Steinberg.

En milieu de peloton, ce n'est pas tout le monde qui s'attarde forcément sur l'Américain de 27 ans Max Steinberg. Pourtant, c'est sans doute l'un des joueurs les plus expérimentés des November 9.

Steinberg a commencé à jouer au poker à l'âge de 17 ans, et il a depuis enregistré près de 2 millions de dollars de gains en tournois. C'est aussi le seul joueur de cette table finale à avoir déjà remporté un bracelet WSOP.

Nous l'avions rencontré lors du Jour 7, alors qu'il restait encore 15 joueurs en course. Cette interview a donc eu lieu quelques heures avant la constitution des November Nine.


Cela fait longtemps que tu joues au poker. Que représente pour toi une opportunité telle que celle-ci ?

Ce que cela signifie ? C'est difficile à dire pour le moment, parce que ça semble juste irréel. Quand quelque chose commence à te trotter dans la tête, tu réalises qu'il n'y a plus que 15 joueurs dans le Main Event et que tu en fais partie.

Je ne pense pas que ça va sembler réel jusqu'à ce que j'arrive en table finale, donc je ne peux pas vraiment répondre. Mais je peux dire que mon corps le sent, que je sens l'effervescence monter, et que j'ai une tonne d'énergie.

Quelles sont les circonstances de ta participation au Main Event cette année ?

La chose amusante c'est qu'en fait j'ai quitté le poker il y a deux mois. J'ai commencé à jouer à des jeux fantasy sur DraftKings, pour en vivre. Donc je n'avais pas vraiment pensé tant que ça au Main Event récemment.
Mon anniversaire tombait en plein milieu et je prévoyais ma fête d'anniversaire pour le Jour 3, vu que je ne pensais même pas arriver jusque là.

max steinberg wsop
"Après avoir arrêté je suis peut-être moins bon, mais je suis dans un meilleur état d'esprit."

Mais j'allais jouer ce Main Event quoi qu'il arrive. Je vis à Las Vegas donc je n'avais pas d'avion à prendre et ça ne me prenait pas beaucoup de temps pour m'y rendre. J'ai juste 15 minutes de route et j'ai l'argent pour, donc ça ne faisait pas de doute que j'en serais.

Tu en as donc fini du poker en professionnel ?

C'est une super expérience, j'ai adoré. Mais je ne joue plus de cash games. Et j'ai dû jouer 4 ou 5 tournois cet été.

T'es tu senti un peu rouillé dans ce Main Event ?

Absolument, mais ce que j'ai gagné c'est une certaine perspective et une meilleure attitude. Quand tu est grinder, que tu perds quelques tournois alors que tu joues pour en vivre, tes capacités vont certes d'un côté s'améliorer mais il est difficile d'avoir une vision objective.

Donc je pense que mes compétences aujourd'hui sont moins bonnes, mais que mon état d'esprit est meilleur.

Prends-tu du plaisir à partager cette expérience avec ta famille et tes amis ?

Ce fut génial de partager cette expérience oui. J'ai des tonnes d'amis par ici, et mon frère aîné est là pour m'encourager.

Je pense en fait que c'est plus éprouvant pour les nerfs pour eux que pour moi honnêtement.
Ils sont terrifiés à chaque main, pendant que moi j'essaie juste de rester calme.
C'est chouette de les avoir ici.

Que penses-tu du format des November Nine ?

Je pense que c'est un bel ajout. Cela te donne un peu de temps.
Je vais probablement me faire coacher un peu, et tout ira bien.

A quel point cette expérience est mémorable pour toi ? Tu as quand même conscience de ce qu'il se passe ?

Je réalise tout à fait à quel point c'est spécial, mais j'essaie de saisir ces moments le matin ou la nuit avant de dormir, pour faire le point avec moi-même et réaliser à quel point je peux être heureux et reconnaissant d'être allé aussi loin.
Cela demande définitivement énormément de chance. Ca ne fait aucun doute.

Je suis donc très reconnaissant, mais quand je joue je ne pense pas à tout ça.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Pierre Neuville

(09/09/15)

n9 Pierre Neuville

Suite de notre série d'interviews de chacun des November Nine, avec cette semaine le joueur qui sera le plus suivi et supporté en Europe.

Aujourd'hui : Pierre Neuville.

Que peut-on dire qui n'ait pas déjà été dit sur le joueur belge, dont la présence en table finale de ce Main Event des WSOP est une gigantesque attraction, au sein des communautés poker belge et française, mais également sur toute la planète poker ?

Grand passionné et ambassadeur du poker, le vainqueur de notre trophée des légendes en 2013 et d'un European Poker Award pour l'ensemble de sa carrière cette année nourrit de sérieuses chances de victoire dans le plus prestigieux tournoi de poker au monde, lui qui court toujours après son premier titre majeure après plusieurs places de dauphin.

A son tour il s'est confié à PokerListings sur cette performance et les perspectives de cette table finale.


Bravo Pierre. Que ressens-tu après avoir gagné le droit de revenir jouer en novembre cette table finale ?

Ce fut un bon sentiment. C'est au-delà de toute attente, de toute attente réaliste. Durant de nombreuses années j'avais le rêve de pouvoir ne serait-ce que participer à ce Main Event. Alors maintenant que je suis parmi les November nine, j'apprécie chaque seconde, chaque minute. Je prends du plaisir comme jamais en 40 ans de business. C'est incomparable.

Quand je me suis levé ce matin, j'ai eu peur. Pendant 10 ou 20 secondes j'ai cru que j'avais rêvé pendant la nuit, et que ça n'était donc pas arrivé. Je me suis levé et j'ai pensé "oh non !". Et je me suis tourné vers ma femme.
Pendant quelques secondes c"était terrible, j'ai vraiment cru à un rêve. Il faut dire que mon cerveau était tellement fatigué et confus après 80 heures de poker...

neuville wsop2
En mission pour les "seniors".

Tu attendais cette pause avec impatience donc ?

Je suis dans les premiers jours des 3 mois les plus beaux de ma vie, parce que je vais apprécier chaque minute, chaque heure, chaque jour.

C'est magnifique que nous ayons trois mois devant nous. C'est une invention marketing, mais pour les joueurs je pense aussi que c'est vraiment fantastique.

Est-ce excitant de montrer à tout le monde qu'un senior peut rivaliser avec les meilleurs joueurs au monde ?

Je dois admettre que je suis très fier de cet accomplissement parce que les médias poker ne sont pas vraiment en contact avec les seniors qui sont chez eux et qui ne font que regarder du poker.

Si vous voyiez le nombre de lettres, d'e-mails et de contacts que je reçois de seniors, particulièrement leur femme. Il y a tant d'épouses qui m'écrivent, du genre : "Monsieur, excusez-moi de vous déranger mais vous réalisez le rêve de mon mari. Il est à la maison et il n'ose pas aller jouer. Comment est-ce possible ? Nous pensions que ce n'était que pour les jeunes. Comment avez-vous commencé ?"

Ils demandent des conseils et c'est pour ça que j'ai une vraie mission, celle d'aider des millions de seniors pour qu'ils aillent jouer et qu'ils commencent à jouer en ligne. Ils pensent qu'ils vont perdre parce que les jeunes sont trop intelligents. Mais je suis sûr que si je parvenais à gagner ce tournoi, ça pourrait être un véritable boom pour les seniors - les seniors entre 50 et 90 ans, parce que je vois pour les 20 prochaines années.

neuville wsop
Instant de célébration entre Pierre et sa femme.

Je suis très heureux d'être en bien meilleure santé que j'étais 5 ans auparavant. Je travaille avec des universités et je passe tous les tests tous les 6 mois, et à chaque fois ils me disent que je suis 12 ou 18 mois plus jeune que je ne l'étais 6 mois avant.

Ils font des tests de mon cerveau et disent que je fais maintenant mieux que la moyenne aux tests de réaction.
Vous savez quand les retraités ne font que rester à la maison dans un fauteuil et ne font rien, la vie ne fait que s'en aller...

Ta femme est-elle d'un grand soutien ?

Ma femme est d'une aide fantastique pour moi, parce qu'elle fait beaucoup de fitness et de yoga, et elle m'a poussé à faire attention à ma santé.

C'est une grande lutte contre la réputation passée du poker. Quand nous avons commencé à être ensemble, ses amis lui disaient "tu n'as pas honte d'être avec un joueur de poker ?". C'était la vieille réputation du poker : alcool, tabac et drogues.

Je prouve à présent que le poker peut être l'une des meilleures activités pour les seniors, pour les aider à rester en meilleure santé, pas l'inverse. C'est vraiment une mission intéressante.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Neil Blumenfield

(16/09/15)

Neil Blumenfield n9

Nouvelle de nos interviews exclusives des November Nine, avec cette semaine le deuxième senior finaliste à l'honneur.

Aujourd'hui : Neil Blumenfield.

A 61 ans, Neil Blumenfield aurait pu devenir le nouveau recordman du plus vieux finaliste du Main Event. Malheureusement pour lui, Pierre Neuville aura choisi cette même année pour réussir l'énorme performance de faire partie des November Nine.

Troisième en jetons, il faudra en tout cas surveiller cet américain qui semble déjà très heureux d'être déjà là et ne pas se mettre plus de pression qu'il n'en faut.


Neil, la joie n'est sans doute pas retombée, mais qu'est-ce que cela fait de se retrouver parmi les November Nine ?

La première chose, j'ai eu comme un flash en allant au lit la nuit après la qualification, comme si j'allais me réveiller le lendemain et que tout ça n'avait été qu'un rêve, et que je m'étais en fait fait éliminer lors du Jour 2 avec les rois contre les as.

Mais ce qui est arrivé est donc bel et bien la réalité, c'est exceptionnel. C'est l'accomplissement que toute personne qui joue à ce jeu aimerait réaliser, donc c'est très spécial. Je prends beaucoup de plaisir, mais j'en prends en fait déjà énormément depuis le Jour 4.

Ma meilleure performance jusque là avait été de parvenir au Jour 4, aussi mon objectif était très simple : parvenir au Jour 5. Du coup depuis c'est un vrai freeroll, et une vraie fête.

Comment as-tu débuté au poker, et qu'est-ce qui t'a amené à disputer ce Main Event ?

Au niveau de mon parcours, j'ai beaucoup joué quand j'étais gamin, des parties régulières quand j'étais au lycée. Ensuite je n'ai pas vraiment tant joué que ça, avant que je ne commence à jouer des tournois il y a 8 ans. J'ai commencé avec des petits tournois locaux, et puis les World Series pour la première à la même époque, où et je pense que je n'ai joué que le Seniors Event.
L'objectif était alors juste d'arriver en table finale de ce tournoi Seniors, ce que je pensais pouvoir faire.

blumenfield5
"Je ne savais pas si je pouvais vivre du poker - en deux semaines j'ai eu la réponse."

Au fil des ans j'ai disputé de plus en plus de tournois. J'en ai joué 4 l'année dernière.
Je joue aussi un peu en cash games, mais principalement en tournois. J'ai régulièrement travaillé mon jeu et ça a payé.

Quelle est ta profession en dehors ?

Je suis dans les logiciels depuis une trentaine d'années. J'ai travaillé principalement avec des start-up et c'est ce qui m'a aidé pour la bankroll.

Ce qui est intéressant c'est qu'il y a un mois, j'ai pris une décision, celle de quitter ce secteur et de me consacrer à ce que je veux faire avec ma vie, dont le poker.

Je vivais avec l'idée en tête de savoir si je pouvais en vivre, ou au moins gagner assez d'argent pour survivre. Et en deux semaines la question a été répondue !

Tu es déjà sûr de gagner au moins un million de dollars, mais tu peux gagner bien plus. Qu'est-ce que cet argent va représenter pour toi ?

L'une des choses que j'aime faire est de voyager, et ce qui est beau c'est que je peux voyager et jouer au poker en même temps.

Je brasse aussi de la bière, et ça fait longtemps que je ne l'ai pas fait. Je fais aussi de la photographie, mais ça j'en ai assez fait.
Je veux juste faire des choses plus amusantes pour moi. Du vélo par exemple.

Donc cette performance, quel que soit le résultat final, va vraiment me permettre de faire les choses dont j'ai envie et comme je veux.

Toi et Pierre Neuville représentez en quelque sorte les plus vieux joueurs de poker, les "seniors". Quel sentiment cela procure-t-il ?

Je pense que c'est quelque chose d'excellent que Pierre et moi soyons là. En fait je suis un peu énervé car sans lui j'aurais battu seul le record du plus vieux finaliste des November Nine. Du coup je vais maintenant devoir revenir dans 12 ans et le faire à nouveau (sourire).

Neil Blumenfield 888

Je crois que Dan Harrington a un jour dit que personne de plus de 40 ans ne remporterait ce tournoi, et il y a une raison à ça. C'est une longue quête, 70 heures de poker sur 7 jours.

J'espère d'ailleurs qu'ils ne vont pas montrer deux mains à la fin du Jour 5, parce que j'ai fait n'importe quoi comme j'étais très fatigué.
J'ai complètement mal joué une main contre Daniel Negreanu, qui m'a coûté beaucoup de jetons, et une autre contre Matt Jarvis.

C'est ça le problème : c'est une longue bataille pour accumuler les jetons, et tu les perds en un battement de cils. (...)
Pierre a beaucoup plus d'expérience que moi. Il a déjà gagné des tournois, donc je pense que tout ça lui est plus familier.

A quel point tout ceci va être mémorable pour toi ?

C'est évidemment un rêve qui devient réalité d'être ici. C'est un conte de fées.
J'avais déjà imaginé de temps en temps ce que ça ferait d'être de retour à San Francisco après avoir atteint les November Nine, et d'en discuter avec mes amis.

J'ai eu 5 groupes de personnes différents qui m'ont suivi durant le tournoi. Mes amis du poker, ma famille... Ça a été un véritable carburant pour moi. Et revenir pour la finale est encore plus spécial.

J'ai des sœurs à Chicago, et une petite amie à San Francisco. Pour ceux que ça intéresse et qui passeraient dans le coin d'ailleurs, elle a un super magasin pour les amateurs de mode, qui s'appelle Pascaline Paris, pour les hommes et les femmes.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

-----

Interviews exclusives des November 9 : Joe McKeehen

(24/09/15)

n9 Joe McKeehen

Dernier épisode de nos interviews exclusives des November Nine, en terminant naturellement par le chip leader.

Aujourd'hui : Joe McKeehen.

(note : vous aurez pu remarquer que nous vous avons proposé les interviews de chacun des finalistes, à l'exception de Zvi Stern, deuxième en jetons. Le joueur israélien est en effet le seul finaliste à avoir refusé à ce que notre entretien avec lui soit diffusé).

Le chip leader remportera t-il enfin le Main Event ? Ce n'est en effet jamais arrivé depuis que les November 9 existent.
Mais cette fois, McKeehen pourrait bien faire mentir cette étonnante statistique.

Expérience, self-control et un tapis de plus du double de son adversaire le plus proche : l'Américain a tout pour lui dans cette table finale.


Joe, dis-nous en plus sur toi, et sur comment tu as commencé au poker.

Je suis de North Wales, en Pennsylvanie, où j'habite toujours. J'ai commencé à jouer au poker après en avoir vu à la télé avec mes amis. On a commencé à y jouer pour s'amuser, et puis j'ai fini par prendre les choses plus au sérieux et à progresser.

joe mc keehen 2
Passionné de stratégie depuis tout petit.

Au fil des années j'ai réalisé qu'il y avait beaucoup d'argent à gagner dans ce jeu si tu étais assez bon, alors j'ai fait de mon mieux pour être bon justement.
Lorsque j'étais au lycée, j'ai pris une décision : quand j'aurais fini le lycée, celle de passer professionnel. Et par chance j'ai connu la réussite.

Comment tes parents l'ont-il pris quand tu leur as dis que tu allais devenir pro de poker ?

Quand je leur ai dit, ils n'étaient pas sûr de ce que cela impliquait. Ils ont approuvé mais avec prudence. Heureusement donc j'ai connu assez de succès, et quand ils ont vu l'argent que je gagnais, ils ont été d'accord avec la décision que j'avais prise.

Et petit à petit ils sont devenus mes plus grands supporters. Ils vont venir en novembre, du sûr. Ça sera la première fois qu'ils viendront à Las Vegas, et même la première fois qu'ils me regarderont jouer au poker.
Je suis sûr que ça sera excitant pour eux comme pour moi.

T'estimes-tu chanceux d'avoir connu un succès si rapide, et de ne pas avoir abandonné le poker pour trouver un travail ou autre ?

Si je n'avais pas connu cette réussite rapide, je pense qu'il aurait été très facile d'être découragé et d'abandonner. Surtout qu'en étant à l'école au même moment, j'aurais pu suivre une route plus normale si je peux dire, finir mes études et trouver un travail.

Mais j'ai aimé le jeu à un point où même si ça ne s'était pas tant bien passé, je lui aurais donné sa chance sur une durée aussi longue que possible, avant d'abandonner pour de bon.
Heureusement cette situation ne s'est jamais présentée, et j'y suis maintenant pour un long moment.

Tu es le Joe McKeehen qui a gagné le championnat du monde de Risk, le célèbre jeu de société, c'est ça ?

C'est bien ça, c'est bien moi. Ma mère m'a initié à ce jeu, notamment parce qu'elle disputait ce tournoi chaque année.

Elle m'a appris à y jouer à un jeune âge, du mieux qu'elle pouvait. C'est un jeu qui m'a plu et qui m'a amusé rien que d'y jouer, du coup j'ai commencé à me rendre à ce tournoi chaque année moi aussi, et j'ai eu la chance de pouvoir le gagner.

mc keehen et autres finalistes
McKeehen célèbre les November 9 avec ses adversaires, mais en novembre il n'y aura plus d'amis.

Mais j'espère que je vais pouvoir gagner le championnat du monde de poker cette fois, ça sera infiniment mieux que le championnat du monde de Risk.

As-tu toujours été intéressé par les jeux de stratégie ? S'agit-il de quelque chose vers laquelle ta mère t'a poussé ?

Je pense que je suis né comme ça, à vouloir essayer de trouver la meilleure stratégie dans quoi que ce soit que je fasse.

Peut-être le fait que ma mère m'ait encouragé quand j'étais petit a aidé, mais pour tout dans la vie, j'essaie toujours de trouver la meilleure route possible, et au poker c'est la même chose. J'essaie de trouver le meilleur chemin pour gagner tous les jetons. J'essaie de trouver la meilleure route dans chaque main pour jouer de la meilleure façon que je connaisse.

A quel point cette expérience toute entière va t-elle être mémorable pour toi ?

Parvenir en table finale des November Nine est définitivement la chose la plus spéciale qui me soit arrivé, et j'espère que je vais pouvoir la rendre encore plus spéciale en novembre.

A côté de ça je suis conscient que c'est une opportunité que je ne peux pas prendre à la légère. Je dois me préparer. Je dois revenir prêt à jouer. Je dois étudier.
Je dois m'améliorer encore d'ici là, et je dois vraiment arriver en novembre fin prêt, prêt à poser les yeux et la main sur le premier prix.


Retrouvez l'interview complète (en anglais) en vidéo :

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page