Comment se préparer mentalement pour les WSOP, avec Jared Tendler

jared tendler
Le coach mental Jared Tendler vous prépare et vous donne ses meilleurs conseils pour les WSOP, ou tout autre gros tournoi.

Les WSOP sont sans conteste le tournoi le plus difficile du poker. Nous avons donc décidé de demander quelques conseils pour gérer la pression des World Series à un professionnel : Jared Tendler, coach mental reconnu.

Sept semaines, 61 events, des millions de dollars. Voilà l'étendue de la pression qui pèse sur les épaules des milliers de joueurs qui vont se donner rendez-vous du côté de Las Vegas dans un mois. Et si vous n'y êtes pas préparé, autant rester à la maison et suivre les WSOP 2012 sur Internet et sur PokerListings.

Jared Tendler est l'auteur du livre The Mental game of poker, et prodigue quelques conseils faciles à suivre pour optimiser votre jeu à Vegas cet été.

PokerListings.com : Quelle est votre expérience des World Series of Poker ? Quelle en est votre partie favorite ? Et celle que vous aimez le moins ?

Jared Tendler : C'est la quatrième année que je me rends aux WSOP.

La première année, j'y suis allé en tant que vrai débutant dans le milieu du poker de haut niveau. C'était une expérience énorme, trop même, mais dans le bon sens. J'y ai vraiment appris comment fonctionnent les joueurs de poker de haut niveau.

Et ces trois dernières années j'y ai coaché des joueurs.

J'adore l'action, et je trouve que les WSOP sont vraiment un moment génial. Tout le monde y est passionné par le poker. Et en tant que fan de l'intensité des sports de haut niveau, je trouve ça très excitant d'être aux WSOP – l'apogée du poker – et de vivre tout ça en direct.

L'année dernière je suis resté jusqu'à ce que les choses deviennent tendues pour les November Nine. Je crois que c'était la première fois que je voyais des joueurs commencer à craquer.

Avant l'année dernière, je crois que je ne connaissais pas assez bien le poker pour me rendre compte qu'un joueur craquait.

jaredtendlerphotoslide
"J'aime l'action."

Mon domaine de prédilection, c'est le golf, et je suis capable de comprendre l'état d'esprit de quelqu'un en le voyant swinguer. Je ne suis arrivé à ça que l'année dernière pour le poker.

Pendant les WSOP, il y a beaucoup de pression sur les joueurs, autant à cause du temps passé à jouer qu'à cause de l'argent mis en jeu. Quels sont les plus gros obstacles pour arriver à gérer cette pression ?

En gros, la pression fait ressortir nos faiblesses. Donc si vous n'êtes pas conscient de vos faiblesses tactiques et mentales les plus fondamentales, vous risquez d'avoir de mauvaises surprises.

Le contrôle, c'est en fait être capable de comprendre ses faiblesses, et même s'il n'est pas possible de les corriger, d'au moins les connaître.

Le problème avec la pression, c'est que cela nous empêche d'utiliser toute notre capacité de réflexion pour prendre des décisions.

Du coup, tu vois des gens en train de réfléchir pendant des siècles en essayant de se décider, et rien qu'en les regardant tu sais qu'en réalité ils n'arrivent à penser à rien.

À l'inverse, la pression peut aussi pousser à se précipiter. C'est pourquoi on a aussi des joueurs qui prennent des décisions extrêmement rapidement, principalement parce qu'ils ne sont pas capables de prendre en compte tous les éléments qui entrent en jeu.

Au final, les gens prennent de mauvaises décisions parce qu'ils ne peuvent pas réfléchir de manière logique et méthodique.

Pour moi, la capacité d'un joueur de poker à prendre des décisions, c'est sa technique. C'est le swing du golfeur ou le tir du basketteur. C'est la base de tout, et il y a bel et bien une technique à acquérir pour prendre les bonnes décisions, ce que la pression peut complètement démolir.

Mieux vous comprenez votre technique mentale, mieux vous arriverez à gérer la pression.

 Comment peut-on justement apprendre à gérer cette pression et prendre les bonnes décisions, en particulier dans un contexte comme celui des WSOP ?

 Ce dont il faut surtout être conscient, c'est que la pression peut être un facteur extrêmement positif. C'est ce qui peut vous galvaniser. Donc le but ce n'est pas de se débarrasser de la pression mais de maîtriser cet excès de pression qui peut influencer négativement votre jeu.

Il faut d'abord pouvoir reconnaître les situations et les comportements liés à cette pression excessive, puis apprendre à la dompter, à « baisser le volume » en quelque sorte, afin que vous soyez capables de penser clairement et de prendre les bonnes décisions.

jared tendler2
"Pour moi, la capacité d'un joueur de poker à prendre des décisions, c'est sa technique. C'est le swing du golfeur ou le tir du basketteur."

Une des techniques dont je parle dans mon livre s'appelle « l'injection de logique ». L'idée c'est de respirer lentement et profondément et de se répéter une phrase pré-établie, faite pour vous calmer.

Ça peut être une phrase aussi simple que « je ne vais pas me laisser dépasser par la pression ». Vous vous ramenez à la raison, réfléchissez de manière logique et rationnelle et jouez bien.

Dans quelle mesure peut-il être utile de comprendre l'état d'esprit de ses adversaires ? Peut-on apprendre à repérer les joueurs qui « n'y sont pas » et à les cibler ?

Oui, c'est tout à fait possible, mais je pense que la priorité doit quand même être de comprendre votre propre mental, ce qui de toutes façons vous permettra aussi de mieux comprendre vos adversaires.

Dans mon livre j'évoque ce que j'appelle « la chenille », et c'est justement l'analyse du jeu des adversaires, de leur meilleur (A), à leur pire (C).

Je vais vous donner un exemple. Je connais un joueur qui maîtrise tellement cette technique qu'il sait toujours exactement dans quel état d'esprit sont ses adversaires, peut donc profiter de leurs faiblesses selon leur jeu de l'instant.

Et là on parle de poker, mais c'est la même chose au golf.

Si on revient quelques années en arrière, quand Tiger dominait le circuit de la tête et des épaules, la différence entre lui et Phil Mickelson qui était numéro 2 mondial, était négligeable lorsqu'ils jouaient au mieux. Mais le pire de Tiger était 3 coups en dessous du pire de Mickelson.

Notre dernière question : pour les joueurs de niveau moyen, quelles sont les bases à connaître pour les WSOP si on n'a pas le temps pour du coaching mental complet ?

Premièrement, il faut garder les pieds sur terre. C'est bien de s'imaginer gagner l'event, mais il faut vraiment apprendre à rester raisonnable et à être concentré à 100% sur la main que l'on est en train de jouer.

Je dis ça parce que le fait de voir trop loin fait monter la pression et empêche de rester dans le moment présent et de se concentrer sur les décisions que vous devez prendre.

Deuxièmement, il faut éviter d'être en sur-régime. Beaucoup de joueurs de bas niveau essayent d'en faire trop, que ce soit tactiquement ou mentalement.

Vous devez connaître votre jeu aussi bien que possible et jouer comme vous savez le faire sans vous laisser emporter.

 

Derniers Blog Posts »