Phil Hellmuth : « Je veux 24 bracelets. »

IMG1726

Phil Hellmuth, déjà une légende du poker et propriétaire de 13 bracelets WSOP, n'est pas encore près de raccrocher son costume de Poker Brat.

Sans langue de bois, Hellmuth nous a confié ce qu'il espèrait encore accomplir dans sa carrière alors qu'il vient tout juste de remporter un bracelet au Main Event des WSOPE à Cannes.

« J'ai encore beaucoup de choses à faire dans ma vie. Je veux 24 bracelets, le Players Championship à 50.000$ et le WPT World Championship à 25.000$. »
Rien que ça.

Alors bien sûr, ces objectifs pharaoniques paraîtraient ridicules pour n'importe quel autre joueur, mais quand il s'agit du Poker Brat, on n'est plus sûr de rien.

Les statistiques d'Hellmuth aux WSOP sont tout simplement ahurissantes : 95 places payées pour un total de 12,1 millions de dollars de gains. Et personne ne semble capable de lui mettre la pression en matière de bracelets gagnés puisqu'Hellmuth continue inlassablement d'enchaîner les victoires, tandis que Johnny Chan et Doyle Brunson, qui n'est plus dans la fleur de l'âge, calent à 10 bracelets.


Hellmuth a joué le « meilleur » Hold'Em de sa vie pour remporter le Main Event des WSOPE

IMG1732
Un jour viendra ou peut-être Hellmuth n'aura plus assez de doigts pour compter ses bracelets.

Phil Hellmuth a déclaré que sa victoire au Main Event des WSOPE d'il y a une semaine était la deuxième plus importante de sa carrière, juste derrière son premier Main Event remporté en 1989.

« C'était très important pour moi. D'abord les gens disaient que je ne pouvais pas jouer en mixed games, et puis j'ai eu deux très bonnes années dans ces variantes. Du coup les gens ont commencé à dire que je ne savais plus jouer en Hold'em. En fait, je n'ai jamais aussi bien joué au Hold'em que durant ces WSOPE. »

Et c'est peut-être ce qui est le plus surprenant avec lui : qu'il ne se laisse pas distancer par les jeunes joueurs au contraire de beaucoup d'autres joueurs de sa génération.

« Ah, les jeunes. La plupart sont vraiment sympas, mais certains sont un peu rageux. J'évolue en tant que joueur, et je pense que si tu n'évolues pas, autant abandonner tout de suite. »

Bien qu'il ait la réputation d'être un joueur particulièrement serré, Phil arrive très souvent à faire monter les enjeux et à être payé.

Dans ce qui a été l'une des plus grosses mains du Main Event des WSOPE, Hellmuth a réussi à forcer son adversaire, Curt Kohlberg, à aller au tapis avec son demi-million de jetons pré-flop avec J-10 contre sa paire d'As.

« C'est le moment où j'ai été le plus proche d'aller à tapis de tout le tournoi. »

IMG0892


Améliorer l'image du Poker Brat

Ces dernières années, Hellmuth a un peu laissé de côté son personnage de sale gosse, mais celle-ci ressurgit tout de même de temps en temps.

En table finale du récent Main Event des WSOPE par exemple, lorsque Sergii Baranov a enchaîné quelques mains un peu chanceuses et que Hellmuth nous a gratifiés d'un numéro dont il a le secret, en se couchant par terre et râlant sur sa supposée malchance.

« J'ai pété un câble une ou deux fois », admet-il. « Je n'avais pas de problème avec la façon dont jouais Sergii, mais les cartes m'ont rendu fou. »

A 48 ans et au lendemain de l'une des plus grandes victoires de sa carrière, la seule vraie question est de savoir si Phil Hellmuth sera encore capable de gagner des bracelets dans 10, 20 ou 30 ans.

« J'espère bien », répond-il lorsqu'on aborde le sujet. « J'espère que je vais continuer à jouer à ce niveau et que j'arriverai toujours à lire aussi bien les autres joueurs, parce que c'est ça qui me permet d'être un cran au-dessus. Ce que je sais, c'est que dans 30 ans je gagnerai encore beaucoup d'argent. J'espère que ça inclura des victoires. »

 

Derniers Blog Posts »