Suivre contre Relancer au Poker : Quel est le mieux ?

Joseph Tehan

Le poker est un jeu qui évolue, et les joueurs gagnants doivent s'adapter. Mais plus les gens verront des joueurs gagner avec un certain style, plus ils essaieront la même chose et copieront.

Il y a quelques années, le poker était généralement un jeu très serré-passif. Désormais, avec tant de joueurs prenant des notes sur les meilleurs joueurs, une agression généralisée s'est substantiellement développée.

Il y a trois ans, personne ou presque n'avait entendu parler du 3-betting en ligne. Il est maintenant courant de trouver des joueurs faisant du 4-betting dès les plus petites limites.

Ainsi, une stratégie reconnue comme victorieuse il y a quelques années, peut ne plus être autant utile qu'elle ne l'était. Un bon exemple La maxime dépeinte dans cet article datant de quelques années : « Les fish suivent, les requins relancent », n'est plus une évaluation totalement exacte.

La majorité des joueurs vont ajuster leur jeu pour faire partie des plus gros gagnants. Mais comme de plus en plus de joueurs changent leur style de jeu pour singer cette élite, les gagnants vont basculer vers une nouvelle stratégie -ou carrément vers un nouveau jeu- pour rester un cran devant tout le monde.

Suivre affiche une faiblesse  

C'était, et ça l'est toujours, principalement vrai. Contrairement pourtant à ce que l'article du dessus indique, montrer une faiblesse n'est pas une mauvaise chose face à l'agression.

Prenons un simple exemple, si vous détenez les nuts (la main max absolue), il peut se trouver plus rentable de laisser les joueurs vous agresser, vous et le pot, plutôt que de les alerter à propos de la main que vous avez.

La majorité des joueurs de poker ont un niveau tout au plus moyen. Nombre de ces joueurs vont tenter de jouer le même jeu agressif que celui de l'élite, mais il leur manque la fine mise au point de compétences et de talent de ceux qu'ils imitent.

Ces joueurs vont vite vous mettre sur un tirage - n'importe lequel - et vont vous asséner leur « three-barrels » (trois cartouches tirées jusqu'au bout) en vertu de leur lecture, espérant vous faire coucher.

phil ivey5
Suivre face à un joueur talentueux envoie certains signaux.

Vous leur montrez une faiblesse pour attirer de plus grosses et plus fréquentes mises qu'ils ne feraient s'ils étaient sur leurs gardes. Vous avez envie de voir des joueurs avec deux cartes inutiles miser gros face à vous, et ils sont nombreux à être prêts à le faire.

Suivre affiche de la force

Lorsque vous jouez contre un joueur très talentueux, suivre peut envoyer plus de signaux d'alarme que de relancer ou miser. Un très bon joueur vous donnant le crédit d'être à son niveau, comprendra la situation et les niveaux d'agression standards.

Ce type de joueur estimera que vous allez protéger vos mains vulnérables, et essayer de prendre contrôle des pots pour forcer les joueurs à ne pas vous les contester. Il estimera également -pertinemment- que vous connaissez les côtes du pot et les côtes implicites, et que vous jouez en fonction.

Avec cette image de vous en tête, le fait de suivre leurs grosses mises se montrera très suspect. Si vous êtes en heads-up, ils ne peuvent vous voir sur un tirage avec un tel call. En fait, cela présenterait plus de sens pour vous de miser sur la carte à venir avec un tirage, pour substituer votre manque de côtes par une fold equity (espérance de faire coucher l'adversaire).

Lorsque vous les suivez, ils doivent maintenant penser que vous avez une main suffisamment forte pour que vous n'ayez pas besoin de côtes du pot de 3 contre 1, et également que vous n'avez pas besoin de protéger votre main. Si vous avez une image très forte et agressive, avec rien qui n'indique que vous ne soyez une calling station, suivre à plat de telles mises constituera un signal d'alarme pour les autres bons joueurs.

Le relanceur contrôle la main

Ca l'est, et ça le sera toujours. L'agresseur contrôle toujours la main en cours. Durant le contrôle de la main, se dessine un sentiment de sécurité. Si vous avez les nuts, vous voulez l'autre sous contrôle, à l'aise et insouciant.

Dans le même temps, sans les nuts, vous voulez presque toujours avoir le contrôle de la main. Celui qui contrôle la main gagne le plus d'espérance. Face à tous les joueurs serrés, vous voulez avoir le contrôle, en les relançant. S'ils ne veulent jouer que les mains fortes, vous devriez relancer à chaque fois que vous en avez l'occasion.

Du point de vue d'un joueur serré, la vaste majorité des mains distribuées ne sont pas fortes. Vous devriez exploiter cette contrainte qui est la leur pour jouer tout ce qui est en dessous des nuts.

Le contrôle du pot

D'un autre côté, si vous êtes face à un joueur très large, qui aime aller voir les rivers, le contrôle du pot est plus important que le fait d'être l'agresseur. Si le joueur ne va de toute façon pas se coucher, vous ne pouvez gagner la moindre espérance de fold en relançant.

alexander veldhuis 31955
Contrôlez le pot si vous n'êtes pas sûr d'être devant.

En relançant, vous allez faire grossir le pot. Plus le pot sera gros et attractif, moins votre adversaire loose envisagera de se coucher.

Dans une situation où vous n'êtes pas vraiment sûr d'être devant, il est meilleur de contrôler la taille du pot et de garder votre variance basse. La plupart du temps, la meilleure façon de contrôler la taille du pot est de simplement suivre, ou checker-suivre.

Dans les mains de joueurs décents, la taille du pot va augmenter exponentiellement. Plus il y aura de l'argent dans le pot, et plus les mises que les joueurs feront seront importantes, entraînant l'augmentation substantielle de chaque mise en conjonction avec la taille totale du pot.

L'augmentation exponentielle du pot nous montre que les moments les plus importants à utiliser pour le contrôle du pot sont pré-flop et sur le flop. Ma méthode empirique est la suivante :
Lorsque vous avez le plus gros potentiel de main, vous voulez des gros pots.
Lorsque votre équité est moindre que celle de vos adversaires, vous voulez des petits pots.

La grosse erreur de la River

Si vous pensez qu'un adversaire bluffe sur la river, relancer est un jeu absolument horrible. Votre lecture sur l'ensemble de la main est telle que vous le voyiez sur un tirage couleur. La river arrive, et le tirage est manqué. Pour la première fois dans la main, il ouvre le tour de mise plutôt que de checker.

Dans cette situation, relancer est une erreur évidente. Si votre lecture est correcte, l'autre joueur n'a rien et se couchera. Si votre lecture est incorrecte et que le joueur vous bat, il va vous revenir dessus avec un 3-bet ou même vous mettre à tapis.

Vous ne gagnez rien par cette relance, tandis que de simplement suivre ici vous sera plus bénéfique sur le long terme.

Finir « loose »

Ce conseil marche pour toutes les versions de poker : en ligne, live, en cash ou en tournoi. Mais il est plus significatif au niveau des parties de cash game live. La plupart du temps dans la plupart des tournois, vous serez forcé de jouer un jeu de « relance ou se coucher » (les stacks des autres joueurs ne seront pas assez gros pour que vous puissiez envisager une approche plus lointaine.

Le poker en ligne est bien plus agressif dans son ensemble, mais je ne suis pas en train de vous dire que vous ne devriez pas calmer les choses. Cependant il y a certains moments, comme je l'ai précédemment établi, où suivre est un meilleur jeu que de relancer, même au poker en ligne.

Vous ne pouvez pas réellement jouer au golf avec un seul driver dans votre sac. L'agression est un outil important, mais il demande à être utilisé avec les autres armes de votre arsenal.

Parfois, maximiser vos profits implique de ralentir votre jeu. Il existe toujours un frein à côté de la pédale d'accélérateur. Je recommande d'utiliser les deux.